couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Nouveautés

Navigation :

Romans :


coup de coeur  Parmi la sélection, nos titres préférés

Tous les romans 2011 (185 au total)

coup de coeur Il se peut qu’on s’évade / C. Ytak ; G. Rondeau. - Thierry Magnier. - (Photoroman)

Si le Joseph K. de Kafka avait travaillé dans un musée plutôt que comme officier dans un bureau, son procès aurait probablement ressemblé à celui de Peter Skøresen. Il ne se souvient plus de ce qu’il a fait de préjudiciable ; il comprend encore moins pourquoi cette brochette d’inconnus lui demande son avis sur une série de photos que nous découvrons au fur et à mesure qu’il nous les décrit au cours de ses évocations personnelles. Progressivement, le piège se referme et, poussé à l’aveu, Peter nous fait partager le rapport intime entretenu avec les œuvres qu’il était chargé de surveiller dans sa fonction de gardien de nuit.
Un court récit qui se lit d’une traite tant il nous saisit et nous emporte dans les méandres complexes de l’âme humaine. Le texte offre une résonance assez admirable aux photos publiées en début de récit comme le veut la ligne éditoriale. Un pari réussi.
Autre lecture
Peter Skoresen a tout de l’autiste : difficulté relationnelle, peur du bruit et de la foule, mémoire considérable. Il a trouvé le métier qui lui convient parfaitement et qu’il a souhaité depuis son enfance : gardien de nuit d’un musée. Il a une relation toute particulière avec les œuvres qu’il considère presque comme vivantes. Aussi lors du réaménagement des pièces, tout ce bruit, ce bousculement des œuvres lui sont intolérables. Tout le livre repose sur l’interrogatoire de cet homme par un groupe d’experts qui veulent l’amener, photos à l’appui, à avouer ce qu’il a fait.
L’occasion d’entrer dans l’univers de cet homme hors norme qui a un rapport très personnel -solitaire et intense- avec l’art.

coup de coeur Imago / N. Le Gendre . - Syros. - (Soon)

Neï doit bientôt passer son imago pour devenir enfin adulte. Mais les circonstances sont difficiles : sa sœur et son mari viennent de mourir, laissant derrière eux un nouveau né. Elle va tâcher d’accéder à la fois au statut de sorcière ET de chef de clan. Difficulté supplémentaire : les T’surs, hommes blancs, menacent de s’introduire sur leur territoire, en dépit d’un pacte conclu des années auparavant. Les enjeux sont énormes pour les épaules de Neï car elle est responsable de l’avenir de son clan : le peuple K’awil fonctionne de façon matrilinéaire, les femmes contrôlent le pouvoir. Le père de Neï a déjà fui, Tep représente aujourd’hui un vrai danger dû à sa soif de pouvoir. Les péripéties ne font que commencer…
Un beau roman d’initiation dans un futur intemporel, post-apocalyptique et proche du monde préhistorique. Des maîtresses femmes, en prise avec la jalousie de certains hommes, Neï sera la réconciliatrice. A partir de 14 ans.

coup de coeurL’ inconnue des andes / S. Deshors. - Rouergue. - (DoAdo noir)

Nous retrouvons Agathe pour la troisième fois et cette jeune fille attire décidément le danger ! En vacances en Equateur, elle remarque une étrange jeune femme et retrouve, plus tard, son passeport presque entièrement brûlé dans son lodge. Est-elle disparue ? Ou coupable de trafic d’œuvres d’art ? Agathe mène l’enquête, avec l’aide de Lucas, inspecteur également présent dans les deux précédents romans.
L’intrigue est quelque peu improbable mais donne néanmoins l’occasion d’aborder le sujet intéressant des orphelins de la dictature argentine (car c’est cela que la jeune femme fuit, en faisant disparaître son identité). Et celui du trafic qui dépouille les populations andaises. Mais les thèmes qui sont survolés, auraient mérité d’être davantage approfondis. Le roman est surtout réussi dans les descriptions de caractères, la forte complicité qui les unit tous.

coup de coeurL’ Innocent de Palerme / S. Gandolfi. - Les grandes personnes

Ce sont deux histoires que nous suivons en parallèle : celle de Santino, 5 ans, dont les père et grand-père se font tuer par un mafieux, le blessant grièvement au passage. Et celle de Lucio, 11 ans, s’occupant beaucoup de sa mère, presque invalide, et de sa petite sœur Ilaria. Bientôt, les histoires se rejoignent : Lucio n’est autre que Santino, survivant d’une vengeance implacable de la mafia sicilienne. Témoin protégé, il a du changer de vie, après avoir témoigné contre les meurtriers, dont l’un est toujours en fuite… A quoi ressemble la vie d’un enfant devant faire face à la mort, à la justice et à la mafia, obligé de se cacher, de se méfier de tous ; un enfant que a peur du moindre évènement qui serait anodin aux yeux d’un être insouciant...
C’est une réalité inouïe que nous décrit Silvana Gandolfi, l’influence de la mafia, l’omerta qui règne, la corruption, et cet enfant qui courageusement fait face. Car la préface nous le dit : la mafia n’épargne pas plus les enfants que les guerres. Et c’est avec effroi que nous suivons le parcours de ce petit devenu grand beaucoup trop vite et trop brutalement, heureusement accompagné d’un modèle de justice, Francisco, magistrat intègre. Passionnant, édifiant.

coup de coeurL’ interrogatoire de Gabriel James / C. Price. - T. Magnier

Gabriel James est interrogé comme témoin pour une histoire de double meurtre. Il doit expliquer à une jeune flic et son collègue plus âgé ce qui le lie à chacun des protagonistes de cette sombre histoire, l’enchaînement des situations…
Le lecteur navigue en eaux troubles, construit le puzzle et comprend petit à petit les interactions entre les différents personnages. Avec le narrateur, Gabriel, il découvre comment les belles idéologies d’hier deviennent la honte d’une époque contemporaine bien plus étriquée. De quoi nouer les drames et questionner l’optimisme du jeune homme.
Roman touffu qui aborde de nombreux thèmes comme l’aspiration à un monde meilleur, le racisme, la frontière entre idéalisme et folie, la responsabilité de nos actes… Obsédant.

coup de coeurLes invités / C. Moundlic. - Thierry Magnier. - (Petite poche)

Des invités qui débarquent et demandent asile pour la nuit, pas de problème. Même s’ils sont nombreux.
Des invités qui restent, sans donner de préavis, pas de problème, ils sont sympa.
Des invités qui participent à la vie collective, même s’ils se font de plus en plus directifs. Passe encore.
Mais lorsque les invités deviennent des dominants autoritaires, il faut réagir ! C’est ce que fera le narrateur, suivi des siens et les "invités" partiront. Comment réagir lorsque les prochains invités frappent à la porte ? "Bien entendu, elle l’a invité à rentrer".
Court et très percutant, ce petit roman qui évoque sans en avoir l’air le colonialisme, donne matière à discussions...

coup de coeur J’me sens pas belle / G. Abier. - Actes Sud

Sabine, 19 ans, se sent moche, très moche. Alors accepter l’idée que Ajmal, si merveilleusement beau et sexy puisse être amoureux d’elle, c’est difficile. Mais elle se laisse bientôt aller à l’amour, tombe raide dingue de cet apollon. Elle aménage avec lui dans la cabane de jardin de ses parents mais un matin, les flics débarquent et amènent Ajmal, le bel afghan sans papier. Qui l’a dénoncé ? La meilleure amie de Sabine, qui serait jalouse ? Bertrand, l’amoureux éconduit ? Le père de Sabine, qui n’acceptait pas la situation ? Le coupable ne sera révélé qu’en toute fin d’ouvrage.
Qu’elle est agaçante, cette héroïne, également narratrice ! Elle se plaint beaucoup, semble incapable de vivre l’instant, de mesurer la conséquence de ses actes... En parallèle à cette histoire égo-centrée, le drame des sans papiers est justement décrit. L’issue apporte une réflexion intéressante, une leçon terrible : complexes et jalousie, on est souvent son pire ennemi…
Ecriture et lecture fluides.

coup de coeur Jack / A. M. Homes. - Actes Sud junior

Jack aura bientôt 16 ans, pourra conduire et il s’en réjouit ! Bientôt l’accession à la liberté, bientôt l’âge adulte... Mais c’est un tout autre chemin initiatique qui l’attend : son père lui annonce un jour qu’il est gay, qu’il vit avec un autre homme. Ses parents étaient divorcés, son père vivait avec un colocataire, c’était ça, l’histoire, et tout devait rester ainsi !!! Pour Jack, la pilule est dure à avaler. Le voilà étiqueté mini fiotte au lycée.
Comment reconstruire la réalité quand tout s’effondre ? S’envisager soi, découvrir l’autre sous un nouveau jour, à un âge où tout est déjà si compliqué... Tel est l’enjeu de ce roman sensible qui alterne situations drôles et graves, dans un style direct. La scénariste de The L Word a réussi son tout premier roman, écrit à l’âge de 19 ans, en 1989.

coup de coeur Japon touché au cœur : Fukushima / S. Baussier, P. Perrier. - Oskar. - (Histoire et Société)

Le 11 mars 2011, le Japon est frappé par un tremblement de terre de forte magnitude qui déclenchera un imposant tsunami. La centrale nucléaire de Fukushima est touchée... A des milliers de kilomètres de là, Fanny, collégienne française, apprend la nouvelle qui la touche d’autant plus que son père, journaliste, se rend sur les lieux. L’inquiétude de sa meilleure amie, Natalia, dont la mère est morte suite à un cancer provoqué par Tchernobyl, s’ajoute à la sienne. Ima, sa cousine et sa mère japonaises, sinistrées, viennent se réfugier chez elle. Les 3 jeunes filles s’interrogent sur les conditions de l’accident, sur les réactions de l’Etat japonais.
Les deux auteurs insistent sur la nécessité de changer de mode de vie, non pas radicalement mais de façon inévitable. Elles montrent aussi nos difficultés à passer ce cap, avec pour exemple l’attitude paradoxale de Fanny, consciente de la nécessite de consommer moins d’électricité mais toute excitée d’avoir sa nouvelle DS à laquelle elle ne renoncera pas. Un roman facile à lire pour une première prise de conscience des enjeux nucléaires.

coup de coeur Je me souviens, Rebecca / N. Somers. - Nathan. - (Nathan poche histoire)

André passe son certificat en cette année 1942 mais il est préoccupé par Rebecca, une jeune fille récemment arrivée dans le village de Chambon-sur-Lignon et accueillie par une famille du coin. Il comprend vite qu’elle est réfugiée juive et sa décision d’entrer dans la résistance n’est pas étrangère à ce secret.
Chambon-sur-Lignon, dans le massif central, est un village connu pour avoir caché des juifs durant la seconde guerre mondiale. L’intrigue amoureuse entre André et Rebecca est un prétexte pour montrer les convictions de ces habitants protestants qui choisirent, par solidarité, de défier l’autorité française et nazie.

Affichage de 10 sur 185, voir les autres pages : ... | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 |...

 

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse