couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

coup de coeur L’ histoire des contes / C. Velay-Vallantin. - Fayard

Les contes ont une histoire. Ils ne sont pas hors du temps, mais s’inventent et se transforment au fil des différentes versions dont ils sont l’objet : formes orales traditionnelles, éditions lettrées ou populaires, chansons, pièces de théâtre, vies de saints, images,...
Les contes évoluent selon la société qui les produit, celle qui les transmet et celle qui les reçoit. Ainsi, en Bretagne, sous l’influence de Gilles de Rais, le sadique Barbe-Bleue initie sa femme à une sexualité déviante et la tue lorsqu’elle lui annonce la naissance d’un héritier. A Marseille, une corporation d’artisans transforme l’histoire de Geneviève de Brabant pour redorer son blason ; à Lille, des montreurs de marionnettes et de lanternes magiques font de Geneviève, épouse calomniée, une amoureuse passionnée...
Le conteur ne se contente pas de broder sur un thème donné. Tout son talent consiste précisément à savoir adapter son récit à son auditoire. Les éditeurs de la Bibliothèque bleue -cette collection d’ouvrages vendus par les colporteurs- le savaient bien qui ont modifié les contes en fonction de ce qu’ils supposaient être l’attente du public. De même, au XVIIIe siècle, selon les éditeurs ou les conteurs, la fille aux mains coupées est tour à tour une sainte ou une prostituée, tandis que les romantiques, clercs aussi bien que lettrés, associeront la Vénus d’Ille à sainte Agnès ou à la Vierge Marie. Au cours des siècles, les contes nous offrent leur richesse pour comprendre l’étroite relation qui n’a cessé d’exister entre ceux qui les disent, ceux qui les écoutent ou ceux qui les lisent.
Catherine Velay-Vallantin est Maître de conférences à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. (Résumé de l’éditeur)

Table des matières

INTRODUCTION
Le conteur et l’historien
Les premiers recueils de contes
Morphologie et psychanalyse
Pour une autre approche du conte
Le rôle du conteur
Transmission et création
De la version orale à r édition du conte

I Barbe-Bleue
« La Barbe-Bleue » de Perrault : l’œuvre d’un lettré
Les contes oraux, plus cruels ?
La longue histoire d’une chanson
L’eau et le sang : ambivalence de l’héroïne
L’enfant assassine, une création bretonne .
Les animaux apprivoisés
« La barbe et le sang bleus »
Gilles de Rais, la synthèse de deux histoires
Où l’héroïne devient une sainte : Tryphine
La pénétration de saint Gildas
La guérison des animaux enragés et la protection des enfants
Le puzzle reconstruit sur feuilles volantes
Le conte peint : les fresques de Pontivy
Le « Mystère de sainte Tryphine » : une simple contamination

II La fille aux mains coupées
L’un des contes les plus répandus dans le monde
Hélène de Constantinople, ou la servitude volontaire
Hélène dans la Bibliothèque bleue, ou la voie de la sainteté
Hélène au théâtre, ou l’apprentissage des valeurs féminines.
Hélène incomprise des conteurs
L’héroïne transformée par les colporteurs, ou le moyen de parvenir
De la sainte à la prostituée

III La Vénus d’Ille
Mérimée, historien et ethnologue ?
« Je mourais d’envie d’aller là où la couleur locale existait encore »
Mérimée romantique
Vénus et la Vierge : les deux versions du Moyen Age
L’image religieuse saisit l’écrit
« C’est Vénus tout entière à sa proie attachée »
Le symbolisme de l’anneau nuptial
Erreur liturgique ou dérive païenne ?
Le recours à sainte Agnès
Un roman profane
Pour la défense de l’Église d’Allemagne
Pour restaurer la foi catholique
La fortune profane de sainte Agnès
La robe verte de la fJ.ancée

IV Geneviève de Brabant
Une légende du Moyen Age
Le roman du père René de Cériziers, jésuite : « L’Innocence reconnue »
Les premiers adaptateurs de Geneviève : les jésuites allemands
Cériziers boudé par les lettrés
Philomène à la langue coupée
De cantiques en romances : la gloire populaire de Geneviève
Geneviève dans la Bibliothèque bleue
Cantique et procession : la Fête-Dieu à Marseille
L’érémitisme de Geneviève et de Théotiste
Un fait divers dont r actrice rappelle Geneviève : la marquise empoisonnée
L’adultère au théâtre de marionnettes
Le cœur mangé
L’opéra et le café-concert

V La fille-soldat
« Martmoisan »
« Tel qu’on me l’a conté quand j’étais enfant »
La querelle de l’héroïsme féminin
Les tests de sexe
La douceur
La propreté
Les épreuves
Les armes
Les banquets
Le bain
Le tournoi
Martmoisan hermaphrodite ?
La fausse sexualité des jumeaux
Les éditions de colportage : de la Cour à la propagande
Contes oraux
Le Pou
Fille ou garçon ?
La fille devenue homme
La filha en gojat

VI Le « Miracle marseillais » de sainte Marie-Madeleine
Cette vie de sainte est un conte
Qui a écrit le « Sermon de la Magdeleine » ?
Le culte de sainte Marie-Madeleine en Provence
Modèle de sainteté et dispositifs répressifs
La légende du « miracle marseillais » à l’époque moderne
La controverse entre la Bourgogne et la Provence
Réduction du modèle d’apostolat au profit de la vie érémitique
L’interdiction de Monseigneur de Belsunce
Les rites magico-religieux provençaux
Remerciements
Table des illustrations

Mot(s)-clé associé(s) : Fonds professionnel 2000 -

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse