couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

La mort

3-6 ans / 6-9 ans / 9-12 ans / 12-15 ans / Pour les médiateurs /

12-15 ans

Sept jours à l’envers / T. Gornet. - Rouergue. - (Doado)

Parce que la vie est sans dessus-dessous, parce que le temps n’a plus de sens, parce qu’on voudrait tant revenir en arrière, pour tant de raisons encore, c’est à rebours que se raconte la semaine passée, depuis le lendemain de l’enterrement jusqu’au jour du décès. Ce jour où l’oncle du narrateur est mort, alors qu’il était en chemin pour venir le voir. Tout est en suspens tandis que le quotidien déroule ses actes routiniers.
Thomas Gornet réussit à retranscrire les sentiments et l’ambiance des jours de deuil. Ce temps qui ne veut plus rien dire et qui pourtant continue sa marche inexorable. Un livre délicat et fort, bouleversant et positif.

Si jamais… / M. Rosoff. - Hachette. - (Black Moon)

Une seconde. Une toute petite seconde suffit pour passer de vie à trépas. Et cette conscience aigüe de la fragilité de la vie bouleverse David. Le destin est trop cruel, il va chercher à tout prix à lui échapper. Même s’il faut pour cela changer de nom (Justin Case), de look, d’habitude de vie... Cette angoisse l’habite au point de le conduire jusqu’au bord de la folie... Mais Justin est entouré, de ses amis, de sa famille. Et grâce à eux tous, il arrivera enfin à voir la vie sous un angle plus apaisant.
Un roman qui souffre de quelques longueurs mais au thème original.

Sors de ta chambre / K. Reysset. - Ecole des loisirs.- (Médium)

Ce roman est une bulle de tristesse, qui s’empare du lecteur sans l’accabler mais en lui faisant appréhender tout le poids du deuil d’une personne proche. Clara a perdu sa mère il y a 5 ans et elle a réellement tenté depuis de faire bonne figure : ravaler ses larmes, accepter la nouvelle femme de son père, taire sa réprobation lorsque les objets du passé ont été balayés... Mais lorsqu’il s’agit de vendre le lieu de l’enfance heureuse, en Bretagne, où les cendres de sa mère ont été dispersées, Clara se révolte. Elle ne sortira pas de sa chambre tant que son père n’aura pas changé d’avis. Dans son isolement, il n’y a de place que pour le passé et toute la douleur et la révolte jusqu’alors contenues ont toute liberté pour occuper le terrain...
Comment trouver sa place dans la Vie, comment envisager l’avenir sans avoir l’impression de trahir la personne disparue ? C’est cet équilibre que Clara devra trouver, avec l’aide des adultes (dont sa mère, par le truchement d’un enregistrement audio) et surtout de Baptiste qui lui fait découvrir l’amour.

Toute la vie / J. Bourgine. - Sarbacane. - (Exprim’)

Ca vous dit de plonger dans la vie d’une drôle famille ? Où la transparence est de mise, pour le meilleur et pour le pire ?
Dans la famille Gravelos, je voudrais la mère : Isa, une jeune femme immature et déjantée, qui dit tout ce qui lui passe par la tête, bêtises et méchancetés comprises. La fille ensuite, Han, douée de télépathie. Et enfin le fils, Michel, "ce sale petit camé de la tendresse", persuadé d’être responsable des malheurs de sa famille. Il y a Dan aussi, le voisin esseulé, atterré de voir l’histoire de cette famille au passé digne d’un roman de Zola, mais qui se prend d’amitié pour le jeune Michel. Et heureusement qu’il entre dans le décor celui-là, à point nommé, lorsque la famille apprend que Michel est atteint d’un cancer.
Pour Han, qui voit la vie selon le modèle cosmologique du jeu vidéo, Dan a la mission d’aider Michel à passer au niveau supérieur, autrement dit à mourir.
Un ton direct, libre, qui décrit des relations pas forcément faciles mais qui, grâce à la franchise, évoluent vers un apaisement. Et une vision novatrice de la mort...

Traité sur les miroirs pour faire apparaître les dragons / M. Page. - Ecole des loisirs. - (Neuf)

Martin vient de vivre une histoire d’amour intense, formidable, mais qui n’a duré... qu’une heure. Pourquoi Marie a-t-elle changé d’avis ? Le jour même où son vieux chien est mort en plus... Et avec ça, Martin doit garder bonne figure, son père est déjà assez marqué par la mort de sa femme. Heureusement, il y a les amis fidèles et la vie qui continue.
Un roman très court sur les pertes, petites et grandes, inévitables dans la vie et qu’il faut apprendre à apprivoiser. Martin le fait avec douceur et philosophie.

Tu as toujours aimé Bob Marley / A. de Lestrade. - Sarbacane

Blanche fuit la maison et raconte à rebours les raisons de son ras le bol. Une mère qui ne se consacre plus qu’à l’écriture et ne semble plus voir ce et ceux qui l’entourent. Blanche ne comprend pas ce qui vaut que l’on sacrifie son confort matériel -elle a arrêté de travailler- son couple, sa famille. Acculée, sa mère va devoir lui expliquer la raison impériale qui l’appelle vers l’écriture. Blanche apprend alors l’existence de Marissa…
Texte court, sensible et percutant pour un propos original.

Affichage de 6 sur 66, voir les autres pages : 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60

Haut de la page

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse