couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Nos coups de coeur 2011

Navigation :

Albums :

Nos albums préférés en 2011

coup de coeur A-A-A-A-Atchoum ! / P. C. Stead ; E. E. Stead. - Kaléidoscope

Les journées d’Amos McGee, gardien de zoo, se suivent et se ressemblent mais Amos reste constant dans son attention à chacun de ses pensionnaires. Mais aujourd’hui, Amos est bien malade et reste au lit, tandis que les animaux s’inquiètent...
Illustrations au crayon très fines, rehaussées de couleurs soigneusement choisies, pour une parfaite symbiose avec le texte ciselé. Cette relation solidaire et bienveillante entre un vieil homme toujours souriant et ses animaux vieillissants, nous émeut de tant de délicatesse.

coup de coeur Boucle d’or et les trois ours / O. Douzou. - Rouergue

Olivier Douzou jongle avec les chiffres pour illustrer un des contes classiques les plus connus et exploités dans la littérature jeunesse. Grâce à cette ingénieuse trouvaille, le lecteur va de surprise en surprise au fil des pages et s’amuse énormément à déchiffrer le conte. Il y a bien entendu les images : Boucle d’Or est au commencement : 0 ; ours est 3, les chaises malmènent des 4... Puis il y a le texte, dont les mots sont musique, grâce notamment au zozotement de petit ours, lui aussi quelques fois traduit en chiffre : « Quelqu’un 7 à 6 sur ma 16 et l’a toute cazée, pleura petit ours 13 en colère. »
Le tout est vivant, avec seulement quelques couleurs rouges et noir, et en mouvement. Une version indispensable dans toutes les bibliothèques !

coup de coeur C’est un livre / L. Smith. - Gallimard

Petit Ane est curieux, mais aussi circonspect, face à cette chose étrange : un livre. Ca va pas sur Twitter, ça marche pas en Wi-fi, ça ne se recharge pas... Mais qu’est ce que c’est passionnant finalement !
Singe qui s’est vu piquer son livre, aura au moins fait un adepte de ce petit objet tout simple mais ô combien captivant.
Pour tous ceux qui se querellent autour de la place du numérique dans nos vies, voici qui devrait détendre l’atmosphère et réconcilier deux mondes ! Dialogues concis et illustrations espiègles, un petit bonheur que cet hommage au livre :-) (Et à l’art, en passant, avec une reproduction de Mondrian)
Gallimard offre ici une mise en bouche animée.

coup de coeur Du sucre sur la tête / T. Vinau ; L. Nanni. - Motus

Un jour il se met à pleuvoir du sucre sur la terre et la vie de chacun s’en trouve transformée légèrement, insidieusement, irrémédiablement. C’est ainsi que la boue se transforme en caramel, que les canards sont naturellement laqués et qu’un drôle de marché noir se met en place...
Cet album est à la fois poétique, original, amusant. Avec une réflexion sur le devenir de la terre que chacun sera libre de lire entre les lignes ou non.
L’harmonie entre l’illustration et le texte est parfaite. Il est toujours difficile de parler d’un coup de cœur sans trop en dévoiler et surtout d’être à la hauteur du plaisir que l’on ressent à certaines lectures.

coup de coeur Faites la queue ! / T. Ohmura. - Ecole des loisirs

Un oiseau remonte une longue file d’attente et sert de guide, de gardien de l’ordre. Il y a ceux qui ne savent pas trop pour quoi ils patientent, ceux qui s’énervent, s’amusent, se tiennent coi.... Et tandis que le lecteur a eu le temps de faire connaissance avec chacun des 50 animaux, du plus petit au plus grand, il découvre finalement, en même temps que les personnages, l’attraction mystère.
Plusieurs histoires dans l’histoire pour un résultat enlevé, surprenant et gai : une vague très rafraichissante !

coup de coeur Korokoro / E. Vast. - Autrement

C’est tout d’abord un magnifique objet glissé dans une pochette plastique finement décorée. On déploie un livre accordéon qui se lit recto-verso. Mais point de texte ici, juste des dessins ciselés, teintes noir-bordeaux-gris/kaki. On suit donc les déambulations sur terre, dans les arbres et les airs, d’un hérisson. Mais est-ce vraiment un hérisson ?
Cette petite bête, qui accumule sur ses piquants toutes sortes d’éléments naturels, nous donne à observer et savourer de nombreux détails. Un réel plaisir esthétique de lecture d’images.

coup de coeur Des myrtilles pour Lily / R. McCloskey ; C. Bonhomme. - Le Genevrier. - (Caldecott)

Petite Lily et Petit ours, accompagnés par leur mère respective, cueillent des myrtilles. Plaisir du fruit mangé sur place, chacun à son rythme... Mais voilà que Petite Lily et Petit ours, s’étant attardés en chemin, se trouvent nez à nez avec une maman qui n’est pas la leur !
Bonheur de se promener dans la nature avec sa maman, frayeur d’être séparé (du côté des mères en tout cas ! Les petits, eux, emboitent tranquillement le pas à leur nouvelle maman)... Le texte, parsemé d’onomatopées, est en harmonie avec l’illustration en crayonné bleu, pour une belle randonnée en miroir. Un véritable plaisir de lecture, notamment à voix haute.

coup de coeur Tu me prends en photo / M.-F. Hébert ; J.-L. Trudel. - Les 400 coups. - (Carré Blanc)

« Tu me prends en photo. Pour quoi donc... » Leitmotiv de la fillette qui s’adresse, de façon muette, au journaliste-photographe lui faisant face. Elle cherche à comprendre les motivations de celui qui la comprend si mal, elle. Chaque page accentue le décalage, l’abîme entre celle qui a tout perdu dans la guerre (son intégrité physique, sa famille, son innocence) et celui qui est là, indécent tout en autant que nécessaire, pour montrer cette réalité au monde.
Souffrance et amertume de la fillette, professionnalisme du journaliste qui retournera bientôt là d’où il vient. Un gouffre glaçant. Les pages de garde lèvent un voile d’espoir : un gamin « trouvé dans le fossé à côté de ses parents tombés morts » accompagnera désormais la fillette, et avec lui, sourire devient à nouveau possible...

Nos romans préférés en 2011

coup de coeur Adulte à présent / E. Sekloka. - Sarbacane. - (Exprim’)

Ce nouveau roman d’Edgar Sekloka nous conforte dans la certitude qu’il est un écrivain à part dans la littérature pour adolescents française. En effet, ce livre relève plus de la tradition littéraire noire et policière américaine. Les héros sont deux adolescents dont on ignorera le nom, ils seront "la cadette" et "le fils" tout au fil de l’histoire. Dans la première partie, on assiste à l’extermination de toute la famille de la jeune fille au Cameroun par les militaires du régime totalitaire en place. Alors que le peuple se soulève et que les massacres n’en finissent pas, contre toute attente, un membre du gouvernement lui donne de l’argent et l’aide à s’enfuir en Amérique. Elle est alors hébergée dans une famille dont le père trempe dans des histoires de drogue et autres petites affaires louches. La jeune fille issue d’une famille d’intellectuels se sent perdue dans ce milieu sordide. Heureusement, "le fils", à peine plus âgé qu’elle, est différent et sent immédiatement qu’à eux deux, une issue est possible. La fin est tragique mais tout reste ouvert...
Grandes qualités d’écriture et de narration pour ce second roman. Coup de coeur de Myriam

coup de coeur Le chaos en marche, livre 3 : La guerre du bruit / P. Ness. - Gallimard

Un récit particulièrement tourmenté et foisonnant pour ce troisième tome… C’est la guerre entre les hommes et les Spackle, guerre totale où tous les coups sont permis. Nous retrouvons Le Maire et Mrs Coyle (Le Cercle et la Flèche), fidèles à eux-mêmes , profitant du chaos pour obtenir le pouvoir. Les Spackle, préparés minutieusement au combat pour exterminer les hommes. Simone et Bradley sont de nouveaux venus dans ce monde déchiré, émissaires du peuple de Viola, en attente d’un Nouveau Monde. Le récit est une succession haletante de batailles et de tentatives de retour à la paix où les surprises, les ruses et les imprévus sont nombreux. Le monde est devenu d’une incroyable complexité pour Todd et Viola. L’un est manipulé et dépossédé de ses pensées et peut-être de son amour ; l’autre, blessée par le bracelet, souffre dans sa chair et dépérit… Ce sont pourtant eux les artisans de la Paix, mais le chemin est long et le prix à payer quelques fois bien lourd…
Difficile de rendre compte des événements de ce récit bien trop foisonnant que l’on peut trouver à peine long et/ou répétitif (seul petit bémol !) mais c’est aussi une réussite par la construction qui guide le lecteur : alternance annoncée des récits par Todd / Viola, changement d’écriture pour Le Retour et Le Ciel qui permettent la reprise sur des événements complexes et les points de vue différents… Finalement le lecteur est plongé dans une explosion d’informations, de nouvelles et de fausses nouvelles, de manipulations du discours, de double langage, (le personnage du Maire est étonnant de duplicité et de complexité), de Bruits (quelle formidable idée encore que l’utilisation faite de la pensée « secrète » ou inconsciente….) partagés, étouffés, manipulés, maîtrisés, grâce à un rythme soutenu dans le récit des évènements d’une part, aux rebondissements fréquents, à la graphie donnée aux mots selon les locuteurs ou les situations, à la forme des phrases en petites unités qui se succèdent, aux métaphores du langage des Spackle (La Clairière ; La Source…), aux mots et expressions inventés… (La Une en particulier …) Cette multiplicité de points de vue et de paroles sont bien le reflet du Chaos qui règne en maître et le dernier tome l’aboutissement du thème annoncé « Le chaos en marche ».
Un projet littéraire qui tient la route jusqu’au bout, inventivité, originalité, thème de fond sur lequel on pourrait méditer (le langage et l’information, nerfs de la guerre !, la pensée unique partagée instantanément chez les Spackle comme sur internet…), un vrai plaisir de lecture… pour bon lecteur ! Coup de coeur de Mireille et Julie

coup de coeur Les déchaînés / F. Jallier. - Sarbacane. - (Exprim’)

Contrairement à ce que pourrait laisser supposer le titre et la 4ième de couverture bien trop réductrice, ce récit n’est pas une histoire d’esclaves libérés. C’est un roman riche, complexe mais parfaitement clair dans sa narration. Il est composé de quatre chapitres qui mènent de la Martinique de la fin du XIX siècle à Paris en 2005. Centré sur « l’éternelle répétition » qui pèse sur les femmes d’une même famille, (Man Artémise, 1871 ; Camille, 1943 ; Louisiane, 1974 ; Marie-Jo, 2005) il aborde bien des aspects importants de la vie et de la société selon les lieux et les époques :
- répétition du racisme : le mépris est le même en Martinique qu’à Paris occupé par les nazis en 1943.
- répétition des conditions faites aux femmes : viols de l’esclave, chantages des hommes de pouvoir, règlements de compte expéditifs de l’après guerre… Il met aussi au jour :
- le racisme ordinaire de la société contemporaine
- la nécessité de connaître l’Histoire pour comprendre qui l’on est, d’où l’on vient… ce qui suppose possible l’accès aux livres, à la culture… (illustré par le parcours du père de Marie-Jo)
- l’origine multiculturelle et raciale de la population française.
Chacune des époques décrites est ancrée dans la réalité sociale du moment grâce à une habile utilisation des langues (créole, allemand, vocabulaire de banlieue des années 70…). Le chemin est long de la toujours esclave, malgré l’abolition, de Man Artémise, à Marie-Jo l’écrivaine qui s’adresse à sa mère par mails pour obtenir la levée sur les derniers secrets de famille, nécessaire à son équilibre et qui écrit le livre qui mettra fin à « l’éternelle répétition ». Un roman vraiment passionnant.
Autre lecture
Thibault et Amélia sont inséparables. Les jeux de l’enfance laissent place aux premiers émois amoureux. Mais lorsqu’on sait que Thilbault est le fils du Maître blanc et qu’Amélia est la fille de la cuisinière, en Martinique en 1871, on sent venir les problèmes. Qui s’amplifient lorsqu’on apprend qu’Amélia et Thibault sont frère et sœur… Les deux âmes sœurs sont éloignées, l’une restant en Martinique, l’autre expédié en France.
Deuxième partie, deuxième génération. Paris, 1943, c’est Camille, la nièce de Thibault, que nous suivons avec, à nouveau, une naissance honteuse : celle de Louisiane, fille de Camille et d’un officier Nazi. Pour sauver Amélia, Camille a commis ce qui la rebutait par-dessus tout, en vain qui plus est. Louisiane sera confiée à une famille d’adoption.
1974, Louisiane ne veut rien savoir de son passé et c’est avec Pierrot qu’elle construit sa vie. Ensemble, ils ont Marie-Jo mais le silence entre eux s’épaissit et les conduit à se séparer.
C’est Marie-Jo, 4° génération, qui lèvera le voile sur leur histoire et brisera le silence étouffant pesant sur les naissances.
Écritures variées des différents protagonistes, histoire dense et intéressante qui prouve que qui ne connaît pas son passé est condamné à le répéter. D’où L’éternelle répétition, tête de chapitres… Coup de coeur de Mireille et Catherine

coup de coeur Le bébé tombé du train ou quand l’amour d’une mère est plus fort que tout / J. Hoestlandt ; A. Prigent - Oskar. - (Trimestre)

Anatole est un solitaire, un bougon, un dur. Et lorsqu’il tombe né à né avec un marmot tombé du train, il est bien embêté. Émerveillé aussi, il faut bien l’admettre… C’est un texte sensible et poétique qui nous décrit l’apprivoisement réciproque de ce vieux bourru et de l’enfant. L’histoire en elle-même est forte, et prend une dimension supplémentaire lorsqu’elle s’inscrit, sans effet appuyé, dans le contexte de la shoah. Coup de coeur de Marie C. et Julie

coup de coeur Mon Vaisseau Te Mènera Jeudi Sur Un Nuage / M. Malte. - Syros. - (Tempo)

Justine, la petite sœur de Romain, est atteinte d’un cancer. Toute la famille emménage à côté de l’hôpital, dans la maison des Parents, destinée aux proches des malades. C’est là que Romain va rencontrer Alexia, une petite fille de son âge au caractère bien trempé. L’exact opposé de Romain, plutôt rêveur, plutôt calme, et passionné par l’espace. Une belle amitié va naître dans ce lieu qui semble hors du temps, très loin de la vie quotidienne.
Marcus Malte aborde ici le sujet délicat et difficile de la maladie. A travers les yeux de Romain, on découvre une galerie de personnages auxquels on s’attache très vite, ainsi qu’une palette de tous les sentiments qu’il est possible d’éprouver face à la maladie. Mais surtout, c’est le point de vue naïf et sensible de cet enfant qui est touchant car il rappelle que face à la mort, il y a la vie. Certes le roman est triste, mais il est beau et écrit avec beaucoup de pudeur et de justesse. On referme ce court roman retournés, émus, bouleversés.
Critique de Juliane de Camponovo Coup de coeur de Myriam

coup de coeur Muscha, un jeune tsigane dans l’Allemagne nazie / A. Tuckermann. - Oskar

Josef n’est qu’un enfant au moment où Hitler arrive au pouvoir. Fils d’un couple allemand, Monsieur et Madame Müller, il rêve d’adhérer aux Jeunesses hitlériennes comme ses petits camarades. Mais Josef a la peau trop foncée, ce qui fait rapidement de lui à l’école le bouc émissaire de maîtres haineux qui adhèrent aveuglément aux théories racistes du 3ème reich.
Drame du racisme avec ses procédés classiques : isolement de la victime, incitation à la violence à son égard, justification par des théories scabreuses. Quand le processus est enclenché, tout le monde (ou presque) marche… Autour des parents de Josef, un groupe résiste dans l’ombre. Hélas l’enfant est trop jeune pour être informé, et son angoisse est grandissante....
Ce tout jeune garçon, encore dans l’innocence et l’incompréhension, nous raconte son enfance, sous la plume d’Anja Tuckermann. Jusqu’au bout de cette bouleversante histoire vécue, racontée année par année de 1938 jusqu’en 1946 et étayée de nombreux détails de la vie quotidienne, on tremble et se révolte pour Joseph qui a vécu la discrimination raciale… Une histoire malheureusement non singulière. Coup de coeur de Julie et Florence L.

coup de coeur Tarja / J.-L. Sciarini. - La Joie de lire

Tarja a couché avec plus de 15 garçons et avec son professeur de français dont elle tombe enceinte. Pourtant Tarja n’a que 16 ans. C’est une adolescente fragile qui a vécu pas mal de choses difficiles, comme la mort de sa meilleure amie, des rumeurs qui lui font une sale réputation et l’isolent, et des parents trop souvent absents. Nous suivons Tarja tout au long de sa grossesse et nous partageons ses émotions de la dépression au suicide.
Roman fort et captivant sur l’adolescence, l’amour, l’amitié, le deuil et la solitude. Cultivée et sensible, Tarja nous émeut. Dans ce monde brutal où les adolescents ne se font pas de cadeau, on a envie de la protéger car son histoire est touchante. Très beau roman de Jean Noël Sciarini, bien construit, parfois cru mais toujours juste. Un très bon moment de lecture plus particulièrement destiné aux 15-18 ans.
Autre lecture
Tarja traîne une réputation de salope dans son lycée. Une réputation tenace et amplifiée depuis qu’elle semble avoir noué des liens avec son prof de lettres. Lorsqu’elle tombe enceinte, son sort est définitivement scellé. Mais la narratrice qu’elle est dans ce roman nous donne d’elle-même une toute autre vision : celle d’une jeune fille d’une grande tendresse, habitée par des rêves qui prennent une place importante dans sa vie. Pour faire la jonction entre la fragilité de Tarja et la violence de l’image qui lui est renvoyée par les autres, il y a Léon, l’ami solide, qui veut que Tarja retrouve l’estime d’elle-même et surtout qu’elle cesse de cacher, derrière une vie rêvée, le drame qui l’éloigne d’elle-même.
Comment une jeune fille blessée tente de faire face, de protéger à tout prix son enfant à venir, de trouver en elle les ressources pour avancer... Un texte fort qui joue beaucoup sur les symboles, la psychanalyse, la méditation. Coup de coeur de Charlotte et Julie

>>> Toutes les nouveautés

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse