couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Interrogation par mot-clé

 

Debout les paresseux / H. Lester ; L. Munsinger. - Kalédiscope

A l’école du grand sommeil, les élèves n’ont qu’un souci : parfaire leur inclinaison à la paresse... Ils s’en tirent fort bien jusqu’au jour où débarque M. l’Inspecteur qui déplore les résultats en matière de calcul, récitation etc. Mais il n’est pas né celui qui arrivera à bousculer la lascivité de ces animaux ! Leurs expressions et attitudes nonchalantes nous inciteraient presque à faire la sieste...

 

Mon jour de chance / K. Kasza. - Kaléidoscope

Un cochon frappe à la mauvaise porte... celle du renard. Son heure a-t-elle sonné ? En d’autres circonstances, sans doute, mais ce cochon là est bien trop filou. Beaucoup d’espiègleries dans les illustrations pour une histoire aux allures classiques, menée tambour battant.

 

La souris de M. Grimaud / F. et D. Asch. - Albin Michel

Cet album, c’est tout d’abord une ambiance graphique aux plans cinématographiques, couleurs années 30. Puis l’on découvre le scénario, finement mené : jeu délicieusement ambigu du chat et de la souris. S’ajoutent le plaisir du langage, très raffiné, et celui d’un humour pince-sans-rire aux accents british. Un pur moment de délectation accessible dès 8 ans.

 

Allez maintenant au lit / S. Stoddard ; L. Munsinger. - Hachette

Contexte : Tous les prétextes sont bons pour ne pas aller au lit...
Ce qui est répété : Je n’arrive pas à dormir dit Petit ours. Parce que... Alors comme je suis un ours (Situation de refus)
Remplacement par : Refus
Autre structure présente : Enumération

 

Cric crac / Rascal ; S. Girel. - Ecole des loisirs

Contexte : Le lapin trouve un coffre qu’il échange au renard pour sauver sa vie, qui fait de même avec l’ours, qui fait de même avec le chasseur...
Ce qui est répété : x comprend très vite qu’il a besoin d’une clef pour pouvoir ouvrir le petit coffre - Répétitions d’onomatopées
Remplacement par : Echange
Remarques : Qualités plastiques du livre
Age : cp

 

Plouf / P. Corentin. - Ecole des loisirs

Contexte : Qu’il faut être rusé pour se sortir du puit !
Ce qui est répété : Situation
Remplacement par : Echange
Remarques : Format vertical du livre (puit)

 

Roule Galette / N. Caputo ; P. Belvès. - Flammarion

Contexte : Une galette s’échappe du four pour courir la campagne.
Ce qui est répété : Je suis la galette, la galette. Je suis faite avec le blé ramassé dans le grenier. On m’a mise à refroidir. Mais j’ai mieux aimé courir !
- Galette, galette, je vais te manger
- Attrape-moi si tu peux.
Remplacement par : Refus
A mettre en lien avec :
Le bonhomme de pain d’épice. - Nathan. - (Les petits cailloux)
Le petit bonhomme de pain d’épice / A. Fronsacq ; G. Franquin. - Flammarion
Le bonhomme de pain d’épice / J. Aylesworth ; B. McClintock. - Circonflexe
P’tit Biscuit : ou l’histoire du bonhomme de pain d’épice qui ne voulut pas finir en miettes / C. Hudrisier. - Didier
Petit beignet rond et doré / P. Gay-Para ; R. Saillard. - Didier. - (A petits petons)

 

Le bonhomme de pain d’épice. - Nathan. - (Les petits cailloux)

Contexte : Un pain d’épice s’échappe du four pour courir la campagne.
Ce qui est répété : Cours, cours aussi vite que tu le peux ! Tu ne m’attraperas pas, je suis le bonhomme de pain d’épice
Accumulation par : Refus
A mettre en lien avec :
Roule Galette / N. Caputo ; P. Belvès. - Flammarion
Le petit bonhomme de pain d’épice / A. Fronsacq ; G. Franquin. - Flammarion
Le bonhomme de pain d’épice / J. Aylesworth ; B. McClintock. - Circonflexe
P’tit Biscuit : ou l’histoire du bonhomme de pain d’épice qui ne voulut pas finir en miettes / C. Hudrisier. - Didier
Petit beignet rond et doré / P. Gay-Para ; R. Saillard. - Didier. - (A petits petons)

 

Le bonhomme de pain d’épice / J. Aylesworth ; B. McClintock. - Circonflexe

Contexte : Un pain d’épice s’échappe du four pour courir la campagne. Ce qui est répété : Courez, courez, courez, Aussi vite que vous le pourrez, Jamais vous ne me rattraperez ! Je suis le Bonhomme de pain d’épice ! Non ! Non ! Jamais je ne reviendrai ! Mieux vaut courir Que finir en goûter !
Accumulation par : Refus
A mettre en lien avec :
Le bonhomme de pain d’épice. - Nathan. - (Les petits cailloux)
Roule Galette / N. Caputo ; P. Belvès. - Flammarion
Le petit bonhomme de pain d’épice / A. Fronsacq ; G. Franquin. - Flammarion
P’tit Biscuit : ou l’histoire du bonhomme de pain d’épice qui ne voulut pas finir en miettes / C. Hudrisier. - Didier
Petit beignet rond et doré / P. Gay-Para ; R. Saillard. - Didier. - (A petits petons)

 

Le petit bonhomme de pain d’épice / A. Fronsacq ; G. Franquin. - Flammarion

Contexte : Un pain d’épice s’échappe du four pour courir la campagne.
Ce qui est répété : Arrête-toi. Cours, cours tant que tu voudras, tu ne m’attraperas pas.
Accumulation par : Refus
Autre structure présente : Accumulation par l’image
Remarques : Gradation

A mettre en lien avec :
Le bonhomme de pain d’épice. - Nathan. - (Les petits cailloux)
Roule Galette / N. Caputo ; P. Belvès. - Flammarion
Le bonhomme de pain d’épice / J. Aylesworth ; B. McClintock. - Circonflexe
P’tit Biscuit : ou l’histoire du bonhomme de pain d’épice qui ne voulut pas finir en miettes / C. Hudrisier. - Didier
Petit beignet rond et doré / P. Gay-Para ; R. Saillard. - Didier. - (A petits petons)

 

Suivez le guide ! / E. C. Clark. - Kaléidoscope

Contexte : Un tigre s’incruste dans la farandole joyeuse des animaux de la ferme...
Ce qui est répété : Suivez le guide + verbes
Accumulation par l’image
Autre structure présente : Elimination - Toboggan
Remarques : Enumération dans les verbes d’action - Les animaux domestiqués s’opposent à l’animal sauvage.
Deuxième narration par l’image

 

Attends ! Je veux te raconter une histoire ! / T. Willans. - Kaléidoscope

Contexte : Une technique bien connue pour détourner l’appétit des prédateurs : capter leur attention en leur racontant une histoire...
Ce qui est répété :
- Je vais te manger.
- Attends ! Je veux te raconter une histoire !
- D’accord mais dépêche-toi !
Emboîtement par : Classement

 

La soupe aux pois / F. Diep ; M. Le Huche. - Didier

Il fait bon vivre dans cette cabane là ; Pierre, Toinon, le bébé et une flopée d’animaux y vivent heureux. Mais le bois vient à manquer et Pierre doit sortir en chercher. S’en suit alors un affrontement à rebondissements avec 10...30 loups et il faudra toute la ruse de Pierre (une bonne soupe aux pois !) pour s’en sortir. On lit avec grand plaisir cette histoire à répétition qui se joue des tensions dramatiques pour laisser place à une joie de vivre franche et confiante.

 

Grandméchantloup / Patacrua ; Chené. - Oqo. - (O Contes Pile-Poil)

Contexte : Un loup qui ne mangeait plus que de la soupe au choux se rend qu’il est devenu trop maigre. Il décide de remédier à cette situation infamante...
Ce qui est répété :
- (animal), j’ai faim...et je vais te manger !
- Ah ! Et toi, qui es-tu ? demanda (l’animal).
- Je suis Grandméchantloup, et je ne veux plus ni chèvre, ni âne, ni mouton, ni vache, ni soupe au chou.
- Bien, alors (ruse de l’animal)
Accumulation par  : Refus
Autre structure présente : Enumération
Remarques : Illustrations épurées, dans les tons ocres.
Fin : Rupture

 

Pourquoi le tigre ne grimpe pas aux arbres / C. Zarcate ; H. Zihong. - Seuil. - (Petits contes du tapis)

Cette collection créée fin 2006 nous apporte encore de belles surprises, surtout au niveau de l’illustration. Ici, les somptueuses peintures de l’artiste chinoise He Zhihong occupent avec force la double page grâce à la délicatesse du trait et des couleurs. Pour ce qui est du texte, sur la page à part qui fait le principe de cette collection, il s’agit d’un conte étiologique où l’on découvre comment le chat, très semblable morphologiquement au tigre, s’en distingue par son intelligence.

 

La ruse du lièvre / J. Darwiche. - Lirabelle

Un conte inspiré de Kalila et Dimna est complétée ici par un CD dit par Jihad Darwiche en Français et en arabe. Le CD propose une deuxième histoire (qui ne se trouve pas sur le livre). Deux contes moraux classiques du monde arabe.
L’histoire de La ruse du lièvre : Ce conte simple a une portée universelle : il présente la victoire de l’être petit mais rusé sur la force bornée. Les animaux doivent se soumettre à la volonté du lion et désigner celui d’entre eux qui chaque jour est dévoré. Le lièvre se propose et promet aux autres de les débarrasser du lion. Le jour dit, il arrive en retard, et affirme avoir échappé à un deuxième lion aussi puissant. Il entraîne donc le lion vers un puits et le confronte à son reflet. Le lion tombe alors dans le puits en voulant vaincre son reflet.
La seconde histoire : le sage guide une épouse délaissée afin qu’elle puise dans ses "secrets de femme" pour remettre son mari dans le droit chemin.
Les illustrations De facture moderne, de couleurs vives, elles sont splendides. Elles occupent la page de droite, la page de gauche étant réservée au texte, très lisible sur fond blanc. La technique de l’artiste soudanais mérite d’être étudiée. Les figures animales assez naïves sont tantôt bien délimitées, tantôt fondues dans les couleurs qui se superposent. On perçoit diverses filiations : miniatures persanes, dessins rupestres, tableaux surréalistes.
Le CD
- 2 plages d’introduction musicales.
- Version française du conte. La version orale est caractérisée par une langue plus simple que la version écrite : usage du passé composé notamment.
- Version arabe du conte.
- Plage musicale.
- 2e conte sur le même thème : Ruse de femme. La morale est claire : patience et intelligence, armes féminines, triomphent de la force d’un lion à la crinière duquel 3 poils sont arrachés, preuve que la femme pourra ramener à la tempérance un mari devenu ivrogne. La musique s’entrelace avec le récit.
Nous aimons le ton de ce conteur talentueux dont la voix appuie le côté humoristique de ces deux contes.

 

La feuille de bananier magique : une aventure de Kanchil, le petit cerf-souris / N. Kumar Scott ; R. Raut. - Syros

Illustrées dans le style Patachitra (peinture sur toile de coton), ces fresques indiennes nous garantissent à elles-seules un dépaysement rafraichissant. Puis l’on découvre l’histoire d’un petit cerf-souris très gourmand. “La gourmandise est un vilain défaut” a-t-on coutume de dire, et il est vrai que Kanchil va se trouver en bien mauvaise posture... Mais quand on est aussi malin que lui, on peut être assuré de se sortir de tous les mauvais pas !
Une histoire à répétition qui reprend la tradition de la valorisation du petit dans une malice et une gaieté très plaisantes.

 

Le festin de Noël / N. Dargent ; M. le Huche. - P’tit Glénat

Pas originaux les lascars : le loup, le renard et la belette veulent s’offrir une dinde pour le repas de Noël. Aussitôt volée par le renard, dame Dinde s’offusque de tant de dilettantisme. Ces messieurs pourraient avoir un minimum de savoir vivre pour préparer Noël ! Un logis propre, décoré, et surtout une dinde qu’on aura pris soin de dorloter jusqu’au grand soir. Dame Dinde sait mener son monde... Tant et si bien que l’ambiance virerait presque à la franche camaraderie. On est dans un livre de noël, oui ou non ?
Livre de noël, certes, mais les deux auteures ne jouent pas les sentimentales et nous offrent une histoire à l’issue surprenante et ... alléchante.

 

Rira bien qui rira le dernier ! / J. Darwiche, C. Promeyrat, J.-L. Le Craver ; C. Voltz, C. Hudrisier, D. Grenier. - Didier

Trois histoires du Liban, du Danemark et d’Italie qui valorisent le tout petit bien plus malin que le plus gros et le plus riche.
- La souris et le voleur : comment déjouer les tours d’un voleur ? Un stratagème compliqué et efficace mis en place par une petite souris. Des illustrations très larges, presque double page, nous fait pénétrer dans le terrier de la souris qui ressemble fort à un habitat humain.
Le texte est rythmé comme une comptine et la voix de Jihad Darwiche sur le CD accentue le rythme de ce texte.
- La cocotte qui tap-tip-tope : Comment récupérer de quoi vivre chez les riches, lorsqu’on est pauvre ? Là encore, le rythme du texte est bien renforcé par la mise en voix. Le refrain tip tap tope apporte une légèreté supplémentaire.
- La toute petite, petite bonne femme : Les nombreuses reprises de "la toute petite, petite..." Beaucoup de poésie dans les images, faites de papiers collés et matériaux incrustés.

 

Titane et l’escargot rapide / M. Gay. - Ecole des loisirs

Titane, petit âne vif, est imbattable à la course, ça en devient lassant... Le seul adversaire qui ose encore se mesurer à lui : l’escargot ! Quatre tentatives, quatre échecs incompréhensibles pour Titane, honteux. Le pauvre ânon, ex-fanfaron, n’aura pas la clé de l’énigme ; le lecteur lui, s’amusera de l’espièglerie de Michel Gay.

 

Gruffalo / J. Doldson, A. Scheffler ; R. Goupilleau. - Gallimard. - (Folio Benjamin Livre audio)

Le conte emprunte au schéma traditionnel de la victoire du petit rusé sur le plus fort. Il le renouvelle en jouant sur la répétition et la variété des adversaires, qui sont loin d’être tous stupides. Au contraire, le renard et le serpent qui voudraient manger la petite souris sont symboles de ruse. Celle-ci s’en débarrasse très facilement par la puissance de son imagination, avec des détails très précis qui donnent consistance au monstre imaginaire. C’est un premier renversement. Le deuxième naît du surgissement soudain du Gruffalo. Le verbe s’est-il incarné ? La double page de l’illustration finale nous laisse entendre que l’histoire a pu être rêvée à partir du tronc d’arbre renversé qui laisse voir ses racines. Quoi qu’il en soit, la supériorité de la souris demeure. Elle exploite ses inventions précédentes et reste maître de la situation.
Le CD apporte un plus. C’est d’abord le plaisir d’une diction variée, malicieuse à souhait, que met en valeur le jeu des instruments de musique, qui alternent avec le récit ou parfois l’accompagnent. Il s’agit bien d’une véritable interprétation qui invite les enfants à jouer l’histoire à leur tour.
D’où le caractère bien-fondé des 3 ateliers, à la fois ludiques et pédagogiques, interactifs : l’atelier des mots, l’atelier des bruits, l’atelier de théâtre. Un quatrième atelier est finalement proposé, l’atelier du peintre.
Une très bonne initiation à la musique, à la musique des mots, au vocabulaire.

 

Bonne nuit, Monsieur Renard ! / K. Schärer. - Ane bâté

Belle entrée dans le monde de l’édition pour cette nouvelle maison dijonnaise, Ane bâté, qui nous livre deux premiers albums très réussis (imprimés qui plus est dans le respect de l’environnement !). L’histoire présente confronte deux protagonistes : un petit lièvre perdu dans la nuit mais fort dégourdi et un renard affamé mais parfaitement civilisé... S’ensuivent d’habiles négociations que l’on prend grand plaisir à suivre : les illustrations aux couleurs chaudes de l’automne et leur mise en page énergique distillent un soupçon de peur, une bonne dose d’humour et un maximum de tendresse !

 

C’est moi le plus rusé / F. Rave. - Nord Sud

Qui a dit que les renards étaient rusés ? Celui de cette histoire, en quête d’un dîner, a en tout cas bien du mal à faire ses preuves et se fait rouler par des poules enrhumées mais ingénieuses ! Aura-t-il plus de chance avec le chasseur ?
Les illustrations sont vraiment réussies, pleines de malices et de détails cocasses, telle cette poule qui prépare les zones de textes pour l’auteur, les peignant en blanc tout au long de l’album, de mille manières.

 

J’ai pas dit partez ! / A. Poussier. - Ecole des loisirs. - (Loulou et Cie)

Revoici la fine équipe d’Audrey Poussier, sur la ligne de départ. A vos marques ! Prêts... Faux départ ! Et si personne n’en a cure et que tous continuent de courir, notre arbitre-lapin-rose tente par tous les moyens d’arrêter chaque participant. Problème : l’arbitre est également coureur en lice...
Que dire que nous n’ayons déjà dit des livres cartonnés de cette auteure... Le rythme induit par l’histoire est parfaitement restitué par les expressions et positions des personnages, les commentaires minimalistes viennent fort à propos... Un condensé de vitalité et d’humour, toujours dans la franche camaraderie !

 

Bien fait pour le diable, un conte de Cuba / M. Bloch ; B. Bataille. - Gallimard. - (Conte du bout du monde)

Ce conte populaire cubain a été traduit et librement adapté par Muriel Bloch qui nous le restitue de sa voix experte. Un homme au nom significatif, El Bizarron, est à la fois doué d’une force impressionnante et d’une intrépidité à toute épreuve. Ayant appris que le diable cherche un homme à tout faire, il se présente. Il se révèle particulièrement malin, ce qui conduit le diable à vouloir s’en débarrasser, en vain !
4 pages documentaires : carte de l’île de Cuba, présentation des principaux genres musicaux et instruments entendus sur le CD. Le texte, très lisible, constitue dans la page un cercle dans lequel s’insèrent de petites vignettes. Expressives, colorées (dominante rouge bien sûr !) et humoristiques, les illustrations plairont aux enfants.
La voix chaude de Muriel Bloch met en valeur l’humour du conte. La musique de Cuba, qui accompagne le récit, donne envie de bouger et de danser, une musique de fête… On découvre ainsi 10 extraits musicaux variés, dont les références précises sont données dans le sommaire final.
A proposer à partir de 4-5 ans.

 

C’est bien la moindre des choses / E. Manceau. - Milan

Gros Bec et Jean-Loup s’y entendent pour capturer de petits dodus pour leur repas ! Et tout cela avec une infinie politesse. C’est avec la même aménité qu’ils vont demander du sel à la chèvre, leur charmante voisine, qui les accueille avec la même courtoisie. Ah ! que ne cache-t-on pas derrière les sourires ! La chèvre une fois seule agit efficacement et concocte un repas... à sa façon à nos deux lascars...
Histoire espiègle au langage alerte !

 

Chouette, chouette, chouette ! / C. Saudo. - Naïve

Petit lapin aimerait bien dormir mais 10 chouettes dans la nuit n’ont pas l’air décidé à se calmer. Petit lapin arrive par la ruse à éloigner petit à petit les chouettes paresseuses, gourmandes, coquettes... 9 puis 7 puis 4 chouettes, enfin le calme !!! Mais voici déjà l’aube...
Petit format carré au dessin délicat tout en noir et nuances de gris avec des touches discrètes de couleurs..

 

Le dîner / M. Van Zeveren. - Ecole des loisirs. - (Pastel)

“Ne sors pas d’ici. Je vais vite chercher à manger.” Que croyez-vous que Petit Lapin fît face à l’injonction de Grand Lapin ? Il partit jouer bien sûr et bien mal lui en prit ! Capturé par le loup, il aurait fini en dîner si Petit loup n’était pas lui aussi désobéissant !
Pas de ton moralisateur chez Van Zeveren mais une pirouette ! Faisons confiance au petit pour toujours retomber sur ses pieds...

 

Petit ours mal peigné et les 6 souris blanches / C. Wormell. - Ecole des Loisirs. - (Pastel)

On retrouve avec plaisir les dessins ronds et douillets de Chris Wormell dans cette histoire de Petit Ours mal peigné qui vient à la rescousse de 6 petites souris. Il les sauvera des serres de la chouette, des crocs du renard et des crochets du serpent, par une ruse chaque fois réinventée.
Solidarité inattendue pour lutter contre l’adversaire, la peur n’est plus de mise !

 

La soupe à rien / Darabuc ; R. Kheiriyeh. - Oqo

Contexte : Une version du célèbre conte La soupe au caillou. Marie Renardine et Jean Chat s’invitent chez Jean Rat mais ce dernier refuse de leur donner un quignon de pain. Ils demandent alors une soupe à rien. Pourquoi pas dans ce cas... Le pingre s’imagine déjà tourner en ridicule les deux pauvres hères...
Une belle manifestation de manipulation de deux lascars qui savent manier les mots pour arriver à leur fin...
Illustrations en collages et textures de peintures pour une mise en scène savoureuse autour de ces 3 escrocs.
Ce qui est répété :
- Si ça vous suffit… répondit Jean Rat
- Si ça suffit ? C’est même trop ! Encore que… Rien : (aliments énumérés + 1)

 

Le roi des Oiseaux / G. Le Bec. - Albin Michel

Un jour, les oiseaux décident de se trouver un roi : sera désigné celui qui volera le plus près du soleil... Rapidement, le grand aigle distance tous les autres mais... Rien ne sert de courir...
Un album qui joue sur les contrastes noir-blanc et orangé pour illustrer de manière foisonnante un récit bien enlevé. Dans un monde de concurrence impitoyable, cette petite fable propose un dénouement ingénieux.

 

Bouki la hyène et Leuk le lièvre / B. Roamba ; Y. Bost. - Les P’tits Totems. - (Les contes d’Afrique)

Adapté d’un conte populaire africain : L’arbre qui parle. Bouki la hyène et Leuk le lièvre sont des personnages récurrents dans les contes africains. Ils illustrent un schéma narratif présent dans toutes les traditions : la victoire du plus faible mais plus rusé sur le plus fort même si ce dernier use lui-même de malice. La hyène a la particularité d’être un animal certes carnassier mais lâche et sournois.
L’album CD ne présente qu’un seul conte, ce qui paraît un peu mince pour un coût relativement élevé (18 €). Alors qu’elle a faim, Bouki tombe sur un arbre qui parle et foudroie ceux qui s’exclament : « Hoooooh, un arbre qui parle ! ». Elle bénéficie d’une seconde chance et décide d’en profiter pour prendre au piège des animaux curieux et les manger. Mais « A malin malin et demi » : Leuk le lièvre a observé le manège : il feint l’absence de mémoire pour amener Bouki à prononcer la phrase fatidique. La leçon est explicite : « Tel est pris qui croyait prendre ».
Les illustrations ne sont guère attirantes. Les couleurs dominantes sont l’ocre, le marron, différentes nuances d’orange. Au sein du paysage délicatement représenté, l’arbre et les deux protagonistes sont mis en valeur dans leurs expressions et attitudes très (trop) anthropomorphiques, soulignant l’humour du texte et de l’interprétation.
C’est le CD qui donne une véritable ampleur à l’ouvrage, car ce n’est pas une simple lecture mais bien un spectacle joué. La conteuse du Burkina-Faso est accompagnée à la cora par Bakary Diarra. Les changements de motif musical, les bruits de la nature signalent les principales péripéties. L’accent de Bibata Roamba constitue déjà un dépaysement. Sa lente narration fait progressivement entrer dans l’univers du conte. Elle donne vie aux différents personnages. Et surtout elle dialogue avec Bakary Diarra, dialogue qui souligne avec humour l’irréalisme du conte.
Un ouvrage au CD sympathique qui s’adresse aux jeunes enfants, non lecteurs ou apprentis lecteurs. Il offre une ouverture sur la culture africaine et permet des comparaisons avec d’autres contes.

 

Qui veut aider Ali Baba ? / M. Sylvander ; P. Barrier. - Ecole des loisirs

Entre album et BD, l’histoire d’Ali Baba nous est contée dans une fantaisie légère et avec quelques libertés ! Notre homme, s’il est riche, est bel et bien perdu dans le désert. Et ceux (vautour et momie) qui proposent de lui venir en aide ont des idées derrière la tête... La lampe magique sortira-t-elle Ali Baba de ce traquenard ?
Une histoire fort sympathique traversée par des olibrius rusés mais dépassés par les évènements.

 

La guerre des hiboux et des corbeaux / B. Chèze ; N. Safakhoo. - Lirabelle

Une communauté de mille corbeaux voit sa paix menacée par le peuple des hiboux, querelleurs et féroces. L’attaque tant redoutée survient. Comment doivent réagir les corbeaux survivants, comment parer aux prochains assauts ? Les tactiques évoquées sont offensives ou défensives mais la stratégie choisie au final ne manquera pas de choquer.
Cet album graphiquement magnifique constitue un outil efficace de discussion sur la guerre, la non violence, la politique... « Gagner la guerre est facile, maintenir la paix est beaucoup plus difficile. »

 

Monsieur Renard veut dîner / C. Freedman ; N. East. - Larousse

Notre renard citadin fraîchement débarqué à la ferme est bien décidé à s’offrir un repas de roi. Mais la poule ayant eu vent de son arrivée et de ses projets met en alerte toute la ferme qui prépare une riposte digne des plus grands stratèges...
Ici, la ruse n’est pas l’apanage du renard. Ce dernier est à l’inverse le dindon de la farce, au travers d’un jeu de rôles désopilant ! C’est un régal de voir, dans l’illustration, la mise en œuvre du plan porté courageusement par tous les animaux.

 

Surtout n’entrez pas dans le sac / G. Atakpama ; N. Hubesch. - Ecole des loisirs

Une chèvre découvre un terrain idyllique et se bâtit une maison dans les règles de l’art. Seulement voilà, un lion est également sur l’affaire... Malin, celui-ci attend que la chèvre ait fini les travaux et s’installe. Et non seulement il lui fait ce sale coup mais l’assigne aux tâches ménagères et notamment à la cuisine. La suite, à vous de la découvrir....
Original, mordant, délicieusement mâtiné d’humour noir, un engouement pour cette histoire de tel est pris qui croyait prendre.

 

Maman est là ! Un conte enchanteur des steppes de Mongolie / I. Ganbaatar ; B. Bolormaa. - Syros. 2013

Contexte : Au fond d’une taïga de Mongolie de Nord, une mère doit redoubler d’ingéniosité et de constance pour sauver son bébé du renard.
Ce qui est répété : (Le renard s’approche de la Yourte) « Raté ! » (le renard s’enfuit en voyant la mère). Le lendemain soir, la maman a joué de la corne pour rameuter les rennes.
Turlututu ! Tourloutoutou ! Tirlititi !
« Mesdames rennes, venez à moi, je vous appelle ! »
A ce signal les bêtes sont sorties de la forêt.
« Donnons plein de bon lait à mon bébé », a dit la maman. (Le renard en profite pour approcher)...
Remplacement par  : Opposition
Remarques : De vastes illustrations en pleines pages, dessinées aux crayons pastels, présentent un exotique chassé-croisé entre un félin rusé et une mère louve maitresse de la survie. Une découverte déroutante et plaisante d’une culture différente.
Fin : Rupture
Ambiance : Jeu sur la peur
Remarque à propos du texte : Champ lexical du mouvement de fuite
Thèmes présents : Ruse

 

Les trois petits cochons / G. Quarenghi ; C. Carrer. - Cambourakis

Nous sommes dans le conte connu des 3 petits cochons et les personnages eux-mêmes ont connaissance des déboires de leurs ancêtres. Poussés hors de la maison familiale, les 3 petits cochons, « en réalité deux plus un, ou plutôt une : deux cochonnets et une cochonnette » se construisent chacun une maison. Le conte hésite entre trame classique et invention narrative, naturellement portée par la cochonnette ! Face à elle, le loup, encore plus paumé que ses modèles, n’aura aucune chance.
Une adaptation réjouissante à lire particulièrement à voix haute.

 

La bonne humeur de Loup gris / G. Bizouerne ; R. Badel. - Didier. 2013

Le loup, d’excellente humeur mais également tiraillé par la faim, croquerait bien un animal. Il aborde ses futures proies (bélier, cochon, mouton, cheval) avec arrogance mais chacune se débarrasse du ballot par une ruse qui abime toujours un peu plus notre loup, très vite mal en point ! Réussira-t-il au final à assouvir sa terrible faim ?
Libre adaptation du conte populaire Le loup perd sa proie, cette histoire à répétition se révèle sans scrupule pour le carnassier. La bonne humeur du loup devient nôtre devant les illustrations désopilantes de Ronan Badel et le texte de Gilles Bizouerne qui invite spontanément à la lecture à voix haute !

 

La bonne humeur de Loup gris / G. Bizouerne ; R. Badel. - Didier

Contexte : Le loup, d’excellente humeur et tiraillé par la faim, part en quête de sa future proie, qui ne sera pas vraiment prête à se laisser faire...
Ce qui est répété :
- « Oh ce matin, je me suis réveillé de bonne humeur. Et moi voici avec (énoncé des plaies, par accumulation). » (Il croise un autre animal)
- « Holà ! c’est moi le louOUuuup, je suis le plus beau, le plus costaud ! (Gros bélier), je vais te manger, je vais t’avaler pour mon petit déjeuner. Ha, ha, ha ! »
Remplacement par  : Opposition
Autre structure présente : Accumulation
Remarques : Le pauvre loup mal en point énumère ses plaies, ce qui donne lieu a une série d’adjectifs renforçant l’effet comique.
Illustrations désopilantes de Ronan Badel et texte de Gilles Bizouerne qui invite d’évidence à la lecture à voix haute.
Fin : Rupture
Ambiance : Humour

 

Dis-moi, l’oiseau... / A. Brière-Hacquet ; C. Garralon. - Thierry Magnier. - (Tête de lard). 2013

« Dis-moi l’oiseau, pourquoi tu voles si haut ? » L’oiseau se méfie, pas dupe du petit jeu du chat. Mais le dialogue se poursuit, l’oiseau baisse la garde. Srunch. « Dis-moi souris, que fais-tu par ici ? »...
Âme sensible s’abstenir, la nature du chat est présentée ici dans sa vérité duelle : enjôleur et impitoyable. Cruel et charmeur. Attributs indissociables. Les deux auteurs ont bien saisi ce paradoxe : Alice Brière-Haquet, dans un texte rythmé tout en légereté, et Claire Garralon dans une illustration maligne...

 

Un jeune loup bien éduqué / J. Leroy ; M. Maudet. - Ecole des loisirs. 2013

Ce qui est ennuyeux avec les bonnes manières, c’est que tout le monde ne les partage pas. Le petit loup héros de cette histoire respecte les dernières volontés de ceux qu’il s’apprête à avaler mais ces derniers en profitent pour prendre la poudre d’escampette !
Un petit garçon très poli et loyal brisera le cercle de malchance du loup qui entend bien faire respecter ses droits !
Petit manuel d’éducation qui revisite, avec humour et légèreté, les grands principes et petites civilités.

 

Cornebidouille contre cornebidouille / P. Bertrand ; M. Bonniol. - Ecole des loisirs. 2013

Pierre n’a jamais aimé la soupe et lorsque la première fois la sorcière Cornebidouille a essayé de lui faire entendre raison, elle en a été pour ses frais. Dans ce nouvel album il n’y a pas une mais deux Cornebidouille ! Libérées d’une citrouille puante dont les parents de l’enfant voulaient faire une soupe... Plus tard, alors qu’il dort, les deux clones entrent dans sa chambre dans l’idée de le dévorer. C’est sans compter la malice du garçon qui réussit à les liguer l’une contre l’autre.
Toujours aussi drôle, cette histoire ravira les enfants qui n’ont pas le droit de dire des gros mots mais qui aimeraient tellement pouvoir le faire...
« Tu vas voir, espèce de prout de dromadaire, de quoi sont capables deux sorcières quand elles sont en colère ! »

 

Jack et la Mort / T. Bowley ; N. Pudalov. - Oqo. 2013

Les éditions Oqo nous gâtent toujours avec des illustrations hors du commun. Natalie Pudalov, avec cette représentation de la mort, maintient le niveau de qualité et d’audace, redonnant à ce conte traditionnel une force moderne. Cette dame longiligne qui avance masquée, dont les mains, telles des aiguilles, sont prêtes à attirer ses proies, s’en vient en direction de Jack. Le garçon, dont la mère est mourante, identifie immédiatement la silhouette et l’entourloupe. Voici la mort neutralisée ! La vie quotidienne s’en trouve chamboulée et conduit à une impasse.
« Je ne suis pas l’ennemie de la vie. Elle et moi, nous sommes les deux faces d’une même pièce. » Une phrase de sagesse qui n’empêchera pas le lecteur d’être bouleversé par l’épisode final.

 

T’es beau, t’es fort, t’es musclé / J. Aubineau ; B. Gahon ; C. Dutertre. - Benjamins médias (Taille M), 2013

Elle n’a vraiment pas de chance cette vieille dame, qui toute sa vie a subit des épreuves. Au point qu’on l’a appelée Mère Misère tout en évitant de la fréquenter, des fois qu’elle soit contagieuse… Même la mort ne veut pas d’elle ! « Pas de chance »... M. Propre, son confident de toujours auquel elle répète inlassablement T’es beau, t’es fort, t’es musclé, lui apparaît un jour en chair et en os ! Et lui promet une belle fleur...
Jérôme Aubineau adapte le conte La Mère misère de façon très tonique et son interprétation fait bien passer l’humour du texte ; 16 minutes d’écoute en 10 pistes, non repérée dans l’album, la dernière étant réservée à l’énoncé des auteurs. La musique en fond et les chansons qui viennent rythmer l’histoire sont vraiment entrainantes, dans la dynamique de la valeur prônée par l’histoire : l’espoir !
Autre lecture
Un coup de cœur pour cette création originale d’un conteur talentueux. C’est l’histoire de la mère misère, thème traditionnel qui met en présence la mort, la misère et l’espoir aussi. Jérôme Aubineau le revisite ici, entièrement. Saint Pierre qui jouait dans d’autres versions le rôle de l’entremetteur cède la place à Monsieur Propre. Le bonhomme misère devient la mère misère. L’arbre fruitier des versions les plus connues est remplacé par une seule fleur magnifique qui ne fleurit qu’une fois par an. L’argument est simple : la mère misère est repoussée par tous même par la mort qui ne vient pas lorsqu’elle l’appelle en plein désespoir. Le seul qui vient à son secours, c’est le génie de la bouteille de Monsieur Propre qui lui donne une graine magique et lui permettra même, lors d’une deuxième intervention, de figer les êtres qui osent escalader sa fleur…Drôle de morale pour ce conte où la misère est plus forte que la mort ! Mais tellement bien amenée…L’humour décalé permet décidément d’aborder des thèmes bien philosophiques… Voilà bien une histoire à multiples lectures, le sujet peut intéresser jusqu’aux adultes, la façon vivante de raconter peut convenir dès 5/ 6 ans. La qualité de la voix, la musicalité des tournures emmène dans la cour des grands conteurs. Chaque épisode a son rythme, la bossa nova pour Monsieur Propre, le rap pour encourager la fleur à grandir, la gigue bretonne pour Abel le Rebelle et sa bande… Si le graphisme n’est pas exceptionnel, ses tons sombres, ceux du domaine de la mort, sont atténués par un côté un peu rétro et la référence à la pub très actuelle de la bouteille du génie de la propreté.

 

Le lion et les trois buffles / M. Dhouib ; M. Angeli. - Seuil. 2014

« Ensemble, nous serons toujours invincibles. » Trois buffles « blanc comme la lune », « noir comme la nuit », « jaune comme la terre », vivent en symbiose dans une vallée où rien ne manque. Ils décident pourtant de partir à l’aventure et rencontrent un lion maître en la savane. Ils lui demandent l’hospitalité. Rongé par la faim, le lion ourdit son plan : diviser pour dévorer sans peine...
La solidarité et la fidélité des 3 frères ne feront pas le poids face à la ruse du lion qui instille peur, jalousie et orgueil dans leurs valeurs.
Cet album d’une grande puissance est inspiré d’une fable arabe traditionnelle. Il nous saisit par l’émotion, la pertinence et la beauté de l’écriture de Moncef Dhouib et des gravures sur bois blanc, noir et jaune or de May Angeli.

 

Grand’Tante Tigre / B. Chiu ; M. Lee-Diebold. - HongFei. 2013

Une mère s’absente après avoir donné les consignes à ses filles : « Ne laissez entrer quiconque frapperait à cette porte ». Mais les fillettes se laissent abuser et le danger, méconnu et déguisé, pénètre dans la maison....
Ce conte de dévoration, initiatique, originaire de Chine nous invite à reconnaître l’universalité des contes. En effet, cette histoire évoque fortement des contes traditionnels de par ici comme Le loup et les sept chevreaux (le loup abuse de la confiance de plus faibles que lui) mais aussi une version nivernaise du Petit chaperon rouge (loup déguisé en aïeule, l’enfant qui retrouve la liberté par sa finesse d’esprit). Le loup dans ce conte n’est autre qu’une tigresse, très affamée. La peur nous saisit lorsque l’aînée des enfants est dévorée mais la plus jeune ne s’en laissera pas conter !
Cette maison d’édition interculturelle nous présente une sélection de contes asiatiques, à découvrir.

 

Rikiki terrible pirate des mers / M. Barcilon. - Ecole des loisirs. 2014

Ca commence comme ça : Cap’taine Grabuge et Rikita fleur de Java ont enfin un fils et ils aimeraient en être fiers. Mais pas plus gros qu’un bigorneau, incapable d’apprendre le B.A BA de tout pirate (lancé de couteaux, tir au canon, hisser les voiles...) il est raillé par tout l’équipage. Sa détermination à devenir un vrai pirate sera à la hauteur de la réputation de ses parents. Grâce à une arme secrète et unique en son genre...
Marianne Barcilon tient son héros, Rikiki, en grande estime et le fait évoluer dans un illustre décor de pirates des mers du Sud entre tromblons, tête de mort, tricornes, mousquets, sabres, cordages, gueules cassées et gros bras, poudre, tatouages, galions et bien sûr trésor... A l’abordage !

 

Le poisson frais / N. Robert ; B. Henry ; C. Duquet. - La Pastèque. 2014

Chat gris refuse d’aider Chouette dont la patte est coincée sous des billots. Par contre il est très intéressé par le seau de poissons posé dans une chaloupe au milieu de l’étang. Chat Gris ne diffère pas des autres félins : il est gourmand mais n’aime pas l’eau. Alors comment atteindre ce festin prometteur sans être mouillé ?. Chouette est finaude et l’air de rien, de suggestions en conseils prodigués au matou elle arrivera à ses fins avant lui. Et le poisson ? Quelqu’un le mangera c’est sûr ! Sympathique album cartonné illustré par des photos pour les petits.

 

1 poisson, 3 voleurs, 1 dragon / René Gouichoux ; Janik Coat. - Nathan. 2014

Un tout petit poisson, ça ne pèse pas lourd face à trois voleurs...encore moins face à un dragon ! Mais mélangez une bonne dose de ruse à un soupçon d’imagination, et le tour est joué : 3 + 1 = 4 balourds bernés !

On prend plaisir avec ce texte aux faux airs de conte de randonnée. Le thème classique du plus petit qui est le plus malin se décline ici en une narration joliment rythmée. On reconnaît la patte graphique de Janik Coat, tout en découpes géométriques et contrastes de couleurs, les trois silhouettes noires aux grands yeux évoquant aussitôt trois autres brigands bien connus... Ewa Bochenski

 

Robin des Bois / Evelyne Castellino ; Nathalie Jaggi ; Jacques Zürcher ; Serge Martin ; Nicolas Bianco-Levrin. – QuiQuandQuoi, 2006

C’est un spectacle qui est à l’origine de cet album/CD : un opéra-danse d’Evelyne Castellino et Nathalie Jaggi monté par la compagnie 100%Acrylique qui mêle chant, danse et théâtre. Un petit livret, glissé dans la pochette du CD, permet de découvrir des photos du spectacle ainsi que des précisions sur la compagnie et ses diverses activités, dont des ateliers pour les jeunes. Cet opéra-rock met en scène une version moderne et humoristique de Robin des Bois. La légende de tradition orale est née au XIIIème siècle en Angleterre. Transmise ensuite au cours des siècles, ces interprétations et ces formes littéraires n’ont cessé de se métamorphoser. La metteur en scène Evelyne Castellino fait de Robin de Sherwood, l’homme libre par excellence. Il se dresse contre l’injustice sociale, animé par une profonde compassion pour les opprimés. Le récit, réécrit par une femme, constitue une originalité par rapport à la tradition.

-  Mieux vaut commencer par écouter le CD de 32 minutes, accessible à tous. Chacune des 23 plages musicales proposent une couleur singulière, mystérieuse, comique, exubérante ou encore inquiétante. L’esprit du spectacle est présent dans ces airs : Esprits de la forêt, Berceuse, La chanson des bannis, Le bain de P’tit Jean, Marion la sauvage, Formule magique, La bande à Robin, Le serment, Arrivée de Frère Tuck, La forêt brûle, Merci à la pluie, La fête, Est-il bien nécessaire ? , Berceuse qui rend fou, Fanny à la cour, La lessive, Bâtons, Le shérif en campagne, Incantation, Forêt mon secret, Robin et Marion, Mon amour est en danger, La légende de Robin. Les chants inspirés aussi bien du folklore irlandais et écossais que du rock, contribuent beaucoup à souligner la portée actuelle de la légende ainsi que les paroles simples et directes que l’on peut lire dans l’album. Les textes courts évoquent les personnages-clés de l’histoire : Robin des Bois, Marianne, P’tit Jean, Frère Tuck, Fanny, Le Prince Jean, le shérif.

- L’album, dans son format à l’italienne, n’est pas une transposition du spectacle. C’est une création originale, autonome, déroutante au premier abord et mise en image par Nicolas Bianco-Levrin. Entre album et bande dessinée, les pages sont lues sur deux plans : sur la moitié supérieure, des illustrations pleine page pour dire le texte des chansons ; sur la moitié inférieure, des vignettes sans paroles déroulent l’histoire du justicier de la forêt de Sherwood, comme une tapisserie de Bayeux moderne. Cette mise en images sous forme de BD, adopte des procédés de narration plus cinématographiques, insuffle une liberté à l’histoire, souligne le mouvement, élargit les plans. Drame et verve insolente se côtoient dans le respect du spectacle. L’encre de Chine dans les tons noir et brun-doré, accentue le dessin très stylisé mais a pour inconvénient de rendre les textes très peu lisibles.

- Cet ouvrage original et soigné mérite d’être découvert même si le récit très elliptique semble s’adresser à des lecteurs ayant déjà connaissance de la légende. Outre le plaisir d’une exploration personnelle, il peut être un objet d’étude disciplinaire ou transdisciplinaire en classe (collège en particulier). Il peut inciter à la découverte d’autres versions, tant littéraires que cinématographiques et donner lieu à des recherches documentaires historiques. Brigitte Lacot

A partir de 6 ans

 

Le ventre de l’arbre / Hassane Kassi Kouyaté ; Joëlle Jolivet ; Dramane Dembele. – Didier (Contes et voix du monde), 2014

Hassane Kassi Kouyaté, conteur et metteur en scène d’une famille de griot du Burkina Faso, fils du grand comédien fétiche de Peter Brook, Sotigui Kouyaté, nous emmène de sa voix savoureuse à l’écoute de trois contes issus de la tradition orale africaine :

- Le ventre de l’arbre (10mn) où comment la hyène se retrouva affublée de son postérieur bas et pourquoi les arbres restent fermés aux hommes
- L’arbre qui parle (7mn) où comment il y a toujours plus malin que soit dans la vie
- Petit Jean (7mn) où comment un paresseux très paresseux se révèle en être sage.

Initiateur du festival de conte Yeleen au Burkina Faso (18éme saison) et directeur artistique de la compagnie Deux temps, trois mouvements, H.K. Kouyaté joue avec gourmandise des mots, métisse les sonorités de la langue française et bambara, se moque de ses personnages (la hyène et le lièvre, animaux emblématiques des contes africains) où la stupidité de l’un rivalise avec la ruse de l’autre.
Entre chaque récit, pépite de sagesse des anciens et d’humour savoureux, les instruments d’Afrique de l’Ouest de l’artiste musicien Dramane Dembele donnent une respiration musicale et brève (flûte peul, n’goni, kora, tama). Les illustrations chaleureuses et puissantes de Joëlle Jolivet sont à la mesure de ces contes philosophiques, si riches d’humanité et merveilleux vecteurs d’éducation et de réflexion. Un bel hommage aux anciens, hommes de paroles et de transmission : « Je vais te raconter une histoire qui sera ma vérité, peut-être qu’elle t’aidera à trouver ta vérité. Si tu trouves ta vérité, peut-être qu’un jour nous irons vers la vérité. » Claire Py

Dans la même collection (Contes et voix du monde), découvrez aussi Mahboul le sage, trois histoires tirées du répertoire traditionnel du Maghreb.

A partir de 5 ans

 

L’ogre Babborco et autres contes / Muriel Bloch ; Andrée Prigent ; Régis Lejonc. – Didier (A petits petons), 2014

Muriel Bloch réenchante 3 contes de transgressions, chacun édité à l’origine dans la collection « A petits petons », en les proposant dans leur version orale. Sa voix singulière, accompagnée par la musique originale de Joao Mota à la guitare, joue avec talent des rythmes, étire et chante les mots, se délecte des odeurs et des images qu’elle donne à entendre et à voir. Parole vivante et vivifiante, Muriel Bloch participe au renouveau du conte en France depuis 1979.

. A partir de 5 ans - Premier conte : L’ogre Babborco – 10’22 – Voici une version sarde du Petit chaperon rouge, illustrée avec force par Andrée Prigent et Régis Lejonc dans des images cernées au trait noir. L’ogre Babborco dévore tout sur son passage jusqu’au jour où un enfant gourmand et rusé va déjouer le destin avec un simple plat de délicieux gnocchis. Laissez-vous conter par Muriel Bloch qui a l’art de nous mettre l’eau à la bouche et vous saurez comment Piétrino sauve son village.

A partir de 4 ans - Deuxième conte : Héléna, Yvan et les oies – 7’07 – Tiré de la collecte d’Afanassiev « Contes populaires russes », ce récit initiatique illustré par Régis Lejonc, raconte la quête d’Héléna pour sauver son petit frère. Echappé de la demeure familiale pendant l’absence des parents, il est enlevé par Baba Yaga. Poursuivis par les oies sauvages de la sorcière alors qu’ils s’en retournent vers leur maison, les enfants seront protégés par un pommier, un poêle et une rivière de lait. La conteuse court vocalement avec eux...

. A partir de 6 ans - Troisième conte : Fillette et gros alligator – 9’24 – Adaptation du conte « La chèvre et les biquets », illustrée par Andrée Prigent. Dans cette version louisianaise, c’est un alligator qui joue le rôle du loup ! La mère part au marché, recommande à ses 3 filles d’être sages et de n’ouvrir la porte que lorsqu’elles entendront son chant « C’est moi, vot’Mum, vot’ Mummy… ». Bien sûr, les enfants promettent mais Gros alligator croquerait volontiers 3 fillettes pour son dîner. Il s’entraîne à chanter, le voilà devant l’escalier de la maison, la plus petite se précipite, le bébé est avalé ! Gros alligator digère, la mère se lamente, arrive le père et …la voix colorée, malicieuse, éplorée de Muriel Bloch accompagnée de la guitare fait merveille !

Dans cette collection extraordinaire qui ouvre sur l’imaginaire, l’écoute et la parole (voir aussi Ogres et ogressesAu loupBêtes pas si bêtesGourmand, trop gourmandRira bien qui rira le dernier), les conteurs racontent des histoires qu’ils ont transposées par écrit. Pour une appropriation du livre, choisissez le conte qui vous touche, lisez-le à voix haute et laissez-vous surprendre par votre propre interprétation… Claire Py

Haut de la page

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse