couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Albums sans texte... ou si peu !


Vrrr... / C. Bruel ; N. Claveloux. - Etre

Thème de la rupture du cordon ombilical traité de façon humoristique. Un album sans texte à l’exception de quelques onomatopées qui font mouche.

1, 2, 3... Noël / K. Hyesook. - Mango

Une poupée russe, à droite de la page - fond noir- accompagnée à la page suivante d’une deuxième plus petite bien sûr, et ainsi de suite jusqu’à ce que les deux pages, format à l’italienne, soient habitées de 10 matriochkas. Leur habillage, en papier glacé, constitue un décor qui nous fait pénétrer, en zoomant toujours davantage, dans l’intérieur d’une maison un soir de noël. La dernière poupée laisse entrevoir le moment tant attendu...
Un album sans texte très graphique et intimiste.

A la rencontre / C. Morel. - Didier

Voilà un bestiaire insolite qui voit par exemple un panda avec une queue en hélice faire face à un pélican à coquille d’escargot... Par quel truchement ? Une combinaison de 3 livrets permet de croiser les possibilités de rencontres curieuses et toujours affables...
Le petit album aux tons rouge et bleu est sans texte, mais les créatures ont visiblement beaucoup de choses à échanger : les regards pétillent. Humour et convivialité sont à l’honneur dans ce livre inventif.

La sorcière a le blues / V. Wagner. - Bayard

Quel triste destin que celui d’une sorcière qui ne désire rien tant que de jouer avec des enfants qu’elle effraie... Heureusement, les sorcières ont l’avantage de se transformer, en petite fille en l’occurrence. Et même si les enfants découvrent sa véritable identité, ils ont également perçu sa vraie nature et tout se termine par une fête de tous les diables !
Un petit album sans texte, aux couleurs du crépuscule, tout en ombres chinoises, pour une histoire bien sympathique dans laquelle les plus jeunes pourront se plonger seuls.

Le voleur de poule / B. Rodriguez. - Autrement. - (Histoire sans paroles)

On ne saura pas quelles étaient les intentions du renard lorsqu’il kidnappa la poule mais ce que l’on sait, au terme d’une longue et trépidante course poursuite, c’est que les 2 protagonistes nous réserveront bien des surprises.
L’absence de texte et les détails de l’illustration permettent au lecteur beaucoup de liberté d’interprétation.

Mon lion / M. Sadat. - Autrement. - (Histoire sans paroles)

Un lion majestueux, flamboyant, un petit garçon minuscule perdu dans l’immensité du désert et pris sous la protection du premier. Une complicité sans faille s’établit au delà des conventions qui régissent les hommes et les bêtes. Bientôt cependant, ils devront retourner chacun dans leur univers et seuls les rêves permettront leurs retrouvailles.
Couleurs très chaudes pour des sentiments forts, violents ou passionnels.

Du temps / Sara. - Thierry Magnier

Il arrive aussi qu’on enterre son animal préféré, juste en noir et blanc, sans un mot. La balle jaune du chien, fil conducteur de toutes les étapes du deuil, permettra le retour à la vie. L’extrême dépouillement de cet album nous envahit d’émotion.

Beaux dimanches / P. Pratt. - Seuil

Un dimanche, tout en rêverie, voyage, aventure, moments de jouissance... L’hippopotame, personnage central de cet album, se transforme au gré de ses songeries... Vivement dimanche prochain !

La course au renard / G. Alibeu. - Autrement. - (Histoire sans paroles)

Le titre est trompeur, ce n’est pas une réelle course au renard ; en réalité, ce pauvre renard est poursuivi par les chiens de traîneau d’une tribu auxquels est attaché un pauvre homme. De ce fait, ils sont eux-mêmes poursuivis par le reste de la tribu, qui n’a trouvé d’autre solution que de capturer des élans en guise de convoyeur. Plutôt drôle et mouvementé.

Loup noir / A. Guilloppé. - Casterman

Un album sans texte, noir et blanc... Ne fuyez pas ! Plongez-vous dans cette atmosphère délicieusement effrayante : forêt enneigée, enfant perdu, loup qui rode... Et laissez-vous surprendre par la fin.
Très belle mise en page et pertinence des cadrages.

Paon fait du boucan / Dokus. - Oskar

Le jeu favori de ce lourdaud de paon, c’est de se cacher et de surgir en hurlant pour effrayer les animaux de la forêt passant par là ! Bien entendu, cela ne fait rire que lui et les protagonistes perturbés dans leur vie paisible ne vont pas rester inactifs. Ils trouvent une solution des plus ingénieuses et des plus efficaces...
Aborder une histoire tonitruante à travers un album sans texte, c’est pour le moins original et Dokus s’en sort fort bien, en croquant des personnages très expressifs. Une histoire toute simple à la fois très tendre et pleine d’humour dans les détails.

La vieille dame et les souris / A. Brouillard. - Seuil

Une famille souris a trouvé refuge dans l’appartement d’une vieille dame. Celle-ci remarque les intrus et tente une expulsion pacifique. Mais on ne quitte pas si facilement un si bon foyer ! Que se passera-t-il lorsque ce sera au tour de la vieille dame de déménager ?
Dans cet album sans texte, le lecteur peut observer la vie très organisée des souris qui, toujours en secret des humains, n’hésitent pas à se laisser aller à nombre d’espiègleries. Les destins des deux espèces se croisent, se séparent et chacun refera sa vie, ailleurs...

Underground / S. Okamura. - La joie de lire

Pas de texte dans cet album. Juste le parcours, pleine page, d’une petite taupe qui s’enfouit, toujours plus loin, sous la terre. On ne sait pas jusqu’où elle va, jusqu’où elle veut aller. On sourit de ce qu’elle croise - vestiges du passé ou squelettes d’animaux ancestraux. Et tout à coup, après un long périple, elle est projetée à l’air libre, se retrouvant à la surface. Un coup d’œil sur l’immensité des cieux… et la voilà qui replonge !
Album documentaire ? Album initiatique ? A chaque lecteur d’y projeter sa propre interprétation, selon son imagination. Ce qui est sûr, c’est que ce petit livre d’art nous touche, nous interroge, nous séduit …

La porte / M. Van Zeveren. - Ecole des loisirs. - (Pastel)

Après 1,2,3 petits chats... et Trois courageux petit gorilles, Michel Van Zeveren met en scène une nouvelle histoire familiale.
Une petite cochonne entre dans la salle de bain avec l’attention de prendre une douche. Alors qu’elle s’y prépare de façon méthodique et pudique, sa maman entre dans la pièce, le bébé dans les bras et sans plus de manières se déshabille et investit la baignoire. Elle est suivie de près par les jumeaux qui visiblement ont fait la course pour savoir lequel irait sur les toilettes en premier et tout de suite derrière par le papa qui vient se brosser les dents. Notre petite héroïne se réfugie sur une chaise, enveloppée dans une serviette de bain, elle attend que les envahisseurs se décident à quitter les lieux et ferment "la porte !"
Beaucoup de familles se reconnaîtront dans cet amusant petit album qui n’a pas de texte mais dont les illustrations et les situations parlent suffisamment.

Oink / A. Geisert. - Autrement

Une truie -Oink-, 8 cochonnets -oink oink oink oink oink oink oink oink. Quelle symphonie ! La pauvre maman fatiguée a bien du mal à tenir sa marmaille, qui en profite pour partir à la découverte du monde.
Petit ravissement de sobriété que cet album, décliné en teintes minimalistes - paysages au crayon noir fin habités de silhouettes roses chair- et en un seul mot - Oink. Mais que d’humour et de tendresse avec si peu d’artifices ! Une réussite.

Lizbeth / A. Burban ; P. Martin. - Les Ateliers Art-terre. - ( Les petites histoires sans mots)

Encore une fois, les éditions Art-terre excelle pour magnifier la ferraille en créatures légères et élégantes. Lorsqu’elle constate sa différence, une poule quitte ses congénères et part à la quête de son identité. Thème classique mais chute réjouissante !
Une histoire sans paroles qui laissera à chaque lecteur la liberté d’interprétation.
Existent aussi un livre de coloriage et un puzzle.

The silent book / Yae Haga. - Yae Haga

Noir obscur... qui se teinte lentement de gris. Bientôt, on discerne le contours des arbres, les silhouettes des animaux... De plans serrés en vues d’ensemble, on assiste au lever du jour.
Sobriété maximum pour une promenade silencieuse et sereine dans l’aube des campagnes.

Le sapin / D. Chedru. - Naïve

La neige recouvre le paysage. Une fillette traîne un sapin fraîchement coupé vers sa maison isolée. Lentement, consciencieusement, elle décore le sapin avec des guirlandes clignotantes. Ombre/lumière. Présence ?
Album sans texte pour une nuit de noël à l’ambiance ouatée où flotte un doux mystère.

Polo : Mon livre ! / R. Faller. - Bayard

Une créature malotrue pique le livre de Polo. Ni une ni deux, Polo part à sa poursuite.
BD sans paroles pour les plus jeunes qui nous emmène dans une suite d’aventures trépidantes, de rencontres inoubliables, de plaisirs variés, comme seuls les livres savent le faire !

La vague / S. Lee. - Kaléidoscope

Page de gauche, noir et blanc : une petite fille fait face à la mer, méfiante tout d’abord. Page de droite, bleu acrylique : la mer, vivante, joue avec elle, se faisant douce écume ou ressac. Bientôt, l’appel est trop fort, la petite fille franchit la frontière, fait corps avec la mer.
Un bel hommage à l’enfance, à la mer et à la nature, servi par un format adéquat : format à l’italienne, album sans texte.

Petit Mops / Elzbieta. - Rouergue

4 histoires sans texte, au crayon noir, 4 des premières œuvres d’Elzbieta, inédites jusqu’alors en France. Petit Mops est curieux, gai et rêveur. Quelques fois maladroit dans ses rencontres mais toujours bienveillant, il fait son bonhomme de chemin pour découvrir le monde et ceux qui l’animent.
Un univers de poésie simple, non dénué d’humour, qui donne envie d’aller à la rencontre de l’autre. Et qui invite à prendre son temps...

Le petit marchand des rues / A. Lago. - Rue du monde

Avec ses illustrations pleine page, très colorées et denses, Angela Lago décrit la vie d’un petit garçon qui survit en vendant quelques fruits aux automobilistes. On devine le vacarme assourdissant, on sent la solitude et la peur du personnage face aux réactions des adultes, entre méfiance, moquerie et condamnation. Heureusement, il y a de temps en temps un chien pour partager un moment de réconfort mais très vite, la même scène - Cena de rua, titre original- reprend, à l’infini.

Youri l’ourson des neiges / C. K. Dubois. - Ecole des loisirs

Un ourson et sa mère sur la banquise. Bientôt, un coup de fusil, une tâche rouge sur le blanc immaculé... l’ourson se retrouve seul. Ceux-là mêmes qui ont tué sa mère vont le recueillir, lui permettre de grandir un temps avant de l’inciter à rejoindre la vie sauvage. Le cycle de la vie en scènes pastel.

Le grand pique-nique / T. Tjong-Khing. - Autrement

Une ribambelle de personnages se rend à un grand pique-nique. Le chemin est ardu mais à l’arrivée, 2 gros gâteaux attendent les gourmands. En théorie. Parce qu’au final, les plats sont vides... Qui a bien pu les subtiliser ?
Un album qui fait suite à la Course au gâteau et fourmille de détails qui permettront de retrouver les coupables mais pas uniquement. Chacun des nombreux personnages raconte une histoire dans l’histoire. A lire et à relire.

Quand j’étais petit / M. Ramos. - Ecole des loisirs. - (Pastel)

Chaque double page voit un adulte à la mine triste laisser place, derrière le volet, à l’enfant, plus curieux et gai, qu’il fût. Quelle vision de l’adulte !

La course au gâteau / T. Tjong-Khing. - Autrement

Aux voleurs ! Course poursuite après les rats qui ont volé le gâteau du couple de chiens. Au fur et à mesure, d’autres personnages se joignent à l’expédition justicière, les évènements se croisent et se mêlent. Une intrigue à démêler en regardant les nombreux détails.

Devine qui fait quoi : Une promenade invisible / G. Muller. - Ecole des loisirs. - (Archimède)

Traces de pas et empreintes d’animaux divers animent l’intérieur d’une maison et les paysages enneigés alentour. Qui les a laissées ? Quel est ce manège ? Des indices au fil de l’histoire... Puis la totalité des scènes que l’on peut reconstituer grâce à la dernière page et aux pages de garde.

Trois chats / A. Brouillard. - Sorbier

Trois chats perchés sur un arbre, curieux, trop curieux... Les poissons rouges qui les narguent vont-ils en faire les frais ?
Anne Brouillard affirme déjà, dans son premier album, sa maîtrise des couleurs et de la mise en scène pour une histoire bleue de mer qui pourrait bien se mordre la queue, à l’infini.

Le livre qui rend heureux / M. Tolman ; R. Tolman. - Milan

Est-ce une arche de Noé ? Est-ce une oasis ? Est-ce un havre de paix ou un repaire d’amitié ? Et si cet arbre était ce qu’il est, en fonction de ce que l’on aurait besoin qu’il soit ? Le choix d’un album sans texte laisse libre cours à la rêverie, aux humeurs, aux sentiments.
Ce qui est sûr, c’est que les deux ours qui habitent l’arbre tout au long du livre vivent un bonheur sans cesse renouvelé au fil des saisons. En tête à tête ou entourés d’une foule d’autres animaux, ils affichent un bien-être parfaitement communicatif. Merci aux auteurs -père et fille- et à leurs héros pour ce livre qui rend heureux.

Nos cousins les dinosaures / C. Bataillon. - P’tit Glénat. - (Vitamine)

Une vallée, paisible. Paradisiaque. De quoi, forcément, attirer les convoitises. De fait, en haut à gauche, les dinosaures. En haut à droite, des bonshommes. “A moi” seront pratiquement les seuls mots prononcés de part et d’autre avant l’assaut, pas bien méchant -“stop !”- car un tel eldorado ne pouvait au final qu’inspirer l’entente cordiale, promise à la prospérité. Jusqu’à ce que l’équilibre soit brisé.
L’extinction des dinosaures vu par Christophe Bataillon qui réussit pour son premier album à créer un véritable univers, anachronique certes, mais fourmillant de vie, de musique, de bruit, d’inventivité, tout cela sans un mot ou presque !

Manu à la plage / Ed. Diego Arandojo. - Bang

Manu, sur la plage, croise un crabe, rien de plus banal. Puis un mammouth... voilà qui est plus original ! Les aventures qu’ils vivront en bord de mer seront à l’avenant, avec des rencontres et des péripéties improbables.
Un peu d’agacement, beaucoup de fous rires, une grande complicité, dans le jeu et sans un mot ! Cette petite fille et son compagnon sont désormais inséparables !

Podlapin / P. Jalbert ; C. Hudrisier. - Thierry Magnier

Qui n’en a jamais voulu à la terre entière d’un petit rien qui devient affaire d’état ? C’est ce qui arrive à notre lapin qui s’est pris une noisette sur la tête, juste au saut du lit. Colère défoulatoire tout d’abord, qui enfle, gonfle, se nourrit d’elle-même jusqu’à la rage, la vraie, qui ne se contrôle plus. Tous les animaux invectivés, insultés, injuriés de façon injuste restent stoïques, mais il n’en sera pas de même pour notre pauvre petit moineau plein de bonnes intentions...
Pas une injure écrite noir sur blanc ici puisque l’album est sans texte mais les phylactères, toujours plus remplis de rébus délirants, expriment avec démesure la hargne du lapin. Et si les pictogrammes peuvent sembler a priori abscons, le lecteur jubilera bientôt de les traduire en mots, à sa fantaisie ! Drôle, cruel, jubilatoire, belle complicité de Philippe Jalbert et Cécile Hudrisier !

Ombres / S. Lee. - Kaléidoscope

Pas peureuse du tout, cette fillette qui pénètre dans le débarras ! Mieux : dès qu’elle allume la lumière, elle fait de cet endroit un peu sinistre et morose - crayon noir- un terrain de jeux fabuleux où les ombres s’animent -explosions de jaune-, grâce à son imagination joyeuse. Une farandole animalière prend vie jusqu’à ce que la lumière s’éteigne.
Si l’idée aurait pu être plus délirante, l’album, qui exploite un jeu cher à l’enfance -allumer/éteindre la lumière- est une belle invitation à la rêverie.

Je suis né Bonhomme / Sara. - Thierry Magnier

Un petit bonhomme craintif mais déterminé s’évertue à sortir de sa bulle. Que de chemin à parcourir ensuite pour toucher au but !
Sara dans cet album mêle papiers déchirés (cartonné, noir et blanc) et dessins au crayon noir pour une allégorie -amoureuse- de la création. De l’imagination, avec ses tumultes et ses envolées, à la réalisation : la genèse d’une œuvre.

La surprise / J. Coat. - Memo

Complicité évidente entre un chat et une femme. On voit le ventre de celle-ci s’arrondir, le chat s’y lover... Puis le départ pour la maternité. A son retour, plus de chat ! Mais bientôt... la surprise !
Aucun texte, temps condensé pour suivre, de concert, les deux maternités. Le choix du papier, l’harmonie des couleurs, la force de cette histoire simple font de cet album un très beau moment de lecture apaisant.

Mardi / D. Wiesner. - Il était deux fois

C’est le crépuscule... bientôt, le lecteur assiste à une invasion de batraciens sur feuilles de nénuphars volantes à travers la ville. Les habitants, eux, ne voient rien et sont perplexes au petit jour lorsqu’ils découvrent le bazar laissé.
Quelques indications temporelles rythment le texte, pour conférer au mardi-20h une dimension fantastique.

Un monde à l’envers / Atak. - Thierry Magnier

Tout est sens dessus dessous dans cet album sans texte aucun. Le fil conducteur ? Un petit personnage aux allures de Mickey qui traverse des scènes variées où les animaux ont pris la place des hommes, les enfants, celle des adultes, les riches, celle des pauvres et inversement ! Les personnages de contes et dessins animés ne sont pas là où on les attend, bref, “Dites-moi si c’est un songe ou rien d’autre qu’un mensonge ?” (Rap du mensonge en exergue de l’album)
Un univers foisonnant et délirant aux dessins saturés qui multiplient détails et références.

Hello monsieur Hulot / D. Merveille. - Rouergue

Quel plaisir de retrouver, après Le Jacquot de Monsieur Hulot, les nouvelles déambulations poétiques de M. Hulot. Cette fois, David Merveille utilise un système de vignettes qui racontent une séquence dont la chute sera dévoilée, page suivante, en pleine page. Aucune systématisation dans les scenarii : chaque petite histoire rivalise d’inventivité joyeuse pour nous étonner et nous ébahir.

Bonsoir porte manteau ! / A. Guillerey. - JBZ

Un porte manteau voit défiler tous les membres d’une famille. Au fur et à mesure que s’effeuillent parents, amis, grands-parents, chacun avec leur style, le porte manteau s’étoffe jusqu’à prendre consistance...
Album sans texte virevoltant, rafraichissant, aux illustrations épurées qui donnent vie à l’inanimé avec facilité.

La fête d’anniversaire / T. Tjong-Khing. - Autrement

Il faut bon nombre de lectures pour comprendre ce qui se trame dans cette prairie. Un chien qui peine à concocter le gâteau d’anniversaire, des enfants apprentis peintres, un vol de collier qui affole un couple de cochons, une madame chien bien décidée à trucider une mouche mais qui touchera une autre proie... Tout ce petit monde mène sa vie dans son coin tout en étant en interaction avec les autres, pour une scène qui grouille de vie.
Une enquête à mener à force d’observation et de patience.
PS : les apprentis peintres ne feront rien moins qu’une reproduction d’un autoportrait de Van Gogh !

Toc toc toc / A. Herbauts. - Casterman

Dans le registre du beau et du sensible, le travail d’Anne Herbauts est incontournable. Cet auteur nous ouvre sans cesse de nouveaux passages singuliers vers l’imaginaire. De fait, ici, un "toc, toc, toc" incite le lecteur à passer les portes de couleur qui nous introduisent dans toutes sortes de placards. Placards du quotidien, mais pas seulement si on prend le temps d’y regarder de plus près. Le temps justement...
Pas de texte, à nous d’inventer des histoires. Bel enchantement une fois encore !

Les voisins musiciens / J. Shibuya. - Autrement

Deux pages en vis à vis, 2 fenêtres d’appartements mitoyens. Un petit garçon à droite voit emménager une nouvelle famille qu’il accueille en musique. Une petite fille lui répond et bientôt, violon et piano s’expriment de concert.
La parole n’est pas de mise ici, laisse place à une chorégraphie synesthésique de bulles de couleurs qui symbolisent la rencontre et l’échange. La musique, outil de communication et puissance d’évocation.

Korokoro / E. Vast. - Autrement

C’est tout d’abord un magnifique objet glissé dans une pochette plastique finement décorée. On déploie un livre accordéon qui se lit recto-verso. Mais point de texte ici, juste des dessins ciselés, teintes noir-bordeaux-gris/kaki. On suit donc les déambulations sur terre, dans les arbres et les airs, d’un hérisson. Mais est-ce vraiment un hérisson ?
Cette petite bête, qui accumule sur ses piquants toutes sortes d’éléments naturels, nous donne à observer et savourer de nombreux détails. Un réel plaisir esthétique de lecture d’images.

Le parapluie / I. et D. Schubert. - Mijade

Un vent puissant entraîne un petit chien noir accroché à son parapluie rouge. D’abord effrayé, celui-ci apprécie très vite le périple impromptu qui l’emporte dans la savane, sous l’océan, au cœur de la jungle, au pôle nord...
L’illustration seule -sans texte- occupe tout l’espace du livre, pages de garde comprises, pour un grand voyage riche en couleurs, émotions et sensations. Sur un principe simple, les auteurs surprennent à chaque page, jusqu’à la chute, très belle...

Le sourire du loup / A. Brouillard. - Il était deux fois

Un paysage de montagne, assez sombre, où rougeoie le soleil. Une forêt... un loup... une gueule narquoise... Ne serait-ce pas une image que l’on a déjà vue ?
Jeu de zooms avant et arrière entre la montagne et le loup qui se mêlent et se confondent...

Dessine ! / B. Thomson. - Ecole des loisirs

Trois enfants trouvent des craies de couleurs au pouvoir étonnant dans un square... Ce qu’ils dessinent prend vie dans l’instant : excitation du pouvoir créateur, éblouissement jusqu’à ce que le petit garçon se confronte à plus puissant que lui...
Avec un graphisme hyperréaliste, des expressions prises sur le vif et des jeux de lumières saisissants, Bill Thomson crée un univers, véritable hymne à l’imagination ! Un beau challenge...

Tralalère / F. Soutif. - Kaléidoscope

Un ogre terriblement ogre, muni d’un couteau, aux basques d’un chérubin à tête blonde... Ne présumez pas trop vite de la situation, François Soutif pourrait vous surprendre, grâce à un élément du décor, une petite fleur, qui bousculera les schémas établis...
Alternance de pages roses et vertes, décor minimaliste pour se concentrer sur l’action sans parole de ces deux personnages ultra expressifs.

Cours ! / Lee Haery. - La Joie de lire

Des postures abandonnées... l’ennui dans toute son expression. Et soudain : Cours ! Tous les animaux s’animent, dans une course effrénée. Les dessins figuratifs perdent leur contour, pour devenir traits de vitesse. Très peu de texte, concentration sur l’action, le dynamisme et la célérité, dans une joie collective.

Morse, où es-tu ? / S. Savage. - Ecole des loisirs. - (Pastel)

Un morse qui lorgne sur la porte du zoo... Un gardien endormi... Trop tard, le morse est dehors ! Il se fond dans le décor de la ville, mystifie le gardien qui le poursuit en vain, l’occasion pour le lecteur d’observer diverses scènes de vie américaine et de partager le plaisir de liberté de ce morse plein de talent !

Affaires de loup / P. Trimouille. - La Joie de lire

L’histoire en accéléré d’un loup qui subtilise un livre et un nounours à une fillette. Tout à sa joie d’avoir de nouveaux compagnons de jeu, il comprend bientôt la peine qu’il a infligée à la petite fille...
Sans texte, noir et blanc, l’idée pourrait paraître austère mais il se dégage de ce petit album une vraie force : la découverte de l’empathie...

Le lavocochon / A. Geisert. - Autrement

Après le bain de boue, c’est l’heure de la grande lessive : les petits cochons passent donc dans le lavocochon, machine sophistiquée aux différentes étapes, pour ressortir propres comme des sous neufs !
Nous suivons, attentifs au moindre détail, cette grande toilette. Chez ces cochons, c’est du grand art !

Partie de pêche / B. Rodriguez. - Autrement. - (Histoire sans parole)

Nous retrouvons le renard et la poulette qui en ce début d’histoire couve un œuf. Mais elle doit le confier au goupil pour aller chercher, avec son copain crabe, de quoi se nourrir. A son retour et au terme d’une folle aventure sur terre et en mer, aura-t-elle des raisons de voir réveillée leur vieille rancœur ?
Un format qui se prête particulièrement aux péripéties de nos lascars, qui ne trouveront de répit qu’en toute dernière page.

La mer / M. Dubuc. - La Pastèque

La patience des chats est sans limite lorsqu’il s’agit d’attraper une proie. Mais celui de notre histoire ne s’attendait sans doute pas à tomber, dans un aquarium, sur un poisson volant. Les voilà partis tous les deux sur les toits de la ville, en forêt et tellement, tellement plus loin...
Album sans texte au crayonné tout en noir et blanc -hormis ce poisson rouge énigmatique- pour une chasse qui se transforme en étrange voyage. Ce chat opiniâtre, avec ses airs ahuris, verra finalement le poisson cheminer vers la liberté.

L’ arbre / S. Thommen. - Autrement

Que l’homme aborde l’arbre tel un conquérant destructeur et la fureur de ce dernier, personnifiée par un grand dragon rouge (comme pour exprimer la corrélation monde végétal/monde animal), se déclenchera ! Qu’il vive en harmonie, avec humilité avec l’arbre : paix et prospérité pour tous. Telle est la mise en garde poétique, sobre et clémente proférée par cet album grand format sans texte, illustré uniquement dans les teintes rouge-vert-noir.

La revanche du clown / Sara. - Thierry Magnier

Le numéro de dressage de fauves ne l’intéresse absolument pas. C’est l’équilibriste sur son cheval qui subjugue ce clown. Mais le maladroit n’a guère de talent... Sanction immédiate : il est chassé du cirque. Solidarité entre malheureux, il libérera les animaux enfermés. Le vrai spectacle de la vie peut commencer...
Les papiers découpés de Sara font toujours merveilles avec ce rare talent d’exprimer, sans un mot mais intensément, les sentiments bafoués.

Dans ma rue... / R. Saillard. - Escabelle

Dans ma rue, il y a plusieurs habitations : maisons individuelles (traditionnelles ou d’architecte), appartements... Pour chacune d’elles, nous voyons la façade puis, en page suivante, l’intérieur. Par un système de fenêtres évidées, le lecteur peut s’essayer à deviner la vie derrière les murs...
Travelling latéral pour un jeu d’observation et d’indices à suivre...

Dix petits amis déménagent / M. Anno. - Ecole des loisirs

Dix petits amis déménagent, un par un, de la maison de gauche à celle de droite. En tournant les pages, on passe de la façade des maisons à leur intérieur, pour suivre le déménagement de chacun. En regardant par les fenêtres évidées, on peut suivre certains personnages. On compte à gauche, on compte à droite, le compte est bon ?

Bouh / F. Soutif. - Kaléidoscope

Trois petits cochons et un loup... ce ne sont pas les maisons qui font office de rempart entre eux : le loup, dans sa quête affamée, se heurte à la pliure de l’album. D’abord incrédule, puis ulcéré, il laisse les cochons à leur fou-rire moqueur pour contourner l’obstacle...
Un album coloré sans texte très expressif qui joue avec le format livre de façon jubilatoire.

Rêve d’océan / D. Nolan. - Petite plume de carotte

Un château de sable en bord de mer, léché par les vagues, à la nuit tombante. On devine sa chute prochaine mais notre attention est détournée : la vie s’anime à l’intérieur du château... De toutes petites personnes quittent précipitamment leur demeure de sable pour prendre la mer. Le périple sera mouvementé.
L’album sans texte se prête à ce voyage nourri d’un imaginaire maritime qui se cale sur le rythme perpétuel des marées.

Mon safari dans Paris / F. Acerbis. - Sarbacane

Paris, si l’on prend le temps de flâner, est envahi d’animaux étranges. Francesco Acerbis nous en donne la preuve avec ces graffs et peintures murales qu’il a pris en photo au détour des immeubles. Quand le sauvage s’immisce dans le très urbain... un contraste étonnant et assez jubilatoire.

Mon chien est mort / E. Englebert ; C. K. Dubois. - Grasset. - (Lampe de poche ; Les petits bobos de la vie)

Sans un mot et au fil de petites vignettes aux couleurs pastel, nous suivons l’apprivoisement d’un chiot par un petit garçon et les différents moments de complicité. Puis, hors-champs, l’accident dramatique qui prive le garçon de son compagnon. Après la mise en terre, les moments de blues et le temps qui passe, la vie pourra redevenir légère et joyeuse.

C’est quoi cette grosse bête ? / M. Elina. - Petites bulles éditions. 2013

Paysage enneigé, trait noir, ambiance glacée. De drôles de frimousses, silhouettes colorées, viennent animer la scène. Leur promenade est stoppée net : « C’est quoi cette grosse bête » tapie au fond de sa tanière ? Entre peur et curiosité, les personnages tentent plusieurs types d’approches pour élucider le mystère. Finiront-ils, finirons-nous par connaître l’identité de la bête endormie ?
Une balade sur les traces du printemps, avec une apparition progressive des couleurs, jusqu’à la scène finale paisible et harmonieuse. Deux mondes se côtoient sans véritablement se croiser mais nourrissent ensemble un imaginaire très fort, porté par une illustration soignée, avec de jolis inventions et détails.
Les petites bulles, une nouvelle maison d’édition à saluer pour son univers envoûtant.

Oups ! / Q. Gréban. - Mijade. 2013

Un simple lancer de balle d’une petite fille à son chien et c’est un enchaînement de répercussions qui se découvrent page après page, dans un joyeux capharnaüm.
Un album sans texte et néanmoins tonitruant, pour une catastrophe délirante.

Jour de neige / D. Chedru. - Autrement. 2013

La neige s’invite et installe la blancheur de l’hiver. Les doubles pages laissent apparaître des animaux discrets, et surtout leurs traces. Suivons-les...
En pénétrant dans la maison, nous retrouverons tout le monde autour d’une des plus belles activités qui soient...
Dans les scènes extérieures et intérieures, l’univers est simple et feutré, tout en harmonie.

Le Jacquot de Monsieur Hulot / D. Merveille. - Rouergue

Des scènes de vie quotidienne, citadine, sans texte. Mais dans un coin, les cinéphiles le reconnaîtront, M. Hulot... on sent qu’il va se passer quelque chose. Et en effet, lorsque l’on déplie la page de droite, le banal fait place au décalé, dans un grand panorama où la vie s’anime. M. Hulot a l’art de la poésie, de l’humour, de la surprise et l’auteur a très bien su retranscrire cet esprit de liberté. Il est à gager que même les enfants ignorant la référence cinématographique apprécieront cet univers.

Drôles de zèbres / S. Millet. - Ed. de l’An 2

Drôles de zèbres assurément que ces zèbres anthromorphes qui se retrouvent dans des situation amusantes, absurdes, décalées, poétiques quelquefois mais qui déconcertent à coup sûr : imaginez une zèbresse religieuse priant devant un zèbre en croix... en train de sauter en trampoline ! Un album sans texte qui nous invite à une promenade surréaliste.

Le monde englouti / D. Wiesner. - Circonflexe

Un jeune garçon est au bord de la mer lorsqu’une vague lui amène un appareil photo waterproof. Il est bien sûr curieux de savoir ce que révélera la pellicule mais ne s’attendait certainement pas à découvrir un tel univers et surtout, à voir que, comme lui, d’autres enfants en ont été témoins. Chacun a laissé une trace et l’enfant lui-même s’attachera à ne pas briser la chaîne, avant de renvoyer l’appareil à l’océan pour qu’il continue son aventure humaine et onirique...
Ce petit garçon, arrivé avec son microscope pour une observation minutieuse de son environnement, bascule dans une réalité qui confine au rêve. Comment à son habitude, David Wiesner livre ici un album sans texte, comme pour permettre au lecteur de mieux suivre son imaginaire.

Edmond / J. Binet. - Autrement. - (Histoire sans paroles)

Au loin, un groupe d’enfants joue au ballon. Un personnage, au premier plan, regarde la scène et a bien envie de les rejoindre... Pour faciliter son intégration, mieux vaut se travestir, pense-t-il, mais il sera vite démasqué. Va-t-il être rejeté, exclu du groupe ?
On veut souvent ressembler à l’autre pour mieux se faire accepter mais qui est véritablement cet autre ? Quel jeu joue-t-il, lui aussi ? Un album sans texte sur notre rapport à autrui, sur les différences qui nous lient et nous isolent. Irrémédiablement.
Cette collection ne déçoit pas, avec ici une esthétique très épurée, en crayonnés gris et masques en couleurs, un peu rétro.

Moskito / H. Degroote. – Atelier du poisson soluble

Un moustique a repéré sa cible : un homme “appétissant”. A l’approche méthodique, quasi militaire du moustique, répond l’excitation enragée de l’homme qui, tapette à la main, est bien décidé à éclater le moustique. Mission réussie. Ou presque. Car en bon soldat, le moustique a eu le temps, avant de succomber, d’appeler ses comparses et de leur filer le bon tuyau !
Album en teintes nuit et rouge, qui prend la forme d’une bombe insecticide. Sans texte, il fourmille de détails à l’humour trash mais efficace.

Il était une fois... il était une fin / D. Maja ; sur une idée d’Alain Serres. - Rue du monde. - (L’atelier de l’imagination / Alain Serres)

Quelques lignes d’introduction donnent le mode de fonctionnement : chaque double page donne une illustration pour camper le décor. Il était une fois... et une autre pour ... Il était une fin. On observe, on lance les idées... l’histoire est lancée !

Va faire un tour / K. Crowther. - Ecole des loisirs

Lorsque la maman fâchée enjoint son enfant à aller faire un tour, elle n’imaginait pas qu’il la prendrait au mot au point de faire un tour... du monde. De fait, l’enfant, l’œil froncé et l’air buté traverse les mers et les continents, et autant de saynètes très variées représentées dans des petites vignettes. En bout de course, il aura enfin épuisé ses ressentiments, digéré sa colère.

De l’autre coté de l’arbre / M. Sadat. - Grandir

La balade insouciante de cette petite fille la conduit à la fenêtre d’une maison. Ce qu’elle aperçoit la terrifie. Mais celle qu’elle croyait être une sorcière est en réalité une conteuse aux mots enchanteurs et réconciliateurs. Le pouvoir des mots dans un album sans texte, chapeau !

Petits chaperons loups / C. Bruel ; N. Claveloux. - Etre

L’histoire du Petit chaperon rouge, on la connaît. Ici, c’est au lecteur de la raconter, de l’imaginer à son goût, guidé par les différentes illustrations du Chaperon -à gauche- et du Loup -à droite. Chaperon sardonique, effrayé, décidé... Loup combatif, régressif, docile... En variant les associations d’images, l’histoire, sans un mot, se raconte au pluriel.

Ado-ka-fré / S. Victor. - Paquet

Une indication : la traduction du titre bambara qui équivaut au terme fripe. Ensuite, en pleine page, l’histoire d’un tee-shirt de sport. Fabriqué, porté, jeté, expédié, reporté, recyclé, transformé... le vêtement est le trait d’union entre un petit garçon occidental et un autre, africain, qui ont les mêmes rêves.

Balade / B. Bone. - Sorbier

Album minimaliste pour une balade citadine qui commence avec mauvaise humeur et s’avère beaucoup plus agréable que prévu. Le garçon, envoyé par son père ( ?) chercher le journal, arrive à contrer la grisaille et reviendra même avec le sourire.

Le colis rouge / C. Perrin. - Rue du Monde

Il en traverse des pages et des doubles pages ce petit bonhomme pressé de délivrer son colis rouge ! Paysages citadins, monde du cirque, des artistes, balades en forêt (univers du conte, atmosphère onirique), voyages et passages... toutes ces aventures nourrissent l’essence même de ce précieux cadeau.
Une vision originale de la création littéraire. A nous lecteurs de rendre hommage à cet imaginaire foisonnant de références, en perpétuant l’histoire.

Coq et chat / S. Varon. - Ecole des loisirs

Chat des champs rend visite à coq des villes. Les déambulations dans la grande ville qu’est New York mettent le chat mal à l’aise : que de saletés, de bruits et des choses qui le choquent ! Bien sûr il y a des coins sympa et les deux amis passent de bons moments mais il faut trouver une solution pour leur environnement proche !
Quand la nature s’invite et s’infiltre au milieu du béton, la vie devient tout de suite plus supportable...

Blanche Neige et les sept nains / T. Karpati, B. Arvai, J. Kasza, P. Kama, G. Makhult. - Callicéphale

Le célèbre conte revisité ici sous la forme de 5 petits formats carrés sans texte, présentés dans un coffret.
Blanche-neige en dessin noir et blanc ; avec des personnages tout en laine et décor naturel ; façon parcours à reconstituer (à lire dans le sens de lecture d’un livre arabe) ; au point de croix (avec les grilles en fin d’album pour réaliser à son tour) ; illustré par des gravures aux tons ocres.
Cinq graphismes fort différents d’illustrateurs hongrois qui permettent d’appréhender le conte sous différents angles et ainsi de mieux se l’approprier.

Empreintes / N. Bianco-Levrin. - Lettr’ange

Zoom sur une empreinte... La chasse est ouverte ! Mais ce n’est pas l’homme qui traque, mais un lion, armé. Les rôles sont inversés mais le déroulement identique : la tension est palpable et la lutte invariablement sanglante. L’issue ? Elle devrait nous interpeller...
Album sans texte en noir et blanc qui joue efficacement sur l’alternance gros plans/plans d’ensemble. Le lecteur est en quelque sorte lui aussi chasseur, observe les indices pour déchiffrer le sens. Nicholas Bianco-Levrin nous surprend encore et toujours...

Rotkäppchen / J. Wenzl. - Schacks. - (Daumenkino)

Un petit chaperon rouge bien trash qui, panier au bras, va s’accorder une pause alcoolisée... Lorsque la fillette déglinguée croise le loup, une lutte acharnée s’engage... et nous aurons à nouveau l’occasion de voir le sourire édenté de notre héroïne qui n’a ici plus rien d’une victime !
Une séquence du célèbre conte en flipbook noir et blanc qui le réinvente totalement. (Pour une démonstration en live...)

Diapason / L. Devernay. - La Joie de lire

Album sans texte aux teintes vertes et blanc cassé qui, cernés de traits fins, dessinent une forêt dense. Un petit homme, maestro de son état, grimpe au sommet d’un arbre. Sous son impulsion, les feuilles des arbres- ou sont-ce des oiseaux ?- entament une chorégraphie aérienne et gracieuse.
Le format tout en hauteur et en accordéon participe du mouvement d’une nature en perpétuelle renaissance où tout est harmonie.

Un jour, un chien / G. Vincent. - Casterman

Album sans texte, au crayon noir, qui nous plonge d’emblée dans l’émotion : un chien est jeté d’une voiture qui continue sa route sans lui... Course effrénée, errances. La fin de la solitude sera-t-elle au bout du chemin ?
Le contraste entre le trait ébauché et la densité des émotions est assez saisissant. On parcourt l’album à l’affut du détail, inquiet de l’issue. Qui se laisse interpréter.

Trois bons amis / V. Wagner. - Bayard

5 histoires qui déclinent de belles amitiés, dans un décor préhistorique, de western, lacustre, inuit ou encore magique.
Ombres chinoises sur paysages aux couleurs minimalistes, le tout est très expressif et vivant.

La Chine de Zhang Zeduan / M. Anno. - Ecole des loisirs

Sur un long rouleau de soie, intitulé « Jour de Qingming au bord de la rivière » Zhang Zeduan a peint à l’encre, dans ses moindres détails, le quotidien des habitants des berges du Fleuve jaune à la fin de la dynastie des Song (960-1279). Le rouleau mesure 5,25 m de long et 25,5 cm de haut. C’est à la manière de et en hommage à ce peintre, dont il aurait aimé être l’apprenti, que Mitsumasa Anno présente dans cet album les croquis animés qu’il a rapportés de ses deux voyages en Chine à 30 ans d’intervalle. Des commentaires précis en fin d’ouvrage éclairent et décryptent paysages, jours de fêtes, activités urbaines et villageoises. Une riche introduction à l’histoire de la Chine et à la civilisation de cet immense pays.
- Jour de Quingming au bord de la rivière, 1126 - Zeduan Zhang
- La Grande muraille (IVè siècle avant J.C. au XVIè) Chine
- Guerriers en terre cuite du Mausolée de Qui Shi Huang (221-210 av. J.C.), banlieue de Xi’an

Caperucita roja / A. Serra. - Narval

Rarement les personnages du loup et du Petit chaperon rouge ont été si liés. Imbriqués, indissociables. Quels que soient les cadrages, renouvelés à chaque page, ils sont présents tous les deux, se toisent, se jaugent, se mêlent, dans un jeu envoutant de crayonnés noir et rouge.
Cette version graphique très novatrice surprend et invite à interroger encore ce conte de dévoration bien connu. Avec d’autant plus de liberté que le texte en est absent.

Le jeu de l’oie / M. Saarbach. - Autrement. 2013

Ce livre accordéon grand format recto verso voit 2 personnages, fille et garçon, tantôt ensemble tantôt séparés, traverser différents lieux, éprouver diverses émotions. Il faut être attentif aux dangers, faire des choix, garder confiance, avancer dans ce jeu de l’oie qu’est la vie. De la case Maison à la case Encore plus loin, 33 double pages pour suivre un parcours initiatique qui résonne en nous ou ouvre des horizons.

Le barrage / V. Lefebvre. - Petites bulles éditions. 2013

Deux gamins construisent un barrage mais sont bien étonnés de voir l’eau monter à ce point. Ils tâchent de réparer les dégâts, à bord de leur canot pneumatique qui prend vite des allures d’arche de Noé... De sauvetages en déconvenues, les garçons découvriront le fin mot de l’histoire, et nous avec !
Pas un mot dans cet album mais une intrigue qui invite à l’observation, au décryptage, sur fond de météo capricieuse.

Peau d’ours / C. Jourdy. - Drozophile

Un ours épuisé trouve refuge dans un maison habitée uniquement de femmes. Il raconte qu’il est en quête d’un terrible cyclope. Les oreilles attentives ne manquent pas lorsqu’il s’imagine et se raconte en valeureux combattant !!! Après son départ, les femmes l’attendent, pleine d’impatience...
Paysages enneigées contre intérieur cosy, contraste à la hauteur du chaud-froid provoqué par la chute.

Les migrants / M. Chiesa Mateos. - Le Sorbier ; Amnesty international

“Ce livre n’a pas de mots. Peut-être parce que les mots sont cachés dans l’attente d’un miracle : un geste.” Aussi, les seuls mots du livre seront ceux de la dédicace de l’auteur, qui évoque l’histoire de sa famille émigrée d’Argentine pour l’Europe.
Un album tête-bêche -en lien étroit avec le thème bien sûr- pour un chassé-croisé de migrations. Celles d’hier et d’aujourd’hui. L’émigration choisie ou celle imposée par la guerre ou l’extrême pauvreté. Les oiseaux migrateurs, porteurs de tant de symboles, traversent tout l’album...
Un album très riche en interprétations, où affleurent les émotions, qui amène à la discussion, à la réflexion, à la prise de conscience.

Kroak / N. Bianco-Levrin. - Atelier du poisson soluble

15 saynètes de 2 doubles pages qui voient un inuit mal rasé accumuler les mésaventures avec divers animaux du pôle nord. Quand un ours énamouré ne le poursuit pas de ses assiduités, c’est un yéti qui l’embarque dans un périple aérien. A moins qu’une sirène s’enflamme pour lui ! Décidément irrésistible notre héros...
C’est un univers loufoque que nous propose Nicolas Bianco-Levrin et l’on ne sait si le mordant l’emporte sur le poétique ou inversement, d’autant que l’auteur aime à jouer avec les mises en abîme.
Dessin noir et blanc sur aplats de couleurs, le trait est efficace et trouvera son prolongement dans un DVD de films d’animations

Camions / Reuman. - Drozophile

Une journée sur le port d’une grande ville avec camions, camionnettes, voitures... qui chargent et déchargent. Trafics d’armes, prostitution, pollution industrielle... aucune violence, humaine ou animale n’est épargnée, c’est toute la société qui est passée au crible, dans un condensé de l’image. Sordide ? Même pas car l’humour, bien noir, traverse toutes les scènes.

Haut de la page

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse