couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

coup de coeur Le garçon au pyjama rayé / J. Boyne. - Gallimard. - (Folio Junior)

Le père de Bruno se voit confier une mission de la plus haute importance et doit pour cela déménager, avec toute sa famille, pour une contrée lointaine appelée Hoche Vite. Bruno trouve l’endroit en question particulièrement hostile et souhaite retrouver sa maison luxueuse de Berlin. Par ennui, il se décide cependant à explorer les environs et fait la connaissance d’un petit garçon de son âge, Schmuel...
On pourrait s’agacer de la naïveté de cet enfant de 9 ans, qui perçoit bien qu’il se passe des choses étranges autour de lui, sans en comprendre les enjeux. Mais la candeur peut-elle envisager la perversion ?
La chute, dans une implacable ironie du sort, glace le sang et a cette redoutable efficacité d’assener au lecteur toute l’horreur de l’univers concentrationnaire.
Autre lecture :
Ce roman est une fable, fable moralisatrice où le méchant tue, sans le savoir, un être proche, et puis, dans un repentir amer, abandonne la violence. Mais ici la fable se situe dans un contexte non seulement réaliste mais historique, ce qui crée l’impression soit que la fable est encombrée d’une vérité historique complexe, soit que cette vérité historique est présentée d’une manière beaucoup trop schématique et improbable. Surtout que la vérité en question est l’extermination des juifs par les nazis dans le camp d’Auschwitz.
Le héros du roman est un garçon de neuf ans, beaucoup trop naïf pour son âge, dont les erreurs innocentes feraient rire dans un autre contexte. Le lecteur du roman est censé avoir une assez bonne connaissance du système d’extermination mis en place par les nazis, autrement il ne comprendrait pas l’ironie du texte, mais s’il a cette connaissance, il risque de trouver que le texte ne fait pas du tout justice à l’horreur, et s’il ne l’a pas, ce n’est pas ici qu’il va apprendre grand-chose.
Evidemment, l’extermination des juifs est un sujet qui nous fascine encore, une fascination qui risque, pourtant, de devenir vite malsaine, surtout si elle cautionne n’importe quelle exploitation de ces événements terribles.

Mot(s)-clé associé(s) : Roman 2006 - Guerre 39-45 -

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse