couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Livres CD

Comptines et berceuses
Textes lus
Chansons
Livres documentaires
Musiques

Textes lus

coup de coeurNos titres préférés
Actes sud / Didier / Enfance et musique / Flammarion / Gallimard / Lirabelle / Milan / Autres éditeurs /



coup de coeur10 contes d’Afrique : Nouvelles histoires du conteur / S. Mbodj, C. Guibbaud ; Laurent De Wilde. - Milan

S’adresse à des CM. Les contes ont une morale, de l’humour, de la philosophie. Le narrateur est africain, il est accompagné de musique traditionnelle pendant et entre les histoires.

coup de coeur5 histoires d’animaux / S. Cone Bryant, N. Caputo ; Rémi ; A. Parot. - Nathan. - (Rémi raconte)

La petite poule rouge, Pourquoi les animaux ont une queue, C’était un loup si bête, Picorette et La Souris de ville et a souris des champs, 5 histoires illustrées en rondeurs et couleurs vives. Racontées par Rémi de façon “sautillante”, avec un accompagnent musical simplissime, elles sont suivies d’une chansonnette.
Un recueil léger et gai, mais aussi un peu fade et édulcoré.

coup de coeurAli baba et les quarante voleurs / C. Venturini ; C. Meunier ; E. Du Baret. - 1 2 3 soleils. - (Des surprises à découvrir !)

Ce conte qui fait partie des 1001 nuits a été très souvent remanié et présenté jusqu’à 1001 fois différentes peut-être. Cette version destinée aux petits a sur le fond bien des différences avec le conte classique, une de celle-ci étant que le chef des voleurs est ici, une femme. Sans revendiquer l’authenticité de la traduction originale de Galand, on peut trouver cette version peu respectueuse du conte classique mais excuser le fait en alléguant que le but était de rendre le texte accessible à un jeune public. Il est vrai que dans le conte original bien des choses peuvent heurter, la cruauté par exemple (il est question d’un homme dépecé en 4 morceaux et ensuite recousu avant d’être enterré…). Cet aspect n’a pas été conservé mais d’autres éléments du conte le sont, par exemple la liberté accordée à l’esclave qui réussit à tuer les voleurs…
L’interprétation, quant à elle, est honnête mais sans charme réel. Le seul intérêt réside peut-être dans la présentation avec les petits caches derrière lesquels les enfants peuvent découvrir des surprises. Accessible dès 5 ans.
Autre lecture
Il s’agit d’une adaptation pour très jeunes enfants. L’histoire et le langage sont simplifiés, le récit limité à la partie la plus connue du conte jusqu’à l’élimination des brigands. Mais ce qui est le plus contestable est la transformation de l’esprit du conte probablement pour le rendre plus moral et adoucir la réalité. Ainsi Kassim, le frère d’Ali Baba, n’est pas tué par les brigands mais enfermé dans une cage, ce qui permet à Ali Baba de le délivrer, les brigands ne sont pas ébouillantés mais mis en prison. Ali Baba ne cherche pas à garder les trésors mais les redistribue à leurs propriétaires légitimes. De manière plus surprenante, le chef des brigands devient une femme, comme si le rôle des femmes devait être mis en relief, puisque c’est la servante Marjenah qui déjoue les ruses de la « chef des brigands » (comme dans le conte d’origine).
Les illustrations très colorées de Claudia Venturini peuvent séduire les jeunes enfants. Elles aident à suivre les péripéties des différents personnages dessinés de façon assez naïve. L’ouverture des fenêtres fait participer au récit.
Le CD correspond à l’esprit de l’album. La voix de la narratrice est agréable, sa diction claire, mais l’interprétation des personnages, notamment de la « chef des bandits », assez peu convaincante. Quelques phrases musicales orientalisantes campent le décor et de nombreux bruitages illustrent clairement le récit. Un signal sonore indique quand les enfants doivent tourner la page.
Un album CD pour petits certes sympathique, mais discutable parce qu’il trahit l’esprit du conte sans vraiment le recréer. Une solution de facilité.

coup de coeurL’ âne au crottin d’or / Y. Pinguilly, Africa Fanlo. - Oskar. - (Histoires à lire et à écouter)

A 13 ans, Farara est orphelin. De sa mère, il porte à l’oreille un anneau d’or, de son père, il hérite du vieil âne familial. Farara veut voyager, il part donc avec l’espoir de vendre son âne à prix d’or. Au premier village, il met l’anneau dans le crottin de l’animal et assure au chef du village que le crottin de son âne contient de l’or. Constatation faite, celui-ci lui offre 4 chevaux, 2 boubous de cérémonie et la plus belle de ses filles.
L’histoire se termine ainsi sans chute particulière. Ambiance sonore de la nature derrière la narratrice. Une plage documentaire qui n’est pas dans le livre fait suite à l’histoire.

coup de coeurAnna-Belle : La dot / A. Mbebi-Bolzli ; Mayval. - Les P’tits Totems. - (Palabres d’ici et d’ailleurs)

L’auteur, qui a créé sa propre maison d’édition Les P’tits Totems Éditions, écrit des histoires inspirées des contes traditionnels qu’elle met en scène avec la compagnie de théâtre de marionnettes Les Toucouleurs, qu’elle a également fondée. L’histoire est classique, la morale explicite dès les premiers mots : « A trop vouloir gagner, on finit par tout perdre. » Un pauvre paysan n’a qu’une seule richesse, sa fille, Anna-Belle, extraordinairement belle. Pour la soustraire aux convoitises, il l’enferme le jour. Elle ne sort que la nuit pour aller puiser l’eau. C’est ainsi qu’elle rencontre Sala, un pauvre orphelin, dont elle tombe amoureuse. Lorsque le père se déclare prêt à la marier, il refuse successivement tous les prétendants, prétextant que leurs dons rituels sont insuffisants. Il finit par accepter la proposition d’un inconnu masqué...
Les illustrations au trait très marqué, presque un peu trop brut, et à dominante ocrée, sont faciles d’accès. On peut regretter néanmoins qu’elles ne rendent guère la beauté extraordinaire d’Anna-Belle, élément fondateur du conte.
Le CD comprend 3 plages : une brève introduction musicale ; le conte - d’ordinaire en Afrique, ce sont plutôt les hommes qui racontent mais ici le griot est une femme - ; la chanson de Bintou et Pedro, « les petits griots voyageurs », interprétée par Queen Etem et Mahop Marchand. La musique n’est pas spécifiquement africaine, ce qu’on peut regretter. La chanson finale est répétitive. Plus intéressants sont les bruits et cris d’animaux qui, ainsi qu’une discrète musique, s’entrelacent à la narration. L’interprétation du conte n’est pas très expressive, mais elle présente l’avantage d’une diction très claire, facile à suivre.
Le conte, accessible dès 3-4 ans, n’est pas désagréable mais n’apporte pas de véritable dépaysement.

coup de coeurArlequin, serviteur de deux maîtres / D’après Carlo Goldoni ; C. Carls ; A. Carré. - Adlibris. - (Grands maîtres)

La collection Grands Maîtres offre un résumé assez conséquent de pièces de théâtre classiques et propose des illustrations pleine page dans des albums grand format. Ce résumé est fidèle : il permet d’entendre des éléments du dialogue original. Le CD est un complément indispensable dans lequel le comédien Alain Carré donne vie à l’intrigue et aux différents personnages.
On peut légitimement s’interroger sur le bien-fondé d’une telle démarche. Résumer une pièce, n’est-ce pas, en soi, en trahir l’essence à la fois parce que le théâtre est par définition spectacle d’un jeu fondé sur le dialogue (même si les illustrations offrent un support visuel) ? Et la mise en œuvre particulière de ce projet peut-elle donner envie aux jeunes lecteurs de lire la pièce intégrale et surtout d’aller la voir au théâtre ?
Les résumés proposés exigent une attention soutenue et privent le destinataire de l’impact direct du dialogue (qu’il recherche souvent, même dans les romans), même si certains dialogues sont repris, et ce d’autant plus que Alain Carré interprète seul les différents personnages. Paradoxalement la mise en page de l’album ne facilite absolument pas la lecture puisque le texte forme un tout dans lequel disparaît le découpage en actes et en scènes. Malgré ces réserves, l’entreprise est originale et mérite l’attention.
Arlequin, serviteur de deux maîtres :
Dans la Venise d’un autre temps, deux amoureux Clarice et Silvio vont se marier lorsque surgit Frederico Rasponi à qui le père de la jeune femme l’avait promise autrefois. On le croyait mort. A partir de ce thème, la comédie complexe se déroule, avec tous les ressorts du classique : pouvoir des pères qui décident du mariage, poursuites d’intérêts qui contrarient les affinités des jeunes gens, surprises, déguisements qui menacent de créer des situations dramatiques. L’amour des valets et servantes des deux jeunes gens va créer un imbroglio qui aurait pu mal se terminer. Mais on est dans une comédie et tout se termine bien après la rigueur des bastonnades distribuées par les deux maîtres sur Arlequin.
En première page les personnages de la comédie sont bien présentés. En dernière page l’œuvre est bien située dans son contexte, avec un rappel de la modernité de l’œuvre jouée sur toutes les scènes du monde. L’illustration entre réalisme et idéalisation nous transporte à Venise.
Malgré la voix entrainante d’Alain Carré, le texte du livre est présenté de manière tellement uniforme qu’il est difficile à suivre. Il manquerait un accompagnement musical pour aérer le texte très présent et soutenu.

coup de coeurArsène lopin, le célèbre cabrioleur / C. Lafaye-Latteux ; L. Gomez ; Miou-Miou. - Editions des Braques

Dynamisme, vivacité, drôlerie, trois mots pour donner l’esprit de ce nouvel ouvrage concocté par les éditions des Braques. L’histoire est farfelue à souhait : Arsène Lopin rêve de faire comme son célèbre ancêtre : voler, mais lui, avec des ailes et non en courant sur les toits. Ses voisins lui donnent une mission : dérober le gros potimarron de Monsieur Pâtisson…L’argument est mince mais très enlevé par une musique joyeuse, des mots qui roulent comme des chansons et une illustration aux couleurs de papier kraft. Miou-Miou raconte avec légèreté cette histoire doucement foldingue. Le fonds musical est plein d’allant. Les techniques utilisées pour l’image, bichromie avec collages de matières diverses donnent un ton un peu décalé. Tout concourt à une réalisation très sympathique.

coup de coeurBaba Yaga / E. Devos, E. Orhun , O. Cohen. - Thierry Magnier

La voix très agréable de la comédienne laisse de grandes respirations au texte. Le rythme lent baigné de la musique très créative des cordes et des instruments à vent servent eux aussi favorablement le texte. Textes et musique forment un ensemble profond et vivant.
Le conte traditionnel russe est bien servi par les illustrations originales et sombres qui rappellent celles de la forêt, archétype de la frayeur et du mal.

coup de coeurLa belle au bois dormant / C. Perrault adapté par O. Cohen, V. Ledoyen ; C. Gastaut ; V. Bouchot . - T. Magnier

Olivier Cohen a adapté une version de Grimm, plus courte que celle de Perrault. La mise en scène musicale (trio à cordes, clarinette, flûte et cor) met en évidence le côté étrange du conte. Olivier Cohen y insère un passage chanté très personnel : le chant du prince aux portes du château, d’une texture très classique mais aussi très hermétique. Les nombreux effets électro-acoustiques dramatisent parfois à outrance les situations et contrastent avec la voix douce de Virginie Ledoyen. Et même si l’illustration du livre est très finement travaillée, pleines pages alternant avec des cabochons, couleurs éclatantes, ce coffret n’est guère enthousiasmant. Accessible à partir de 6 ans.

coup de coeurLa belle au bois dormant / P. Tchaikovski ; E. Fondacci ; E. Puybaret. - Gautier Languereau. - (Des histoires en musique)

Elodie Fondacci a eu la bonne idée de publier « La belle au bois dormant », album CD issu de ses émissions Des histoires en musique diffusées sur Radio Classique chaque soir à 20h, c’est aussi le nom de cette collection, chez Gautier-Languereau.
L’auteur a adapté le conte traditionnel, celui d’une princesse qui, suite au vœu d’une fée maléfique, se pique le doigt sur un fuseau à l’aube de ses 16 ans et s’endort pour 100 ans. Elle sera évidemment réveillée par un beau et valeureux prince charmant, happy end.
Ce grand classique de Perrault est agrémenté d’illustrations aériennes, envoûtantes et poétiques d’Eric Puybaret et de la musique de Piotr Tchaïkovski qui vient s’unir très subtilement à la voix de la narratrice animatrice pendant 23 minutes. Dans une parfaite harmonie, la voix et la musique se mélangent, la magie opère avec une interprétation douce et nuancée. Seul bémol, les musiques sont signées Radio Classique sans plus de précision (orchestre, année d’enregistrement ?) et pourquoi pas une plage sur le CD avec uniquement la musique ? Car ces disques peuvent vraiment donner envie de découvrir la musique classique !

Affichage de 10 sur 111, voir les autres pages : 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 |...

Haut de la page

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse