couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Livres CD

Comptines et berceuses
Textes lus
Chansons
Livres documentaires
Musiques

Textes lus

coup de coeurNos titres préférés
Actes sud / Didier / Enfance et musique / Flammarion / Gallimard / Lirabelle / Milan / Autres éditeurs /



coup de coeurLe balayeur de poussière / M. Chèvre. - Edition le port a jauni ; Lirabelle

Au Caire, un balayeur de poussière poursuit son existence monotone. Chaque matin il salue ses voisins en partant travailler. Pendant son travail, il ramasse tous les petits papiers qu’il trouve sur le chemin de son balai et les mets dans sa poche. Il les lira le soir, sans savoir lire... C’est son moment d’évasion quotidien. Un jour, une petite fille lui demande ce qu’il fait. « Je lis », répond-il. Curieuse de savoir ce que raconte le papier, la fillette le questionne, et le balayeur se met à raconter une histoire. C’est ainsi que la fillette donne rendez-vous au balayeur pour connaître la suite du récit, et ainsi, soir après soir, elle revient accompagnée des voisins, pour écouter une nouvelle histoire.
Musique référant bien à l’ambiance d’une ville égyptienne. Raconté par Laurent de Richemond et Tarek Abdallah mais la voix est monocorde, la narration lente et très articulée, dommage.

coup de coeurColombe et sauterelle : Contes de Perse / J. Darwiche ; S. Khosravani. - Lirabelle

Un savoureux conte persan mis en bouche par le très talentueux Jihad Darwiche. Un pauvre homme, portefaix de son état, est obligé par sa femme à devenir devin, et de hasards en malentendus, il parvient à se faire une solide réputation et à gagner les faveurs du prince... mais non sans sueur froide ! Un conte où l’on se moque avec humour des devins et la crédulité des gens. Le ton inimitable et si naturel du conteur est un vrai régal. Des intermèdes de musique orientale ouvrent et ferment la narration. La dernière plage du CD donne à entendre le conte dans sa langue d’origine, le persan, par la voix de Parviz Abolgassemi. Quant au livre, loin d’être redondant, il offre une version littéraire du conte. Le confrontation entre le texte écrit et son oralisation confère au livre-CD toute sa justification. D’autant que le livre est magnifiquement illustré par une jeune artiste iranienne plusieurs fois récompensée, Sharareh Khosravani. Ses pastels hauts en couleur et très expressifs éclatent à chaque double-page. Un coup de cœur !

coup de coeurDiakhéré / M. Sall ; S. El-mur. - Lirabelle. - (Conte de Mauritanie)

Narrateur africain, chants du narrateur et percussions africaines. Belles illustrations. Conte en français puis en africain.
A la naissance de Diakhéré, son père meurt laissant seul sa femme et ses sept filles. Survient une famine qui décime bêtes et gens. La mère se résout alors à manger ses six filles ainées. Elles disparaissent donc les unes après les autres, et à chaque fois, la mère explique à ses filles restantes que leur sœur a épousé un homme riche qui est venu la chercher et en échange leur a donné de la viande. Diakhéré à force de manger de la viande humaine se transforme en sorcière capable de se changer en oiseau. Tout d’abord tourterelle que sa mère pourchasse, puis rapace qui finira par vaincre sa mère en l’avalant.
Conte au symbolisme très fort (pour les africains, sans doute), pour grandir il faut se séparer de sa mère. Des références culturelles sont aussi abordées selon lesquelles une naissance, correspondant avec un décès, est vue comme un mauvais présage.

coup de coeurDieu, l’abeille et Gouna / F.M. Bamba, O. Dembélé, F. Diep ; E. Huet. - Lirabelle. - (Contes du Burkina Faso)

Pour prouver sa qualité d’aîné, créateur tout-puissant du monde, Dieu affronte d’abord l’abeille et l’oiseau Gouna, puis la Terre. Ce conte initiatique et étiologique révèle des aspects essentiels de la culture sénoufo, qu’éclairent les deux pages finales de l’album, denses, trop peu explicites. Les illustrations de qualité, sobres, aux couleurs sombrent soulignent la cohérence du conte. La mise en page est très claire. Le CD bilingue comprend, outre la version française et la version dioula ponctuée de bruitages, trois autres plages qui donnent à entendre l’atmosphère des réunions autour des griots, divers chants et percussions sénoufo. Ils ne sont malheureusement ni mentionnés ni brièvement commentés dans l’album.
Album riche pour un usage accompagné à partir de 7-8 ans.

coup de coeurLes funérailles de l’éléphant / F. Diep ; H. Musa. - Lirabelle. - (Conte du Burkina Faso)

Illustrations originales. Personnages peints selon les robes des animaux. Le personnage, en premier plan positionne ses mains de manière à créer l’animal en ombre chinoise sur le second plan.
Conte se rapprochant de la fable, qui exprime ainsi les défauts de l’homme représentés par le biais de l’animal.
Pour célébrer leurs morts, les animaux de la brousse débroussaillent chaque année un grand espace où se déroulent les cérémonies. L’éléphant soucieux d’avoir des funérailles convenables met à l’épreuve ses amis : le lion, la hyène, le lièvre et la panthère. Il promet un bœuf à celui qui lui certifie de pouvoir le transporter jusqu’à la clairière une fois mort. Seul le lièvre accepte le marché, il partage ainsi le boeuf avec sa famille. Les autres animaux, jaloux et doutant des capacités du lièvre à transporter l’éléphant une fois mort, demandent à l’éléphant de mettre le lièvre à l’épreuve en simulant sa mort. Ce qu’il fait immédiatement, s’allongeant sur le sol. Le lion, la panthère et la hyène préviennent le lièvre du décès de leur ami. Le lièvre, rusé et observateur, découvre que l’éléphant respire. Sans rien dire de sa découverte, il prétend voir des chasseurs arriver, « sûrement des chasseurs d’éléphants »... Chaque animal détale, en premier l’éléphant et c’est ainsi que depuis le lièvre vit caché.
A la fin du livre, explications sur les traditions burkinabées.

coup de coeurNiamanto / F. Diep ; E. Huet. - Lirabelle

Musique et chant africains. Conte en français puis en africain.
Autrefois quand on mourrait on pouvait revenir sur terre. 2 épouses ont chacune une fillette. Niamento perd sa mère puis est mal traitée par sa belle mère. La fillette se rend alors régulièrement sur la tombe de sa mère et lui chante son malheur. Jour après jour, sa mère sort de terre et finit par revenir dans sa maison pour soulager le malheur de sa fille. La seconde épouse, surprise du retour de la défunte, meurt subitement. Sa fille fait alors de même que Niamanto, elle se rend au cimetière quotidiennement. Trop pressée, elle veut aider sa mère à sortir de terre. Cela la perdra définitivement et c’est depuis ce jour que l’on meurt pour de bon.

coup de coeurUn petit creux / F. Diep ; B. Martinez. - Lirabelle

Tantie Goulue est une très grosse dame qui mange tout le temps. Elle dévore chaque personnage qu’elle rencontre, tous étonnés de la voir si matinale. Seul l’écureuil lui échappe. Elle le poursuit en haut de l’arbre où il s’est réfugié, mais la branche craque, elle tombe et son ventre explose libérant tous ceux qu’elle a mangés.
Conte populaire suédois, d’autres versions présentent un chat trop gourmand.
Cette randonnée nous est lue par Françoise Diep, avec un accent du sud très agréable. Elle nous chante une petite ritournelle « randonnée », chaque fois qu’un nouvel animal est avalé.
Les pistes du CD :
- une première chanson, formule d’ouverture du conte.
- le conte en lui-même, plus développé que le texte écrit (11 mn)
- la ritournelle en entier
- une piste avec uniquement les éléments chantés et des temps morts permettant d’intercaler la lecture du livre (8mn30)
- une formule de fermeture de conte
Si le CD est plus riche que le texte écrit, l’album apporte une illustration évoquant à merveille l’ogritude de Tantie Goulue.

coup de coeurPoupée de sucre / J. Darwiche ; F. Shafiey ; P. Abolgassemi (narration en persan). - Lirabelle. - (Contes de Perse)

Un ogre amateur de jeunes filles appétissantes prend l’apparence d’un beau jeune homme en quête d’une épouse pour satisfaire ses besoins. Chirine, une jeune fille intelligente mais pauvre se laisse séduire, mais dès qu’elle arrive dans la montagne, elle comprend la situation. Elle utilise donc la ruse et crée un double d’elle-même en sucre. A son réveil, l’ogre dévore la poupée avec délectation. Le manège dure sept jours. Lorsque le sucre manque, Chirine est contrainte de révéler la vérité, mais l’ogre a appris à aimer le sucre. Dès lors les époux peuvent vivre heureux.
A la fin de l’album, Jihad Darwiche donne d’intéressantes indications sur le sens de ce conte initiatique dont différentes versions permettent de saisir la portée : l’accès à la véritable humanité, à l’amour, sous la direction d’une femme. La fin montre aussi sa signification étiologique : présent aux enfants de poupées en sucre d’orge lors des fêtes.
L’illustrateur iranien est reconnu dans l’édition des livres pour les enfants, qu’il peut facilement séduire. Les illustrations au trait en pleine page sont très stylisées et modernes.
Le CD bilingue constitue vraiment un complément très riche. On peut regretter que l’album ne présente pas le sommaire des 5 plages : Yek-Hamoumi (plage musicale), version française contée par Jihad Darwiche, reprise de Yek-Hamoumi, version persane contée par Parviz Abolgassemi, Soufi-Nameh (plage musicale).
La narration de Jihad Darwiche peut dérouter, du moins au début, mais le charme opère. Il est intéressant de noter la différence entre la version écrite et la version orale : emploi du passé composé, tournures plus simples. L’écoute de la version persane permet aussi de deviner des différences de style et d’apprécier une façon de conter très différente.
L’ensemble peut être écouté avec plaisir par des enfants dès 5-6 ans, et lu par de jeunes lecteurs. L’ouvrage est de qualité, comme les autres albums des éditions Lirabelle.

coup de coeurPrince Serpent / J. Darwiche ; A. Madani. - Lirabelle. - (Contes de Perse)

Une jeune fille, Mahrou, est contrainte d’épouser un prince-serpent et de le suivre dans son palais souterrain. Un soir, elle parvient à déjouer sa vigilance et découvre que sous la peau de serpent se cache un beau jeune homme. Elle s’empresse de jeter sa dépouille au feu, mais au lieu de délivrer son mari, elle le perd. Pour le revoir, elle devra user sept paires de chaussures en fer et sept bâtons en fer. Elle le retrouvera finalement aux confins du monde des humains dans un pays de génies et d’ogresses. Par ruse, ils réussiront à s’échapper...
Cette histoire, assez complexe, mais dont il existe diverses variantes au Moyen-Orient, évoque le thème de la patience dans une atmosphère baignée de merveilleux. Jihad Darwiche la raconte avec naturel et chaleur ; après un intermède musical, Parviz Abolgassemi en propose une version en persan. Quant au livre, il offre une adaptation littéraire, remarquablement illustrée par une jeune artiste iranienne, Azadeh Madani. Ses illustrations, épurées, réduites à l’essentiel, juxtaposent sans souci de perspective, dans un très beau camaïeu de bistres, les différents éléments significatifs du conte. Un livre-CD de qualité.

coup de coeurLa ruse du lièvre / J. Darwiche. - Lirabelle

Un conte inspiré de Kalila et Dimna est complétée ici par un CD dit par Jihad Darwiche en Français et en arabe. Le CD propose une deuxième histoire (qui ne se trouve pas sur le livre). Deux contes moraux classiques du monde arabe.
L’histoire de La ruse du lièvre : Ce conte simple a une portée universelle : il présente la victoire de l’être petit mais rusé sur la force bornée. Les animaux doivent se soumettre à la volonté du lion et désigner celui d’entre eux qui chaque jour est dévoré. Le lièvre se propose et promet aux autres de les débarrasser du lion. Le jour dit, il arrive en retard, et affirme avoir échappé à un deuxième lion aussi puissant. Il entraîne donc le lion vers un puits et le confronte à son reflet. Le lion tombe alors dans le puits en voulant vaincre son reflet.
La seconde histoire : le sage guide une épouse délaissée afin qu’elle puise dans ses "secrets de femme" pour remettre son mari dans le droit chemin.
Les illustrations De facture moderne, de couleurs vives, elles sont splendides. Elles occupent la page de droite, la page de gauche étant réservée au texte, très lisible sur fond blanc. La technique de l’artiste soudanais mérite d’être étudiée. Les figures animales assez naïves sont tantôt bien délimitées, tantôt fondues dans les couleurs qui se superposent. On perçoit diverses filiations : miniatures persanes, dessins rupestres, tableaux surréalistes.
Le CD
- 2 plages d’introduction musicales.
- Version française du conte. La version orale est caractérisée par une langue plus simple que la version écrite : usage du passé composé notamment.
- Version arabe du conte.
- Plage musicale.
- 2e conte sur le même thème : Ruse de femme. La morale est claire : patience et intelligence, armes féminines, triomphent de la force d’un lion à la crinière duquel 3 poils sont arrachés, preuve que la femme pourra ramener à la tempérance un mari devenu ivrogne. La musique s’entrelace avec le récit.
Nous aimons le ton de ce conteur talentueux dont la voix appuie le côté humoristique de ces deux contes.

Affichage de 10 sur 11, voir les autres pages : 0 | 10

Haut de la page

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse