couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Julie




Album(s) :


coup de coeur Enchaîné / V. Dayre ; Sara. - La Joie de lire

Il y a bien quelques plans d’ensemble, une narration extérieure mais c’est bien au chien qu’on s’identifie le plus. Un chien qui n’aura connu tout le long de sa vie, que l’horizon de sa chaîne. Certes, il y eut quelques balades avec son maître, en période de chasse, mais vite abandonnées : quelle peut être l’efficacité d’un chien "de chasse" tout à sa joie de gambader et de partager un moment qu’il croit d’affection ?
Toute la notion de violence se trouve chamboulée dans cet album. Un homme qui n’a peut-être jamais frappé son chien mais n’eut jamais aucun geste d’affection. Un autre qui porte le geste fatal mais quelle libération pour la "victime"...
Une vision de l’animal sensible, forte, engagée et une réflexion sur le lien qui nous unit à lui. Coup de coeur de Julie

Roman(s) :


coup de coeur Mes débuts dans l’art / C. Donner. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Incidemment, David découvre qu’il est extraordinairement doué pour le dessin. Son père n’a alors de cesse de faire de lui un grand artiste. Cours particulier, puis école d’art, David suit docilement, désireux de ne pas contrarier son père mais tout cela ne le passionne guère. D’autant moins lorsqu’il se retrouve au cœur d’une guerre entre ses 2 professeurs, l’un le considérant comme un génie, l’autre comme un petit garçon sans audace. L’occasion d’une réflexion sans lourdeur sur l’art, rythmée d’anecdotes historiques sur certains artistes. Ready-made, instinctivisme, body art sont également évoqués...
David quitte le ton détaché qui est le sien lorsqu’il fait la connaissance de Rocio Mendes. Avec elle, l’art devient un enjeu réel...
L’art et la littérature s’imbriquent dans la vie, l’amour, la mort et réciproquement. Un roman d’une force brute, porté par un personnage sincère et humble. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Calpurnia / J. Kelly. - Ecole des loisirs. 2013

Six frères, une mère débordée, un grand-père fantasque et un prénom impossible à porter, voilà l’univers de Calpurnia. Nous sommes au Texas à la fin du XIXe siècle dans une société qui se remet à peine de la guerre de Sécession et qui propose aux jeunes filles un avenir fait de casseroles et de maternités.
Pas de chance pour notre héroïne qui manifeste une sérieuse attirance pour les sciences de la terre… Il lui faudra batailler, ruser et s’appuyer sur son grand-père pour avoir accès aux connaissances. De quoi faire réfléchir les générations d’aujourd’hui.
Un récit savoureux, bien mené, truffé d’anecdotes drôles ou émouvantes et surtout riche d’informations sur une époque que nous commençons mal. Un vrai plaisir de lecture.
Autre lecture
Eté 1899, Texas. A l’orée du nouveau siècle qui voit le développement de l’électricité, du téléphone, des automobiles, Calpurnia s’apprête à entrer dans l’adolescence. Alors que sa mère souhaite la transformer en jeune fille bonne à marier et lui inculquer la cuisine, la broderie, la dentelle... Calpurnia a bien d’autres préoccupations. Ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est "étudier le monde qui est autour de soi, et essayer de comprendre comment il fonctionne." Bon papa est en cela un excellent professeur, qui l’incite à observer, noter ses réflexions et questionnements, trouver des réponses par elle-même… Certes, il est souvent "absorbé dans ses pensées" mais joue un rôle indéniable dans la vocation de sa petite fille. C’est avec lui qu’elle fera sa première vraie découverte scientifique, c’est grâce à lui qu’elle acquerra la patience et la méthodologie scientifique. Et qu’elle trouvera la force d’affirmer sa différence.
Au-delà des observations naturalistes sur les insectes, animaux et plantes, par ailleurs passionnantes, c’est le destin d’une jeune fille déterminée particulièrement attachante qui se dessine au cours de ces quelques 400 pages. Avec elle et ses 6 frères, nous sommes ravis de voir mises à mal, tout en subtilité, les habitudes sexistes, spécistes et racistes. Coup de coeur de Julie

coup de coeur La vérité crue / P. Favaro. - Thierry Magnier

« Dans la vie, on se fait tous des illusions, on se fabrique des rêves pour tenir le coup. (...) C’est pour ça qu’on a un seuil. Avec d’un côté ce qu’on accepte de voir et de l’autre l’horreur sur laquelle on ferme les yeux. » Mais Jésus, dyspraxique, n’intègre pas la réalité comme le commun des mortels. Ce qu’il perçoit, c’est la vérité crue, nue, dénuée de tous mensonges et illusions. Le jour où, à 7 ans, il voit un camion rempli de veaux en partance pour l’abattoir, l’horreur lui apparaît sans ambages : Jésus ne mangera plus jamais de viande et sauvera tous les animaux qu’il croisera.
Des années plus tard, lorsque Angeline rencontre Jésus, elle est convaincue que la normalité est bien de son côté à lui et devient sa compagne de route et de lutte... L’occasion de découvrir différents aspects de la cause animale : le végétarisme, qui provoque chez les autres « hostilité et mauvaise conscience » ; les conditions d’abattage, avec « des bêtes mal assommées, encore conscientes, suspendues à des crochets » en attendant leur mise à mort ; l’industrie de la fourrure avec les visons gazés qui, « pour essayer de s’enfuir, (...) mordent les barreaux à s’en arracher les dents » ; l’hypocrisie des éleveurs qui disent aimer leurs bêtes, juste soucieux que « le massacre ne se passe pas devant leurs yeux »... A ces horreurs, s’oppose la relation fusionnelle de Jésus avec les animaux, qu’il voit tels qu’ils sont, dans leurs ressentis.
C’est une des forces du roman, d’être au plus près des personnages, avec des moments de dialogues intérieurs qui prennent le relais de la narration, et lui donnent une intensité et une émotion rares, donnant tout son sens au mot empathie, moteur de ce personnage juste. L’autre grand intérêt est de montrer que la conscience peut provoquer le changement d’attitude, pour une vie plus sereine. Jésus réunira autour de lui une famille d’adoption dont chaque membre voit sa souffrance apaisée.

« - La beauté des bêtes, les hommes ne la supportent pas.
- Peut-être parce qu’elle leur fait honte...
 »

Autre lecture
Jésus est végétarien et adore les animaux. Il est handicapé et aborde la réalité de façon très personnelle. Angélina a un imaginaire débordant qui semble combler le vide laissé par son père. Elie tente d’oublier sa vie brisée. Ces trois destins vont se rencontrer et réunir leur force pour tenter de mettre en action leur idéal. C’est la lutte contre la maltraitance des animaux qui va les réunir.
Un livre engagé qui lie souffrances humaines et animales comme pour mieux rappeler que l’homme est lui même un animal. Un conte humain donc qui redonne espoir. Cela parle aussi de résilience et de deuil à effectuer pour se reconstruire.
« Il n’y a ni eux ni nous, ni les uns ni les autres, ni les hommes ni les bêtes, un seul et même grand corps, un corps unique, infini, qui mange, qui dort, qui soupire, qui aime, qui souffre et qui tremble à l’idée de la souffrance, personne n’est différent, tous faits de la même chair, qui naît, qui vit, qui saigne, qui se reproduit, qui meurt, et ça recommence sans cesse, un corps immense, sans limites, c’est pour cela que mes yeux courent dans tous le sens, pour l’embrasser tout entier, par amour, voilà la vérité que je voudrais dire aux autres, par amour, mais ils ne peuvent pas entendre, ils ne réalisent pas... la vérité leur échappe...  »

Coup de coeur de Julie

coup de coeur L’ attache / F. Robert. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Igor et Emma sont séparés suite au décès soudain de leurs parents. Emma est aussitôt adoptée par un couple d’amis de leur mère et Igor envoyé en institut jusqu’à son adoption par un couple de paysans. Nous suivons le lent cheminement personnel d’Igor pour se reconstruire. Le récit est très beau. L’écriture est constituée de phrases courtes qui rendent le livre facile à lire en dépit du peu de dialogues. Igor va tout d’abord tenter de retrouver sa sœur mais ses échecs vont vite l’amener à vivre sa vie en mode bémol, avec indifférence. Mais peu à peu, il va devoir s’ouvrir au monde qui l’entoure, à la ferme, à la campagne, à ses camarades, à lui-même.
Quelle force accorder aux liens ? Peut-on reconstruire une relation déchirée ? Quelle valeur, quelle place donner aux parents adoptants qui vous ouvrent leur cœur ?
Un coup de cœur pour ce livre qui peut se lire de 12 à 77 ans !
Autre lecture
L’écriture particulière et très belle, précise et sensible, dit au plus près de l’intime l’errance d’Igor. Une errance formalisée par un texte non chapitré qui va et vient entre passé et présent, pelote impossible à détricoter interdisant ainsi l’accès à l’avenir.
Avant, Igor vivait à Paris avec sa sœur jumelle, ses parents aisés. C’était avant la mort des parents, avant la séparation intolérable d’avec sa sœur.
Aujourd’hui, il vit chez ses parents adoptifs, paysans, à propos desquels il pense : "Ils n’ont rien compris à ce que je suis, ils ont adoptés une poupée, un pantin, un doudou, un truc," Comment savoir qui il est ? Son passé est rasé, ses parents adoptifs lui dénient le peu qu’il sait de lui, il ne sait où est sa sœur… Comment vivre seul avec le sentiment si fort d’être lié à l’autre, d’abord dans la douleur et le manque, puis, après les retrouvailles, dans la plénitude de se savoir entité à part entière connecté à l’autre dans une évidence retrouvée… Telle est la force de ce roman où l’émotion pudique de tous les personnages cueille le lecteur, envoûté. Coup de coeur de Julie et Marion

coup de coeur Quelques minutes après minuit / P. Ness. - Gallimard

Un livre fort, envoûtant, qui doit beaucoup à son écriture. Conor fait des cauchemars récurrents. Il faut dire que sa vie elle-même ressemble à un cauchemar : son père a fondé une nouvelle famille, sa mère suit un énième traitement contre son cancer, et à l’école il est le souffre douleur. C’est alors qu’un monstre apparaît... pour l’aider ? Mais est-ce possible ? Ce conte philosophique à l’écriture hachée, avec ses illustrations qui viennent par moment lécher le texte, ne laissera personne indifférent.
Autre lecture
Conor est angoissé, seul, en colère. Et pour cause, sa mère subit encore un traitement contre le cancer, le troisième. A qui pourrait-il confier ses cauchemars ? Certainement pas à sa mère en proie à de grandes souffrances, il déteste sa grand-mère et son père est parti aux États-Unis refaire sa vie. Sa meilleure et unique amie ? Elle l’a trahi en révélant à l’école la maladie de sa mère alors qu’il souhaitait conserver une vie normale, au moins à l’extérieur… Lorsque apparaît le monstre, gigantesque if personnifié, il se raisonne et tente de ne pas laisser entrer cette chose irrationnelle dans sa vie. Mais que ce soient les histoires qu’il raconte ou les remarques qu’il lui oppose, les échos avec ce qu’il vit sont si forts qu’il le retrouve régulièrement et se laisse guider par celui qui dit lui venir en aide...
L’ouvrage évoque bien sûr la maladie, l’impossible et nécessaire acceptation de la mort de ceux qu’on aime, l’insoutenable cheminement pour y parvenir, avec son lot de sentiments contradictoires. Cette tension psychologique -remarquablement décrite par Patrick Ness- est intensifiée dans les moments clés par les illustrations noires et denses de Jim Kay, et tous deux mènent ce drame imprégné de culpabilité avec une sensibilité nuancée. Le fait de savoir que l’histoire est inspirée par Siobhan Dowd, récemment décédée d’un cancer, donne une coloration très particulière au roman. Coup de coeur de Julie et Catherine

coup de coeur Tarja / J.-L. Sciarini. - La Joie de lire

Tarja a couché avec plus de 15 garçons et avec son professeur de français dont elle tombe enceinte. Pourtant Tarja n’a que 16 ans. C’est une adolescente fragile qui a vécu pas mal de choses difficiles, comme la mort de sa meilleure amie, des rumeurs qui lui font une sale réputation et l’isolent, et des parents trop souvent absents. Nous suivons Tarja tout au long de sa grossesse et nous partageons ses émotions de la dépression au suicide.
Roman fort et captivant sur l’adolescence, l’amour, l’amitié, le deuil et la solitude. Cultivée et sensible, Tarja nous émeut. Dans ce monde brutal où les adolescents ne se font pas de cadeau, on a envie de la protéger car son histoire est touchante. Très beau roman de Jean Noël Sciarini, bien construit, parfois cru mais toujours juste. Un très bon moment de lecture plus particulièrement destiné aux 15-18 ans.
Autre lecture
Tarja traîne une réputation de salope dans son lycée. Une réputation tenace et amplifiée depuis qu’elle semble avoir noué des liens avec son prof de lettres. Lorsqu’elle tombe enceinte, son sort est définitivement scellé. Mais la narratrice qu’elle est dans ce roman nous donne d’elle-même une toute autre vision : celle d’une jeune fille d’une grande tendresse, habitée par des rêves qui prennent une place importante dans sa vie. Pour faire la jonction entre la fragilité de Tarja et la violence de l’image qui lui est renvoyée par les autres, il y a Léon, l’ami solide, qui veut que Tarja retrouve l’estime d’elle-même et surtout qu’elle cesse de cacher, derrière une vie rêvée, le drame qui l’éloigne d’elle-même.
Comment une jeune fille blessée tente de faire face, de protéger à tout prix son enfant à venir, de trouver en elle les ressources pour avancer... Un texte fort qui joue beaucoup sur les symboles, la psychanalyse, la méditation. Coup de coeur de Charlotte et Julie

coup de coeur Le bébé tombé du train ou quand l’amour d’une mère est plus fort que tout / J. Hoestlandt ; A. Prigent - Oskar. - (Trimestre)

Anatole est un solitaire, un bougon, un dur. Et lorsqu’il tombe né à né avec un marmot tombé du train, il est bien embêté. Émerveillé aussi, il faut bien l’admettre… C’est un texte sensible et poétique qui nous décrit l’apprivoisement réciproque de ce vieux bourru et de l’enfant. L’histoire en elle-même est forte, et prend une dimension supplémentaire lorsqu’elle s’inscrit, sans effet appuyé, dans le contexte de la shoah. Coup de coeur de Marie C. et Julie

coup de coeur Le chaos en marche, livre 3 : La guerre du bruit / P. Ness. - Gallimard

Un récit particulièrement tourmenté et foisonnant pour ce troisième tome… C’est la guerre entre les hommes et les Spackle, guerre totale où tous les coups sont permis. Nous retrouvons Le Maire et Mrs Coyle (Le Cercle et la Flèche), fidèles à eux-mêmes , profitant du chaos pour obtenir le pouvoir. Les Spackle, préparés minutieusement au combat pour exterminer les hommes. Simone et Bradley sont de nouveaux venus dans ce monde déchiré, émissaires du peuple de Viola, en attente d’un Nouveau Monde. Le récit est une succession haletante de batailles et de tentatives de retour à la paix où les surprises, les ruses et les imprévus sont nombreux. Le monde est devenu d’une incroyable complexité pour Todd et Viola. L’un est manipulé et dépossédé de ses pensées et peut-être de son amour ; l’autre, blessée par le bracelet, souffre dans sa chair et dépérit… Ce sont pourtant eux les artisans de la Paix, mais le chemin est long et le prix à payer quelques fois bien lourd…
Difficile de rendre compte des événements de ce récit bien trop foisonnant que l’on peut trouver à peine long et/ou répétitif (seul petit bémol !) mais c’est aussi une réussite par la construction qui guide le lecteur : alternance annoncée des récits par Todd / Viola, changement d’écriture pour Le Retour et Le Ciel qui permettent la reprise sur des événements complexes et les points de vue différents… Finalement le lecteur est plongé dans une explosion d’informations, de nouvelles et de fausses nouvelles, de manipulations du discours, de double langage, (le personnage du Maire est étonnant de duplicité et de complexité), de Bruits (quelle formidable idée encore que l’utilisation faite de la pensée « secrète » ou inconsciente….) partagés, étouffés, manipulés, maîtrisés, grâce à un rythme soutenu dans le récit des évènements d’une part, aux rebondissements fréquents, à la graphie donnée aux mots selon les locuteurs ou les situations, à la forme des phrases en petites unités qui se succèdent, aux métaphores du langage des Spackle (La Clairière ; La Source…), aux mots et expressions inventés… (La Une en particulier …) Cette multiplicité de points de vue et de paroles sont bien le reflet du Chaos qui règne en maître et le dernier tome l’aboutissement du thème annoncé « Le chaos en marche ».
Un projet littéraire qui tient la route jusqu’au bout, inventivité, originalité, thème de fond sur lequel on pourrait méditer (le langage et l’information, nerfs de la guerre !, la pensée unique partagée instantanément chez les Spackle comme sur internet…), un vrai plaisir de lecture… pour bon lecteur ! Coup de coeur de Mireille et Julie

coup de coeur Muscha, un jeune tsigane dans l’Allemagne nazie / A. Tuckermann. - Oskar

Josef n’est qu’un enfant au moment où Hitler arrive au pouvoir. Fils d’un couple allemand, Monsieur et Madame Müller, il rêve d’adhérer aux Jeunesses hitlériennes comme ses petits camarades. Mais Josef a la peau trop foncée, ce qui fait rapidement de lui à l’école le bouc émissaire de maîtres haineux qui adhèrent aveuglément aux théories racistes du 3ème reich.
Drame du racisme avec ses procédés classiques : isolement de la victime, incitation à la violence à son égard, justification par des théories scabreuses. Quand le processus est enclenché, tout le monde (ou presque) marche… Autour des parents de Josef, un groupe résiste dans l’ombre. Hélas l’enfant est trop jeune pour être informé, et son angoisse est grandissante....
Ce tout jeune garçon, encore dans l’innocence et l’incompréhension, nous raconte son enfance, sous la plume d’Anja Tuckermann. Jusqu’au bout de cette bouleversante histoire vécue, racontée année par année de 1938 jusqu’en 1946 et étayée de nombreux détails de la vie quotidienne, on tremble et se révolte pour Joseph qui a vécu la discrimination raciale… Une histoire malheureusement non singulière. Coup de coeur de Julie et Florence L.

coup de coeur Comment (bien) rater ses vacances / A. Percin. - Rouergue. - (DoAdo)

Maxime, 17 ans, refuse pour la première fois de partir en vacances avec ses parents et sa petite sœur. Pendant que ses parents partent randonner en Corse, il préfère rester chez sa grand-mère, passer son temps devant l’ordinateur. C’est bien connu, les grands-parents sont laxistes... Mais les vacances ne vont pas s’avérer aussi tranquilles que prévu : la mamie fait bientôt un AVC et se retrouve à l’hôpital, laissant Maxime seul à la maison... Il ne devra sa survie qu’à des expériences culinaires douteuses, l’ordinateur branché 24h/24 (et les séances de chat avec une nouvelle venue, Pikachu), l’eau-de-vie de cerises, Hector le chat, la vieille guitare électrique de son père, son MP3 toujours bien fourni, des policiers un peu curieux.
Mais Maxime a surtout une arme redoutable et efficace : il accompagne chacun de ses gestes et actions de commentaires, entre ironie, sarcasme et désinvolture. De quoi rendre la vie beaucoup plus légère, drôle même, malgré les coups durs. Coup de coeur de Julie et Florence L.

coup de coeur J’ai le vertige / J. Roy. - Alice

L’auteur se met dans la peau de sa tante qui tut son passé durant toute sa vie et commença à le lui raconter la vieillesse venue. On découvre donc l’histoire de Syvia qui, à 4 ans 1/2, découvre ce que cela signifie d’être juif pendant la seconde guerre : parquée dans le ghetto de Lodz, privée de nourriture, de chauffage, de jeux, d’amies bientôt car les enfants sont expulsés petit à petit du ghetto. Ses parents, à force d’ingéniosité, de chance, d’intuitions, la sauveront des différentes rafles.
L’auteur, dans un style lapidaire, a réussi à retranscrire toute la complexité des émotions de la fillette d’antan. Le récit est glaçant d’effroi, sidérant aussi : 270000 personnes confinés dans le ghetto en 1939, 800 survivants en 1945 dont 12 enfants. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Nanouk et moi / F. Seyvos. - Ecole des loisirs. - (Neuf)

Thomas, un jeune garçon, consulte le Dr Zblod, pédo-psychiatre. De séance en séance, on découvre les angoisses qui préoccupent ce jeune garçon et surtout ses cauchemars qui viennent en journée perturber sa vie familiale. Le déclencheur : le préambule d’un vieux film muet réalisé par Robert Flaherty en 1922, Nanouk l’Esquimau. Une simple petite phrase, “Nanouk est mort deux après le tournage du film”, a laminé Thomas. Cette expérience de la Fin, de l’Absence, cette compréhension de la souffrance des proches lui sont tout simplement insupportables. Le docteur Zblod va l’aider à dépasser ce traumatisme, à accepter l’inacceptable, à gérer l’infinie tristesse qui s’est emparée de lui (qu’il est troublant d’ailleurs de constater comme cette tristesse peut être agréable…). L’occasion aussi de découvrir l’histoire de Nanouk.
Superbe, un sujet abordé avec originalité et finesse, beaucoup de sensibilité et d’humour aussi. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Mahout / P. Favaro. - Thierry Magnier

Pour payer les dettes de son père, Sid doit quitter sa famille, travailler pour un homme qui vit de la location d’éléphants. Sid n’est pas rassuré, la violence des grands mammifères peut être à la mesure de la maltraitance dont ils sont victimes. Mais avec le temps, il s’attache à ces bêtes qui partagent sa souffrance ; il décidera lui aussi de devenir Mahout, soigneur d’éléphant. Il ne peut, ne veut l’être que dans un centre de soin. Les traumatismes d’enfance de Sid -il en est devenu muet- s’apaiseront grâce aux rencontres humaines -son ami Lakshmana, la jeune Priya, le sage Ashoka- et animales.
Ce roman est un texte fort, tiré de l’expérience de l’auteur qui vit en partie en Inde, et sait décrire avec nuances une Inde contrastée. Là plus qu’ailleurs, entre violence liée à la pauvreté et dévotion à l’animal, humains et animaux tentent de coexister. Sid, personnage attachant et émouvant, symbolise ce trait d’union. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Je m’appelle America / E. R. Frak. - Bayard. - (Millézime)

« Ce sont les petits détails qui comptent… ». America n’a jamais oublié la phrase prononcée par Mme Harper, celle qui l’aimait et souhaitait l’adopter. Après… America préfère oublier les détails et s’enfonce dans la souffrance, la culpabilité, la certitude d’être mauvais et à l’adolescence, il revendique un mutisme destructeur et agressif. Le récit parfaitement construit commence lorsqu’il rencontre le docteur B, après une longue et lente descente aux enfers et une tentative de suicide. Le texte alterne les chapitres : Maintenant, ce sont la douleur, les tocs, l’impossible parole d’America. Avant, ce sont les gens, les faits, la destruction, les souvenirs qu’il redécouvre et auxquels il tente d’échapper.
Le récit montre combien est long et difficile le dialogue de délivrance que le docteur B. tente de mettre en place. C’est un dialogue vif, percutant, vital qui montre toutes les stratégies de refus d’America auxquelles le docteur B. fait face sans jamais faillir. La reconstruction prendra plusieurs années, et s’amorce quand America regarde autour de lui parce que le monde le concerne à nouveau.
C’est un excellent roman pour grands ados sur un thème difficile et poignant. Sans simplification, mais construit clairement -mise en page aérée, vocabulaire limpide- ce livre se lit d’une traite parce que la lutte menée par America et le docteur B. est fondamentale : la confiance s’installe, le désir de vivre l’emporte, l’amour se dit. Tout reprend sens, en effet, « ce sont les petits détails qui comptent… ». Coup de coeur de Julie

coup de coeur La vie commence / S. Casta. - Thierry Magnier. - (Grand Format)

La fille vient d’arriver d’on ne sait trop où, on ne sait pour quoi faire. Tout ce qui est sûr, c’est qu’elle est bien décidée à rester chez Brigitte, Gustavo et le jeune Victor. D’eux, on n’en sait guère plus, mais on comprend vite que le passé n’a guère d’importance, que seule l’histoire à venir, à construire entre eux, est importante.
C’est une lecture très troublante, envoutante, que nous propose cet auteur suédois. Il faut accepter de ne pas tout maîtriser, de se laisser surprendre, mené au fil des saisons. Alors, le charme opère.
Autre lecture
Je vais vous décrire un tableau, une peinture. La toile est très longue et on peut apercevoir une maison isolée dans une immensité de nature. C’est Visunda. En suède. On devine la vie rythmée par la nature. Les hivers rudes, les champs de seigle, les moutons. Un magnifique marronnier trône dans la cour de la maison. Une nuée d’oiseaux danse autour. Une fille est debout, là, comme un épouvantail au grand sourire. Avec des grands yeux bleus. Enigmatiques. Elle s’appelle E.A.C.L.N. Esmeralda Alice Caroline Louise Nora. On parle beaucoup d’oiseaux dans ce tableau. D’ailleurs non loin, sur le perron de la maison, il y a Brigitte, le Rossignol de Visunda. Elle regarde avec émotion la fille. Et puis Gustavo. Son homme. Le prince de la soupe en toute saison. L’homme de la nature. Enfin on aperçoit un dernier personnage. C’est Victor. Il se tient un peu à l’écart et regarde lui aussi la fille. Il est avec Picco, son chien. Son ami. Il semble observer la scène. C’est peut-être lui qui a peint le tableau ! C’est drôle, à regarder de plus près, on dirait qu’il est peint plus clair que les autres personnages. Oui, il est transparent, on voit l’arrière plan se dessiner à travers lui. On dirait qu’il s’efface... En s’éloignant du tableau, on ressent une grande tension, dans ce paysage figé si calme. En se reculant encore, on voit que la lumière est plus forte autour de la fille, elle éclaire le tableau, elle est comme le mat d’un manège : toute la scène tourne autour. En se reculant encore, on s’aperçoit que la nuée d’oiseaux autour du marronnier laisse apparaître un autre dess(e)in ... On dirait... oui, un grand oiseau… Il ressemble à l’oie de Nils Holgersson... Victor sera peut-être du voyage… Coup de coeur de Julie

coup de coeur J’ai vu pleurer un vieux tsigane / G. Jimenes. - Oskar. - (Histoire et société)

Le narrateur n’a aucune complaisance envers lui-même lorsqu’il décrit les sentiments et préjugés qu’il nourrissait, enfant, envers les tsiganes. Mais plusieurs évènements l’emmènent à changer profondément. Il tombe un jour nez à nez avec un vieux tsigane totalement bouleversé ; ses proches le rejoindront bientôt, l’entourant avec une infinie délicatesse. Plus tard, il comprendra que ce vieil homme était un rescapé des camps nazi. Cette rencontre fondatrice le conduira à choisir le métier de professeur d’histoire et il fera tout, dès lors, pour contrer l’oubli.
Un roman très court, d’une grande intensité émotionnelle, complété par un dossier documentaire sur les tsiganes. Coup de coeur de Julie

coup de coeur La saga Mendelson : les exilés / F. Colin. - Seuil

Lecture passionnante ! L’auteur, grâce à ce qu’il présente comme les archives de la famille, nous plonge dans l’histoire des Mendelson que l’on suit dans ce premier tome durant les 30 premières années du 20° siècle (les 2 tomes suivants s’attacheront à la fin du siècle).
Fuyant le pogrom d’Odessa en 1905, les Mendelson vont rejoindre Vienne au péril de leur vie, puis gagner enfin les Etats-Unis à l’aube de la première guerre mondiale. Là-bas, Hollywood, Los Angeles, le cinéma...
La vie de cette famille juive, directement en prise avec l’Histoire et ponctuée de rencontres avec des personnages qui ont marqué leur époque, est traversée d’un soupçon de mysticisme qui confère à cette saga une dimension exceptionnelle. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Le cantique des carabines / X. Deutsch. - Mijade

Une Sicile hors du temps, que l’on découvre au fil du roman être plus contemporaine que ce que l’on imaginait. Deux frères vivent dans une grande pauvreté. L’aîné cultive des oignons rouges et a bon espoir : en allant les vendre à Catane, il peut en tirer un très bon prix. Que fera-t-il de cet argent ? Il a son idée en tête mais la garde pour lui. Il se met en route avec Ponce, 14 ans, qui observe, enregistre les rares paroles de son frère, découvre le monde. Et un système de valeurs des plus étonnants...
Un style lapidaire, ancré dans la terre, pour une histoire déroutante et forte d’une solidarité résolue, l’ambiance est saisissante ! Coup de coeur de Julie

coup de coeur Les monts de l’Elephant / J.-F. Chabas. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Henri de Lespagne est un aristocrate blasé qui ne croit plus en l’amour. A l’aube de la cinquantaine, il décrit sa triste famille : une mère qui présente tous les travers de sa "caste" (racisme, snobisme), un père atteint de dysmorphophobie qui plonge peu à peu dans la folie, un frère cinglé de musique et... si peu mélomane, un grand frère voyou qui alterne séjours en prison et cavales. Seule sa sœur Charlotte lui apporte un semblant de "normalité", surtout d’humanité. Lorsqu’il est en âge de quitter sa famille, Henri se montre incapable de mener une vie stable. Mais voilà qu’il rencontre Kateka, cambodgienne au sourire rayonnant. Son cœur découvre alors l’amour, puis la terrible histoire de celle qui a vécu le pire.
Roman original où tout est contrastes et différences. Des mondes aux antipodes d’abord : une "grande famille" à la dérive, la prison, les travailleurs de nuit, le Cambodge des Khmers rouges. Différences aussi de styles, de registres, d’opinions.
A travers les deux personnages, Henri et son amie immigrée, on peut constater que le meilleur et le pire peuvent être engendrés au sein d’une même famille. Ils ne sont pas égaux face à l’adversité. Mais Jean-François Chabas veut montrer que tout demeure possible. Promesse... Coup de coeur de Julie

coup de coeur Le chaos en marche, livre 1 : La voix du couteau / P. Ness. - Gallimard

Alors qu’approche la cérémonie qui fera de lui un homme, Todd doit quitter précipitamment Prentissville. Cillian et Ben ses parents adoptifs avaient tout prévu, à sa grande surprise. Dans son sac est soigneusement emballé le journal écrit par sa mère morte du virus du Bruit comme toutes les autres femmes quand il était enfant. Mais ses pères lui disent également d’oublier tout ce qui lui tenait lieu de vérité... Il fuit sous la menace du maire de la ville et de son fils et d’Aaron l’homme de religion, celui qui définit le bien et le mal, animé d’une haine farouche…
Dans sa course, il tombe sur l’improbable : une fille, Viola. L’engin spatial qui l’a amenée est détruit, ses parents sont morts, et surtout elle tente d’échapper à Aaron qui l’a déjà trouvée… Todd l’emmène avec lui… Commence alors une fuite éperdue, la traversée d’autres villes que Todd doit absolument prévenir de l’arrivée de l’armée de Prentissville à sa poursuite. En même temps qu’il progresse sur les chemins, Todd découvre les pouvoirs de Viola, les raisons de sa propre fuite, et un monde proche du désespoir… Mais les deux héros s’entraident, se soutiennent, se comprennent malgré toutes leurs différences. Todd est maladroit souvent, observateur toujours, ouvert à tous les signes et les Bruits et les silences de la vie ; courageux, il court encore et encore pour échapper à la haine, à l’embrigadement, à la mort…
Premier tome de la série Le chaos en marche qui aborde en vrac les relations hommes/femmes, la quête d’un idéal, le rapport au pouvoir et surtout le combat du bien et du mal en l’homme. Le récit est particulièrement vif et alerte, les deux héros sympathiques vivent dans un monde nouveau où les mots ont changé, où la communication a changé, où les lois des sociétés ont changé mais où l’innocence et l’amour restent des valeurs qui sauvent les hommes… Nous attendons la suite avec impatience ! Coup de coeur de Mireille et Julie et Florence L.

coup de coeur La place du Leïko / M. J. Martinez. - Ecole des Loisirs. - (Medium)

Africa est une sacrée petite fille. Du matin au soir, elle joue, rit, invente mille et une bêtises mais fait surtout preuve d’une étonnante sagesse. Elle retrouve tous les jours un vieil homme, cireur de chaussures républicain, brisé par la guerre franquiste, qu’elle décidera d’appeler Leïko. Ce dernier est aussi revêche et désespéré qu’Africa est enjouée et pleine de confiance en l’être humain. Entre fous rire complices et réflexions philosophiques, elle change la perception de Leïko sur le monde, sur les hommes.
Un roman rare d’une auteur qui veut croire en la paix, en l’humanité, en l’amour. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Le temps des miracles / A.-L. Bondoux. - Bayard. - (Millézime)

Koumaïl a passé sa vie sur les routes : fuir la guerre et les violences ; chercher des horizons plus sereins ; partir sur les traces de sa mère biologique... Ainsi, du Caucase à la France, de la petite enfance à l’adolescence, Koumaïl multiplie les rencontres et les aventures, toujours accompagné de Gloria qui aime à lui raconter comment elle l’a recueilli lorsqu’il était tout-petit. Ils vivent tous les deux dans le dénuement le plus total sans jamais se départir d’une confiance pugnace dans l’avenir. Cet optimisme délibéré confère à leur quête un goût de liberté et au lecteur la force de croire en l’homme et en l’avenir. “Il ne faut jamais désespérer du genre humain. Pour un homme qui te laisse tomber, tu en trouveras des dizaines d’autres qui t’aideront à te relever, d’accord ?”
Quel plaisir de retrouver Anne-Laure Bondoux dans cette histoire vivante, poignante et atypique, d’une relation mère-fils qui ne dit pas son nom… Et comme cette auteure est décidément très sympathique, elle devine qu’on aura du mal à quitter ses personnages et nous offre de demeurer, grâce à son site, un peu plus longtemps dans son univers. Coup de coeur de Myriam et Julie

coup de coeur Le maître du rêve / B. Jonsberg. - Flammarion. - (Tribal)

Michael a un talent extraordinaire qui laisse songeur : il peut influer sur le cours de ses rêves. Sa vie réelle ? Obèse et apathique, il attire les brimades et humiliations de ses camarades de classe, quels que soient les nombreux collèges qu’il ait fréquentés. Un jour cependant, les choses semblent changer : Leah et Martin font irruption dans sa vie. L’une attentive et gentille, l’autre vindicatif et inquiétant. Michael n’est plus le seul à prendre les commandes de ses rêves...
Un roman déroutant, fascinant et assez noir sur les troubles de la personnalité que peuvent engendrer solitude et désespoir. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Orages / S. Ristic. - Actes Sud Junior

D’emblée, la colère de Tamara nous frappe, nous heurte, nous touche. Cette fille est toute de rage contenue. D’attaches, elle n’en a plus : son père l’a abandonnée ; sa mère est morte d’un cancer ; son pays, elle l’a fui avant que ça ne dégénère davantage. Aujourd’hui, il va bien falloir affronter le passé : elle doit retourner à Belgrade pour une histoire d’héritage. Aussitôt arrivée, les digues cèdent, les larmes abondent. Un premier amour qui ressurgit, fascinant, effrayant ; un pays devenu fou de violence… Tamara perd pied, oscillant entre force féroce et fragilité déroutante. Des rencontres extrêmement fortes aideront Tamara à composer avec son statut d’exilé, à trouver sa place dans le monde.
Un roman fort, sensoriel, cru. Coup de coeur de Julie et Florence L.

coup de coeur Rita, New-York, 1964 / U. Nielsen. - Rouergue. - (DoAdo Monde)

L’histoire des États-Unis dans les années 60 - le racisme anti noirs et surtout, l’absurdité et la monstruosité de la guerre au Vietnam - vue par une jeune émigrée norvégienne. Le style, très particulier dans l’usage qu’il fait des répétitions, impose l’image d’un monde qui tournerait comme un manège, reproduisant l’histoire infinie de peuples privés de leur terre et luttant pour leur liberté. Rita observe, tente de s’acclimater. La force de son amour transforme tous ceux qui la côtoient. Pour autant, elle ne pourra rien contre la folie de son époque et préfèrera au bout du compte regagner son pays...
Un roman pour bons lecteurs qui offre une critique noire (malgré l’humour) du "rêve américain". Coup de coeur de Julie

coup de coeur La saison des mûres / P. Horvath. - Ecole des loisirs. - (Neuf)

Raclette et Harper n’ont pas grand chose en commun, si ce n’est peut-être une relation difficile avec leur mère. Les adolescentes se retrouvent toutes deux, par des circonstances différentes, chez Penpen et Tilly, deux vieilles dames excentriques qui ont décidé de mourir ensemble. Elles aussi ont eu leur lot de coups durs - on saura, mine de rien, que leur mère s’est auto-guillotinée - mais aucune de ces héroïnes ne se laissent aller au larmoiement. Dans un détachement toujours affiché, les 4 dames s’organisent, s’apprivoisent et inventent leur chemin.
Un ton pour le moins original pour une intrigue qui ne l’est pas moins, servie par des personnages qui se livrent peu mais dont on arrive à se sentir proche. Le choix de la collection Neuf ne doit pas limiter la lecture aux plus jeunes car l’apparente légèreté masque également une réalité plus abrupte. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Kivousave / B. Hammer. - Rouergue. - (DoAdo)

On imagine aisément ce que serait devenue l’héroïne de ce livre si elle n’avait décidé un jour de prendre ses distances avec sa famille. Une grand-mère qui ne connait que l’humiliation et la domination comme mode relationnel ; un père, lâche, entièrement soumis à sa mère. La maman de la narratrice, elle, a fui depuis bien longtemps, abandonnant sa fille. Tout le roman est une tentative de s’approcher de la vérité : qui était sa mère ? Comment a-t-elle été amenée à partir ? Pourquoi n’a-t-elle pas cherché à revoir sa fille ? Autant de questionnements qui accompagnent sa quête d’indépendance et de liberté et modèlent sa personnalité.
Ce parcours répond, tout en nuances, à la question de savoir comment composer avec son passé et son héritage pour se construire en tant qu’individu. Coup de coeur de Julie et Florence L.

coup de coeur La messagère de l’au-delà / M. Hooper. - Panama

Le destin d’Anne Green, pendue en 1650 pour infanticide puis "ressuscitée", a de quoi captiver le lecteur. A travers l’histoire vraie de cette jeune femme, c’est toute une époque qu’à su retranscrire Mary Hooper, celle de l’Angleterre puritaine du 17° siècle où les injustices sociales s’ajoutent à celle faite aux femmes. Elle nous donne également à comprendre la médecine d’un autre temps, encore très inféodée à la religion, où le corps et l’âme n’ont pas délimité leurs frontières.
La forme du récit est très efficace : tandis que l’on découvre, chapitre par chapitre et par Anne elle-même, ce qui l’a conduit à la potence, on assiste en parallèle à ce qui devait être un cours d’anatomie et qui se transforme en une longue et difficile réanimation. Passionnant, édifiant, difficile parfois, un roman historique comme on en souhaiterait davantage. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Pas raccord / S. Chbosky. - Sarbacane. - (Exprim’)

Charlie a besoin de se confier. Il a choisi d’écrire à un correspondant alter ego pour lui raconter tout ce qui lui arrive : la vie au lycée, en famille, les soirées avec ses amis plus âgés, qui vivent leur vie en marge de celle des adultes. Il confie ces moments très forts où il se sent intense, qui tranchent avec les périodes de tristesse abyssale. Et les crises enfin, quand il ne comprend plus ce qui lui arrive… Lorsqu’il tente de relater ses souvenirs d’enfance, on sent comme un point d’achoppement. Quelque chose d’infiniment douloureux en lui, qu’il n’identifie pas encore.
D’emblée, Charlie nous touche. On chemine avec lui pour découvrir ce qui a fait de lui ce qu’il est, un être hypersensible, qui préfère se dévouer tout entier à ses amis plutôt que de se mettre en avant. Certes, il est l’ami idéal, tellement attentif et respectueux, mais il comprendra, avec l’aide de son amie Sam, qu’il doit apprendre à vivre pour lui-même, à écouter ses envies, même si pour cela, il doit affronter ses traumatismes…
Le passé conditionne ce que l’on est, mais le déterminisme n’est pas de rigueur. Charlie démontre qu’avoir été sali ne l’a pas empêché de devenir une personne lumineuse, que le lecteur a peine à quitter. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Gadji ! / L. Land. - Sarbacane. - (Exprim’)

La vie est une ronde infernale où se bousculent moments de joie intense et de peines indélébiles. Katarina, jeune roumaine rrom, ne le sait que trop bien, mais elle porte en elle une force inébranlable qui la pousse vers l’avenir. Qu’est ce qui la tient debout ? La famille, lien indéfectible ... Le sang rrom qui coule en elle ... La soif de savoir ... Les rencontres qui la nourrissent ... Quoi qu’il en soit, elle ne désespère pas de l’avenir qui sera libre, riche de découvertes, rempli d’amour pour les siens et pour ceux qu’elle croisera et apprivoisera...
Ce n’est pas une vision romantique des roms qui est dépeinte ici, juste une tranche de vie racontée dans une langue fougueuse, qui nous séduit par sa formidable énergie jamais entravée. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Rien / J. Teller. - Panama

De sens à la vie, il n’y en a point. Aucun. Rien. C’est la découverte de Pierre Anthon qui a décidé depuis de ne plus aller à l’école. Etudier pour trouver un travail, pour prendre des congés ? A quoi bon… Ses camarades de 4°A l’écoutent, agacés puis courroucés. Il faut absolument prouver à cet empêcheur de tourner en rond que la vie n’est pas que vacuité. Pour cela, ils alimentent à tour de rôle, dans une rare détermination et avec beaucoup de sacrifices, le mont de signification.
Le pieux Kaj, Grand Hans, Dame Werner, Petite Ingrid… - comme si accoler des adjectifs à leur nom pouvait donner une consistance à l’être – autant de personnages qui s’escriment à prouver le sens de la vie… Cette tentative désespérée les mène tout droit au drame ; le drame lui-même fait-il sens ?
Un livre d’une auteur danoise, par moment très violent, dérangeant, puissant qui fait entrer de plein fouet les adolescents dans la philosophie. Sans doute nécessite-t-il un passeur, des précautions, il s’adresse tout au moins à des lecteurs plus âgés. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Chevalier B. / M. Pouchain. - Sarbacane. - (Exprim’)

En plein dans une bouse de vache ! Ca, c’était l’entrée en matière, à moitié assumée, de Barnabé. Ce ne serait pas grand chose si cela ne s’était produit devant les yeux de sa bien aimée Rosa, qu’il courtise, mais dans l’anonymat ! Ce jeune homme pataud, qui n’était pas très bon à l’école, ne se laisse pas décourager. Il a les moyens de ses ambitions et en devenant chevalier B., c’est sûr, il convaincra la belle. Notre héros part donc en bataille contre ce qui le révolte : les champs d’OGM, l’élevage intensif, les bêtes menées à l’abattoir dès la naissance... autant de choses qu’il s’évertuera à combattre, aussi vain que cela puisse paraître - pour la petite histoire, lui est plutôt du genre à cajoler sa vache Espoir ou à faire écouter à ses champs de blé le concerto n°3 de Rachmaninov.
Voilà un récit mené tambour battant, couvrant plusieurs années, dans un style en phase avec la fougue du personnage. Ce Barnabé, sincère, idéaliste, persévérant et entier nous est formidablement sympathique et l’on espère avec lui que la vie, enfin, sera à la hauteur de sa générosité... Coup de coeur de Julie

coup de coeur Sans un cri / S. Dowd. - Gallimard. - (Scripto)

1984, dans l’Irlande catholique très pratiquante.
Shell, depuis la mort de sa mère, élève frère et sœur et gère le quotidien. Son père, lui, est au chômage et fait des quêtes pour l’Eglise, en buvant une partie des recettes dans les pubs. Autant dire que Shell aborde la religion avec doute et de méfiance... Jusqu’à ce qu’arrive le Père Rose, si attentif à l’autre, qui lui redonne une foi intense.
La vie lui apparaît alors de meilleure augure, elle découvre l’amour avec Declan. Après le bonheur vécu dans une sorte d’insouciance, Shell doit faire face aux conséquences, dans la solitude la plus totale. Elle n’ose se confier au Père Rose et ne trouvera de soutien que dans ses frère et soeur, bien trop jeunes pour affronter ce qui arrive à leur grande sœur. Mais grâce à ce lien qui les soude, grâce à sa foi, Shell sortira grandie de cet enchaînement d’évènements d’une violence d’autant plus dure que les adultes tardent à lui venir en aide.
Un roman sombre, grave, mais illuminé par la personnalité hors du commun de l’héroïne. Coup de coeur de Myriam et Julie et Florence L.

coup de coeur Avaler tout cru / M. de Sterck. - Rouergue. - (DoAdo monde)

Joppe se prépare un plan d’enfer : ses parents partent en vacances pour une semaine, il va pouvoir passer tout son temps avec ses potes (et surtout avec Alya) pour préparer la grande manifestation pacifique qui s’annonce en réaction à la guerre en Irak. Au dernier moment, son arrière-grand-père Tist tombe malade et les vacances sont remises en cause. En tant qu’élève infirmier (et bien sûr pour préserver quelque peu ses plans...), Joppe se propose pour rester à son chevet. Ce qui se présentait comme une corvée devient vite l’occasion de souder davantage la complicité qui les lie.
Tandis que le vieil homme perd progressivement son entrain, le lecteur découvre la vie de cet homme qui traversa deux guerres et perdit tant d’êtres chers. De quoi redouter au plus profond de soi de s’attacher à nouveau, de risquer la perte de ses proches...
Le roman est dense, les histoires et les caractères des personnages entrent en résonances dans un entrelacs de générations. Avec des phrases courtes et percutantes, Marita de Sterck, conteuse hors paire, mêle Histoire, parcours de vie et légendes. Elle sait camper les personnages tout autant que la guerre dans toute son horreur quotidienne.
Une nouvelle collection DoAdo monde, qui, avec ce titre traduit du néerlandais, nous offre une saga très forte, que l’on se refuse à résumer davantage tant les thèmes traités sont riches et subtils. Coup de coeur de Julie

coup de coeur La promesse d’Hanna / M. Pressler. - Milan. - (Macadam)

1943, Pologne. Hanna doit fuir le nazisme avec ses 2 enfants. En route, elle croit bien faire en laissant derrière elle sa plus jeune fille. Davantage que la guerre, ce sont 3 figures féminines qui sont décrites dans ce roman très fort : la mère déterminée mais confrontée à des choix difficiles, Mina, 16 ans, qui doit suivre sa mère alors qu’elle a envie de faire ses propres choix et surtout Malka, 7 ans, restée en Pologne et très vite livrée à elle-même.
Le récit suit mois après mois le parcours des 3 protagonistes. Et c’est imperceptiblement que s’opère en Malka un cheminement intérieur qui l’aide à supporter la réalité. Ce n’est qu’en fin d’ouvrage que l’on réalisera les ravages et le traumatisme de ces 7 mois d’errance. Le lecteur sera d’autant plus bouleversé en lisant la postface : le récit est inspiré d’une histoire vraie. Coup de coeur de Julie

coup de coeur La grosse / M. Sachs. - Labor. - (Zone J)

Nous sommes aux Etats-Unis. Jeff s’inscrit au cours de poterie du lycée et tombe amoureux de Norma. Sa vie familiale est difficile : il vit avec sa mère malheureuse et dépressive depuis son divorce, et sa petite sœur Wanda s’apprête à rejoindre le nouveau foyer de son père. Au lycée, il côtoie Ellen, une fille très grosse, très mal dans sa peau, et qui semble en admiration devant lui. Très méprisant, il l’appelle « la grosse ». Lorsqu’elle lui fait part de son intention de se suicider, il décide de la prendre en charge, d’être celui qui va la transformer. Et en effet, en suivant à la lettre les conseils de Jeff, Ellen va très rapidement perdre du poids, devenir coquette, et trouver une certaine assurance. Jeff éprouvait à son égard une rage obsessionnelle, puis de la pitié, leur relation ressemble dorénavant à de l’amour. Lorsqu’elle commence à vouloir décider elle-même de ce qui lui convient, Jeff n’est plus vraiment d’accord...
Ce roman met l’accent sur une relation très particulière : l’amour/pouvoir sur l’autre. Jeff aime Ellen, mais à condition qu’elle devienne sa créature et qu’elle lui appartienne. Dès qu’elle veut décider de sa vie, le malaise de Jeff devient plus prégnant et révèle une solitude abyssale... Coup de coeur de Julie et Florence L.

coup de coeur En haut du poteau / B. Ingvaldsen. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Très jolie histoire de deux amis, Simon et Bjornar, qui, tels deux cerfs-volants, se lient et s’emmêlent au gré des tempêtes de la vie.
Le refuge d’une cabane où on oublie un peu ses ennuis, l’excitation de l’interdit qui fait grandir, le monde des adultes qu’on aperçoit mieux d’en haut, en haut d’un poteau... C’est une amitié à marée haute, puis à marée basse, qui traverse les épreuves de la vie, celles de la maladie, celles de la mort. Enfin, c’est toute la difficulté de comprendre chez l’enfant, comme de faire comprendre chez l’adulte, l’angoisse de la maladie et celle de la mort. Cette mort qui viendrait trop tôt.
L’auteur a su toucher, grâce à une écriture pudique et observatrice, le vrai de cette expérience où l’enfant doit grandir plus vite pour porter sa part du drame. Se pose le dilemme de dire la vérité aux enfants ou de vouloir les protéger le plus longtemps possible. Souvent, l’adulte sous-estime l’intuition de l’enfant, et de fait, sa capacité à prendre sa place dans l’épreuve. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Deux fois rien / M.S. Vermot. - T. Magnier

Nuala entre en seconde artistique, une filière qu’elle a toujours voulu suivre. Elle est bonne élève, issue d’une famille d’hôteliers compréhensive et aimante. Il y a pourtant deux ombres au tableau : sa soeur est paralysée à vie suite à un accident de voiture et Nuala elle-même est enceinte. Elle a du mal à assumer tout à fait le choix qu’elle a fait de garder ce bébé né d’une aventure avec un jeune Irlandais au cours d’un voyage scolaire. Il n’est pas facile d’être mère à 16 ans ni physiquement ni psychologiquement, d’autant qu’elle a l’impression, à la naissance, que sa propre mère empiète sur sa relation mère-enfant.
La vie ne se déroule pas toujours comme on l’avait prévu mais la belle leçon de ce livre est qu’elle ne doit pas forcément se jouer dans le drame : l’auteur reste résolument positif, sans éluder les difficultés, et c’est ce qui fait la force de ce roman qui plaira aux ados à partir de 15 ans. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Les vies de Luka / A. Cathrine. - Verticales

Que faire lorsqu’on a 17 ans, qu’on vit à Liverpool dans une famille touchée par la crise, entourée de gens plus démunis les uns que les autres, sinon s’inventer une vie ? Ce que fait Luka, au point que le lecteur, comme la protagoniste, se perd et a du mal à départager le vrai du faux.
Les héros de Arnaud Cathrine sont attachants de désespoir et ses livres laissent en nous des traces. Coup de coeur de Julie

coup de coeur La vie blues / H. Nolan. - Gallimard. - (Scripto)

C’est d’abord la langue qui frappe : rugueuse, abrupte. A l’image de la vie de Leshaya qui a connu toutes les violences. Puis on admire la force de caractère de l’adolescente qui poursuit son rêve de devenir chanteuse. Les coups durs s’accumulent, Leshaya est quelquefois sa propre ennemie et pourtant, au-delà des conventions, elle trouve sa voie. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Un de Winram / G. Thorau. - Ecole des loisirs. - (Medium)

Simoun croit avoir enfin trouvé l’endroit idéal pour vivre une vie normale d’adolescent. En effet, sur l’île de Winram, personne ne se moque de son prénom, un grand respect règne entre les habitants. Mais le paradis n’est pas sur terre et cette île enchanteresse cache un secret qui séduira d’abord Simoun mais l’emmènera très vite à vivre un cauchemar. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Le quatrième soupirail / M. S. Roger. - T. Magnier

A travers le témoignage de Pablo, adolescent de 16 ans, le lecteur est transporté en Amérique latine, dans un pays sous régime dictatorial. Au début du roman, Pablo a la quarantaine, il revient à San-Marcos après des années d’exil en France. Au bord du 4° soupirail du collège San Marcos, il se remémore la lente agonie de son père torturé dans ses caves, ainsi que les moments passés à lui lire des poèmes à travers les barreaux.
Ce roman est ponctué d’extraits poétiques autour des thèmes de la liberté et la lutte contre l’oppression, en alternance avec les souvenirs du protagoniste. L’écriture, par le biais de phrases courtes et poignantes, dévoile les émotions de Pablo dans un récit intérieur, l’ambiance qui en découle est étouffante, angoissante, mais nous fait vivre au plus près une réalité dramatique. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Princes des rues / E. Laird. - Gallimard. - (Folio junior)

Addis-Abeba, Ethiopie. 2 gamins que tout oppose, l’un pauvre et orphelin, l’autre originaire d’une riche famille, se retrouve à partager les galères de la rue. Si la réalité, crue et quelque fois sordide est décrite sans concession, c’est l’espoir et l’optimisme qui l’emportent, grâce à la solidarité qui lie tous les "godanas", membres d’une bande d’enfants de la rue qui vivent de la mendicité.
Un roman classique mais néanmoins passionnant, dont on suit les personnages au plus près grâce au style de l’auteur qui suscite l’empathie. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Les larmes de l’assassin / A.L. Bondoux. - Bayard

Cette histoire se passe au bout du monde, à l’extrême sud du Chili. Dans une petite maison, loin de tous, vit un vieux couple avec leur garçon Paolo. C’est un enfant malingre, qui s’élève seul et pousse comme une mauvaise herbe. Sa vie va basculer lorsqu’arrive un hôte plutôt étrange, Angel Allegria, qui s’avérera être un assassin. Au cours du roman, les personnages évoluent et se métamorphosent : l’enfant devient un homme, l’assassin un ange. Les thèmes du bien et du mal sont abordés sans manichéisme. Les personnages sont attachants et vus dans leur complexité.
Tout en poésie et en symboles, cet ouvrage est une véritable leçon de vie et d’humanisme. Dès la 4° Coup de coeur de Julie

coup de coeur J’irai avec toi par mille collines / H. Jansen. - Hachette. - (Livre de poche jeunesse)

Jeanne est rwandaise, Tutsi ; elle a été adoptée par la famille Jansen en Allemagne, suite au massacre de toute sa famille. Hanna, sa mère adoptive, nous fait le récit de la vie de Jeanne, avant et pendant le drame. L’histoire est entrecoupée de réactions de la romancière et d’événements du temps présent. Ce roman est d’une profonde tristesse et montre toute l’horreur et la barbarie de la guerre, même si un grand espoir existe pour Jeanne qui est aujourd’hui une adolescente épanouie. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Folle / B. Friot. - Thierry Magnier

Franck vit très mal les troubles psychiatriques de sa mère. Mais grâce à l’aide d’amis et de parents, il va pouvoir surmonter son angoisse, ce quelque chose qui s’apparente à la honte, et mieux vivre son drame. Coup de coeur de Julie

coup de coeur La fin de l’été / R. White. - Pocket. - (Pocket junior)

Summer et Lyric vivent seules avec leur père dans les collines de Virginie. Une vraie complicité les unit. Lorsqu’ils déménagent pour Flint, une ville du Michigan, Summer supportent mal le changement et accumule les comportements étranges et paranoïaques. Le verdict tombe bientôt : Summer est atteinte de schizophrénie. Si son père et Lyric mettent tout en oeuvre pour la maintenir dans son environnement familial, il devient bientôt inévitable de l’interner.
Un livre d’une pudeur remarquable pour un sujet rarement traité en littérature jeunesse, où les sentiments sont exprimés tout en nuances. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Circé / J.F. Chabas. - Casterman

A douze ans, Samuel se retrouve brutalement privé de toute famille. Dès lors, il va de foyers pour enfants en familles d’accueil, et d’échec en échec. Qu’on essaie de l’aider, il se cabre, regimbe, se forge une carapace de plus en plus épaisse... qui ne se brisera que grâce à la rencontre de Circé, la martre magicienne.
Roman violent et sensible, récit intimiste où l’espoir et l’humour sont présents. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Chouette / C. Hiaasen. - Gallimard

Roy vient de déménager une nouvelle fois en raison du travail de son père. Cette fois, sa famille s’installe en Floride dans une petite ville où il ne semble pas se passer grand chose. Mais Roy ne va pas s’ennuyer. Très vite, il va devoir résister face à la violence et à la bêtise de Dana Matherson, le caïd du lycée. Puis il est intrigué par un garçon qu’il aperçoit un jour depuis son bus, courir pieds nus à travers les rues. Il va tout faire pour rencontrer cet adolescent bizarre, fugueur, que personne ne semble connaître. C’est grâce à lui que Roy va se trouver mêlé à l’affaire de la construction prochaine d’un restaurant appartenant à une grande chaîne. Et même si Roy a du mal à approuver les actes de vandalisme de celui que l’on surnomme "Doigts de mulet", il va petit à petit partager son combat contre le projet immobilier et pour la sauvegarde d’une espèce d’oiseau en voie de disparition.
Un bon roman, captivant, original, drôle. A partir de 12 ans. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Oreille d’homme / B. Moeyaert. - Rouergue. - (DoAdo)

On se familiarise avec le style tout particulier de Bart Moeyaert qui a l’art de s’attacher au quotidien pour le disséquer et en extraire l’universel, ces petits riens qui font les relations humaines. Ici, ce sont les conflits familiaux qui sont passés au laser, et la nouvelle génération observe tout cela en reproduisant le schéma, un peu, et avec la cruauté propre à l’enfance, mais en souhaitant surtout des rapports plus sains. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Le vieillard qui jouait encore / G. Kocjan. - Néo

Grégoire a un nouveau voisin pour le moins étonnant. D’âge mûr, il passe ses journées à inventer des jeux. Il ne dort pas, ne mange pas, joue nuit et jour. Les adultes voient tout cela d’un œil méfiant et éloignent Grégoire de cet énergumène. Mais Grégoire lutte et sauvegarde leur amitié envers et contre tous. Ce premier roman, véritable réussite, est un hymne au monde imaginaire de l’enfance. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Le troisième thé / F. Arcis. - Syros

Laura va passer Noël avec sa tante et son oncle dans le désert de Libye. Elle découvre la magie du lieu, le monde des touaregs, et se trouve surtout envoutée par Bachir, jeune homme très pudique qui ne laisse filtrer ses émotions que dans l’intimité. C’est une écriture qui colle aux sentiments naissants, hésitants, forts cependant, qui doivent aussi apprivoiser les différences culturelles. Une histoire qui dépassera forcément le stade des amourettes de vacances.
Un très beau roman à destiner aux adolescents dès 12-13 ans. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Zarbie les yeux verts / J. C. Oates. - Gallimard. - (Scripto)

Voilà une famille comme on pourrait en rêver : Le père Reid est un commentateur sportif très populaire, la mère Krista, artiste, est très affectueuse avec leurs 3 enfants, beaux, sportifs et intelligents. Mais cette vie idéalisée laisse quelque fois un goût amer à la cadette Franky, sans qu’elle puisse en identifier les raisons. Elle comprendra, au fur et à mesure que Krista se détache de leur père, que ce dernier est prêt à tout pour sauver les apparences...
Un roman fort qui dissèque les rapports de manipulation et l’emprise psychologique que peut revêtir l’amour. Coup de coeur de Julie et Florence L.

coup de coeur La Face cachée de Luna / J. A. Peters. - Milan. -(Macadam)

Liam a le sentiment d’être une fille, mais une fille née dans le corps d’un garçon. Il partage ce secret avec sa soeur Regan dans la chambre de laquelle, chaque nuit, il peut être lui-même, Luna, en se maquillant et en s’habillant en fille. Mais cela ne lui suffit plus : il veut vivre comme une femme et opérer sa "transition", c’est-à-dire changer de sexe. Il lui faut d’abord affronter le monde extérieur et, en premier lieu, ses parents...
Ce roman sensible, parfois drolatique, parfois tragique, est conduit d’une manière si habile qu’il en fait à la fois un documentaire, un récit "cinématographique" riche en suspense et un appel à la tolérance. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Pépites / A.-L. Bondoux. - Bayard. - (Millezime)

Bella Rossa a des cheveux et un tempérament de feu. Il faut bien ça pour affronter les "calamités" qui lui tombent dessus à chaque fois qu’elle croit en voir le bout ! Et à l’Ouest des Etats Unis, à la fin du 19° siècle, les calamités ne manquent pas : catastrophes naturelles, condition des femmes, guerre... Ajoutez à cela un père invalide et insupportable, une paire de seins qui se rappelle sans cesse à vous... le tableau est dressé ! Et c’est avec délice (et émotion) que le lecteur, dès 13 ans, devrait se laisser captiver par cette épopée aux héros bien trempés. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Printemps volé / P. Pouchain. - Pocket Jeunesse

Miriam vient d’avoir quinze ans. Très timide, elle rêve en secret depuis des mois d’Horace qui ne semble même pas la voir. Mais un jour, il lui sourit, lui fixe un rendez-vous et l’embrasse. Miriam se laisse submerger par les promesses d’une passion romantique. Hélas, dès la rencontre suivante, Horace l’entraîne dans un sous-sol où il la viole avec plusieurs de ses copains... Après les émois de l’amour naissant, Printemps volé dépeint l’anéantissement de Miriam, son dégoût, sa honte, les réactions de son entourage, son lent retour à la vie. Tout cela sonne juste, émeut ; on comprend pourquoi elle refuse de porter plainte. Mais faut-il rencontrer une victime afghane, faut-il que le Destin châtie les coupables pour qu’on puisse se reconstruire après une telle épreuve ? Coup de coeur de Julie

coup de coeur Leïla, les jours / Pierre Marie Beaude. - Gallimard. - (Scripto)

L’auteur nous invite à suivre deux errances : celle de Soufiane à qui l’on a volé ses origines, qui ne saura jamais d’où il vient, qui sont ses parents ; celle de Leïla, aveugle, rejetée par sa famille et qui, enfant, cherche les lunettes magiques qui lui donneront la vue. Le destin va les séparer, les éloigner de leur village désertique d’Afrique du Nord, leur imposer des voies tortueuses pour leur permettre de mieux se retrouver. L’écriture lente, très belle, demande qu’on prenne son temps pour l’apprécier. Un roman qui abolit les frontières entre littératures pour adolescents et pour adultes, que l’on ne peut que vivement conseiller. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Le bizarre incident du chien, pendant la nuit / M. Haddon. - Pocket

Christopher, le narrateur, a 15 ans et des capacités extraordinaires en mathématiques (le récit est d’ailleurs jalonné d’énigmes et de problèmes mathématiques). Il veut découvrir qui a assassiné le chien de la voisine. Cela pourrait être le récit d’une enquête policière mais se révèle être en fait une passionnante plongée dans l’univers de l’autisme : un monde structuré, codifié, où la relation à autrui est synonyme d’incompréhension et d’appréhension, où les sentiments prennent une autre dimension. Un monde différent et pourtant si familier... Coup de coeur de Julie

coup de coeur C’est tout de suite le soir / S. Cassim. - Pocket

Myrtho depuis sa naissance a toujours eu une relation privilégiée avec Barnabé, son grand-père. Le roman est une succesion de chapitres courts, échos de ces moments dans l’enfance et l’adolescence de Myrtho. On retrouve avec bonheur l’écriture de Shaïne Cassim, un style à fleur de peau pour exprimer l’essentiel. Un ouvrage sur la place qu’il faut se faire dans la vie, avec pour compagnie inévitable la solitude. Coup de coeur de Julie

coup de coeur L’ ange du Namib / J.F. Chabas. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Arthur est un affreux gamin gâté, riche héritier d’une famille aristocratique anglaise, et orphelin de ses 2 parents. Livré à lui-même mais toujours épaulé par son "chauffeur-mécanicien", il joue avec la mort à bord de ses voitures, bateaux et autres avions. Il faudra que son fidèle compagnon meurt pour qu’il comprenne l’affection que celui-ci lui portait, pour qu’il change son regard sur le monde et sur autrui.
Un beau roman initiatique qui nous emporte dans un univers bien particulier, comme sait le faire Jean-François Chabas à chacun de ses ouvrages. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Maintenant, c’est ma vie / M. Rosoff. - Albin Michel. - (Wiz)

A l’en croire, la vie n’a pas été rose pour Daisy, jeune américaine : sa mère est morte en la mettant au monde puis sa marâtre l’expédie chez des cousins inconnus, au fin fond de l’Angleterre, pour son bien naturellement ! En fait, il s’agit d’assurer la tranquillité de son père, de la belle-mère et de leur nouveau-né. Arrivée en terre inconnue, elle découvre une famille où il fait bon vivre, un milieu fantasque mais empreint de spontanéité et de douceur. Mais la guerre arrive bientôt, une guerre sans visage, d’abord lointaine. Dépourvue de figure parentale, la fratrie vit cette période de confusion dans une bulle de bonheur absolu, loin du monde, hors de toutes conventions morales... Bientôt, cette guerre les rattrape, les sépare et montre sa vraie nature. De quoi détruire les individus les plus solaires.
Attendez-vous à être happés par cette histoire dense au style désinvolte qui ne fait que suggérer et qui pourtant donne à la narration une force étonnante. Vous continuerez ainsi à vivre avec ces personnages hors norme bien au delà des dernières lignes. Avec eux, on apprécie cette faculté de ne pas succomber, de cultiver chez l’autre l’humanité qui pourrait vaciller. Coup de coeur de Julie et Florence L.

coup de coeur Tous les hommes qui sont ici / V. Dayre. - Atelier du poisson soluble

3 couples mangent côte à côte dans un petit resto. Les conversations insipides laissent entrevoir les personnalités de chacun. Les attitudes polies cachent des sentiments moins avouables. Pas de vérité mais une réalité mouvante, des personnalités qui doutent. Pas de héros sans tache, que des êtres mille-feuilles que Valérie Dayre se fait un plaisir de disséquer, dans une construction très efficace.
Une lecture pas forcément facile mais qui plaira à ceux qui aiment voir les relations humaines passées au scanner et plus simplement à ceux qui aiment la littérature. Coup de coeur de Julie

Et aussi... :


coup de coeur Le monde de Marcelo / F. X. Stork. - Gallimard

Le monde ne va pas de soi pour Marcelo, il l’appréhende à force d’observation, de règles décryptées grâce à l’éducation spécialisée qu’il a pu avoir à l’école Paterson. Et il se débrouille assez bien, tant que son univers reste routinier, codé selon ses capacités. Mais son père lui demande cet été là d’aller justement plus loin que ce dont il se sent capable. Il lui propose, ou plutôt lui impose, de faire un stage dans son cabinet d’avocat pour se confronter au "monde réel". Beaucoup de bouleversement pour Marcelo qui explique comme il peut à ses nouveaux collègues sa différence, que l’on peut comparer au syndrome d’Asperger : il a de grandes capacités dans certains domaines (la religion par exemple) mais ne réagit pas comme les autres, ne comprend pas forcément les attitudes courantes et a besoin de temps pour analyser une situation. Certains sont très réceptifs, d’autres s’engouffrent dans les failles…
C’est tout d’abord un personnage très touchant qui est dépeint dans ce roman, qui confronté au monde en saisit toute la violence, l’aberration, la compromission. "Comment pouvons-nous vivre alors qu’il y a tant de souffrance autour de nous ?" Lui cherche une réaction juste, veut s’adapter sans se briser. La religion, obsession de Marcelo n’apporte pas l’aide escomptée, c’est en lui-même qu’il devra trouver les ressources pour grandir. Fort, touchant, intelligent. Coup de coeur de Julie

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse