couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

coup de coeur Nos étoiles contraires / J. Green. - Nathan

Hazel a 16 ans, lutte contre un cancer de la thyroïde avec métastases dans les poumons. Un remède miracle lui a accordé un répit non négligeable mais elle sait qu’elle est une grenade pour ses proches. Elle pense à ses parents, dont elle est leur fille unique, et qui devront bientôt vivre sans elle ; elle pense à Augustus, avec qui elle ne peut s’autoriser une histoire d’amour, se refusant de le faire souffrir. Mais tous deux partagent une passion pour un roman qui les conduira au Danemark à la rencontre de l’auteur. Et leur relation, naturellement, évoluera...
Les répliques des personnages sont peut-être un peu "écrites" par moments mais il est certain qu’un tel vécu fait mûrir les malades. Hazel a développé une philosophie de vie et une attention à autrui qui la rend extraordinairement attachante. Elle doit assumer l’idée de mourir mais n’en oublie pas ses proches. Par là même, que ce soit au groupe de soutien ou avec sa famille, Hazel crée une relation privilégiée avec chacun.
Un roman parcellé de maximes à méditer :
« Sans douleur, comment connaître la joie »
Omnis cellula e cellula ou la vie est issue de la vie...
Autre lecture
Est-ce que l’amitié et l’amour sont encore possibles lorsque l’on sait que l’on va bientôt mourir ? Comment vivre ces moments entre chien et loup ? Hazel a 16 ans et se sait condamnée. Courageuse, elle tente de vivre pleinement, une bouteille d’oxygène arrimée à son corps. Sa famille l’entoure au mieux, ses cours à la faculté l’intéressent, elle conserve des morceaux d’amitiés et de vie sociale. Son plus grand regret ? Ne pas connaître la fin de son roman préféré qui a la particularité de se terminer au milieu d’une phrase. Comment accepter de mourir sans connaître la destinée de ses personnages ? C’est alors qu’Hazel rencontre dans un groupe de parole un jeune homme...
Récit émouvant et fort sur le cancer et la maladie, mais aussi sur l’impossibilité de l’acceptation de notre mort, de notre condition humaine. Comme le roman, toute vie ne peut être qu’inachevée. Si le début de l’histoire se concentre sur le cancer et les efforts de l’héroïne pour mener une vie "normale", le livre ne se réduit pas à cette dimension. Il est une invitation à réfléchir à différents thèmes comme l’amour, la famille, l’amitié ou encore la mort. C’est en réalité un hymne à la vie humaine. Ce récit, comparable à "Qui es tu Alaska", du même auteur, nous livre des héros à la fois forts et désemparés, pour qui la reconstruction ne peut se faire qu’avec l’acceptation de la douleur et de la perte. A lire.
« - Augustus, peut-être aimerais-tu partager tes peurs avec le groupe ?
- Mes peurs ?
- Oui.
- J’ai peur de l’oubli, a-t-il répondu sans attendre.
 »
Lire le grand entretien de John Green l’auteur qui aimait les métaphores

Autre lecture : Le Best-Seller que de plus en plus de personnes lisent dans le monde entier, qui a connu une forte popularité grâce à sa réadaptation au cinéma en septembre 2014.C’est l’histoire de Hazel Lancaster, une jeune fille de 17 ans, atteinte d’un cancer des poumons depuis le début de son adolescence.Elle rencontrera Augustus grâce à son médecin et à sa mère qui décréteront qu’elle fait une dépression ce qui entraînera sa rencontre au groupe de soutien. Augustus, un garçon qui n’a peur ni de l’inviter chez lui cinq minutes après lui avoir parlé, ni de l’emmener à Amsterdam pour lui faire découvrir l’auteur du roman préféré de Hazel "Une Impériale Affliction" de Peter Van Houten pour avoir les réponses à toutes ses questions. Un livre où toutes les émotions s’entrechoquent, sans peur, on sourit puis la phrase suivante on pleure. Entre rire, souffrance, amour, déception et espoir. Ce livre est un tout absolument fabuleux. Nina, 14ans

Mot(s)-clé associé(s) : Roman 2013 - Maladie - La Mort

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse