couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Marie C.


Roman(s) :


coup de coeur Plus haut que les oiseaux / E. Pessan. - Ecole des loisirs. - (Médium)

En une seconde tout peut basculer. Thomas, depuis la terrible nouvelle, ne vit plus. Concentré sur la vie d’un certain Etienne Poley dans le coma par sa faute. La sienne ou celle de ses amis, peu importe, la culpabilité est la même. Réunis sur le toit de l’immeuble, ils ont jeté des bouteilles vides sans penser à mal. Mais que valent les intentions, les faits sont là, irréversibles. Comme un fait exprès, Thomas étudie Crime et châtiment en classe, les résonances sont troublantes. Thomas va-t-il parler, se dénoncer ? Comment soulager sa conscience ?
Un livre qui a l’intelligence de mener une intrigue au suspense haletant (le jardinier va-t-il survivre ? Thomas va-t-il se dénoncer ?) tout en introduisant une dimension philosophique.
Autre lecture
Parce qu’ils s’ennuient un peu, parce qu’ils rêvent d’espace, 3 amis montent sur le toit de leur immeuble pour, raconte Thomas, observer le dos des oiseaux. Par désœuvrement, par jeu, un peu, ils lancent de là-haut des bouteilles qui trainaient là. Mais ils n’avaient pas prévu que le jardinier en reçoive une sur la tête et bascule dans le coma.
Le récit de Thomas est une confession, avec sa peur, sa culpabilité, sa responsabilité dans ce qui reste, malgré tout, un accident stupide et involontaire. Mais les faits sont là, l’homme va rester plusieurs jours entre la vie et la mort. Ce laps de temps fait grandir Thomas et le responsabilise, même rongé d’angoisse. Afin d’atténuer sa honte, il s’engage davantage aux côtés de son père dans les luttes sociales...
Roman au ton juste où le héros n’est pas toujours ni très responsable, ni très courageux mais qui reste attachant, touchant. Coup de coeur de Marie C.

coup de coeur J’ai décidé / I. Rossignol. - Flammarion. - (Tribal)

Cynthia n’avait réellement pas besoin de ça dans sa vie. Elle qui ne sait déjà pas que faire de sa vie -résultats scolaires médiocres et aucune ambition- apprend qu’elle est enceinte. A l’abattement le plus total succède une prise de conscience du choix qu’elle a à faire. Un choix qui implique de réfléchir à son avenir, à la notion de parentalité -être enceinte et vouloir garder son enfant, est-ce une fuite comme une autre ou un vrai choix responsable- et tout simplement à son identité.
En étant enceinte Cynthia s’interroge sur elle-même, sur la condition des femmes, devient curieuse de la vie, des autres tout simplement. Si le géniteur n’a aucune place dans ses interrogations, Cynthia elle saura enfin qui elle est, ce qu’elle veut devenir.
Le style de la narratrice, très affranchi au niveau de la syntaxe, participe de la description d’une certaine banlieue. Si le propos est un peu didactique, l’intérêt pour la thématique est certain.
Autre lecture
Cynthia, jeune fille des banlieues de 17 ans, découvre après un premier rapport sexuel non protégé qu’elle est enceinte. Que faire ? Que décider ? Au-delà des différents avis donnés par son entourage, Cynthia va découvrir que c’est de sa vie qu’il est question. Son état est révélateur d’un mal être plus profond.
C’est par des rencontres parfois inattendues que Cynthia va être amenée à prendre en charge son existence. Que veut-elle faire de sa vie ? Quel métier ? Quelles études ? Quelle place veut-elle occuper dans la société ? Être une femme est-ce tout accepter ? Faut-il avorter ou au contraire garder le bébé ? De nombreuses questions auxquelles Cynthia devra apporter ses propres réponses.
Un très beau livre sur la construction de soi, très positif en dépit de la noirceur du thème. Car commencer à réfléchir ouvre la voie des possibles. Et, à 17 ans, tout est encore possible... Coup de coeur de Marie C.

coup de coeur Dear George Clooney : Tu veux pas épouser ma mère ? / S. Nielsen. - Hélium

Violette n’a jamais accepté la séparation de ses parents d’autant que sa mère connait des difficultés financières tandis que son père a refait sa vie avec une jeune comédienne et gagne très bien sa vie en tant que scénariste. Cette adolescente révoltée mène la vie dure à ses parents. Elle a un comportement détestable lorsqu’elle va chez son père et méprise les hommes qui passent dans la vie de sa mère. Fort heureusement, ils ne font que passer... jusqu’à ce qu’apparaisse Dudley qui semble prendre tout doucement possession des lieux. Violette se méfie de lui, essaye de trouver la faille et pour finir jouera sa dernière carte : elle écrit à George Clooney pour lui demander d’épouser sa mère (cette dernière avait un jour croisé la star sur un tournage où elle coiffait les acteurs). Dans ce contexte, il est bien difficile pour notre jeune héroïne d’avoir une relation normale avec ses camarades de classe, surtout avec les garçons. Seule Phoebe sa meilleure amie s’en sort. Bien que...
Un livre écrit avec beaucoup d’humour, traitant de la blessure que tout enfant de parents divorcés ressent au fond de lui, sans tomber dans le pathos. On lit ce roman avec un réel plaisir. Coup de coeur de Marie C.

coup de coeur L’ été où je suis né / F. Hinckel. - Gallimard. - (Scripto)

Léo sait qu’il est né sous X et depuis toujours, s’adresse à X, cette mère biologique qui lui laisse comme un vide. Mais il a apparemment appris à vivre avec -ou plutôt sans. Ses parents adoptifs sont là pour lui, le jeune garçon semble équilibré, avec ses copains, le lycée, ses loisirs. Entre les scooters à réparer et son meilleur ami, Léo mène sa vie. Jusqu’au jour où il rencontre une jeune fille, Xavière, qui le bouleverse. Remué, amoureux, Léo doit faire face à ses émotions qui le submergent. Pour apprendre à aimer, il ressent alors le besoin de renouer le lien avec sa mère biologique. Pour comprendre et apaiser une blessure qu’il pensait guérie.
Un roman sensible qui montre la nécessité de connaître ses origines pour aller de l’avant. Coup de coeur de Marie C.

coup de coeur Le cri du petit chaperon rouge / B. T. Hanika. - Alice. - (Tertio)

Malvina aimait aller chez ses grand-parents après sa leçon de piano. Mais ça, c’était avant. Bien avant les gestes déplacés de son grand-père. Elle a osé dire, un peu, qu’elle ne veut plus y aller. Mais que pèse un "grand-père m’a embrassée" devant l’attitude autoritaire de son père qui lui rétorque qu’elle doit cesser son cinéma et être gentille avec son vieux grand-père. Sa mère, elle, s’isole dans le noir lors de ses fréquentes migraines. Malvina est au bord de l’explosion.
Le lecteur comprend petit à petit, dans cette ambiance lourde et malsaine, ce qu’il y a derrière ces baisers. Tout ce qui fait grandir le malaise de cette jeune fille de 13 ans qui découvre l’abject à l’heure où l’on devrait se réjouir des premiers émois amoureux. C’est d’ailleurs ses sentiments pour Traque qui lui donneront la force d’affirmer haut et fort ce qui ne doit plus être. Car heureusement, hors de sa famille, elle rencontre des personnes qui parlent, vivent et ouvrent des portes dans sa vie étouffée. A elle et grâce à elles, Malvina pourra enfin parler.
Une version forte du Petit Chaperon rouge... Le lecteur perçoit à la fois l’immobilisme des parents, leur négation des faits et la tension palpable de la jeune fille coupée en deux. Prise entre culpabilité et révolte, le taire ou le dire... Coup de coeur de Marie C.

coup de coeur Le bébé tombé du train ou quand l’amour d’une mère est plus fort que tout / J. Hoestlandt ; A. Prigent - Oskar. - (Trimestre)

Anatole est un solitaire, un bougon, un dur. Et lorsqu’il tombe né à né avec un marmot tombé du train, il est bien embêté. Émerveillé aussi, il faut bien l’admettre… C’est un texte sensible et poétique qui nous décrit l’apprivoisement réciproque de ce vieux bourru et de l’enfant. L’histoire en elle-même est forte, et prend une dimension supplémentaire lorsqu’elle s’inscrit, sans effet appuyé, dans le contexte de la shoah. Coup de coeur de Marie C. et Julie

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse