couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Livres CD

Comptines et berceuses
Textes lus
Chansons
Livres documentaires
Musiques

Textes lus

coup de coeurNos titres préférés
Actes sud / Didier / Enfance et musique / Flammarion / Gallimard / Lirabelle / Milan / Autres éditeurs /


coup de coeurAngèle, l’ange du clavecin : Un conte pour découvrir le clavecin / M. Bertherat ; C. de Gastold. - Actes Sud/Cité de la musique. - (Les contes du musée de la musique)

Une petite fille chérie par son père, un comte, va être séparée de lui au moment de la révolution. Après avoir perdu la mémoire, c’est grâce à l’écoute d’un clavecin qu’elle va retrouver son père.
L’album se termine avec six pages richement illustrées pour nous documenter sur l’instrument, son utilisation et sa fabrication ainsi que sur la musique du 18ème siècle. De larges illustrations pleines page, avec un côté précieux bien adapté à l’histoire et à l’instrument, sont autant de scènes réalistes qui nous transportent très justement dans l’ambiance de chaque période de la vie d’Angèle.
La musique ponctue en permanence l’histoire et permet au clavecin d’être au diapason des évènements. L’écoute du clavecin en devient toute différente. L’interprétation du texte n’est jamais lassante. Christophe Rousset est un brillant interprète au clavecin.
L’histoire du clavecin et celle de la petite fille sont intimement mêlées. Cela permet de mieux appréhender un instrument souvent méconnu mais qui revient en force grâce au succès de la musique baroque. Un excellent livre cd qui invite à la découverte de l’instrument, mais aussi des autres albums de la collection et à la visite du musée de la musique où sont exposés plus de 900 instruments du monde entier.

coup de coeurLes aventures de P’tit Bonhomme / P. Delye ; G. Allaert ; M. Bourre, C. Hudrisier. - Didier

Le P’tit Bonhomme des bois et La grosse faim de P’tit Bonhomme, deux classiques du conte de randonnée (construits par accumulation, sous la forme complexe du « toboggan »), parus en 2004 et 2005, sont interprétés avec bonheur par leur créateur, et l’ensemble est une réussite parfaite, à conseiller à tous !
Les deux contes sont complémentaires, mettent en scène un p’tit bonhomme et ont pour thème central la faim. Ils n’en sont pas moins bien différents. Dans le premier, qui s’adresse aux plus petits, P’tit Bonhomme est un « lutin lunaire », naïf et insouciant. Alors qu’il flâne, il est progressivement suivi par une succession d’animaux attirés par sa chair tendre puis par celle de toutes les autres bêtes qui précèdent. Lui qui, étant le plus petit, est la victime potentielle, échappe au danger sans même avoir pris conscience de celui-ci. A l’inverse, dans le deuxième, P’tit Bonhomme est une sorte de petit poucet débrouillard qui, pour satisfaire sa « grosse faim », provoque les différentes péripéties : il remonte la chaîne de la fabrication du pain, donnant ainsi une leçon de choses vivante, pleine d’humour et de solidarité.
La structure narrative permet aux jeunes lecteurs/auditeurs de s’amuser à reprendre la liste des animaux d’une part et la liste des éléments nécessaires à la confection du pain d’autre part, et d’anticiper les deux refrains « Ce doit être bon, un p’tit bonhomme des bois » et « Parce que j’ai faim ! ». Les morales sont implicites : « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras », « avoir les yeux plus gros que le ventre » dans un cas et « Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson » (maxime de Confucius), apprendre à faire plutôt que faire la charité dans l’autre.
Les illustratrices, qui toutes deux travaillent sur les matières, les collages et la typographie, mettent parfaitement en évidence la spécificité de chaque conte. Martine Bourre a composé pour Le P’tit Bonhomme des bois des illustrations stylisées, quasi-géométriques, vives et colorées, avec des dominantes orange et verte. Papiers déchirés et grattés, laines, feuilles mortes et pommes de pin composent un univers poétique. Et une signalétique visuelle permet de récapituler les animaux croisés, clin d’œil malicieux qui en même temps aide le très jeune enfant à se repérer. L’univers de Cécile Hudrisier est à l’évidence plus composite, en harmonie avec le thème même du conte : elle découpe, colle et coud avec originalité tissus, papiers, gommes, ficelles, cailloux, bouts de bois. Elle campe avec tendresse personnages et animaux comme des sortes de marionnettes.
Pierre Delye donne toute leur dimension à ces deux contes : livre et CD se complètent parfaitement. De sa voix chaleureuse, il individualise avec humour chaque personnage. L’enfant a l’impression d’être plongé au cœur d’un véritable spectacle qui lui fait savourer chaque mot. La musique acoustique, la guitare notamment, de Grégory Allaert assure le passage entre les épisodes et souligne elle aussi la malice du conteur.
Tout concourt à inviter l’enfant à participer et même à jouer à son tour.
Présentation complète sur le blog de Brigitte Lacot

coup de coeurBillie et les rois de la nuit / Da Silva, C. Clément ; C. Gambini . - Actes sud junior

C’est l’histoire de Billie, une petite fourmi qui ne supporte pas la discipline de la fourmilière. A l’inverse de la fable de La Fontaine, elle décide de vivre la nuit et de faire de la musique avec des papillons, des lucioles et des cigales. Un conte poétique mis en valeur par la voix douce de Coralie Clément sur une histoire et une musique entraînante bien coordonnée avec le texte de Da Silva. Le musicien est accompagné ici avec talent par un groupe folk : The Churchfitters. Les illustrations très colorées de Cécile Gambini s’accordent bien à ce récit joyeux, humoristique et poétique. C’est donc un univers rempli de rêve et de magie qui traverse ce livre cd très réussi. Une vraie création originale.

coup de coeurBulle et Bob à la plage / N. Tual ; I. Green. - Didier. - (Polichinelle)

Saynètes de jeux sur la plage. Bulle et Bob construisent un château, le décorent de trésors apportés par les vagues... et assistent à son retour à la mer ! A la fin de la journée, fatigués, ils se laissent bercer au creux de leur serviette. La narratrice raconte de sa voix douce et acidulée cette délicieuse journée en bord de mer. Chaque étape est succédée d’une chansonnette ou comptine, chantée en alternance par la narratrice et un petit garçon (et quelque fois en chœur) et avec un accompagnement instrumental des plus sobres (avec ukulélé, bâton de pluie...) qui joue avec les éléments naturels et nous transporte dans une surprenante tonalité aquatique. Les rythmes sont à la fois indolents et pétillants selon les moments.
Les illustrations d’Ilya Green, en teintes sable, sont tout simplement splendides.
Un album pour tout-petits très sensoriel qui joue sur les joies de la plage en été. On trouvera en fin d’ouvrage les partitions de chansons qui peuvent être reprises et mimées.

coup de coeurC’est pas vrai ! T’as menti ! / G. Bigot M. Luchini. - Benjamins Media

Un roi qui voulait marier sa fille réclame à son futur gendre une histoire incroyable de menterie. Mais à la fin du récit qui devra plaire au roi, ce dernier devra s’écrier : “c’est pas vrai ! T’as menti !” Le défilé des prétendants commence mais le roi n’est pas conquis. Jusqu’au jour où un jeune berger de rien du tout décide de relever le défi. Gigi Bigot, conteuse professionnelle évite la monotonie par une interprétation très vivante qui accroche d’emblée l’auditeur. Elle donne le ton avec brio et la composition sonore de Gabrielle Compan s’ajuste parfaitement au rythme de la voix, avec quelques phrases musicales à l’accordéon et de rares bruitages toujours justes. L’illustration de Maximiliano Luchini est savoureuse, poétique et drôle.
La morale de l’histoire est qu’il n’y a pas de petit mensonge et qu’on peut l’emporter sur plus grand que soi. L’album se termine par l’explication de quelques expressions par la conteuse, trois textes de chansons sur le thème du mensonge (drôle) et la Complainte de Gigi : éloge du rêve, ainsi que par la lecture du générique. Ce conte breton revisité par Gigi Bigot est une vraie réussite et petits et grands ne s’ennuieront pas une seconde.
Existe en livre CD avec transcription braille. A recommander à partir de 4 ans et plus.

coup de coeurColombe et sauterelle : Contes de Perse / J. Darwiche ; S. Khosravani. - Lirabelle

Un savoureux conte persan mis en bouche par le très talentueux Jihad Darwiche. Un pauvre homme, portefaix de son état, est obligé par sa femme à devenir devin, et de hasards en malentendus, il parvient à se faire une solide réputation et à gagner les faveurs du prince... mais non sans sueur froide ! Un conte où l’on se moque avec humour des devins et la crédulité des gens. Le ton inimitable et si naturel du conteur est un vrai régal. Des intermèdes de musique orientale ouvrent et ferment la narration. La dernière plage du CD donne à entendre le conte dans sa langue d’origine, le persan, par la voix de Parviz Abolgassemi. Quant au livre, loin d’être redondant, il offre une version littéraire du conte. Le confrontation entre le texte écrit et son oralisation confère au livre-CD toute sa justification. D’autant que le livre est magnifiquement illustré par une jeune artiste iranienne plusieurs fois récompensée, Sharareh Khosravani. Ses pastels hauts en couleur et très expressifs éclatent à chaque double-page. Un coup de cœur !

coup de coeurLe conte de Luna / B. Moeyaert ; G. Dendooven. - Autrement

Le style graphique de ce livre CD peut dérouter. Les silhouettes grossièrement découpées sont un peu énigmatiques. Dés que l’on ouvre l’ouvrage, que l’on entend la voix doucement soulignée par la musique, on est envoûté.
Cette voix des pays du Nord est un vrai médicament. Elle nous fait rentrer dans le monde de l’ailleurs. L’histoire est une version d’un conte classique. Elle en a tous les ingrédients. Un roi, ses 3 fils, des phrases ritournelles un peu magiques, la quête du dernier fils, et une fin heureuse ...
Beaucoup de poésie dans cette réalisation musicale qui nous rappelle que la vraie richesse n’est pas dans la possession des biens matériels. Le message est de portée universelle et peut se savourer à plusieurs niveaux à partir de 6 ans.
Autre lecture
Adaptation d’un conte slovaque : Berona.
Un roi immensément riche voudrait découvrir le secret de la seule chose qu’il ne maîtrise pas, un arbre de l’harmonie dont personne ne connaît le nom, aux fruits mystérieux. Seul un vieil homme peut lui révéler que chaque nuit, l’arbre se couvre à minuit de fruits d’or, qui sont aussitôt mystérieusement cueillis. Les deux premiers fils du roi échouent dans leur tentative de saisir les fruits au douzième coup de minuit. Le troisième fils au cœur pur, qui veille avec sa seule flûte, se voit offrir les fruits d’or par la mystérieuse Luna. La richesse ainsi acquise ne le console pas de la perte de cette dernière. Parti à sa recherche, il la retrouve grâce aux trois objets magiques hérités par trois diables à qui il les emprunte par ruse.
Ce conte merveilleux traditionnel, outre le simple plaisir de la lecture, se prête à de multiples comparaisons avec d’autres contes de différents pays, des mythes antiques (schémas mythiques classiques : un roi et ses trois fils, épreuves initiatiques, pommes d’or, le pouvoir de la musique révélatrice d’un cœur pur).
Le dessin au trait des personnages est très stylisé. Les habits contemporains traduisent la valeur intemporelle du conte. Les motifs se détachent de façon dynamique sur de grands aplats de couleurs non saturées, expressives. En effet à chaque double page, le symbolisme des couleurs crée un univers propre à chaque épisode de l’histoire : le rouge-orangé de l’orage qui s’abat sur le premier fils, les bleus de la glace qui saisit le second fils, les verts de la tentative réussie du troisième fils…
Le CD comporte deux parties : une version du texte lu en musique, une version uniquement instrumentale. La narration est prenante : la voix grave et chaude, au léger accent, épouse les péripéties (rythme, intensité). Etroitement entrelacée avec la musique ; elle est à part entière instrument de musique dans ce conte qui illustre le pouvoir de la musique : c’est « une histoire musicale pour quatuor à cordes, contrebasse, flûtes alto et basse, théorbe, harpe, piano, percussion, chœur d’enfants et narrateur ». La récurrence d’une très courte mélodie, le chant japonais Sakura dont la partition figure à la fin de l’album, indique quand tourner la page.
Dans la version instrumentale, les différentes péripéties sont assez aisément identifiables lorsque l’histoire est connue. Le mariage album/CD prend ainsi tout son sens. Les jeunes enfants peuvent ainsi être initiés à une musique contemporaine tout à fait séduisante.
L’ensemble est d’une très grande qualité.

coup de coeurContes d’amour autour du monde / M. Bloch, F. Costa, G. Thiam ; C. Poizat. - Didier. - (Un livre, un CD)

Cet album CD fait voyager autour du monde par l’intermédiaire de 6 contes de différentes cultures. Volontairement, le périple tant géographique que thématique et typologique est sinueux. Muriel Bloch explique les raisons de tous ses choix à la fin de l’album. Elle exprime son amour pour ces 6 contes populaires, qui sont au centre de son répertoire.
- Afghanistan : Rabiah se fiance puis s’enfuit de la maison, pour que la honte ne rejaillisse pas sur sa tribu car un homme lui a donné un baisé la nuit de ses fiançailles. Son fiancé, Nuker part à sa recherche. Ils auront l’occasion de s’expliquer, elle comprendra alors de qui venait le baiser...
- Inuit : Le grand corbeau croit qu’il peut enlever une femme contre sa volonté simplement parce qu’il est le créateur du monde.
- Mongolie : un chamelon se meurt de chagrin d’avoir dû quitter sa mère. Il s’enfuit à sa recherche.
- Afrique de l’Ouest : L’origine du fleuve Niger ou comment un taureau devint femme, puis fleuve.
- Perse : Maryam fidèle à ses promesses, convainc son mari de la laisser sortir durant sa nuit de noce et brave tous les dangers.
- Afrique du Nord : Il ne faut pas contrarier un amour prédestiné.
Au lecteur et à l’auditeur d’opérer les rapprochements. 2 contes africains, 2 contes étiologiques, 2 contes d’amour mère/fils-fille, 2 contes d’amour fou victorieux de tous les obstacles… Des liens intimes complexes existent ...
Les six contes sont adaptés et racontés par Muriel Bloch, accompagnée d’une musique discrète qui participe efficacement au dépaysement. La diction est prenante, chaleureuse, jugée trop uniforme par certains.
Les musiques, inspirées de musiques du monde, ont été composées par Fred Costa. Elles s’entrelacent avec le récit et permettent là encore de faire des rapprochements par couples notamment, à mettre en relation avec le contenu thématique des contes.
S’y ajoute un air de capœira brésilienne : Tico Tico, en duo avec Serena Fisseau.
Les gravures de Chloé Poizat teintent de gravité ces facettes insolites de l’amour. Elle crée un ensemble parfaitement original, moderne, qui souligne l’unité profonde de la sélection
Une réussite.

coup de coeurFernandel raconte La chèvre de M. Seguin ; Suivi de Le Sous-Préfet aux champs, Le Secret de maître Cornille, La Mule du pape / A. Daudet, Fernandel ; M. Angeli. - T. Magnier. -

Les quatre contes extraits des lettres de mon moulin de Alphonse Daudet réunis dans cet album ont pour cadre la campagne et plus particulièrement la Provence. Ils nous parlent de goût de la liberté cher payé par Blanquette, d’un personnage officiel et sérieux qui se laisse prendre par la poésie de la campagne, d’un meunier qui ne se résout pas au progrès et d’une mule à la « rancune ecclésiastique ».
Des illustrations à l’aquarelle dans des tons pastels confèrent poésie et fraîcheur aux personnages et situations de cet album d’un format un peu scolaire.
Mais c’est surtout la voix de Fernandel, narrateur au chaud accent du midi qui fait vivre ces histoires. Il rend bien présent et vivant chaque personnage et situation. Un accompagnement sonore discret restitue l’ambiance de la nature ou celle d’Avignon et de son fameux pont où l’on danse, et transporte l’auditeur dans le monde d’Alphonse Daudet. Le CD est indispensable pour faire revivre ces histoires au charme un peu désuet (ces enregistrements datent de 1954), même si la fable sur la liberté ou les trois autres peuvent encore résonner juste. A écouter sans se lasser de 7 à 77 ans.

coup de coeurFruits Rouges / M. Hindenoch. - Editions du Jardin des Mots. - (Les savoureux)

Cet ouvrage est un enchantement !
Edité par Le Jardin des mots -qui s’adresse aux “amoureux de la parole”- le conteur Michel Hindenoch nous offre 6 contes inspirés des traditions amérindiennes d’Amérique du Nord.
- Les premiers contes sont étiologiques : la création du monde avec Le premier Homme rouge, l’avènement de la lumière (Corbeau vole la lumière), la myopie de la taupe (Les yeux de Coyote).
- D’autres racontent l’amour : Fruits rouges, Solki.
- Le conteur conclut avec un bel hommage à l’Homme rouge qui éclaire le choix de ce répertoire qui commémora la découverte des Amériques par Christophe Colomb en 1492 à Chevilly Larue en 1992.
La voix singulière de Michel Hindenoch rythme les récits. Il y a un souffle, une respiration et des silences qui ouvrent grandes nos oreilles. Des mélopées accompagnent parfois l’histoire et accentuent la magie de l’écoute. Le livre est un format carré, souple et d’une grande sobriété. Chaque texte est écrit noir sur blanc, introduit par une photo prise par le conteur lui-même. Une grande simplicité qui accorde toute confiance à la force du récit. Pour tout public à partir de 6 ans.

Affichage de 10 sur 32, voir les autres pages : 0 | 10 | 20 | 30

Haut de la page

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse