couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Comptines et berceuses

Cette liste, plutôt qu'une sélection, est une analyse de la production par un groupe lecture qui se réunit régulièrement. Tous les titres sont repris ici, ceux que l'on aime et les autres...

Comptines et berceuses
Textes lus
Chansons
Livres documentaires
Musiques
Comptines et berceuses

coup de coeurNos titres préférés
Actes sud / Didier / Enfance et musique / Flammarion / Gallimard / Milan / Autres éditeurs /


coup de coeurLa fabrique à comptines / E. Granowska ; Male Instrumenty ; Luce. - Eveil et découvertes

Coup de cœur pour ce petit recueil de 13 chansons traditionnelles (Ah un crocodile ; Bateau sur l’eau ; Coccinelle demoiselle ; Le grand cerf ; Les petits poissons ; Mlon petit lapin ; Ainsi font font font ; Petit escargot ; Un petit pouce qui danse ; Pomme reinette ; Tourne tourne petit moulin ; Une souris verte ; la marche des éléphants) interprétées par la chanteuse Luce, accompagnée du groupe polonais Male Instrumenty. Les reprises sont de véritables créations, dynamiques et originales, foisonnantes de petits sons, d’instruments peu connus des plus petits (flutiaux, percussions diverses, guimbardes), et de jouets miniatures. Chaque comptine a la particularité d’avoir une identité propre, aux sonorités décalées. 13 versions instrumentales complètent le disque. L’album lui, propose une présentation des instruments utilisés et des artistes. Seul bémol, on préférerait, à la pagination traditionnelle, avoir les numéros de pistes des morceaux.
Album vivant, qui entraîne les enfants à danser, chanter, taper dans les mains et à apprivoiser les sons et le répertoire commun de manière extrêmement ludique.

coup de coeurComptines pour chanter la savane / ill. C. Hudrisier. - Didier. - (Eveil musical)

Une collection que l’on aime, avec son petit format carré bien pensé, les illustrations de Cécile Hudrisier (le plus souvent) et le répertoire soigné. Ici, c’est la savane qui est choisie comme thème central, pour 10 chansons traditionnelles (exceptée une chanson d’Hugues Aufray et de Joël Sadeler (très belle) chantées surtout par des enfants, en français, antillais, portugais. Très plaisant et réussi !

coup de coeurComptines pour jeux de doigts / C. Albaut ; J. Naty-Boyer ; A. Schneider. - Milan. - (Rondes et comptines)

14 comptines dans un format cartonné qui s’ouvre facilement et se prête bien aux petits doigts. 5 illustrateurs concourent à créer un album tonique aux couleurs harmonieuses. Sur chaque page, les paroles, avec les mimes associés.
Sur le cd, on retrouve de nombreux arrangements ; les chansons sont interprétées par des voix d’homme, de femme ou d’enfants ; l’interprétation est claire et distincte. A la fin du cd, on retrouve les mélodies pour chanter seul. Un album adapté aux enfants de 6 mois à 2 ans.
Les titres : Meunier, tu dors ; Roulez chemin de fer ; Les petits poissons ; Toc, toc, monsieur Pouce ; J’ai un gros nez rouge ; Un ouistiti ; Ainsi font, font, font ; Que fait ma main ? ; Je fais le tour ; Cache doigts ! ; Cinq petits doigts ; Comptines en signes  ; Cap cap capitaine ! ; Tourne, tourne, petit moulin

coup de coeurMes comptines indiennes / A. Hussain ; M. Kerba. - Milan. - (Turbulette)

C’est un magnifique objet que ce livre-CD cartonné qui nous emporte en Inde avec dix comptines écrites et interprétées par Anwar Hussain pour les tout-petits. Chez Milan, dans le même esprit et la même présentation, nous connaissions déjà les comptines d’Afrique.
Un petit texte introductif situe le contexte de chacune des comptines, quand elles abordent les animaux, la nourriture, les voyages… Tous les textes sont en hindi (sauf une en Marwari), traduits et transcrits dans un carnet joint à l’album. La culture du pays est restituée par la langue bien sûr, la sonorité des instruments traditionnels (sitar, armonium etc…), le rythme des tablas. L’illustration aussi, en rondeurs et couleurs chaudes sur fond blanc, nous transporte dans le sous-continent indien, avec les personnages typiques comme l’éléphant Ganesh. Les sonorités peuvent à la longue intriguer, dérouter nos oreilles occidentales mais ce livre CD pourrait fort bien intéresser les amoureux de ce pays lointain ou les animateurs désireux de le faire découvrir aux enfants.
Soulignons que dans le CD, nous avons d’abord les comptines et ensuite leurs version instrumentales, ce qui permet éventuellement de jouer sur les deux registres, celui des mots et celui des instruments.

coup de coeurBonne nuit, berceuses d’ici et d’ailleurs / J. René ; E. Battut. - Bulles de savon. - (Mes premières chansons)

Créations (7 chansons) ou adaptations de morceaux traditionnels et de poème (7), Jean René a mis sa patte sur ces 14 berceuses d’ici et d’ailleurs. La voix douce, les airs discrets (principalement aux instruments à corde), les peintures d’Eric Battut, paysages apaisants, tout concourt à installer une atmosphère sereine qui fermera très vite les yeux des petits sans ennuyer les adultes qui ont ici affaire à un répertoire non rebattu.
Les titres : un tout petit poème de Paul Vincensini (La nuit) puis Un petit air qui berce ; Avant la nuit ; Une chanson douce ; La lune ; Le manège de la neige ; Dors bébé dors ; Coucher de soleil ; Brille brille ; Combien d’étoiles ; Au dessus des nuages ; Pour m’endormir ; Le chat et le soleil ; Au clair de la lune ; Bonne nuit.
Autre lecture
La facture du livre est bien réussie, les couvertures sont alléchantes et donnent envie de le feuilleter et l’acheter. Le thème de la nuit est décliné dans toutes les dimensions, astres, Terre, saisons, ciel, mer, air. Les textes et illustrations se déploient dans un bel équilibre qui met en évidence le talent de l’illustrateur, son envie de sobriété où les couleurs primaires donnent une ambiance de rêves, de poésie tout en évoquant avec brio les thèmes de chaque texte. Très belles, naïves, poétiques, les illustrations portent bien le texte dont le graphisme, blanc, n’est pas trop dérangeant pour la lisibilité.
Le CD, quant à lui semble sur le plan musical assez simple, peut-être trop, ce qui donne une ambiance générale un peu trop linéaire. On aurait envie que la voix puisse se décliner avec plus de douce fantaisie. Cependant, il est vrai, que berceuse signifie calme, légèreté, finesse, douceur. Bref, le travail musical est moins convaincant, le choix des instruments, peut-être, la tonalité ou la voix auraient pu être enrichis pour que le CD corrobore le beau travail de ce livre.

coup de coeurRondes et comptines des 4 saisons / L. Prado ; A. Schneider. - Milan

Il ne faut pas s’arrêter au répertoire de cet album qui est des plus classiques et avoir la curiosité d’écouter le CD qui surprend dans la qualité des interprétations, qu’il s’agisse de la musique ou de la superbe voix de la chanteuse principale. En effet les morceaux sont mélodieux et agréables à écouter en famille. Quand au livre, pas de monotonie puisque chaque comptine est illustrée par un artiste différent.
Autre lecture
Un format carré avec onglets que les petits aiment à manipuler. 5 artistes se partagent l’illustration de cet album dans une variété intéressante. Une première comptine, création de Thomas Scotto, met dans le rythme : Debout, réveille toi, nous voilà dans une ambiance enjouée ! Les chansons suivantes sont issues du répertoire traditionnel (avec certaines moins connues comme Chantons la vigne) mais interprétées avec dynamisme. Si les voix sont un peu aiguës, l’ensemble reste agréable à écouter. Après les versions chantées, les versions instrumentales permettront aux enfants et adultes de chanter à leur tour.

coup de coeurChansons et comptines à la maternelle. – Formulettes

Couleurs franches et animaux mignons (singe, souris, escargot, poisson, coccinelle, écureuil, araignée), nous sommes dans l’univers des petits qui fleure bon la fraîcheur et l’enthousiasme. Le choix des comptines, plutôt réussi, est un équilibre de comptines traditionnelles ou plus modernes, courtes ou plus longues (4 à 17 lignes) :
1- Le petit japonais, musique et texte court et efficace, plongée dans les instruments idoines
2- Jean Petit qui danse : interprétation soignée typique de Bretagne, avec voix et flûte
3- Un petit pouce qui danse : mise en évidence des percussions et cordes
4- L’éléphant : samba, cha-cha-cha, la musique corrobore l’ambiance des illustrations
5- Tchin, tchin, tchin : sons typiques Chine , tout y est pour la douceur et le calme
6- Tombe la pluie : énergie et gaieté de vivre ensemble avec chacun son activité
7- C’est la baleine : ronde qui tourne et tourne sur une musique qui lui va bien
8- Bébé nageur : piano pour évoquer la peur ou le bien-être dans l’eau – seul le refrain est mentionné à l’écrit, le texte est nettement plus long et bon
9- Do, ré,mi, la perdrix : pour la gamme majeure, une répétition sympathique et colorée par le son de la flûte
10- Trotte petit cheval : pour rimer sur villes et couleurs, un thème qui trotte allègrement au rythme de la guitare et percutions
11- Qui a peur du loup ? Ambiance gitane avec l’accordéon syncopant le rythme et l’approche du loup, très bien !
12- Dans la maison de Tom Pouce : guitare et percutions
13- Une araignée sur le plancher : A capella ( l’avant-dernière ligne est un peu difficile pour des petits…)
14- J’ai une maison toute ronde : solliciter les expressions corporelles sur une cadence bien rythmée
15- Petit ver de terre : hautbois et banjo pour cette célèbre comptine
La présentation sobre et soignée tant par le graphisme que par les illustrations donne à ce livre aux dimensions équilibrées de bons attraits. Les animaux très bien campés complètent le CD très bien réalisé.

coup de coeurComptines de Roses et Safran, Inde, Pakistan et Sri Lanka / J.-C. Hoarau, C. Grosléziat ; A. Fronty. - Didier. - (Comptines du monde)

L’album comprend 27 comptines, berceuses, chants et jeux de doigts d’Inde, du Pakistan et de Sri Lanka. Les deux premières pages présentent le sommaire (avec l’origine de chaque chanson) et une carte de la répartition des langues : sanskrit (supranational), hindi, ourdou (Pakistan), bengali, rajasthāni, oriya (Orissa), télougou (Andhra Pradesh), tamoul ( Tamil Nadu, Union territoriale de Pondichéry, Sri lanka), singhalais (Sri Lanka), chemnai (Madras), mumbai (Bombay), kolkata (Calcutta).
Toutes les paroles sont reproduites dans leur alphabet d’origine, transcrites en caractères latins et traduites en français, ce qui facilite l’approche au fil de l’écoute. La partie documentaire est très soignée comme dans toute la collection. Une page d’introduction souligne l’extrême diversité des chansons ; on entend aussi bien un poème (en bengali) de Rabindranath Tagore, une version tamoule du Corbeau et du renard, une adaptation tamoule de Frère Jacques, des berceuses popularisées par les films de Bollywood, des rythmes endiablés du Rajasthan, des envolées lyriques pour la déesse Sarasvati, déesse de la musique et des arts, œuvre du poète et compositeur de musique classique de l’Inde du sud Muttusvami Dikshitar(début XIXe siècle)…
Trois pages solides (A propos des langues) sont consacrées aux langues, avec un tableau des transcriptions et quelques éléments de prononciation. Les sept pages finales (de couleur safran) proposent pour chaque chanson, comme dans les autres albums de la collection, des explications musicales (instruments, rythme, interprétation vocale), historiques, sociales, culturelles, religieuses, qui viennent compléter la courte introduction historique de l’album. On perçoit ainsi mieux à la fois l’existence d’une tradition commune aux trois pays, au-delà des différences linguistiques ou politiques, et les spécificités de chacun d’eux. L’Union indienne est une mosaïque de cultures et de confessions, l’hindouisme occupant la place prépondérante. Le sacré est présent dans les chansons pour enfants. Ainsi Madhovilokke évoque l’adolescence de Krishna, dieu des bergers ; Murugan pâdal est un poème au dieu Murugan, frère de Ganesh ; les enfants sont comparés à Krishna (Muddugare, berceuse du compositeur du XVe siècle Annamacharya ou Ganesh). Nanhikali, musique du film Sujatha évoque les castes. La nature et les enfants occupent une place majeure.
L’album est relativement décevant, par rapport aux autres de la collection et par rapport à ce que l’évocation de l’art indien, pakistanais ou sri lankais peut faire attendre. Certes certains détails sont soignés : les premières pages documentaires jaune safran sont bordées verticalement par une frise. Ce sont d’abord les couleurs qu’Aurélia Fronty a choisies pour créer un équivalent plastique des thèmes et de la richesse musicale des chansons. Outre le jaune safran, le vert profond présent dès la page de garde, dominent les bleus lavande et les roses du titre : indien, violine ou saumon. Ces couleurs éclatent d’autant plus que nombre de pages sont peu décorées, mais elles peuvent ne pas toutes être appréciées. Les éléments purement décoratifs manquent de véritable finesse. Les plus réussies des grandes figures représentent des animaux : corbeau bleu (6), paon (7), éléphant (prière au dieu éléphant Ganesh, Ganapayya)… Les personnages, quoiqu’inspirés de l’art traditionnel, sont moins réussis : les visages notamment peu expressifs maintiennent une distance qui ne semble pourtant pas refléter la dimension spirituelle, sans que les lignes courbes contrebalancent cette impression.
Si les illustrations ne sont pas véritablement convaincantes, le CD, lui aussi décoré, l’est davantage. On se laisse facilement emporter par ce voyage sonore. La diversité de la vingtaine d’interprètes, dont Amrat Hussain, Audrey Prem Kumar se marie à celle des chansons. L’interprétation de Mâ bâla kâlê, Nanhikali est particulièrement réussie. Dans la musique indienne, priorité est donnée à la voix que les instruments solistes ou accompagnateurs cherchent à reproduire, avec un système rythmique très complexe (cycle de 3 à 108 temps). Plusieurs chansons reposent sur un jeu virtuose des onomatopées (Madhovilokke, Murugan pâdal). Sur les syllabes sans signification de Dhin dhin se déploie une improvisation rythmique accompagnée au tablâ (2 tambours encordés). Autres instruments (sur lesquels sont données de nombreuses indications) : des percussions aux sonorités très variées : ghatam, mridangam, dholak, idhaka, castagnettes karthal, la flûte bansuri, le sitar, le tampura (sorte de luth à manche long), la guitare le violon, l’harmonium. On se laisse aisément emporter par toutes ces sonorités lointaines et mystérieuses…
Le CD, les pages documentaires approfondies, notamment sur le plan linguistique, font de cet album CD un outil de choix pour la découverte de cultures lointaines. Malgré les réserves émises, c’est un bel ouvrage pour tous, enfants et adultes. Lire la critique complète sur le blog de Brigitte Lacot

coup de coeurComptines pour les gourmands / C. Hudrisier. – Didier. – ( Eveil musical)

Cet album CD comprend 12 comptines issues du répertoire français et international, comptines pour la plupart très connues : Dame Tartine ; Je croque la Lune ; C’est demain dimanche ; Tous les légumes ; Pomme de reinette et pomme d’api ; Fui ao mercado (comptine brésilienne, avec sa traduction) ; J’ai cassé la vaisselle à maman ; Guillaume ; Un régiment de fromages blancs ; Au cluguet, tiroluret ; Mardi gras, t’en va pas ; Dlo cho épi kako (comptine créole, avec sa traduction).
Les illustrations, mélange de dessins et de collages, offrent des couleurs vives et variées sans être agressives, simples et pleines d’humour ; elles conviennent particulièrement aux plus petits, tout comme le cartonné de petit format, aux bords arrondis. On peut regretter l’absence des partitions, surtout pour les quelques comptines moins connues.
Le CD comprend des voix adultes, féminines ou masculines, et des voix enfantines, qui chantent en solo, en chœur ou se répondent. Si elles ne sont pas toutes très justes, les voix enfantines séduisent par leur fraîcheur et leur entrain. Les instruments sont variés, soulignent la dimension humoristique, et se font parfois entendre seuls (Fui ao mercado). L’ensemble est très rythmé et invite à danser. C’est le cas du swing de Je croque la Lune, particulièrement réussi. Cet album CD de qualité s’adresse aux jeunes enfants à partir de 18 mois. Ceux-ci en apprécieront la gaieté, pourront chanter, textes et musique étant faciles à mémoriser, et aussi danser, mimer, improviser sur de petits instruments, prolonger par la confection d’un goûter.

coup de coeurBerceuses pour petits noctambules / Gibus ; M. Mahler. - Didier. - (Eveil musical)

Un livre de petit format carré cartonné aux bords arrondis, adapté aux plus petits, qui proposent des berceuses pour un éveil au monde de la nuit à la fois étrange et familier. La musique douce est accompagnée des bruits du soir : la pluie, le vent, les cris des animaux... Mais on retrouve aussi l’univers intime et rassurant de la chambre. La voix de Gibus porte cette atmosphère nocturne avec une douceur qui invite à la rêverie et au sommeil. Le texte joue sur la sonorité des mots et la musicalité de la langue par les moyens de la rime, du jeu de mots et du refrain.
Les illustrations utilisent une technique de découpage et de collage de formes. Les couleurs s’associent avec harmonie et chaleur aux berceuses. La force de l’ensemble de l’œuvre est de rendre familiers et rassurants des éléments qui a priori ne le sont pas pour les petits : la chauve-souris, le vent, l’orage...

Affichage de 10 sur 103, voir les autres pages : 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 |...

Haut de la page

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse