couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Livres CD

Comptines et berceuses
Textes lus
Chansons
Livres documentaires
Musiques
Chansons

coup de coeurNos titres préférés
Actes sud / Didier / Enfance et musique / Gallimard / Lirabelle / Milan / Autres éditeurs /


coup de coeurPromenons-nous dans les bois / B. Guettier ; Bibéo. - Eveil et découvertes

Beaucoup de gaieté dans ce livre audio. C’est le troisième de la collection avec le même format, la même illustratrice, le même style de musique. La destination voulue et sans doute réussie est de faire danser les tout-petits sur des airs traditionnels, revisités par un groupe de musiciens dijonnais plein de dynamisme. Selon une façon nouvelle de pratiquer dans les albums CD, une version orchestrale de chaque titre est disponible après les versions chantées. Des efforts certains pour créer de nouvelles versions de ces 12 titres très connus mais l’oreille adulte pourra se lasser…

coup de coeurMaman les p’tits bateaux, 13 chansons de toujours avec un orchestre symphonique / J. René ; B. Després. - Bulles de savon

Jean René, auteur compositeur chanteur pour les enfants depuis de nombreuses années et Bernadette Després, illustratrice pour la jeunesse depuis très longtemps et maman des « cultissimes » Tom Tom et Nana, se sont réunis pour donner naissance à un album CD de chansons traditionnelles revisitées. 13 titres (Au clair de la lune, Gentil coquelicot, le Bon roi Dagobert, Polichinelle... ), accompagnés par un orchestre symphonique sous la direction de Naoki Tsurusaki (qui a aussi signé les arrangements) et une chorale d’enfants de 5ième dirigée par Gérard Tracol et Sophie Seuris, le tout évidemment chanté par Jean-René !
Maman les p’tits bateaux offre des orchestrations tout à fait originales associées à des voix d’enfants justes et dynamiques qui donnent à l’ensemble une couleur vive, parfois classique, quelquefois plus jazz. Un album qui réconcilie avec les comptines de notre enfance souvent ressassées à toutes les sauces, une idée qui peut accompagner les plus jeunes vers toutes les finesses musicales d’un orchestre. Des vignettes sous forme de bandes dessinées réalisées par Bernadette Desprès, mettent en images les paroles des chansons que les plus grands pourront lire en (re)découvrant l’humour de la célèbre dessinatrice.
Un album intergénérationnel (à partir de 4 ans), pour que les enfants et les parents se réconcilient avec ces chansons qui font partie pour toujours, semble-t-il, de notre patrimoine !

coup de coeurTimoléon / S. Waring ; A.-I. Le Touzé. - Editions des braques

La naissance du petit-fils de Steve Waring, Timoléon, a été prétexte à la création de ce recueil de 14 chansons, dont deux en anglais. 14 créations et adaptations (d’après Alain Gibert, Woodie Guthrie, Ogden Nash et Quincy Porter) : Savez-vous planter les choux ; Câliner ; Timoléon ; Têter Songs for my grandson ; Un géant ; Behold the duck ; La poulette jaune ; Berceuse du chabreton ; Le petit corbeau ; Ventre rond… ; Combien ; Le hareng saur ; Eli’s lament ; So long. Une double-page finale permet de compter de 1 à 10 dans la langue de Steve !
Les illustrations d’Anne-Isabelle Le Touzé tout en rondeurs et couleurs chaudes non saturées, sont douces et présentent quelques belles trouvailles : le bras qui s’allongent pour recevoir 10 petits endormis ; une maman allaitant son petit ; une promenade en famille sur le dos d’une vache.
Dans le CD, bruitages, gazouillis et bruits de succion du bébé, se mêlent aux instruments variés (banjo, kazoo, guitares, trombone, ukulélé, hélicon, contrebasse, clarinette, sifflet, trompette, buggle, chabretou, clarinette, saxophones, soprano et alto, flûte irlandaise, ocarina, balafon, djembé, percus dans l’eau, racleur, melodica).
Un bon album aux styles divers (jazz, folk américain), qui joue décidément sur le registre familial : la fille de Steve Waring, Alice, apporte, dans les duos, le charme d’une voix féminine claire et bien posée.

coup de coeurFrogs and owls : 29 chansons et comptines en anglais / ill. M. Boucher. – Enfance et musique

Album CD de comptines et chansons en langue anglaise. Interprétation musicale et vocale riche et variée (pluralité des instruments et des voix). Des chansons rythmées, soutenues par les illustrations et une mise en page dynamique des textes. Chaque comptine occupe une pleine page de l’album et est traduite en langue française. Un album CD de qualité qui s’adresse à tous, anglophones ou non.
Autre lecture
L’ouvrage est accessible dès 2 ans. Le répertoire proposé, issu du folklore traditionnel, est centré sur les animaux, les nombres, les parties du corps, la nourriture. L’humour est largement présent. Certaines comptines sont chantées, d’autres parlées, se prêtent parfois au mime. Ce répertoire enfantin est parfaitement adapté pour faire découvrir l’anglais de manière ludique.
Les chansons : Five little owls ; Onery, twoery ; Snails trails ; My little blackbird ; Five little froggies ; Onery, twoery ; Over the meadow ; Inchworm ; Five purple elephants ; Onery, twoery ; Jelly fish ; Baby maths ; Onery, twoery ; This old man ; Mosquito one ; One, two, three a-leary ; My hat it has ine bobble ; Everyone freeze ; Onery, twoery ; Ten fat sausages ; One bootle of pop ; Onery, twoery ; Alice the camel ; Engine, engine ; One man went to mow ; Onery, twoery ; One little dream boat ; There were five in the bed ; Counting sheep.
Le CD est très bon et donne immédiatement envie de danser. Voix féminines et masculines alternent ou parfois s’unissent, en mettant en valeur l’humour des textes. Les interprétations sont riches et variées : country music, jazzy,gospel, berceuses finales. Les instruments originaux : banjo, violon, autoharpe, tympanon ou kazoo, ainsi que les bruitages, contribuent au plaisir de la découverte.
L’album est moins convaincant. Il offre sur la même double page le texte anglais et sa traduction ou son adaptation selon les cas (sans que cela soit précisé, ce qui peut gêner dans la perspective de l’apprentissage de l’anglais). Ces textes se lisent mal sur les fonds colorés. La partition aurait été bienvenue. Ce sont surtout les illustrations qui paraissent plus contestables, notamment à cause de leurs couleurs assez soutenues quoique non saturées. Les petits animaux stylisés croqués en mouvement traduisent l’humour des textes.
Malgré quelques réserves, l’ensemble est sympathique. Il se prête d’abord à une découverte ou à une approche variée à l’école maternelle ou primaire (CP). Voir la présentation compète sur le blog de Brigitte Lacot

coup de coeurBrassens pour les enfants / ill. R. Cierco. - Formulette production

L’appréciation sur cette reprise des chansons originales de Brassens ne peut qu’être éminemment subjective. Dans le cas de l’univers très personnel de Brassens, à la fois auteur et compositeur, on est frappé par la distance entre les interprétations. Pourquoi ne pas proposer directement aux enfants Brassens, comme si ceux-ci ne pouvaient que juger obsolète sa façon de chanter ? Quelles que soient les qualités des interprètes, leur univers propre les amène à effacer le caractère primordial du texte, à détourner d’une écoute attentive par un accompagnement parfois trop bruyant. Si on peut reconnaître que certains adolescents peuvent par ce biais découvrir des chansons qu’ils ne voudraient pas écouter dans leur version d’origine et ainsi être préparés à l’écoute de Brassens, on regrette que l’album omette de présenter l’auteur, d’autant plus que son non-conformisme est propre à séduire les jeunes.
Le sommaire complet des titres avec la durée des morceaux est donné au début, et à la fin on trouve la table complète des musiciens.
11 titres, bien choisis : Maman, papa (Aldebert et Agnès Bihl) ; Les sabots d’Hélène (Les ogres de Barback) ; Le parapluie (Yves Jamait) ; Marinette (Yves Jamait) ; La chasse aux papillons (Agnès Bihl) ; Les copains d’abord (Aldebert) ; Le parapluie (Weepers circus) ; Je me suis fait tout petit (Les ogres de Barback) ; Les passantes (Debout sur le zinc) ; La Cane de Jeanne (Weepers Circus) ; Mourir pour des idées (Debout sur le Zinc).
La comparaison des deux versions du Parapluie permet de réfléchir à la notion d’interprétation / appropriation.
Les illustrations de Rémi Cierco passent à côté de la finesse et des nuances des chansons. Elles paraissent inutilement démagogiques. En outre la présentation du texte leur donne un caractère surchargé et peu lisible. On déplorera par ailleurs le redoublement des strophes des Passantes : il manque toute une partie des paroles !
Un voyage original dans l’univers de Brassens. Toutefois, attention à ne pas vouloir trop « revisiter » un auteur ! Il y a là un réel risque de s’éloigner tant de la poésie que du rythme et de son univers.

coup de coeurRegarde le brin d’herbe, des poètes à chanter et à écouter / M.-C. Aguerre ; J. René. - Bulles de savon. - (Petits poèmes en herbe)

12 poèmes chantés par Jean René et ses comparses, 5 poèmes racontés autour du thème de la nature, voici l’un des trois albums CD d’une toute nouvelle maison d’édition crée par le chanteur Jean René. Beaucoup de respect des auteurs dans l’interprétation des textes qui sont tous de qualité avec la signature de bons manieurs de mots dont Maurice Carême, Jacques Charpentreau, Robert Desnos. On sent la complicité des artistes rassemblés autour du projet. Les rythmes sont variés et chaque pièce a son originalité grâce aux instruments choisis même si l’accordéon et la guitare dominent.
L’illustration et ses teintes acidulées contribue à donner le ton juste, celui de la beauté simple des petites choses du quotidien comme un brin d’herbe qui donne son nom à l’ouvrage. Dès 4-5 ans.

coup de coeurSoixante secondes de papillon, des poètes à chanter et à écouter / C. Sanson ; J. René. - Bulles de savon. - (Grands poètes en herbe)

C’est le temps que Jean René a choisi comme thème central de cet album CD destiné à des enfants déjà grands (5-6 ans). Plusieurs auteurs mais une prédominance de Carl Norac qui signe 9 textes sur les 12 poèmes chantés et les 5 poèmes racontés. Paul Verlaine, Charles d’Orléans, Paul Eluard font également partie de cette petite anthologie mais on retrouve aussi avec bonheur, un chanteur poète moins classique : Julos Beaucarne et sa tristesse chaleureuse. Tous mis en musique par Jean René et interprétés par différents artistes. Dommage que les poèmes ne renvoient pas, sur l’album, aux pistes de CD.
L’interprétation musicale est travaillée avec soin : instruments et rythmes variés, adaptation à chaque titre. L’illustratrice a su donner une unité à l’album avec son bonhomme lunaire aux yeux interrogateurs et plein de gentillesse.

coup de coeurMonsieur et Madame neige / Syrano. – Actes sud junior

L’hiver est proche, la nature va bientôt hiberner. Les parents restent au chaud, les enfants sortent sur la colline pour faire deux grands bonhommes de neige, « un beau et un joli » qui bientôt se font la révérence… Les enfants rentrent en se posant des questions sur la vie de ces bonhommes de neige. Une chanson traduit l’amour naissant de Madame Neige pour Monsieur Neige. Revient la voix parlée qui évoque le secret, la timidité, le manque de courage, la difficulté de trouver les bons mots ; suivie d’une chanson qui montre que Monsieur Neige est congelé dans ses atermoiements. Bientôt le printemps, il faut prendre courage, et se déclarer. C’est alors qu’il rejoint Madame Neige dans un grand élan du cœur partagé, où chacun déclare sa flamme pour une fusion éternelle qu’un nuage blanc emporte et transforme en cristaux d’amour.
La construction équilibrée en fait une structure poétique de charme. Les parties parlées précédant celles chantées, donnent à l’ensemble du CD, une bonne progression. Les strophes en rimes suivies 8 et 4 vers, ou 4,6,4, ou 6 sont les transitions participant à l’évolution des situations. Elles introduisent les parties chantées et leur donnent plus d’impact.
Les illustrations sobres et colorées privilégient les couleurs primaires et se fondent bien dans le sens des textes et éléments significatifs de l’instant décrit, une certaine harmonie s’y déploie. On peut regretter que l’opposition frimas de l’hiver/amour flamboyant ne soit pas mieux exprimer dans l’illustration. Ce livre est court, bien structuré, joli, il faut de toute façon le lire et l’écouter plusieurs fois avant de prendre la mesure de cette poésie mise en musique avec nuances et souffle calculé.
On pourra profiter après la lecture du livre, du plaisir du texte mis en musique avec des instruments très bien choisis. Poésie dite sans musique au début, plante le décor hivernal, silence ouaté et contraint. Quand Dame Hiver s’installe, la musique nous entraîne, fébrile, vers les frimas, les paroles redoublent « c’est l’hiver, y fait pas beau et c’est normal… » (qui ne paraît pas à l’écrit). Les parties parlées sur la voix posée et sobre de Syrano sont en accord avec le sens. Des instruments comme le glockenspiel, le piccolo ou la grosse caisse scande avec justesse certains passages : l’ambiance hivernale, des nuits blanches, la délicate fusion de M. & Mme neige, la déclaration de plus en plus torride et transcendée de Monsieur Neige se révèlent dans la fanfare finale et éclatante, et s’arrête brutalement, comme un rêve. La musique très subjective par rapport aux contextes transcende largement le CD. L’apothéose de la fanfare sur le dénouement de l’histoire est pleine d’emphase, les percussions battent aussi fort qu’un cœur fléché…

coup de coeurLes plus belles chansons allemandes / M. Bignone ; R. Saillard, R. Badel ; S. Collard. - Didier. - (Les petits cousins)

Cet album CD, chanté par des enfants bilingues, permet de mettre en relation 12 chansons allemandes, 10 chansons françaises et 3 chansons dans les deux langues.
Les titres : Es tanzt ein Bi-Ba-Butzemann ; Das Nasenbohr-Nashorn ;. Ein Mops kam in die Küche ; Il était une bergère ;. Ich geh’ mit meiner Laterne ; Lili Marleen ; Morgens früh um sechs ; Au jardin de ma grand-mère ; Grün, grün, grün sind alle meine Kleider ; La chanson des couleurs ; C’est Gugusse avec son violon ; Eine kleine Geige ; Am stram gram ; ABCD ; Dans ma ville ; ABC, die Katze lief im Schnee ; Le canon des flocons ; Der Fuchs geht um ; La clé de saint Georges ; J’aime la galette ; Backe, backe Kuchen ; Ronde de nuit ; Der Mond ist aufgegangen ; Liebe Elise ; Y’a une pie dans l’ poirier ; Frau Schwalbe ist ’ne Schwätzerin.
Le répertoire est très varié.
- Des classiques : Das Nasenbohr-Nashorn, chanté dans les écoles germaniques, Der Mond ist aufgegangen, poème sur la lune composé au XVIIIe par Matthias Claudius, mis en musique par Schutz, compositeur de musique sacrée, ou encore Lili Marleen, poème d’amour de Hans Leip composé pendant la première guerre mondiale, mis en musique par Norbert Schultze en 1939 et transformé en hymne à la liberté par l’actrice Marlene Dietrich.
- Des standards dans l’apprentissage de l’allemand : Grün, grün, grün sind alle meine Kleider, Eine kleine Geige, Morgens früh um sechs
- Les morceaux qui mêlent les deux langues : la belle Ronde de nuit, Liebe Elise, chef d’œuvre d’humour de la première moitié du XIXe ou l’amusant ABC, die Katze lief im Schnee, insistent sur les correspondances entre les deux cultures.
Comme dans tous les albums de la collection, les pages documentaires finales, très riches, explicitent d’abord la démarche de sélection opérée par Marie Brignone, orthophoniste et conteuse : les chansons, choisies pour leur intérêt musical, leur beauté, leur humour, leur richesse linguistique ou phonétique, sont mises en correspondance pour leur sens (thèmes voisins), leur style (canons, chansons à tiroir, rondes, jeux collectifs…). Puis viennent les commentaires sur chaque chanson : origine, interprétations possibles (gestuelle, jeux, prolongements éventuels), dont tous, parents ou enseignants, peuvent librement tirer profit. Les traductions, d’abord françaises, puis allemandes, sont volontairement situées à la fin de l’album, pour que la découverte dans la langue allemande, l’investissement par le corps et la voix précèdent et donc favorisent éventuellement l’acquisition de la langue étrangère en tant que telle.
Les illustrations de Ronan Badel et de Rémi Saillard aident à comprendre les chansons, soulignent les correspondances thématiques ou stylistiques. Ainsi le même personnage sur fond blanc illustre Morgens früh um sechs et Au jardin de ma grand-mère. L’alternance des deux illustrateurs aux techniques variées se marie bien avec celles des chansons allemandes et françaises, sans la redoubler. L’unité générale naît en particulier de la représentation humoristique et dynamique des personnages, en parfait accord avec la gaieté de l’interprétation musicale.
Le CD est un des plus accomplis de la collection. Piano, contrebasse, batterie accompagnent les chanteurs. Le rythme jazzy évoque parfois l’atmosphère des cabarets allemands des années 1930. Les voix sont très belles, tant celles des adultes que celles des enfants : en solo, en chœur, en duo…, tous chantent avec entrain, heureux manifestement de chanter. Certaines comptines (Kinderreime) sont seulement déclamées ou récitées, conformément à la tradition allemande qui valorise la voix parlée, dans des pièces de théâtre radiophoniques par exemple. Dans ma ville devient un dialogue entre un enfant et un adulte. Les arrangements très rythmés invitent les enfants les enfants à s’approprier les chansons par le corps - mime, danse, mise en scène - et les répétitions (reprises en chœur ou en écho) facilitent la mémorisation du texte. Une mention particulière pour deux chansons réunissant français et allemand : Lili Marleen et Liebe Elise qu’accompagne le piano avec virtuosité.
Cet album CD, accessible dès 3-4 ans (pour les plus jeunes, priorité au CD), peut être écouté en famille pour le plaisir et sensibilise ou initie à la langue et à la culture allemandes, et donc à la diversité culturelle.
Voir la présentation compète sur le blog de Brigitte Lacot

coup de coeurMa tata, mon pingouin, Gérard et les autres / F. Hadji-Lazaro ; D. Durand. - Milan. - (Tintamarre)

Le musicien chevronné qui a su conquérir les parents, François Hadji Lazaro, fut un précurseur de la nouvelle chanson réaliste avec le groupe Pigalle dans les années 80. Il s’adresse aujourd’hui à leurs enfants, avec Ma tata, mon pingouin, Gérard et les autres, un album-cd plein de tendresse (Ma Moman, je ne l’aime pas) et d’humour (Du Poulet), agrémenté des illustrations touffues, truculentes et colorées de Delphine Durand. Au milieu des dessins que les plus petits sauront apprécier ("à partir de 5 ans"), entre les personnages et les petits animaux bizarres, le musicien interprète quatorze opus avec les "maux" d’aujourd’hui ("Madame la Fée est au chômage"), des chansons qui transmettent toute la culture musicale du musicien, avec des touches rock, musette, punk et folk, de la poésie et des influences de musique du monde entier, tout ça pour un public très large.
Huitième album de la collection Tintamarre chez Milan, qui a eu la bonne idée de réunir harmonieusement une illustratrice et des interprètes musiciens modernes et différents, pour les enfants et... leurs parents ! A découvrir très vite !

Affichage de 10 sur 138, voir les autres pages : 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 |...

Haut de la page

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse