couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

coup de coeur Contes et violence / R. Hétier. - Puf

La violence, phénomène de société et sujet de préoccupation très médiatisé, doit-elle toujours faire peur ? Quand il s’agit des enfants et de leur éducation, la tentation est grande de protéger leur regard de toute violence... au risque de ne pas les préparer à y faire face.
Mais sait-on vraiment ce qu’en pensent les enfants eux-mêmes, ont-ils si peur de la violence qu’ils ne puissent voir qu’elle est parfois nécessaire ? L’hypothèse de ce travail va en sens inverse : parions que ce sont les éducateurs, plus que les élèves, qui ont peur.
Pour sonder les réactions des uns et des autres, un conte de Grimm, Jean-le-fidèle, où un père est amené à sacrifier ses enfants par fidélité à un serviteur, a été raconté dans des classes. Un dialogue a ensuite eu lieu, portant notamment sur les valeurs sous-jacentes du conte, au-delà de la violence. Les réponses obtenues sont souvent surprenantes...
Pour éclairer les perspectives ouvertes par cette enquête, une approche plus théorique est d’abord proposée. Elle consiste à savoir, d’une part, quel lien peut être pensé entre les contes et la violence, d’autre part, quelle logique suivent les valeurs morales et la violence elle-même à l’intérieur du conte choisi pour ce travail, par une analyse originale du destin des valeurs dans le récit.
Tout éducateur, parent autant qu’enseignant, peut réfléchir sur les réponses culturelles que réclame le phénomène de la violence. (Résumé de l’éditeur)

SOMMAIRE

INTRODUCTION
Il était une fois
La violence se raconterait-elle donc ?
En quoi la violence nous intéresse-t-elle ?
Quelle culture face à la violence ?
De la culture à l’éducation
Culture, éducation, mais dans quelle école ?
Quelle relation chercher entre contes, violence, et école ?


CHAPITRE. I. - Contes et violence sous les éclairages historique et psychanalytique
Avant tout, mieux connaître les contes
Le conte comme objet minéral
Quelles qualités spécifient le conte ?
Le conte, les contes ?
De quelle violence nous préoccupons-nous ?
Mais où le cœur de la violence est-il caché ?
Une violence modernisée
Un sentiment moderne de la violence
Le cœur de la violence
Et la violence des contes ?
Une approche historique des contes traditionnels : le travail de Propp
Une approche psychanalytique des contes

Il était une fois
Lectures psychanalytiques
Le conte, déploiement de l’intériorité
Images du conte, fantasmes de l’enfant
Fantasmes du conte à l’épreuve de la réalité
Le symbole, entre réel et imaginaire

CHAPITRE II. - Approche axiologique ou les valeurs dans le conte
Méthode de lecture et d’analyse
Pourquoi une approche axiologique ?
Comment traiter les valeurs du conte ?
Approche synchronique des valeurs
Approche diachronique de la narration
Approche métachronique des variations des valeurs dans la narration
Présentation générale des valeurs observées et de leurs variations au fil des séquences du conte
Analyse de valeurs
La parole
Les actes
Le désir
La fidélité
La violence
Conclusion provisoire

CHAPITRE III. - Les auditeurs du conte face à sa violence
Quels repères pour notre observation ?
Les enquêtes

Première classe
Premier groupe d’adultes
Deuxième classe
Un enseignant face à sa classe
Un autre enseignant, une réaction différente
Troisième classe
Dernier enseignant

CONCLUSION
Bibliographie
Annexes

Mot(s)-clé associé(s) : Fonds professionnel 2000 -

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse