couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Sommeil : C’est l’heure d’aller au lit... mais je n’ai pas sommeil !


Tous les monstres ont peur du noir / M. Escoffier ; K. Di Giacomo. - Frimousse. - (Maxi’Boum)

Place aux ténèbres ! Le noir est à l’honneur ; dans toutes ses nuances et ses textures, il dessine la nuit. Pour le lecteur : jeu avec la peur doublé d’un plaisir esthétique ; pour les monstres tapis dans l’ombre : grand moment de frousse. “Car tous les monstres ont peur du noir. Ils pleurent et font des cauchemars”. De quoi les prendre en pitié ces créatures apeurées ! Pour sûr, elles ne sont plus en mesure de nous effrayer et dorénavant, nous devrions être plus occupés à les réconforter qu’à nous laisser envahir par notre propre peur...

Tous les soirs du monde / D. Demers ; N. Debon. - Gallimard

Chaque soir, le papa de Simon se lance dans un rituel d’endormissement pour son petit garçon. Au fur et à mesure qu’il remonte la couverture, il prononce des formules magiques qui endorment les continents les uns après les autres et "dans sa tête, Simon voit". Après le dernier continent évoqué, qui est celui du monde des histoires, Simon s’endort. Le geste du père nous fait l’effet d’un massage, l’histoire est comme un poème. Les illustrations sont plutôt classiques mais le choix des couleurs permet de faire rêver aux pays qu’elles évoquent.

La traversée de la nuit / E. Lafon ; C. Wilkin. - Grandir

Une randonnée dans la nuit, on se tient serré, serré, pour partager le moment, pour se rassurer. Une fois à la maison, on se met vite au lit et on se laisse envahir par le sommeil avec délice tout en se remémorant la journée. A quand la prochaine expédition ?
Un format haut et étroit pour exprimer l’immensité du ciel et la profondeur de la nuit.

Trois courageux petits gorilles / Van Zeveren. - Ecole des loisirs

Trois petits singes au lit cherchent le sommeil mais un bruit terrifiant les en empêche. Le premier, courageusement, va se renseigner... et ne revient pas. Restent deux petits singes... et à nouveau un bruit horrible. Le deuxième singe dépasse sa peur et sort à son tour. Reste un petit singe bien seul et bien courageux qui s’aventure lui aussi dehors...
En fait de bruits horribles, il n’y avait vraiment pas de quoi s’affoler ! Mais ne vous divulguons pas la chute...

Une fois encore ! / E. Gravett. - Kaléidoscope

Bien sûr qu’il est l’heure d’aller au lit mais l’appel des livres est irrésistible. Une histoire ne suffit pas. “Encore ?” Parent dragon s’exécute une seconde fois, modifiant légèrement l’histoire. “Encore !” L’énergie de l’adulte et la longueur de l’histoire -trahissant d’ailleurs toujours plus l’impatience, de la part de l’adulte, d’aller se coucher- sont inversement proportionnelles à l’insistance du petit. Lorsque le parent, harassé, s’effondre, le petit ne répond plus de rien, foi de dragon !
L’intégrité physique du livre est directement menacée par le contenu de l’histoire, il ne faut pas jouer avec l’appétit de lecture !

Va au lit Alfred ! / V. Miller. - Nathan

Alfred est un petit ours qui vit seul avec son papa. Il est dans la période du non systématique et le coucher, moment de rupture, ne l’emballe pas plus que ça... Il résiste jusqu’à ce que papa prenne sa grosse voooooix puis le couche avec des guilis guilis et des câlins.
Alfred est un personnage que les enfants prennent plaisir à retrouver. Ils n’ont pas de mal à s’identifier à cet ourson tout en rondeur et l’ambiance d’amour qui règne dans cet album est un véritable bonheur pour le lecteur.

Vite au lit Mimi / L. Cousins. - Albin Michel. - (Livre tissu)

Un petit livre en tissu pour les plus petits qui évoque les moments précédant le sommeil. Et pour Mimi, quand vient l’heure de raconter l’histoire, chut.. elle dort déjà !

Le voleur de sommeil / Rit ; V. Boudgourd. - Actes Sud junior, 2013

Grillon de nuit, Cigale et Fourmi sont amis depuis toujours. Alors que Grillon s’apprête comme d’habitude à bercer de son chant le village des insectes, il tombe sur Cigale qui a perdu le sommeil. Et elle n’est pas la première à voir son sommeil disparaître… Mais Fourmi a une info : elle a vu Hibou voler le sommeil… « Il faut éclaircir cela… » Les 3 amis partent enquêter. Et le hibou avoue les raisons de son chapardage : la nuit l’effraie et avoir de la compagnie éveillée le rassure. Grillon saura trouver la solution !
Une narration calquée sur la musique, presque chantée, introduit l’histoire. Ensuite, chaque épisode de l’intrique est suivi d’une chanson dont les textes sont insérés dans des bonhommes type shadoks. Les illustrations très vivantes représentent un peuple minuscule expressif.
Rit, (Éric Laurora), entre folk et reggae, arrive à nous embarquer dans sa ballade nocturne. Rythmes doux mais pas soporifiques, quelques fois un peu plus vifs, l’atmosphère nocturne se ressent mais la peur de hibou ne sera absolument pas contagieuse, la solidarité et l’amitié l’emporte !
Dommage qu’il n’y ait pas pas de repère entre l’album et le CD (16 pistes). Une création sympathique.
Autre lecture
C’est le premier conte en chansons pour très jeunes enfants de Rit, auteur-compositeur-interprète. Lorsque, ce soir-là, dans un village d’« insectes marrants, volants ou rampants » de la forêt du Carlaban, Grillon, le « réveille-matin du soir », commence à chanter dans son « arbre-coquelicot », il est surpris d’entendre Cigale lui répondre : un inconnu lui a volé son sommeil, comme à Libellule et Coccinelle. Fourmi affirme à la réunion du village que Hibou est le coupable. Seuls Grillon et Fourmi osent partir à sa recherche avec Cigale. Une violente rafale de vent les fait échouer dans les branches d’un chêne qui étouffe sous les papiers et les sacs en plastique. Après une nuit perturbée par les Lucioles, ces dernières se révèlent des alliées précieuses pour impressionner Hibou par un jeu d’ombres immenses sur les parois de sa grotte. Son secret ? Il a besoin d’amis pour lutter contre sa peur de la nuit. Dorénavant, Hibou viendra aider Grillon à endormir le village. Ce conte manque de réelle cohérence (l’épisode du chêne reste sans suite) et de vraisemblance (peur de la nuit de Hibou). Certes, cette peur peut parler à de très jeunes enfants, mais c’est surtout un prétexte pour lier entre elles les chansons, véritable centre de l’ouvrage. D’ailleurs on finit par ne plus vraiment se soucier du récit. En outre, les intentions moralisantes sont sympathiques mais trop convenues : leçons de solidarité et d’écologie.
L’essentiel est donc le CD, très sympathique. La voix de Rit qui s’accompagne à la guitare est agréable, son accent crée une atmosphère ensoleillée. Les bruitages, très (trop ?) présents, facilitent la compréhension de l’histoire. Chaque personnage est individualisé par des styles musicaux différents, blues, reggae, folk. Le Hibou blues est particulièrement réussi, tout comme la première chanson du grillon. Le sommaire au début de l’album permet de repérer facilement ces chansons et de les réécouter pour se les approprier.
Les illustrations sont en harmonie avec elles et facilitent l’écoute du CD. Elles soulignent la dimension humoristique présente dans l’interprétation. Les animaux sont humanisés par leurs vêtements et leurs attitudes. Les pages des chansons sont facilement identifiables : les paroles sont insérées dans la silhouette des personnages agrémentée de pattes. Une petite réserve : le texte est difficile à lire lorsque les pages sont de couleur foncée.
Un album CD pour petits globalement sympathique.

Affichage de 8 sur 78, voir les autres pages : 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70

Haut de la page

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse