couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Livres CD

Comptines et berceuses
Textes lus
Chansons
Livres documentaires
Musiques

Textes lus

coup de coeurNos titres préférés
Actes sud / Didier / Enfance et musique / Flammarion / Gallimard / Lirabelle / Milan / Autres éditeurs /


coup de coeurLa poulette et les trois maisonnettes / F. Morel, D. Di Gilio ; N. Choux. - Syros, 2013

L’une est italienne, l’autre bretonne. Les deux comparses forment un duo irrésistible qui a pour nom : Huile d’olive et beurre salé. Elles ont déjà produit un album fort apprécié : L’ogresse poilue. Cette fois, elles partent sur les traces des trois petits cochons et en donnent une version truculente. Elles ont travaillé le texte à leur mesure, choisissant les mots qui chantent, les scandant comme des rappeuses, utilisant la musicalité de la confrontation des deux langues. Le résultat est particulièrement revigorant et d’une telle bonne humeur qu’avec elles, le loup ne fait pas peur même aux tout-petits. Le seul problème éventuel sera qu’ils voudront qu’on leur passe en boucle... L’illustration de Nathalie Choux avec ses personnages stylisés aux grands yeux sympathiques et ses couleurs franches mais pas agressives, colle tout à fait à l’esprit du texte. Une vraie réussite à proposer dès 2 ans.
Autre lecture
L’album CD s’ouvre sur une chanson qui nous met d’emblée dans l’ambiance Au poula au poula au poulailler…. Une petite poulette rousse orpheline habite chez Grand coq noir et Grosse poule grise, très injustes avec elle. Les ordres fusent, en italien et en français. Alors qu’ils se rendent à un mariage, le loup se fait entendre… Vite ! Il faut construire un abri ! Que Grand coq noir s’approprie, seul. Vite ! Il faut construire une deuxième cabane ! On devine la suite. Et la pauvre petite poulette rousse, qui a construit les 2 cabanes, n’a plus la force de se protéger… Mais une fée lui vient en aide. Juste à temps, le loup arrive…
Entre Cendrillon et Les 3 petits cochons, ce conte qui joue sur les répétitions plaira aux enfants : un loup qui souffle, rote et pète pour détruire les maisons, un petit qui prend sa revanche, des voix qui forcent le trait, grandiloquentes, tout est réunit pour passer un bon moment. Les illustrations sont expressives, dommage que les scènes de dévoration soient éludées.

coup de coeurUn frère en bocal / E. Chazerand ; A. Guillerey. - Benjamins médias (Taille M), 2013

Hippolyte a un prénom moche et aucun frère ou sœur pour s’amuser… Certes, il n’a pas à partager la douceur de sa mère et les bons moments avec son père mais à lui toutes les corvées ! Monsieur Baratini, l’épicier, va lui venir en aide, avec un frère en bocal… L’arrivée de ce frère improbable coïncide avec la découverte de la jalousie, la colère et … la complicité !
La narration est assurée par un enfant (Aymeric Dupuis), de façon appliquée. Les bruits de fond rendent les scènes bien vivantes, à la maison comme à l’école et ce Monsieur Baratini et son accent italien rajoute un peu de fantaisie. Un brin de musique se greffe sur les moments de tension. L’histoire se raconte en 6 temps, 6 pistes mais aucun repère dans l’album ne permet de se repérer, dommage.
La naissance est ici abordée de manière spéciale mais l’histoire est sympathique, servie par une illustration expressive. A la fin de l’album, des notes sur l’auteur et l’illustratrice. A la fin du CD, le générique qui liste toutes les personnes qui ont collaboré à l’album. 18 minutes d’écoute pour une belle réussite tonique et sans temps morts !

coup de coeurLe plus féroce des loups / S. Poillevé ; O. Tallec. - Flammarion (Les albums en musique), 2013

« Hou ! Hou ! Gare à vous ! Voilà le plus féroce des loups » L’album, dont la première parution en 2001 avait été plébiscitée par les petits et par les grands (dont les enseignants de maternelles ou de cycle 1) est aujourd’hui réédité avec un CD. L’histoire enjouée mettant en scène un Grand Méchant Loup vraiment très spécial est ici magnifiquement interprétée par la voix rieuse de Claude Clément et les rythmes jazzy de Vince Clément. Tout est là pour réjouir les oreilles et les yeux. Beaucoup de vie, juste un peu de frayeur avec le gros loup velu qui mange tout : le chasseur, le boucher, l’ogre et pour finir, le gouter qu’il partage avec tous ceux qui le suivaient avec anxiété : chaperon rouge, petits cochons et trois lapins. La structure simple, les onomatopées utilisées comme séquences musicales rendent l’accès au CD particulièrement sympathique.
L’illustration avec les grands aplats de couleurs vives et les personnages aux traits presque caricaturaux accentue l’impression de bonhommie amusée donnée par cette histoire d’un loup parfaitement atypique. Un seul regret, la partition musicale allongeant le simple temps de lecture des pages, il y a vite décalage entre texte et images.

coup de coeurPépito super-héros / Y. Walcker ; M. le Huche ; Dominique A. - Gallimard. - (Eveil musical, Le tube des tout-petits), 2013

Pépito n’est pas un petit garçon comme les autres : avec son costume de super-héros, il sauve la vie de sa mamie, sait voler, combattre les monstres du jardin et même plus encore mais le soir il a besoin de… câlins comme tous les petits garçons. Dominique A, un des fondateurs de la nouvelle scène française, se tourne cette fois vers les petits. Sur un texte de Yann Walcker, il s’est fait conteur, chanteur et compositeur pour un album CD accessible dès 3 ans. Sa voix chaleureuse donne un ton plein de tendresse malicieuse à cette histoire courte et bien enlevée. L’illustration de l’album renforce cette impression agréable avec ses couleurs plutôt douces et les traits plein d’humour des personnages.
Autre lecture
Pépito est un super héros ! Il vole, fait disparaître les choses, a même sauvé sa grand-mère d’une souris ! Avec sa panoplie cape + masque, il casse la baraque ! (un peu trop au sens premier du terme…) Mais le soir venu, Pepito se transforme en « petit garçon ! Un vrai de vrai. Tout sage, tout mignon. »
Magalie Le Huche est celle qu’il fallait pour les illustrations espiègles et dynamiques ! La chanson finale, de Dominique A, est vraiment un « tube des tout-petits » ! Douce et entrainante, elle clôt l’album cartonné dans un climat de douceur et de confiance. « On se sent plus fort quand il y a quelqu’un qui vous prend dans ses bras. »

coup de coeurPhilomène et les ogres / A. Delalande ; C. Dutertre ; D. Chaillou ; le choeur Aposiopée ; J.-P. Marielle et A. Natanson. - Gallimard. - (Hors Série Giboulées)

L’histoire, destinée à des enfants à partir de 4 ans, est une version humoristique des histoires d’ogres traditionnelles. Malgré les avertissements de sa mère, Philomène s’aventure dans la Forêt noire et s’y perd. Entrée dans une étrange chaumière, elle se retrouve face à un ogre. Lorsqu’elle reprend connaissance, elle est transformée en un monstre poilu et des enfants dansent autour d’elle comme des Indiens autour du feu. En réalité, loin d’être méchants, ce sont aussi des victimes. Pour se libérer du maléfice, il faut toucher un autre enfant. Philomène parvient à rentrer chez elle, mais elle effraie et est rejetée. Grâce au maire au nom symbolique, M. Consensus, elle retrouve sa place.
La bonne humeur et l’humour font passer le message de tolérance du Front de libération des ogres : « on est tous l’ogre de quelqu’un » ; il faut dépasser les apparences, apprivoiser l’étrangeté de quelque ordre qu’elle soit.
Les illustrations sont très colorées, en accord avec le sens du texte. Le vert domine. Les personnages, dessinés de façon très stylisée et naïve font penser à la bande dessinée. Les mimiques, les détails de chaque page, permettent à l’enfant même non lecteur de suivre les péripéties.
Le CD est plus intéressant. L’interprétation de Jean-Pierre Marielle, les intonations subtiles de sa voix grave soulignent la dimension humoristique : il est à la fois le narrateur, l’ogre, le loup, le hibou ou M. Consensus. Agathe Natanson prête avec naturel sa voix aux enfants. La musique très bien interprétée met en valeur à la fois l’écriture du texte (rythme et humour) et la couleur des différentes péripéties. Les parties chorales, chantées par le chœur Aposiopée, parachèvent le conte.
Un conte musical ludique, un ouvrage sympathique pour les jeunes enfants.

coup de coeurQuelle chatastrophe / M. Dor ; C. Meert. - Clochette (Les Zygomots), 2013

Emile est bien embêté depuis qu’il a un chat dans la gorge : tous les sons ca deviennent chat. Charamel, chabinet, c’est la chatastrophe. Pas facile de se faire comprendre dans ces conditions… Avec l’aide de son amie Madeleine, il tente de le faire sortir mais « personne ne dompte un chat, ni ne l’oblige à faire ce qu’il ne veut pas. Et c’est pour cela qu’on les aime ! Il va falloir être plus malin que lui... » Les ruses se succèdent, en vain. Jusqu’à LA ruse...
Dessins sympathiques et vivants, le chat facétieux y prend toute sa place dans les pages aux couleurs tendres sur fond blanc. L’histoire l’est tout autant grâce à la voix agréable de Maureen Dor ; elle insuffle toute l’espièglerie nécessaire et l’on passe un bon moment.
Comme d’habitude dans la collection, l’histoire se clôt sur une chanson au rythme d’un… Cha cha cha, la chanson avec l’instrumental seul et enfin l’histoire racontée avec ellipse pour que l’enfant complète.

coup de coeurArsène lopin, le célèbre cabrioleur / C. Lafaye-Latteux ; L. Gomez ; Miou-Miou. - Editions des Braques

Dynamisme, vivacité, drôlerie, trois mots pour donner l’esprit de ce nouvel ouvrage concocté par les éditions des Braques. L’histoire est farfelue à souhait : Arsène Lopin rêve de faire comme son célèbre ancêtre : voler, mais lui, avec des ailes et non en courant sur les toits. Ses voisins lui donnent une mission : dérober le gros potimarron de Monsieur Pâtisson…L’argument est mince mais très enlevé par une musique joyeuse, des mots qui roulent comme des chansons et une illustration aux couleurs de papier kraft. Miou-Miou raconte avec légèreté cette histoire doucement foldingue. Le fonds musical est plein d’allant. Les techniques utilisées pour l’image, bichromie avec collages de matières diverses donnent un ton un peu décalé. Tout concourt à une réalisation très sympathique.

coup de coeurLe bêtiseur / Maureen Dor ; Robin. - Editions clochettes ; Nouvel angle. - (Les zygomots)

Les éditions Clochette créées par Maureen Dor, ont depuis 2011 étoffé généreusement leur catalogue, il existe plus d’une dizaine de titres, tous (ou presque) écrits par l’ex- animatrice Belge. Le Bêtiseur, paru en 2012 dans la collection Les zygomots parce que Maureen aime inventer des mots et jouer avec, nous présente Gaspard Cornu, un enfant trop sage, qui fatigué de toujours rester seul dans son coin, décide sur les conseils de ses 2 cousins, de téléphoner au bêtiseur, un tout petit bonhomme conseiller professionnel en matière de bêtises mais pas dangereuses. Lassé de toujours devoir être parfait, notre héros va piéger gentiment sa famille et surprendre ses parents.
Le Cd nous offre une version de l’histoire racontée par la jeune femme, une chanson originale bien interprétée comme à chaque fois, créée avec Jérôme Dedina, puis la musique seule pour chanter à son tour et enfin une version de l’histoire racontée à nouveau mais avec des trous dans le texte, pour deviner des mots ! Chouette ! Sauf que l’histoire est trop courte, Gaspard ne fera que deux bêtises (on est frustré), malgré des illustrations amusantes de Robin et la malice de la conteuse, on est un peu frustré dans cette aventure. A lire pour les plus petits dès 3 ans.
Autre lecture
Gaspard n’en peut plus d’être si sage, quel ennui… Ses cousins lui conseillent d’appeler le Bêtiseur… Gaspard découvre avec lui la joie des « gentilles bêtises, pas les bêtises dangereuses comme jouer avec les allumettes ». Il dessine sur les murs de sa chambre, met un coussin péteur sur la chaise de sa mère… Sa mère l’aimera-t-elle encore lorsqu’elle découvrira qu’il est l’auteur de ces forfaits ?
Les illustrations de Robin et leur mise en page sont en accord avec la fantaisie qui entre dans la vie de Gaspard.
Album sympathique et dynamique, Maureen Dor, également créatrice des éditions Clochettes, raconte à elle seule toute l’histoire et sa voix claire et enjouée convient tout à fait, tant pour la narration que pour la chanson Le bêtiseur (Jérôme Dedina et Maureen Dor) qui conclue cette histoire ainsi : « Ça sert à rien d’être le plus sage, on ne t’aimera pas pour tes bons points ».
2 plages concluent le CD : une version instrumentale de la chanson et le texte à nouveau raconté mais à compléter sur certains mots clés de l’histoire.

coup de coeurPauvre stupidon / M. Dor ; P. Lamenthe. - Editions Clochettes ; Nouvel angle. - (Les Zygomots)

C’est le jour J pour Stupidon : c’est la première fois qu’il va officier pour le 14 février, jour de la Saint Valentin. Il s’est beaucoup entraîné (à envoyer les flèches très loin, brosser ses ailes…) mais reste peu doué, d’où son surnom : « jusqu’à présent, il n’a touché aucune cible lors de ses entraînements ». Tous les membres de la famille décochent avec succès leurs flèches déterminantes, Stupidon quant à lui met en relation des vivants très différents. Un loup s’éprend d’un agneau, un gardien de zoo s’énamoure d’un tigre, une clowne d’un croque mort… Tous les angelots se moquent de ces étranges alliances et Stupidon riposte faiblement : « Mais ils s’aiment ! ». Sa maman découvre au final que Stupidon a besoin de lunettes. Sûr que l’année prochaine, « la fête des amoureux sera beaucoup moins rigolote » !
Quel dommage d’imputer ces mésalliances à un problème de vue. Même si le droit aux différences est énoncé et défendu, le message s’en trouve un peu brouillé. Dommage également qu’il n’y ait pas d’information sur Cupidon, dieu de l’amour chez les romains, pas plus que sur l’origine de la Saint Valentin. Malgré tout, l’ouvrage reste sympathique et enjoué, avec une illustration toute auréolée de cœurs et un CD facile à suivre : une plage avec la lecture du texte, avec un petit signal pour tourner la page ; une chanson sur le thème et la relecture du texte avec des blancs que l’enfant complétera.

coup de coeurAli baba et les quarante voleurs / C. Venturini ; C. Meunier ; E. Du Baret. - 1 2 3 soleils. - (Des surprises à découvrir !)

Ce conte qui fait partie des 1001 nuits a été très souvent remanié et présenté jusqu’à 1001 fois différentes peut-être. Cette version destinée aux petits a sur le fond bien des différences avec le conte classique, une de celle-ci étant que le chef des voleurs est ici, une femme. Sans revendiquer l’authenticité de la traduction originale de Galand, on peut trouver cette version peu respectueuse du conte classique mais excuser le fait en alléguant que le but était de rendre le texte accessible à un jeune public. Il est vrai que dans le conte original bien des choses peuvent heurter, la cruauté par exemple (il est question d’un homme dépecé en 4 morceaux et ensuite recousu avant d’être enterré…). Cet aspect n’a pas été conservé mais d’autres éléments du conte le sont, par exemple la liberté accordée à l’esclave qui réussit à tuer les voleurs…
L’interprétation, quant à elle, est honnête mais sans charme réel. Le seul intérêt réside peut-être dans la présentation avec les petits caches derrière lesquels les enfants peuvent découvrir des surprises. Accessible dès 5 ans.
Autre lecture
Il s’agit d’une adaptation pour très jeunes enfants. L’histoire et le langage sont simplifiés, le récit limité à la partie la plus connue du conte jusqu’à l’élimination des brigands. Mais ce qui est le plus contestable est la transformation de l’esprit du conte probablement pour le rendre plus moral et adoucir la réalité. Ainsi Kassim, le frère d’Ali Baba, n’est pas tué par les brigands mais enfermé dans une cage, ce qui permet à Ali Baba de le délivrer, les brigands ne sont pas ébouillantés mais mis en prison. Ali Baba ne cherche pas à garder les trésors mais les redistribue à leurs propriétaires légitimes. De manière plus surprenante, le chef des brigands devient une femme, comme si le rôle des femmes devait être mis en relief, puisque c’est la servante Marjenah qui déjoue les ruses de la « chef des brigands » (comme dans le conte d’origine).
Les illustrations très colorées de Claudia Venturini peuvent séduire les jeunes enfants. Elles aident à suivre les péripéties des différents personnages dessinés de façon assez naïve. L’ouverture des fenêtres fait participer au récit.
Le CD correspond à l’esprit de l’album. La voix de la narratrice est agréable, sa diction claire, mais l’interprétation des personnages, notamment de la « chef des bandits », assez peu convaincante. Quelques phrases musicales orientalisantes campent le décor et de nombreux bruitages illustrent clairement le récit. Un signal sonore indique quand les enfants doivent tourner la page.
Un album CD pour petits certes sympathique, mais discutable parce qu’il trahit l’esprit du conte sans vraiment le recréer. Une solution de facilité.

Affichage de 10 sur 257, voir les autres pages : ... | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 |...

Haut de la page

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse