couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

coup de coeur Ogres et ogresses / Praline Gay-Para ; Martine Bourre ; Rémi Saillard ; Vanessa Hié. – Didier Jeunesse, 2014

Dans cet album de 35mn, on découvre 3 contes racontés par la savoureuse Praline Gay-Para, édités à l’origine dans la sympathique et indispensable collection pour faire découvrir les contes aux petits A petits petons mais aussi dans la collection Escampette, chez Didier Jeunesse. Ils ne sont pas à écouter par toutes les mêmes petites oreilles :

A partir de 2 ans : Le premier conte «  L’ogresse et les 7 chevreaux  », 8mn34
Une version libanaise de la chèvre et les 7 biquets. C’est le plus musical. La voix de Praline nous porte et nous emporte dans un imaginaire que les enfants connaissent bien, celui de la mère qui part au marché en prodiguant de nombreux conseils à ses petits pour les protéger de l’ogresse qui rôde. Mais c’est toujours la même chose ! Voilà les chevreaux qui ouvrent la porte à celle qu’il ne faut pas laisser entrer… Heureusement tout se termine bien grâce à une maman courageuse et déterminée qui ne se laisse pas faire. La mise en page est variée, des couleurs différentes pour les personnages sont utilisées dans la typographie. Et l’illustration de Martine Bourre renforce la qualité rythmique de ce conte à voix nue.

A partir de 4 ans : Le deuxième conte « Trouvé dans un nid », 12mn20
Adaptation du conte des Frères Grimm « Volétrouvé ». En se promenant dans la forêt avec son père, Lili entend les cris d’un bébé. Celui-ci, caché dans un nid, deviendra « Touvé – dans - un - nid », un frère aussi précieux que la prunelle de ses yeux. Si bien que lorsque la fillette découvre l’horrible dessein de la grosse Suzon qui les a élevés, elle s’enfuit de la maison avec le petit, main dans la main. « Ils courent, ils courent, plus vite que le vent, plus vite que le temps. ». Poursuivis par les 2 valets de l’ogresse révélée, ils échapperont par 3 fois à leur funeste sort, grâce au pouvoir magique de Lili. L’illustration de Rémi Saillard accentue le mouvement de la course, les ombres, la peur. Au niveau musical, des grelots viennent souligner la course des enfants, les sabots des chevaux, la poursuite des cavaliers mais l’essentiel du rythme est donné par la voix chaleureuse de la conteuse. Les transformations des personnages pour échapper aux poursuivants intéresseront beaucoup les enfants.

A partir de 6 ans : Le troisième conte « Aïcha et l’ogre », 14mn46
Un conte populaire tunisien, assez terrifiant. Après le départ de son père pour un long voyage d’affaires, Aïcha l’espiègle se retrouve seule à la maison, bien protégée par un mur d’enceinte, avec interdiction d’en sortir. Mais elle va enfreindre la promesse pour aller quérir du feu chez le voisin car le chat a fait tomber la boîte d’allumettes et la fillette rêve d’un repas chaud. Mais le voisin est un ogre ! En échange de quelques allumettes, la voilà contrainte à se laisser sucer un doigt tous les matins, à travers un trou du mur… Praline Gay-Para adore faire l’ogre, elle joue de sa voix, la rend caverneuse, angoissante. Les illustrations très suggestives de Vanessa Hié peuvent renforcer un sentiment de terreur chez le petit auditeur mais heureusement, tout se finit bien ! Anita Choteau

Mot(s)-clé associé(s) : Livre CD 2014 - Ogre/ogresse - Monstres - Peur/angoisse -

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse