couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Nouveautés

Albums
Livres CD
Ouvrages théoriques
Coups de coeur

Toutes les nouveautés romans (320 au total)

coup de coeur Typos, tome 1 : fragments de vérité / P. Baccalario. - Flammarion. 2014

Dans un monde futuriste où le pouvoir refuse de donner la bonne information aux citoyens, un groupe de jeunes journalistes, Typos, décide de se battre pour rétablir la vérité. Alors qu’Arlequin a été blessé lors de la dernière mission, Typos reçoit un mytérieux message...

Un roman d’aventure mais aussi de réflexion sur le degré de désinformation organisée par nos sociétés modernes. Le lecteur peut souvent avoir l’impression que le monde décrit n’est pas très loin du notre, où l’organisation d’un concert caritatif peut aussi cacher d’autres intérêts. L’action et les énigmes sont au coeur du livre comme pour nous amener à chercher nous aussi la vérité.

Un roman d’espionnage classique, des adolescents un peu lisses, mais une lecture agréable. Du Chérub (Robert Muchamore, Casterman), les "sales gosses" en moins... Juliane

A partir de 12 ans

coup de coeur Les enfants d’Izieu / R. Causse. - Oskar. - (Histoire). 2014

C’est avec émotion et beauté des mots que Rolande Causse retrace l’histoire de ces 44 enfants juifs et des 7 adultes qui s’occupaient d’eux dans la maison familiale d’Izieu, tous déportés pendant la guerre, le 6 avril 1944 (...) La poésie pour clamer l’horreur et l’injustice, à l’aide de mots choisis avec justesse.

Lire l’article : Histoiresetgourmanlises)

coup de coeur Et les lumières dansaient dans le ciel / E. Pessan. - Ecole des loisirs. - (Médium). 2014

La nuit, Elliot s’enfuit. Profitant du sommeil médicamenteux de sa mère, il part regarder les étoiles loin de la ville. C’est là qu’on les voit le mieux. C’est là que son père et lui les observaient, réunis tous deux dans la même passion, lorsque ses parents n’étaient pas séparés. Hors ce lieu tout a changé, il vit seul avec sa mère, ses parents sont en guerre, sa mère semble ne pas le comprendre. Un soir, il est témoin d’un phénomène inexpliqué : des lumières oranges et vertes semblent danser dans le ciel. Obsédé par cet événement dont il ne trouve pas trace ni explication rationnelle, il fugue jusqu’à Toulouse apporter son témoignage au GEIPAN (groupe d’études et d’informations sur les phénomènes aérospatiaux inexpliqués, qui existe réellement). Finalement, si ces lumières resteront non identifiées, elles n’auront pas été sans effets. Sa mère va se rapprocher de lui. Son père, en revanche, fera le trajet inverse : son appartement est méconnaissable, une nouvelle femme est entrée dans sa vie, il ne comprend pas le geste de son fils. Une page s’est tournée. Un très beau roman, traitant avec justesse de la solitude et parfois du désarroi de l’enfant partagé entre deux parents déchirés. Un rythme tout en douceur pour suivre des trajectoires familiales bouleversées.

Autre lecture Alors qu’Elliot menait une vie heureuse, le divorce de ses parents le laisse désorienté et seul. Sa mère, chez qui il vit, passe désormais ses nuits dans un sommeil de plomb aussi artificiel que tous ses gestes au quotidien tandis que son père, avec qui il aimait contempler le ciel, s’éloigne peu à peu. Les étoiles ont toujours été là, pour lui et quand il espère trouver auprès d’elle un peu de réconfort, il découvre bien plus. Chacune de ses escapades permet à Elliot de se chercher mais aussi de retrouver ses proches et de tisser de nouveaux liens.

Elliot prête sa plume pour conter sa merveilleuse histoire. Tout en partageant sa vision du ciel et la science qu’il a acquis dès son enfance, il permet de montrer toutes les pensées si innocentes qu’une fugue peut parfois cachées. Comme quoi des actes peuvent parfois découler de convictions bien plus profondes qu’on ne le soupçonnerait aux premiers abords.

Un excellent livre qui correspond parfaitement à ce qu’un lecteur peut attendre d’un école des loisirs (avec une belle couverture qui plus est).

A partir de 12 ans

coup de coeur Disparition inquiétante / P. Perrier. - Oskar. - (Polar). 2014

Juliette a commis une erreur mais elle va le découvrir un peu tard. Sur son blog, la jeune fille a laissé entendre que tout l’intéressait : mannequinnat, cinéma, publicité...elle se dit "prête à tout". Il n’en fallait pas plus pour attirer un mystérieux producteur américain promettant monts et merveilles. Un soir, Juliette ne rentre pas à la maison. On retrouve ses amis sur le port, ivres morts. Ayant été drogués au GHB, ils ne se souviennent de rien, et Juliette reste introuvable. Son frère Gabriel et son père décident de mener leur propre enquête, qui les mènera jusqu’à Phuket sur les traces du yacht du producteur. Dans la moiteur de l’île, ils ne savent par où commencer...Jusqu’à ce que la télévision de l’hôtel retransmette en direct les images d’un luxueux mariage local. Stupéfaction : la mariée n’est autre que Juliette ! Gabriel et son père vont dès lors tout tenter pour la retrouver. Une bonne lecture, l’histoire est prenante, chaque chapitre alterne les narrateurs avec tantôt la voix de Juliette, tantôt celle de son frère. Les émotions sont palpables, on se laisse emporter. Une façon originale de traiter le sujet du danger que peut représenter internet pour des jeunes étalant naïvement leurs rêves de célébrité.

A partir de 11 ans

coup de coeur Bleu passion / V. Strauss. - Albin Michel. - (Wiz). 2014

Milan, 1487. Giulia, fruit des amours d’un comte et d’une couturière, a perdu sa mère à l’âge de 7 ans. Lorsque son père meurt à son tour, la jeune fille est envoyée au couvent de Santa Marta de Padoue, devant malgré elle renoncer à ses rêves d’amour et de mariage. Avant son départ, croyant pouvoir conjurer le sort, elle se fait faire par un sorcier un talisman censé lui apporter son désir le plus cher avant l’hiver....effectivement, c’est bien son désir le plus profond qu’elle découvrira au couvent, mais c’est une passion nouvelle : la peinture. Soeur Humilita, gardienne de la recette du fameux "Bleu passion", décèle l’immense talent de la jeune fille...mais lui révèlera-t-elle tous ses secrets ? Et qui est vraiment le jeune Ormanno, venu restaurer une fresque et faire battre le coeur de Giulia ? Une plongée passionnante dans l’Italie de la renaissance et les techniques artistiques de l’époque. Ce roman reflète également le rapport complexe entre les femmes et l’art et le fait que l’art était une affaire d’hommes. Une héroïne attachante, qui réussit à sortir de sa condition de femme sans se travestir en homme, qui est reconnue pour elle-même, telle qu’elle est. Tout en brossant un tableau de la société italienne de la Renaissance, ce roman n’exclut pas les péripéties et l’aventure (Giulia se fait enlever, séquestrer...). Une très belle lecture.

A partir de 13 ans

coup de coeur Lune et l’ombre , tome 1 : Fuir Malco / C. Bousquet. - Gulf Stream éditeur. 2014

Lune fuit le nouveau compagnon de sa mère qui semble puiser son énergie dans la jeune fille qui bientôt ne voit plus le monde qu’en noir et blanc. Alors que sa mère semble lâcher prise, une lueur d’espoir apparaît avec la rencontre d’un tableau, "La Llamada" de Remedios Varo. Lune décide de se rendre au Musée pour tenter de trouver des réponses à ce qui lui arrive... Un récit à plusieurs strates dont on peut perdre le fil. Le beau-parent prédateur est l’occasion d’un voyage dans l’art de la peinture. Deux courtes biographies en fin de récit mettent la lumière sur deux femmes hors du commun : Rosa Bonheur et Leonora Carrington. Une vingtaine d’oeuvres du 19 et du 20ème siècle sont citées.

Autre lecture : Lune, 13 ans, souffre d’une étrange maladie : elle ne perçoit plus les couleurs, et commence à perdre l’odorat. Un monde gris et bientôt inodore... Ses problèmes ont commencé lorsque sa mère lui a présenté son nouveau compagnon. Obscur pseudo-écrivain "au sourire d’ogre" et au regard mauvais, Malco est repoussant, inquiétant, manipulateur. Lune a l’impression qu’une ombre la pourchasse. Un jour, en visite chez le médecin, des teintes vives lui sautent aux yeux : elle peut voir les couleurs du tableau La Llamada ("L’appel"...), de Remedios Varo ! Il est en couverture d’un dépliant annonçant une exposition consacrée aux femmes peintres des XIXème et XXème siècle. Lune pressent comme une urgence, elle doit s’y rendre à tout prix pour comprendre ce qui lui arrive. Mais elle est suivie. Dès lors tout bascule en une course poursuite effrénée doublée d’une quête identitaire étonnante. Sous ses yeux, les tableaux prennent vie (on pense à Beauty, cette performance du videaste italien Rino Stefano Tagliaferro qui anime des chefs d’oeuvres de la peinture ). Pour échapper à son poursuivant, elle n’a pas d’autre choix que de s’y réfugier. On la suit d’oeuvre en oeuvre. Dans le marché aux chevaux de Rosa Bonheur, elle se fait un allié. Les Magdalens de Léonora Carrington lui feront d’incroyables révélations sur ses origines et sur un mystérieux pouvoir de création picturale, transmis par sa grand-mère...Le destin de Lune semble hélas lié à celui de Malco : ce tome 1 (le premier d’une trilogie à venir) se clôt sur un face à face glaçant laissant beaucoup de questions en suspens. Un roman à "voir"... il est indispensable d’avoir les oeuvres citées en regard. Une poursuite haletante et de belles (re)découvertes artistiques.

coup de coeur Un prof en enfer / A. Ténor. - Oskar. 2014

C’est la rentrée, la toute première pour Antoine Vachet, professeur de lettres, dans un collège « sensible », comme tous les jeunes enseignants, un baptême du feu...Tétanisé d’appréhension et d’angoisse, il fait face le jour de la rentrée à une classe particulièrement difficile. De brimades en conflits, Antoine retrace à travers un journal de bord, ses désillusions d’abord, son humiliation, sa perte d’autorité et son désespoir final.Entre les fantasmes projetés et la vraie vie, le décalage. Et l’adaptation des uns aux autres. _On suit cette aventure sous tension avec un grand intérêt, d’autant qu’elle est relatée avec beaucoup de réalisme par l’auteur, sans verser dans la caricature ni dans le pathos. Arthur Ténor sait de quoi il parle, il a recueilli de nombreux témoignages d’enseignants. On est donc happé jusqu’au bout, jusqu’au twist final, auquel on ne s’attend pas du tout ! Un agréable moment de lecture, qui permettra aux élèves de passer de l’autre coté du bureau et de se rendre compte de la réalité du travail de ces profs avec lesquels ils sont parfois si durs !

Autre lecture : Pendant une bonne partie du livre, le récit est hyper angoissant avec un professeur de lettres qui vit sa première année d’enseignement en collège "éclair". Il tient son journal et le pire lui arrive (côté élèves et côté administration). Il en arrive à détester les élèves et à envisager la démission.
Quelques pages avant la fin, on comprend que ce scénario catastrophe est le fruit de ses craintes, de son imagination. Il l’a écrit quelques jours avnt la rentrée. Finalement, c’est un autre climat qui l’attend. Tout ne se tranforme pas en sens inverse, mais c’est une réalité moins dure, moins cruelle, plus positive. Ouf ! On découvre alors le projet " défense globale", tout à fait porteur dans un établissement sensible. Valérie Boujon.

coup de coeur Bird / C. Chan. - Helium. 2014

Comment survivre à l’infinie tristesse ? Comment poursuivre sa vie lorsqu’on a perdu son frère/enfant/petit fils, qui s’est jeté d’une falaise croyant s’envoler, "encouragé" par son grand-père qui le surnommait Bird ?
Chacun tente comme il le peut de maintenir le cap, dans un silence assourdissant, envahissant, de plus en plus pesant. « C’est comme si nous avions peur des mots. Ils patientent, suspendus dans l’air, inarticulés, puis quand ils comprennent qu’ils ne vont pas servir, ils se flétrissent et meurent. » Jewel, 12 ans, est née le jour de la mort de son frère. Elle a toujours été soucieuse jusque là de ne pas créer de problème, tente seule d’alléger sa peine. La rencontre avec Eugène, qui jette sur leur vie un regard nouveau, réveille Jewel : elle ressent de plus en plus le besoin impérieux de lever ce silence -nourri-gavé d’une colère et d’une culpabilité inexprimées- et d’affirmer ses choix afin de libérer la parole et la vérité. Même si pour cela elle doit encore souffrir.
Un premier roman bouleversant porté par une jeune fille qui tente d’exister malgré la pesanteur de leur vie. Métisse, elle navigue entre le rationalisme de sa mère et les croyances vaudou de ses père et grand-père, mais c’est dans l’amitié et la nature qu’elle puisera la force de naître à sa propre vie. Julie Feuvrier

A partir de 12 ans

coup de coeurLes outrepasseurs 1 : les héritiers / C. Van Wilder. - Gulf Stream. 2014

Peter, un adolescent presque comme tous les autres, est agressé dans son jardin par de drôles de chiens. Il est sauvé par un renard qui aussitôt se transforme. Sa mère apparait alors à sa place. Tout s’enchaine : sa mère règle son compte à la cuisinière qui les a trahis, un homme mystérieux et horrible vient frapper à leur porte et le voilà emmené dans un manoir, avec d’autres adolescents, au bord d’une mystérieuse piscine sensée répondre à leur question. A chaque plongée, il vivra les souvenirs de ses ancêtres et découvrira qui il est vraiment.
Idée intéressante mais certains passages sont longs. Une grande partie du livre raconte ce qui s’est passé au départ (l’histoire des ancêtres) : beaucoup de personnages, on se perd un peu au démarrage. Finalement on attend la suite car on sait maintenant qui est le personnage principal mais le lecteur ne sait toujours pas quel sera son rôle dans le présent...
Autre lecture
Pour avoir tenté de s’opposer au désir d’un fé en l’empêchant d’enlever un de leurs enfants, sept familles se trouvent maudites. A chaque génération, la marque désigne un garçon et une fille de chaque lignée qui vont devoir héberger en eux une partie animale... à condition de survivre à l’épreuve...
Ce premier tome raconte l’histoire de cette malédiction et ses implications sur la vie du jeune Peter, un des héritiers.
Un conte cruel en cinq actes dans lequel des êtres ordinaires se trouvent condamnés pour avoir seulement tenté de protéger leurs enfants. La question finale est de savoir comment cette nouvelle portée va combattre à son tour les fés, ces êtres profondément machiavéliques. Mais la frontière entre le bien et le mal est-elle aussi nette ?
Un récit noir tant les motivations des fés relèvent de la volonté de faire souffrir les hommes. La situation semble aller de pire en pire et l’avenir est sombre pour les héritiers. Un livre pour les amateurs du genre.
« Ce soir, je ne peux plus agir comme je l’ai toujours fait. J’endosse tellement de responsabilités dont tu n’as pas idée. Tellement de masques à revêtir. Je voudrais que tu gardes ton innocence, mais c’est impossible. Ce soir, je ne pourrai pas t’empêcher de te blesser.
- Qui ? Qui me blesserait ?
- Toi-même, Peter. Toi-même.
 »

coup de coeur Mon père est parti à la guerre / J. Boyne. - Gallimard. 2014

Le jour de ses 5 ans, le père d’Alfie part à la guerre. Tous l’espèrent rapide mais elle s’étire interminablement. Dans une narration qui alterne souvenirs du début de la guerre et péripéties 4 ans plus tard, c’est la première guerre du côté de l’Angleterre qui nous est racontée, avec l’angoisse des familles, les pénuries, la pression d’un peuple qui veut que tous s’engagent pour défendre la patrie, les blessés de guerre et plus particulièrement les hommes atteints de psychoses traumatiques. C’est le cas du papa d’Alfie mais cette maladie honteuse, non reconnue, entachée du soupçon de tricherie, sera cachée à tous. Alfie le découvrira par lui-même. C’est par lui-même également qu’il tentera de sauver ce père qui a perdu le sens des réalités, des responsabilités envers son fils.
Un roman qui mêle, comme dans Le garçon au pyjama rayé, naïveté de l’enfance et responsabilisation d’un petit garçon grandi prématurément devant les horreurs de la guerre. Un bon roman sur la guerre, avec des réflexions nuancées sur le patriotisme et le courage.
Autre lecture
Alfie a cinq ans lorsque la première Guerre Mondiale éclate et qu’il voit son père partir comme volontaire sur le front. Quatre ans après, la guerre qui devait se terminer avant Noël, dure toujours. Maggie, la mère d’Elfie enchaine les petits travaux pour tenter de survivre et le jeune garçon s’improvise cireur de chaussures après la déportation de ses voisins et amis de toujours, originaires de Prague. Mais rapidement les lettres du soldat changent de ton puis s’arrêtent. D’après Maggie, son père est en mission secrète pour le gouvernement. Mais Alfie a de sérieux doutes, alors que les annonces de soldats morts se succèdent...
Un roman fort qui propose de voir les conséquences de la guerre par les yeux d’un enfant tout à la fois lucide et volontaire. La quête du père absent n’est pas la seule trame de l’histoire qui se plait à les multiplier. L’auteur semble rendre hommage à tous les oubliés : les anglais d’origine étrangères envoyés dans des camps pour la durée de la guerre, les objecteurs de conscience maltraités par leurs voisins, les soldats revenus de guerre sans handicap physique mais avec des traumatismes psychologiques bien souvent irréversibles.... Encore un très beau livre de l’auteur du livre Le garçon en pyjama rayé.
« Les combats avaient commencé le 28 juillet 1914. Certains pourraient ne pas se rappeler cette date avec autant de précision, mais Elfie, lui, ne l’oublierait jamais. C’était le jour de son anniversaire. »

Affichage de 10 sur 320, voir les autres pages : ... | 220 | 230 | 240 | 250 | 260 | 270 | 280 | 290 | 300 |...

Voir les années précédentes

 

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse