couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

La mort

3-6 ans / 6-9 ans / 9-12 ans / 12-15 ans / Pour les médiateurs /

9-12 ans

Mon cher papa / G. Jimenes ; M.-N. Pichard. - Oskar. - (Poche roman)

Petit roman épistolaire, court, pudique et sensible. En prime, qualité rare dans les romans pour cet âge (dès 9 ans) : un style qui prend l’enfant au sérieux. Mélanie écrit à son père, qui était lui-même écrivain, pour lui raconter tout ce qui s’est passé depuis qu’il est "parti de la maison". La maladie de son meilleur ami Vincent, les relations avec sa mère, explosives, les amies à l’école qui ne sont plus pareilles...
Ce père parti, nous comprendrons vite qu’il est en réalité décédé mais Mélanie a besoin, pour faire son deuil, de continuer une relation interrompue si brutalement. Le temps de se raccrocher à la vie.

Mon petit frère de l’ombre / B. Masini. - Grasset

Hector, le petit frère de Romain, est mort. Il a aussi disparu des conversations familiales, des cadres de photos. Romain veut briser le silence...
Une histoire symbolique aux frontières du fantastique qui reste néanmoins très juste dans la description des sentiments des membres de la famille.

La mort / P. Sanders. - Gamma. - (Parlons-en)

Un documentaire sous forme de questions-réponses. Il étudie tous les aspects suivant les différentes religions et les sensibilités diverses des individus.

coup de coeur Nanouk et moi / F. Seyvos. - Ecole des loisirs. - (Neuf)

Thomas, un jeune garçon, consulte le Dr Zblod, pédo-psychiatre. De séance en séance, on découvre les angoisses qui préoccupent ce jeune garçon et surtout ses cauchemars qui viennent en journée perturber sa vie familiale. Le déclencheur : le préambule d’un vieux film muet réalisé par Robert Flaherty en 1922, Nanouk l’Esquimau. Une simple petite phrase, “Nanouk est mort deux après le tournage du film”, a laminé Thomas. Cette expérience de la Fin, de l’Absence, cette compréhension de la souffrance des proches lui sont tout simplement insupportables. Le docteur Zblod va l’aider à dépasser ce traumatisme, à accepter l’inacceptable, à gérer l’infinie tristesse qui s’est emparée de lui (qu’il est troublant d’ailleurs de constater comme cette tristesse peut être agréable…). L’occasion aussi de découvrir l’histoire de Nanouk.
Superbe, un sujet abordé avec originalité et finesse, beaucoup de sensibilité et d’humour aussi.

Noé Nectar et son voyage étrange / J. Boyne. - Gallimard

Noé s’enfuit de chez lui. Il a pourtant des parents extraordinaires et même une mère qu’il décrit comme exceptionnelle. Alors pourquoi cette fugue ? Nous l’apprendrons peu à peu, comme si nous étions nous-mêmes en train de reconstruire un puzzle. Noé va très rapidement basculer dans un monde à la "Tim Burton" : les pommes se plaignent d’être mordues, les animaux parlent, et les choses apparaissent et disparaissent soudainement. Le dérèglement de l’ordinaire accompagne très justement la perte de repère du jeune garçon. Que veut-il ? Qu’espère-t-il ? Il va alors rencontrer un vieil homme, propriétaire d’un magasin de jouet étonnant, qui va l’aider à faire la lumière en lui et retrouver son chemin.
A la fois conte de noël, récit poétique et fable philosophique, le roman nous entraîne peu à peu dans son sillage. C’est le récit du vieil homme qui va aider Noé à affronter l’inacceptable. Car quel merveilleux cadeau de Noël que d’apprendre à savoir dire au revoir aux gens que l’on aime...
« Mais tout le monde devient vieux, dit le lapin. Toi aussi. C’est ainsi que les choses se passent. Les garçons deviennent des hommes qui à leur tour deviennent des vieillards. Tu étais au courant, bien sûr ! »

Les nuits d’Ismaël / M. Chartres. - Ecole des loisirs. - (Neuf)

Ismaël est convaincu d’avoir le pouvoir de voler pendant la nuit. Comment expliquer sinon qu’il se retrouve chaque matin dans le lit de sa mère ? Il aimerait comprendre davantage cette étrange magie mais ne désespère pas de la maîtriser également en plein jour. Une pensée qui l’occupe d’autant plus que la mélancolie de sa mère prend du terrain. Jusqu’à l’engloutir totalement, définitivement… Dès lors, Ismaël ne peut plus se réfugier dans l’imaginaire. Dans la compréhension de la vie et de ses drames, il grandit d’un coup et acquière, paradoxalement, une légèreté qui lui ouvre son avenir.

Oeuf / J. Spinelli. - Ecole des loisirs. - (Neuf)

Le hasard provoque la rencontre entre deux enfants malheureux et la vie va peu à peu se transformer pour ces deux êtres qu’elle a déjà bien malmenés. David a sept ans et sa mère est décédée dans un accident stupide. Il vit désormais chez sa grand-mère, son père travaillant beaucoup ne le rejoint que le week-end. Sa tristesse et sa colère le rendent injuste avec ceux qui l’entourent et l’empêchent de se lier avec des enfants de son âge jusqu’à ce qu’il rencontre Primrose. Celle-ci a treize ans et un comportement des plus étranges. David en comprend la raison lorsqu’il croise la mère, quelque peu excentrique, de la jeune fille. En effet elle vit dans une maison minuscule, dort avec un ours en peluche et pratique la voyance pour métier, ce qui est des plus gênants lorsqu’on est une adolescente rebelle. Pour couronner le tout, Primrose n’a jamais connu son père et ne sait rien de lui. Sa mère lui a juste donné la photo de celui-ci qu’elle garde précieusement. David et Primrose s’attachent peu à peu l’un à l’autre bien que leurs rapports soient souvent tendus et sans complaisance. Cette amitié particulière leur permettra de s’ouvrir de nouveau au monde.
Des personnages sympathiques, émouvants, des situations amusantes, originales. Une fois de plus Jerry Spinelli nous a concocté un cocktail parfait pour passer un moment de lecture agréable.

Où qu’on va après ? / C. Dupuy-Dunier ; E. Ojog. - Le farfadet bleu. - (L’idée bleue)

Tous ! De la rose à l’homme, tout le monde est destiné à mourir. Ce n’est pas gai mais c’est comme ça et ne comptez pas sur l’auteur pour dramatiser ! Elle se sert juste des mots pour tenter de faire passer la pilule et c’est vrai que ses poèmes, au ton détaché, nous ferait presque considérer la mort comme une étape parmi d’autres du grand cycle de la vie !

Où va-t-on quand on disparaît ? / I. Minhos Martins ; M. Matoso. - Notari. 2013

La vie est mouvement, départ, métamorphose... Quel est le sens de cette impermanence des choses, des êtres ? Comment négocier l’absence ?
Un album étonnant dans sa capacité à poser des questions existentielles en jouant sur le ludique et le poétique, en passant du léger à la plus obscure des questions : où va-t-on quand on disparaît ?

Pas un mot / N. Kuperman. - Ecole des loisirs. - (Neuf)

Roman touchant sur les difficultés de communication des sentiments au sein d’une famille. Comme quoi, il ne suffit pas d’aimer pour se comprendre. Agathe a neuf ans et reste muette depuis sa plus tendre enfance. Ses parents parlent pour elle. Elle s’en arrangerait finalement bien si toutefois ses camarades ne se moquaient pas d’elle. Nicolas surtout lui fait peur. Jusqu’au jour où la vie et ses surprises va rapprocher ces deux-là malgré tout et les forcer à se rencontrer. Commence alors une amitié vraie parce qu’essentielle et la renaissance d’Agathe dans cette famille ayant connu un douloureux évènement. Accepter le souvenir et le partager pour libérer les mots et enfin vivre ensemble une même souffrance. C’est le message de ce très joli livre qu’on aurait peut-être aimé un peu plus long.

Affichage de 10 sur 38, voir les autres pages : 0 | 10 | 20 | 30

Haut de la page

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse