couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

coup de coeur La légende de Chico Rei / B. Tanaka et M.-A. Rodrigues. - Kanjil éditeur

L’album comprend 7 parties
- L’histoire a un fondement historique : destin d’un roi du Congo vendu avec les siens à la mine d’or Encardideira à Vila Rica au Brésil. Il réussit, grâce à son travail et son attitude digne, à se faire libérer par son maître et à racheter la mine qui devint alors prospère. Cela lui permit de racheter tous les siens. Il aurait alors défilé à la Fête des rois de 1747 en costume de roi, accompagné de la musique de son pays natal, jusqu’à l’église qu’il avait fait construire. On visite toujours à Ouro Preto l’entrée de la mine et l’église. En 1964 fut créé le samba-enredo Chico Rei en l’honneur de ce roi qui sut utiliser la loi coloniale pour organiser une résistance pacifique et solidaire et accéder à une vie libre dans une ville coloniale du Brésil. L’écriture de la légende est très vivante, facile à suivre même pour des enfants non lecteurs, aidés par des illustrations très colorées. La réalité historique transformée par la légende peut être l’occasion d’une découverte de l’esclavage et de son importance pour comprendre la culture brésilienne.
- Texte bilingue du samba-enredo Chico Rei.
- La partie documentaire débute par la création de ce samba-enredo, puis décrit le fonctionnement d’une école de samba : les couleurs, la construction des chars.
- Sous le titre Ecole de samba, une école de la vie, le professeur Maria Augusta Rodrigues raconte son expérience des écoles de samba et leur préparation du défilé jusqu’au jour du carnaval. L’accent est mis sur le rôle des femmes de la communauté afro-brésilienne dans la transmission de la mémoire et celui des Écoles de Samba, lieu de réunion, de garderie des enfants, de formation à différents métiers et d’éducation des enfants à la patience, à la solidarité.
- Suit Petit Cahier de Souvenirs de l’Auteur, illustré de petits croquis en noir et blanc, réalisés en 1950 (sur fond jaune). Béatrice Tanaka y rend hommage au peintre Alberto da Vega Guignard qui lui a fait connaître Ouro Preto, et au carnavalesco (celui qui trouve le thème, les costumes et les décors du défilé pour une école) du Salgueiro, Fernando Pamplona, qui lui a raconté l’histoire de Chico Rei en 1965. Elle-même fut carnavalesca de Portela.
- Version portugaise (du Brésil) de la légende.
- Version portugaise du texte de Maria Augusta Rodrigues.
Le CD comprend 6 plages
- C’est le comédien sénégalais Mamadou Dioum qui conte la version française de la légende, d’une voix chaude, dans un style très expressif et légèrement emphatique. La musique s’entrelace avec la narration, à laquelle elle donne toute sa portée, le samba-enredo constituant une sorte de refrain. - Le poète et musicien Martinho da Vila, qui incarne le combat des afro-brésiliens en quête de mémoire, chante le Samba-enredo dans sa version originale, aboutissement logique de cette marche vers la victoire.
- Béatrice Tanaka interprète la partie documentaire (c’est un texte, plus court, de Christian Pouillaude) qui fait écouter l’orchestre de percussion d’une école de samba. Elle laisse chacun des instruments qui le composent se déployer lorsqu’elle les énumère.
- Puis Martinho da Vila conte la version brésilienne de la légende de sa voix très grave, sur un ton très mesuré.
- Version portugaise de la partie documentaire par Maria Augusta Rodrigues.
- Nouvelle interprétation du samba-enredo a capella par Geraldo Babaõ, le créateur de 1964.
Un album très riche, tant dans son aspect narratif, récit d’une légende, que dans les aspects musicaux et documentaires. L’originalité de l’ensemble est d’être entièrement bilingue, tant le CD que l’album. Cela en fait un outil de choix pour l’exploration à l’école ou en famille. On peut y goûter le plaisir de la lecture et l’écoute d’une musique très entraînante qui invite à découvrir l’Autre, l’histoire de l’esclavage, en même temps qu’il invite à chanter et danser.

Mot(s)-clé associé(s) : Livre CD 2008 - Esclavage - Livres CD

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse