couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

coup de coeur Le dernier chat noir / E. Trivizas. - Editions du Jasmin. 2013

Le narrateur et héros de cette histoire est un chat noir amoureux, qui va bientôt avoir d’autres soucis à gérer : tous les chats de l’île disparaissent un à un. Les premières disparitions discrètes font place à un programme librement affiché : « Déclaration majeure du ministre de l’intérieur : Finissons-en avec la vie austère ! Si nous voulons manger notre pain blanc, il faut nous défaire à jamais des chats noirs ! »
Les chats noirs responsables de tous les maux : l’idée se répand sans obstacle. Seul le dernier chat noir mène l’enquête, tente de résister. Et il comprend que derrière cette campagne de haine, se cachent des intérêts très personnels et lucratifs…
Une allégorie de la Shoah, ou de tout crime de masse. 36 chapitres courts avec un résumé en tête, une histoire simple, mais des faits d’une violence non éludée proche des horreurs subies par les juifs durant la seconde guerre mondiale. Aussi, au vu du hiatus, on peut se demander à quel âge destiner le roman. Mais le texte est fort, le propos limpide : si l’on n’oppose aucun résistance à la barbarie, elle se répand bientôt sans complexe et se généralise.
« J’essaie de me persuader moi-même que jamais, au grand jamais, rien de tel ne peut se produire à nouveau.
La vigilance reste de mise, ici, ailleurs, maintenant, toujours. »
Autre lecture
Quand les hommes déclarent la guerre aux chats noirs, les exterminant un à un sous prétexte que ceux-ci sont la cause de tous les malheurs terrestres, un chat courageux se met en quête de protéger ses amis et ses égaux, coûte que coûte, mais cela ne sera pas sans conséquences…
Le lecteur suit la lutte des chats noirs, rejetés petit à petit par leurs confrères d’autres couleurs, et ne manquera pas de ressentir un malaise certain face à la cruauté que dénonce cette œuvre.
Ce roman, qui prend pour narrateur principal un chat noir, est écrit de manière rythmée et rapide, comme d’un souffle, ce qui fait que le lecteur ne se lasse pas de l’écriture ni de l’histoire. D’une cruauté sans égal, l’auteur n’est pas tendre avec nos chers matous qui devront se battre corps et âmes pour échapper à leur sombre destin, pour combattre la bêtise et la cupidité humaines.
Plaisant à lire, mordant, ce roman sombre trace avec un peu d’humour mais surtout un réalisme satirique sans faille la lutte pour montrer que la couleur n’est qu’un détail et ne forge en rien la personnalité, dénonçant ainsi le racisme (tout en évoquant le crime de la Seconde Guerre mondiale) et touchant à la corruption politique de notre monde.

Mot(s)-clé associé(s) : Roman 2013 - Guerre 39-45 - Chat -

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse