couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’Livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
mardi 31 mars 2015

Nouveautés

Albums
Romans
Livres CD
Ouvrages théoriques
Coups de coeur

Les 5 derniers albums sélectionnés

coup de coeur Quand je dessine, je peux dépasser... / Collectif. - Actes Sud Junior ; Hélium ; Rouergue ; Thierry Magnier, 2015

50 illustrateurs jeunesse signent cet hymne à la liberté du crayon. 50 variations autour des possibilités du dessin, explorant l’étendue large de ce champ lexical : oui, quand je dessine, je peux déborder, tricher, refaire, inventer, caricaturer, et plus encore... Les visuels, très forts, tantôt sensibles, tantôt plein d’humour, dressent une cartographie du champ des possibles. Le terme liberté d’expression prend sens. L’ouvrage est conçu comme un cahier de coloriage, sur lequel l’enfant peut intervenir à sa guise sur les illustrations. Un seul mot d’ordre : tout est PERMIS ! Essentiel.

Projet porté par quatre maisons d’édition au lendemain des attentats de janvier 2015 : Actes Sud Junior, Hélium, le Rouergue, Thierry Magnier, et dont les bénéfices sont reversés au journal Charlie Hebdo.

Ewa Bochenski

A partir de 5 ans... et jusqu’à 105 ans.

Etoile des forêts / Corbeau ; Christian Offroy. - Couleur corbeau, 2013

En allant remplir son outre à la rivière, Wikikala sauve la vie d’un petit écureuil tombé durant la nuit. Elle le baptise Etoile. Le temps d’un été, la fillette et l’animal deviennent inséparables. Vient l’heure du départ pour la tribu, qui reprend ses quartiers d’hiver, Etoile suit Winkikala. Ensemble, ils traversent les saisons et partagent la vie du clan. Un jour la petite fille se perd, ne retrouvant plus ses traces dans la neige. Son petit compagnon file alerter ses frères et lui sauve la vie ! Ainsi passe le temps, jusqu’à ce qu’Etoile, qui s’absente de plus en plus souvent, finisse par ne plus quitter la forêt. S’étant entraidé en grandissant, pour l’un comme pour l’autre le temps de l’autonomie est arrivé... Un grand format sépia qui illustre joliment les thèmes de l’amitié, la relation à l’animal, l’apprentissage. A découvrir ! Ewa Bochenski

A partir de 4 ans

L’enfant qui avait peur du noir / Emma Yarlett. - Circonflexe, 2014

Hugo a toujours eu peur d’à peu près tout...mais sa pire crainte au monde, c’est la nuit NOIRE. Brrr... il a beau avoir essayé toutes les solutions pour y échapper (l’élevage de vers luisants, se déguiser en hibou, repeindre sa chambre en fluo), rien à faire, à chaque fois revient l’heure terrible d’aller au lit. Or un soir, tout a changé. D’abord, Hugo en a eu assez, il a crié après la nuit : "Euh...Allez vous en !". Ensuite, il s’est passé quelque chose d’extraordinaire : la Nuit Noire en personne est entrée par la fenêtre, elle lui a donné la main (avec un beau jeu de découpe du papier). Quand on part à l’aventure à deux, on devient vite amis... L’histoire dédramatise par "paliers" la peur enfantine et l’ouvrage dynamique et coloré est extrêmement bien vu, il invite l’enfant à prendre les choses en main. Enorme, toute en rondeur, cette Nuit Noire est rassurante et enveloppante, elle donne envie de s’y blottir. Ewa Bochenski

A partir de 5 ans

Une maison pour ours / Sophy Henn. - Albin Michel Jeunesse, 2014

un ourson vivait avec un petit garçon. Le temps passa, l’un comme l’autre grandirent ; grandirent...jusqu’à ce que s’impose l’évidence : il était temps de trouver une nouvelle maison pour ours, devenu trop sauvage et trop imposant. "Mais où, ours ?", telle est la question, qui scande chaque double page. Car ni le magasin de jouets, ni la forêt, ni le cirque et encore moins le zoo ne trouvent grâce à ses yeux. "NON !", ours est formel. que faire ? en mangeant une glace, le garçoon a une idée : tout simplement, le Pôle Nord ! En route !
On aime ce récit d’amitié rythmé par le jeu de la répétition. Les illustrations, de style naîf et rétro, son tadorables. La fin est très rassurante : même séparés, deux amis peuvent rester très liés et heureux, chaxun avec la vie qui lui convient le mieux, à sa juste place. La petite pirouette finale nous fait refermer le livre dans un sourire. A découvrir. Ewa Bochenski

A partir de 4 ans

Les oiseaux exotiques / Marion Billet. – Gallimard, 2014 — Les instruments du monde (vol. 2) / Marion Billet. – Gallimard (mes petits imagiers sonores), 2014

Oiseaux exotiques et chamarrés (mainate, martin-pêcheur, loriquet arc-en-ciel, toucan, manchot royal, flamand rose) ou instruments du monde (guitare hawaïenne, violon chinois, cornemuse, harmonica, bongos, guitare flamenca), ces 2 albums cartonnés format 15x15cm, sont très maniables par les petites mains, de bonne qualité sonore mais de volume un peu fort pour les toutes toutes petites oreilles. Les plus grands (1-3 ans) vont adorer jouer avec la pastille électronique cachée dans les illustrations aux couleurs vives de Marion Billet et déclencher avec leur doigt un son de quelques secondes, comme s’ils étaient des magiciens ! Et si les petits ne se lassent pas de cette découverte aux sonorités inhabituelles et vous non plus, vous avez la possibilité de changer la pile bouton ! Claire Py

A partir de 18 mois

>>> Toutes les nouveautés (albums)

Les 5 derniers romans sélectionnés

H.E.N.R.I a onze doigts / Yves Grevet ; Jess Pauwels. - Nathan (Premiers romans), 2014

Depuis peu Manon a un nouveau voisin de table en classe : Henri. Il vient de très loin (sûrement plus loin que tout ce que vous pouvez imaginer !), et pour l’instant ne sait qu’un mot de français : "oui". Depuis son arrivée, il se passe des choses étranges ... Dans cet épisode, Manon a la preuve qu’Henri possède bel et bien d’incroyables pouvoirs : ne vient-il pas d’ajouter un doigt à sa main pour pouvoir compter jusqu’à 11 ? Ce tome 2 de la réjouissante série d’Yves Grevet et Jess Pauwells est aussi bon que le premier ! Ewa Bochenski

A partir de 7 ans

Le livre de Perle / Timothée de Fombelle. - Gallimard, 2014

1936, à Paris, un vieux couple qui fabrique des guimauves artisanales recueille un jeune homme sans passé. Il va remplacer dans leur coeur leur fils décédé jusqu’à l’arrivée de la guerre qui va précipiter son départ en offrant un climat de suspicion et de doute... Ce garçon mystérieux, victime d’une terrible malédiction. est suivi comme une ombre par une jeune fille insaisissable. Lorsque des années plus tard un garçon de quatorze ans est sauvé par un homme étrange qui vit seul au milieu des bois, il ouvre sans le vouloir, à nouveau la porte entre deux mondes...
Après Tobbie Lolness qui nous emportait dans les arbres pour nous proposer une fable à dimension écologique et diablement humaine. Après Vango où l’action et l’Histoire passaient au premier plan pour rendre à un personnage son passé. Voici "Le livre de Perle" qui enchevêtre plusieurs récits et plusieurs destins qui vont se dérouler dans deux mondes différents.
Le fil de l’action est la nostalgie est l’impossibilité de construire sa vie sans avoir auparavant retrouvé son passé. Les parfums de guimauves et d’amande irisent le texte d’une tristesse sucrée. La mélancolie du héros loin de l’enfermer dans l’inaction le pousse à partir dans une quête impossible. L’exil l’amène à tenter de reconstruire autour de lui son monde perdu. Le personnage de la fée sans pouvoir apporte au texte de la magie et de la légèreté. Mais en choisissant comme passeur un jeune humain, apprenti photographe, attiré par l’insolite et les détails, l’auteur introduit un nouveau regard. Il enchâsse une nouvelle quête, celle de la vérité.

Au final, un livre qui semble retourner la camera vers le lecteur pour l’inciter à déceler l’univers féerique qui se cache derrière notre quotidien, nos petits objets que l’on garde, nos choix. Un livre qui devient pour chacun une aventure personnelle ! Marion Uteza

Autre lecture : "Le livre de perle", c’est un conte qui débute par une question : "qui pouvait deviner qu’elle avait été une fée ?". Olia état une fée, en effet, mais elle a décidé de renoncer à l’être pour sauver l’être qu’elle aime. Ilian a été exilé hors d’un Royaume tyrannisé, dans notre monde. En 1936, il est adopté par les Perle, dont le père est fabricant de guimauve, et prend le nom de leur fils disparu, Joshua. Nous sommes à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale. La violence ne se trouve pas seulement dans le monde magique. Les tyrans sont présents dans l’un et dans l’autre.
J’ai eu du mal à dissimuler ma joie lorsque j’ai eu CE livre dans les mains. Parce que Timothée de Fombelle. Parce que Tobie Lolness. Parce que cette écriture atypique, mi poétique mi fantastique. Le premier chapitre est envoutant, déjà empreint d’une force par la tragédie qu’il expose. Puis l’intrigue se met en place, parsemées de quelques indices dissimulés par l’auteur qui fait de la découverte de l’identité du héros, le but d’une enquête que le lecteur résout petit à petit. Et là je n’y arrive plus. Je laisse le livre en suspense, marque page et regrets bien installés. Je reprends la lecture quelque temps après, avec la magie des fêtes dans l’Esprit. Cela collera bien à l’esprit du livre, je me dis. Et je ne comprends pas. Qui parle, qui fait quoi, qui attend qui, qui pourchasse qui, dans quel monde. Le but est sûrement de nous perdre, nous lecteur, dans ce récit, dans l’onirisme même. Mais à trop vouloir me perdre, je me perds vraiment, j’abandonne, encore une fois. Les regrets sont toujours présents. Enfin, je reprends. Je suis une lectrice courageuse, à l’image des héros de ce roman. Et je comprends mieux et ressent en même temps qu’eux ce tout qui peu à peu se dessine. Jusqu’à la fin, qui n’est pas une fin facile, pas une fin à la sauce Disney mais emblématique des contes d’antant, parfois cruels mais tellement beaux. Je reconnais bien là Timothée de Fombelle, avec son écriture qui égratigne, fait rêver et bouleverse. Mais pourquoi m’a-t-il perdue, abandonnée quelques temps. Je lui en voudrais presque si je n’étais pas encoe émue par les tous derniers mots de ce conte. Juliane Eblé

A partir de 13 ans

Saison rouge / Charlotte Bousquet. - Oskar Jeunesse, 2015

Kenza se retrouve mariée de force à 17 ans, et son époux et sa belle-famille l’emmène vivre en France, banlieue parisienne. Peu à peu, la jeune fille s’étiole et apprend à obéir et à servir son mari et sa belle-mère. De jour en jour, elle courbe le dos, mais garde au fond d’elle-même l’idée de s’enfuir. Un jour enfin, l’occasion se présente, et Kenza se retrouve à Paris, seule, dormant dehors. Heureusement, le Samu social passera par là. Le début d’une autre vie possible ? Très bon roman, âpre, mais réaliste. Marie Chaillet

A partir de 12 ans

Lucien Lucien / Anne Houdy. - Alice Jeunesse (Le chapelier fou), 2014

« Papa est allé voir ailleurs s’il y avait mieux. Et papa a trouvé mieux. Il est allé voir là-bas si maman y était. Comme elle n’y était pas, il est resté là-bas. C’était préférable ».
Voici les premières lignes qui composent le magnifique roman d’Anne Houdy, Lucien Lucien. Un roman empli d’innocence et d’absence : absence d’une mère qui ne sait pas s’occuper de son fils ni l’aimer, qui se refuse à le garder auprès d’elle. Une mère qui n’a à l’égard de son enfant que reproches et désintérêt : elle lui reproche sa vie gâchée, le départ du père, son mal être quotidien… Une mère qui vit recluse, qui repousse son enfant et ne se préoccupe à aucun moment de son bonheur. Sans grande difficulté, elle le fait placer en famille d’accueil, le temps des vacances de la Toussaint. Arrivé sur le quai de la gare, Lucien est poussé dans le wagon, sa mère s’en va, sans un baiser, sans un signe de la main, sans un au revoir.
Le pauvre petit Lucien va se retrouver chez Raoul et Léone, un couple de véritables campagnards, vivant dans une vieille maison au jardin boueux, en friche, et abritant un autocar vétuste, rouillé et abîmé par le temps. Une famille qui n’est pas prête et n’a pas les moyens de garder à ses côtés un petit garçon durant plusieurs mois… Car ce départ en famille d’accueil qui ne devait durer que le temps des vacances durera bien plus longtemps que Lucien ne l’espérait… Pendant ce temps, il n’aura de cesse de penser à sa mère, à son retour à la maison. Car cette mère odieuse reste avant tout une mère, et Lucien a besoin d’elle, de son amour. C’est là tout ce qu’il demande. On voudrait le renvoyer à sa maison, mais il n’a aucun papier, on ne connaît pas son nom de famille… Et quand on le lui demande, le pauvre petit qui est perdu, qui n’a aucun repère paternel et des repères maternels fortement chancelants répond : Lucien Lucien.

Lucien est un enfant dyslexique, qui, s’il a le sens des maux, n’a pas celui des mots… Un enfant dont la naïveté nous fait sourire, ou bien au contraire nous mettra en peine. Un petit Lucien perdu dans sa vie d’enfant, dans ses relations avec sa mère, un enfant qui n’a aucun sens de l’orientation, aucune notion de l’espace-temps. Chacune de ses maladresses et de ses lacunes trouvent ainsi une logique certaine dans son parcours de vie. Car Lucien n’est qu’un enfant en mal d’affection, en mal d’exprimer tout ce qui bouillonne en lui, toutes ces questions qui le tourmentent. Les lettres et les mots se bousculent et deviennent à leur tour des maux, douloureux et incapables d’exprimer ce qu’il ressent au fond de son petit cœur.

Un récit fort en émotion, qui nous donne à ressentir de la tristesse et de la compassion envers Lucien. Une innocence oh combien touchante de l’enfant qui se perd dans les mots comme il se perd dans la vie. Un enfant qui prend les expressions de la langue et les mots au pied de la lettre, ce qui est parfois drôle, parfois donne de la peine. Une naïveté poétique qui donne le ton au roman, apportant une légèreté telle qu’elle permet de traiter ce lourd sujet qu’est celui de l’abandon d’une mère. Traité de manière un peu rustre, dans une famille qui ne le nourrit pas s’il rentre en retard parce qu’il s’est perdu en chemin, le jeune enfant tombera gravement malade… Sa mère aura-t-elle la force de revenir sur ses pas ?

« Allongée, elle garde le lit toute la journée. Je ne sais pas pourquoi elle garde le lit toute la journée ; personne ne va lui prendre, son lit. Elle ferait mieux de me garder moi, avec elle. C’est plutôt moi qui la garde, maman. Elle est souvent malade. Et j’aimerais bien la garder pour toujours ».

Lindsay

A partir de 9 ans

La vie rêvée des grands / Géraldine Barbe. - rouergue (dacodac), 2015

Rose est une préado timide et secrète qui rêve de sa « vie d’après » et du garçon dont elle préfère taire le nom, celui qui semble un peu différent, à peu à l’écart, comme elle… entre première boum et grandes questions existentielles, c’est un très beau petit roman sur cet âge d’avant l’envol adolescent . Pour Rose, on a tous un canard qui deviendra cygne…Souvent, elle pense au sien, à ce qu’il deviendra, elle pense aux « canards » des autres et comment le monde tourne, comment chacun évolue. Une belle écriture imagée. Ewa Bochenski

A partir de 9 ans.

>>> Toutes les nouveautés (romans)

Les 5 derniers livres CD analysés

Le premier œuf de Pâques / Zemanel ; Amélie Dufour ; Claire Benoist. – Père Castor (les classiques en musique), 2015

Cocoti, cocota ! C’est le printemps ! Poulette toute joyeuse court avec son trésor sous l’aile. Un œuf pondu pour la première fois, ce n’est pas rien. Elle court à la fête aux œufs où la reine des poules désignera le plus beau. Elle court, elle trotte si vite, que l’œuf glisse, plouf ! et tombe dans la mare aux cochons… « Oh non ! ». Elle court, elle trotte et vole si vite, que l’œuf tombe, par trois fois encore ! et se couvre de toute sorte de matériaux : végétal, minéral… « Oh non ! ». Sur son chemin, elle croise des volatiles désagréables qui se moquent de son œuf : trop ceci, pas assez cela… Ils lui conseillent de ne surtout pas aller à cette fête, là-bas, au sommet de la montagne…

Vive et joyeuse, cette histoire sous forme de randonnée, ravira les petits. Les illustrations au crayon d’Amélie Dufour sont douces et légères. Le récit dit par Claire Benoist est simple et l’accompagnement musical sympathique. Une discrète indication sonore invite l’enfant à tourner les pages de l’album. Si vous écoutez cette petite histoire (7 minutes), vous découvrirez que l’amour et le courage d’une mère sont immenses, que la persévérance est récompensée et pourquoi, à chaque début de printemps, les œufs sont décorés. Cocoti, cocota ! Claire Py

A partir de 3 ans

Comptines pour jouer dans l’eau / Cécile Hudrisier. – Didier (Eveil musical), 2015

Petite compilation autour des comptines sur l’eau, voilà un album CD de 15 minutes rafraîchissantes et variées avec la belle voix de Natalie Tual (Avec mon arrosoir) ou enfantine (Un petit poisson est passé par ici), des chœurs d’enfants (Il était un petit bateau, Un p’tit crabe, La mer est pliée, Goutte gouttelette de pluie, La pluie, Et on pagaie, Tout au fond de la mer) et un petit air marin en breton (Tri martolod). Les plages du disque sont indiquées sur le livre cartonné, illustré avec bonne humeur par Cécile Hudrisier. Cette collection, Eveil musical chez Didier, est très appréciée à Croqu’livre : Comptines pour danser, Comptines pour faire dodo, Comptines pour les gourmands, Comptines pour chanter la ferme, Comptines pour chanter la savane, Comptines pour chanter en anglais, Comptines pour mon bébé. Plongez pour quelques notes en enfance ! Claire Py

Tout-petits

Mes rondes et chansons / Laurent Pradeau ; Aki. – Seuil, 2015

Qui veut se joindre à nous ? : Faisons la ronde dans le pré ohé ohé !, pour accueillir la belle que voilà. Au clair de la lune, elle ira embrasser quelqu’un. Chuut ! petit lapin, tous en rond, nous danserons et pic pic pic, le hérisson fera le dos rond. C’est la mère Michel qui a entendu la petite musique…Est-ce celle du manège de Tony ? Le savez-vous ? Il y a une pie dans le poirier. Vogue la ronde, s’il y a une pie dans le poirier, le premier qui rira ira au piquet. Et tourne, tourne en rond notre beau bateau et faisons la ronde… Qui viendra se régaler ? La Marie fait son pain et Dame Tartine marie sa fille. Des rosiers plein de roses et la clé de St Georges lui sont promis… Pour le mariage, au coin du feu, à la claire fontaine, au bois joli, c’est Gugusse qui fait danser les filles et les garçons. Court furet, court, loup renard et belette tapent du pied. La danse va commencer… Réveillez-vous Monsieur l’Ours ! L’invitation est lancée !

Si vous ne les avez pas reconnus, retrouvez ces 20 titres, dont quelques textes inédits, concoctés et arrangés par Laurent Pradeau et ses complices, dans cet album cartonné de 31 minutes. Pour le plaisir de la danse (des indications sommaires de mime sont proposées sur les rondes) et de la musique (guitare, clavier, percussion, irish flûte) mais on aurait aimé plus de fantaisie. Dans la même collection, retrouvez Mes premières berceuses. Claire Py

A partir de 2 ans

Comptines et jeux dansés / Rémi ; Annelore Parot. – Formulette (La note), 2014

Rémi, le chanteur vedette des tout-petits chez Formulette, interprète comptines et jeux dansés dans un album d’une vingtaine de minutes. La gestuelle des chansons est expliquée par des photographies d’enfants et du chanteur lui-même mis en situation. Posées sur les dessins d’Annelore Parot, elles réduisent la globalité de l’illustration. Mais elles peuvent aider l’enfant à une découverte physique de son corps et de sa relation à l’autre. Si vous avez une guitare comme Rémi, où tout autre instrument, 18 partitions en fin d’ouvrage attendent votre talent pour jouer ces airs aux enfants. Et si vous aimez cet interprète retrouvez le également chez Nathan. Un outil classique dans les crèches. Claire Py

A partir de 2 ans

Comptines et musiques autour du monde / Sandrine Lhomme, collectif. – Formulette, 2014

Dans cet album, il y a 40 minutes autour du monde en 12 pays représentés, 20 titres interprétés et écrits dans la langue d’origine, une traduction des paroles en français. Voilà de quoi dépayser les enfants et les inviter au voyage dans des sonorités nouvelles (Royaume-Uni, Australie, Etats-Unis, Brésil, Portugal, Espagne, Allemagne, Arabe, Afrique, Russie, Chine, Japon). Chaque pays est représenté par son drapeau et les illustrations de Sandrine Lhomme, sans grande fantaisie, accentuent le côté folklore. C’est une belle idée de réunir ces pays en chansons, cependant, la qualité des interprétations, sélectionnées dans les albums de Formulette production et ARB Music, sont inégales. Anita Choteau

A partir de 2 ans

>>> Toutes les nouveautés (livres CD)

Les 5 derniers ouvrages théoriques sélectionnés

coup de coeur Les abécédaires de l’enfance / Marie-Pierre Litaudon-Bonnardot . - Presses Universitaires de Rennes/Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine, 2014

Ce livre illustré éclaire l’histoire du genre de l’abécédaire qui se révèle plus inattendue qu’on ne pourrait le penser. Les abécédaires témoignent de l’évolution des politiques nationales d’éducation comme des pratiques privées au sein des familles. Ils attestent de l’importance de l’image dont éditeurs et artistes explorent les ressources ludiques, poétiques et idéologiques. La confrontation des productions française, anglaise et américaine met en lumière combien les spécificités politiques, sociales, religieuses et pédagogiques infléchissent chaque tradition nationale. (présentation de l’éditeur)

Préface d’Isabelle Nières-Chevrel

Abécédaires et pratiques éducatives
Une politique d’État : l’instruction publique
L’éducation privée : état des lieux
La pédagogie par l’image Les abécédaires et le marché du livre de jeunesse
Révolutions techniques, élargissement du marché
L’abécédaire vient à l’image : politiques éditoriales
L’internationalisation des échanges : la traduction L’abécédaire : un univers de représentations
Les représentations religieuses
Les représentations sociales et politiques
Les représentations de l’enfance

A consulter aussi : le corpus Abécédaires de Gallica Cet ensemble réunit plus de 750 abécédaires des années 1790 aux années 1940, issus des collections de la BnF et de bibliothèques partenaires.

coup de coeur Comment parler de Hokusaï aux enfants / Elisabeth de Lambilly. – Le baron perché, 2014

Dans la collection « Comment parler aux enfants de… », les éditions du Baron perché proposent des ouvrages destinés aux parents, enseignants et tous les adultes qui souhaitent parfaire une connaissance ou s’initier à l’art avec les enfants. Comment répondre au plus près de leurs interrogations et de leur regard curieux, drôle, vif sur des œuvres parfois méconnues ? Cette collection est là pour y répondre. Elle présente ici le maître de l’estampe japonaise : Hokusaï (1760-1849)._ Ce « fou du dessin » comme il se définissait lui-même, a réalisé une incroyable somme de croquis, peintures et estampes (ukyo-e), témoins du Japon de l’ère Edo. Cet artiste merveilleux, étonnant de créativité et de virtuosité, était mécontent de tout ce qu’il avait fait avant l’âge de 70 ans ! La beauté infinie de ses œuvres, la liberté de son geste, sa hardiesse picturale, le foisonnement de sa créativité, sont salués dans le monde entier et font de lui un maître universellement reconnu.

Ce livre n’est pas didactique. Simple et vivant, il est divisé en deux parties très claires et bien documentées :
- La première partie retrace la vie de l’artiste et le situe dans le contexte politique et culturel de son époque, l’ère Edo.
- La deuxième partie expose 10 œuvres des plus emblématiques du maître japonais. En regard, des questions d’enfants de 5 à 13 ans, simples et pertinentes, aiguisent notre sens de l’observation et nous donnent des pistes de réponses adéquates.
- Dans le glossaire, pour un complément d’informations, se trouvent une bibliographie et les adresses de lieux où voir ces œuvres remarquables.

C’est un livre intelligent, très bien fait, agréable à lire. Et si vous courez au Grand Palais à Paris, les œuvres de ce grand maître y sont exposées jusqu’au 18 janvier 2015 ! Claire Py

Sommaire
. Préambule
. Les bonnes raisons de parler de Hokusaï aux enfants
. Hokusaï, le Gakyöjin, le vieil homme fou de dessin
. Des fiches pour comprendre
. Glossaire
.Où voir les œuvres de Hokusaï
.Pour aller plus loin

coup de coeur Le guide de l’édition jeunesse 2015 . - MCL Editions, 2014

1ère PARTIE : LES CONSEILS PRATIQUES
Les conseils artistiques
 :
Ecrire pour la jeunesse
Illustrer pour la jeunesse
Passer du roman au scénario
Travailler dans le multimédia pour la jeunesse
Le storyboard en questions
Améliorer ses personnages
Ecrire l’humour.

Les conseils commerciaux :
Trouver un éditeur (auteurs)
Trouver un éditeur (illustrateurs)
Trouver un éditeur (créateur de BD)
Trouver un producteur (+ modèle de contrat)
Vendre intelligemment.

Les conseils techniques :
Auto-édition : papier ou numérique ?
L’intervention d’auteur
Protocole des principales corrections
Les astuces de ponctuations.

Les conseils juridiques :
Le droit d’auteur (généralités + modèle de contrat)
Le droit d’auteur (cas particuliers)
Les 9 points à contrôler dans les contrats d’édition
Traducteurs : Le document de référence
Le contrat de cession des droits d’adaptation audiovisuelle (+ modèle de contrat)
Contrat et droits numériques
Protéger ses productions
Fiscalité et droits d’auteurs
Les bourses d’écriture
Comment rémunérer les auteurs
Comment accueillir un auteur ?

2e PARTIE : L’ANNUAIRE PROFESSIONNEL

Les éditeurs (de livres, de presse), Les producteurs (d’audiovisuel, de multimédia), Les auteurs, Les illustrateurs, Les salons du livre(tous publics, jeunesse, BD), Les associations et organismes professionnels, Les sites internet, Les publications spécialisées, Les prix littéraires...

3e PARTIE : LES PETITES ANNONCES DES EDITEURS

Ces appels d’offres, normalement réservés aux professionnels de l’écriture et de l’illustration, dévoilent ce que les éditeurs recherchent en textes ou en images pour leurs collections et permettent aux créateurs de travailler efficacement et d’augmenter leurs chances d’être édités.
Ces informations, gardées secrètes par les professionnels, s’échangent généralement lors des discussions dans des salons du livre, ou sont révélées directement par l’éditeur à ses auteurs maison. Lorsqu’on est en dehors du circuit, il est très difficile d’y avoir accès.

LIRE LE GUIDE AVANT DE L’ACHETER Belle preuve de l’investissement des Editions MCL auprès des auteurs. Il leur est proposé de recevoir gratuitement le Guide chez eux pour prendre le temps de le lire. Le lecteur ne paiera que s’il veut le garder. Ensuite, un SAV Conseil accompagne l’auteur, pas à pas :

LE SAV CONSEIL Christophe Loupy, auteur jeunesse édité et traduit aujourd’hui dans une quinzaine de pays, a créé le guide en 2002 "afin de pouvoir offrir aux auteurs débutants tous les outils qu’il aurait aimé posséder quand il a commencé"
Aujourd’hui directeur de publication de l’ouvrage, il continue à s’investir personnellement en offrant à chaque lecteur une aide supplémentaire, leur proposant des conseils personnalisés (service gratuit réservé aux clients).

Site

coup de coeur Le langage des contes / Elzbieta. - rouergue, 2014

Qu’est-ce qu’un conte ? Quelles sont ses fonctions ? Qu’est-ce qui le distingue de la fable ou de la mythologie ? Et surtout pourquoi traverse t-il les âges pour nous "enchanter" ? Partons à la recherche du secret des contes avec Elzbieta ! Parsemé d’extraits et de résumés de contes, le livre nous invite à une exploration des spécificités du langage du conte. Entrer dans une histoire c’est entrer dans un monde non linéaire, mouvant où la logique terrienne ne s’applique pas. Le temps, l’espace, les lois, tout est différent dans le conte qui nous invite à l’imagination. Mais au-delà de cet aspect irréel, il reflète par éclats nos angoisses, nos peurs et nous replonge dans l’esprit de l’enfance, non formaté, brut. Danger, chute, frisson, situations extrêmes sont au rendez-vous ! Il s’agit donc d’implicite, de non-dit, de perception décalée, de messages infraverbaux qui ré anime le conte et nous envoute encore et encore... Elzbieta nous fait partager ses perceptions et ses réflexions sur le conte à partir de diverses entrées : la musique, l’enfant, l’éducation, l’imagination, la peur, l’image...Un livre à lire et à relire tant il est riche en traversées à la manière du conte lui-même...

coup de coeur Lecture Jeune, N°150 : Focus sur la littérature ado, juin 2014

A l’occasion des 40 ans de Lecture Jeune, un numéro consacré exclusivement à un état des lieux de la littérature ado.

Au sommaire

- Lecture Jeunesse a 40 ans par Bernadette Seibel, présidente de Lecture Jeunesse
- Sociologie de l’adolescence par Christine Détrez, Sociologue
- L’évolution de la littérature pour les adolescents par Francis Marcoin, Professeur de littérature française et auteur
- Regards d’éditeurs par Sylvie Gracia Eva Grynszpan Barbara Bessat-Lelarge, éditrices
- Uniformisation du marché de la fiction pour les jeunes adultes ? par Marieke Mille, rédactrice en chef de la revue Lecture Jeune
- Focus sur la belle colère par Stephen Carrière, Directeur éditorial
- Légitimation ou transgression quel statut pour le roman contemporain pour adolescents ? par Laurent Bazin, Maître de conférences
- La place du roman pour adolescent dans l’enseignement par Sylviane Ahr et Max Butlen
- Les adolescents, public insaisissable des bibliothèques ? par Cécile Rabot, chercheuse et maître de conférences

Retrouvez tous les numéros de la revue Lecture Jeune en accès libre dans notre centre de ressource.

>>> Toutes les nouveautés (Ouvrages théoriques)

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse