couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

La mort

3-6 ans / 6-9 ans / 9-12 ans / 12-15 ans / Pour les médiateurs /

6-9 ans

Où es-tu, Lulu ? / L. Pérouème ; C. Rescan. - Naïve

Théo 5 ans a du mal à comprendre qu’il ne verra plus jamais son ami Lulu. On lui dit qu’il a eu un accident, on lui dit qu’il est mort, on lui dit qu’il est au ciel. Tout cela est bien abstrait... Après l’incompréhension, les questions, la colère, il y a enfin la légèreté qui s’invite un matin et le chagrin apprivoisé :« il est là mais se tient plus tranquille ».
Petite roman illustré qui a le mérite de montrer l’importance de la parole dans les moments de deuil.

coup de coeur Padouk s’en va / T. Lavachery. - Ecole des loisirs

L’histoire commence au moment où le docteur annonce qu’il n’y a plus rien à faire pour sauver Padouk, trop malade. Mais impossible pour Jojo de la Jungle et ses amis de se résigner, d’accepter cette issue, alors même que Padouk, lui, est prêt. « Laissez-moi partir. Mon heure est venue. » C’est une étape rarement traitée dans les albums jeunesse qui est évoquée ici, celle du passage de vie à trépas. Mais grâce à l’illustration teintée d’humour, on perçoit que la vie est plus forte que la mort. Après, puisque « la vie continue », il y a l’enterrement, la tristesse, le temps et les années qui passent... Jusqu’au constat honteux : à quoi ressemblait Padouk ? C’est en modelant tous ensemble le visage de l’être aimé qu’ils retrouvent l’apaisement.

Le papa de Jonas / Kent ; S. Girel. - Rouergue

Un soir, le papa de Jonas "va se coucher pour toujours, sans bruit et sans souffrir." S’ensuivent alors le temps de l’attente, de la tristesse, de la colère... puis de l’envie de renouer avec la vie. Si le propos est elliptique, les illustrations nous plongent vraiment dans les émotions suscitées par un tel événement.

Paradis / B. Gibert. - Autrement

Une approche pour le moins originale : un petit garçon soliloque après la mort de son grand-père et ses réflexions sont illustrées par des panneaux signalétiques et autres symboles en tous genres. A l’évocation de la réincarnation par exemple, répond le symbole du recyclage... Ce qui permet une distanciation et une légèreté soutenue par le message du livre : il faut aimer la vie, follement.

Petit lapin stupide / E. van de Vendel ; G. Dendooven. - Etre

Petit lapin stupide, violemment rabroué par son père, s’en va quérir, auprès de différents animaux, la réponse à la question qui le hante : "Comment c’est quand on est mort ?" Chacun, étant lui-même en piteux état, donne sa version. Cela permettra à Petit lapin devenu malin de réconforter son grand-père au seuil de la mort.
Un dessin très sobre qui va à l’essentiel, un choix de couleurs peu usitées, concourent à la grande sensibilité de cet album.

Le petit livre de la mort / P. Stalfelt. - Casterman. - (Les choses de la vie, tome 6)

Entre infos documentaires et traits d’humour noir, ce petit livre illustré sans concessions aborde le cycle de la vie, les circonstances de la mort, les croyances, les rites...
Les choses de la vie dédramatisées...

coup de coeur Pochée / F. Seyvos ; C. Ponti.- Ecole des loisirs. - (Mouche)

Pochée perd brutalement son ami Pouce. Dans ce roman, l’auteur montre sobrement les étapes qui permettent à Pochée de faire son deuil. Illustrations en noir et blanc de C. Ponti bien adaptées.

Pour toujours et à jamais / A. Duran ; D. Gliori. - Gautier-Languereau

Une bande d’amis est aujourd’hui en deuil : l’un des leurs est mort. Après la période de tristesse, la vie reprend son cours et on évoque les bons moments passés avec le disparu et l’on s’autorise même, chose rare, à parler de ses petits travers. Les saisons, dépeintes dans les illustrations, rythment les étapes du deuil.

Quand la mort est venue / J. Schubiger ; R. S. Berner. - La Joie de lire

A l’arrivée de l’étrangère, tous les habitants sont chamboulés, sans prendre consciemment la mesure de ce qui se joue. Un évènement fondateur néanmoins : le petit frère de la narratrice, après l’incendie provoqué par l’étrangère, ne bouge plus. « Où est partie sa vie ? ». Ainsi donc, il y eut l’avant : « En ce temps là, nous ne connaissions même pas son nom. La mort ? Connais pas. » Et l’après, qui apporte une certaine gravité, la perte de l’insouciance et un attachement aux siens beaucoup plus marqué. La comparaison des deux doubles pages sans texte est en cela très symptomatique de tout ce que la mort a profondément modifié dans le rapport aux êtres, au temps, aux choses.
La mort, présentée comme une personne empathique désolée de ce qu’elle provoque et dépassée par les évènements, constitue une vision à part dans le paysage de la littérature jeunesse. Si l’amour porté aux autres est le corolaire de la mort, alors peut-être n’est-elle pas si terrible.... Peut-être seulement.

Les questions des tout-petits sur la mort / M. Aubinais ; Dankerleroux, A. Ricard. - Bayard

Alternance de 6 scènes de vie quotidienne en format BD et de contes traditionnels, pour amener l’enfant à réfléchir à différentes questions : Pourquoi ça existe la mort ? Pourquoi on vit si on meurt après ? Peut-on savoir quand on va mourir ? Où on va quand on est mort ? Pourquoi c’est titre la mort ? Pourquoi on n’aime pas parler de la mort.
Un petit recueil qui malgré le titre et le format cartonné ne s’adresse pas aux tout-petits, privilégiant une approche philosophique qui le réserve aux enfants dès 5-6 ans.

Affichage de 10 sur 56, voir les autres pages : 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50

Haut de la page

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse