couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Livres CD

Comptines et berceuses
Textes lus
Chansons
Livres documentaires
Musiques

Musiques

coup de coeurNos titres préférés
Actes sud / Didier / Enfance et musique / Gallimard / Lirabelle / Autres éditeurs /


coup de coeurPoucette / H. C. Andersen ; I. Desrochers ; C. Suchocka. - Editions des Braques

Isabelle Desrochers propose une adaptation du conte très personnel d’Andersen. Poucette, la toute petite fille, née dans une tulipe, d’une femme qui désespérait d’avoir un enfant, est successivement courtisée par un crapaud, un hanneton, une taupe. Elle leur échappe pourtant et part avec l’hirondelle qu’elle a sauvée. Elle retrouve une fleur pour domicile et y découvre l’Ange de la fleur, qu’elle épouse. L’adaptation proposée, assez courte, clôt chaque épisode par une brève chanson qui prépare l’écoute du CD. Les illustrations aux couleurs chaudes donnent à voir la nature. Les différents personnages sont campés avec humour.
Le CD comprend 13 plages : La naissance de Poucette ; Les crapauds ; Les petits poissons ; Le hanneton ; Les saisons passent ; La souris ; Un prétendant ; Monsieur Taupe ; L’hirondelle est guérie ; Le trousseau ; L’hirondelle est de retour ; L’ange de la fleur ; Le mariage de Poucette. Il surprend au premier abord et peut même irriter. Il mérite cependant une écoute attentive pour une véritable appropriation. On s’habituera -ou pas- à la voix assez aiguë de la cantatrice Isabelle Desrochers, qui a des intonations un peu maniérées qui s’harmonisent avec l’univers merveilleux du conte et le style baroque. Chaque personnage est joué. Les 13 airs baroques, adaptés, sont empruntés à Couperin, Rameau, Campra, Stuck, Bodin de Boismortier, Lully, Huygens, Guédron, Francoeur. Plus longs que les quelques vers de l’album, ils peuvent lasser les enfants, pressés de revenir à la narration. De brèves illustrations instrumentales empruntées à Martin Marais et Robert de Visée se marient avec la narration. L’ensemble est de qualité et introduit à la musique baroque de façon originale.
Le projet est intéressant. La difficulté vient de ce que le conte et les illustrations sont adaptées aux enfants très jeunes alors que la musique baroque s’adresse à des enfants un peu plus âgés, et préparés à une écoute plus exigeante. Mieux vaut commencer par la découverte de l’album, puis faire écouter le CD progressivement, sauf si l’enfant se révèle particulièrement réceptif.

coup de coeurLa flûte enchantée racontée aux enfants / W.-A. Mozart ; J.-P. Kerloc’h ; N. Novi. - Didier. - (Album CD)

Il était une fois un jeune prince Tamino et un oiseleur Papageno décidés à parcourir le monde pour trouver leur vérité et l’amour. Grâce à une flûte enchantée et à un carillon magique, chacun va trouver sa chacune : Après un parcours initiatique, Tamino va conquérir Pamina, séquestrée par sa mère, la méchante Reine de la Nuit puis enlevée par Sarastro, un frère de son père qui voudrait faire son bonheur. Papageno rencontre aussi sa Papagena et le bien va triompher du mal.
Ce conte initiatique universel et spirituel est à la fois féerique et riche de symboles. Cette quête intérieure est racontée avec brio par la comédienne Valérie Karsenti. La superbe orchestration de Karajan est bien servie par de prestigieux interprètes comme Irmgard Seefried. L’illustration très onirique et picturale est de grande qualité. Cette version pour jeunes enfants de l’adaptation de Jean- Pierre Kerloc’h parue en 2003 chez Didier jeunesse en est en réalité une simple version abrégée et non pas une véritable réécriture. Elle reprend l’essentiel des péripéties, dans les mêmes termes le plus souvent. Ce sont les descriptions qui sont supprimées et une grande partie des dialogues. Les derniers épisodes avant la conclusion, déjà plus rapides dans la version longue, sont résumés en une phrase. Cette rapidité permet de suivre l’intrigue, mais ne favorise pas la création d’une atmosphère merveilleuse. La portée symbolique, philosophique, est simplement suggérée.
Cette version simplifiée en conte musical reste très fidèle à l’opéra de Mozart et mérite le détour. Ce livre cd peut vraiment inciter un jeune public à s’intéresser à l’opéra et à Mozart en particulier.
Notice plus complète sur le site d’un des membres du groupe lecture CD

coup de coeurMonsieur Chopin ou le voyage de la note bleue / C. Norac ; D. Jacquot. - Didier. - (Un livre, un CD)

Ce texte de Carl Norac inspiré de la correspondance entre deux amis d’enfance Titus et Frédéric Chopin retrace la jeunesse du musicien. Beaucoup d’humour, de profondeur et de poésie tissent ce lien indélébile qui unit les deux garçons dans leurs lettres. Entre cauchemar et rêve, Chopin souvent malade cherche la note bleue, cette note parfaite que Georges Sand ressentait comme “l’azur de la nuit transparente”.
Les drames (la perte de sa petite sœur) ou les bonheurs (son amour pour Konstancja) de sa vie sont évoqués avec beaucoup d’esprit et un vrai talent littéraire.
A la fin de chaque récit, Shani Diluka interprète avec sensibilité et émotion les plus célèbres pièces de piano.
Jacques Bonnaffé, très bon conteur, rend cette histoire bien vivante. L’illustration belle et onirique de Delphine Jacquot est en phase avec le romantisme du compositeur.
Un excellent livre pour nous faire découvrir la jeunesse d’un Chopin farceur et plein d’humour avec des extraits musicaux de son œuvre très bien choisis.

coup de coeurLa princesse Kofoni / M.-O. Dupin, I. Grinberg , D. Reymond ; J. Billaudeau. - Le chant du monde

L’ouvrage repose sur un spectacle. Il s’agit d’un conte musical pour récitant et orchestre, très original, qui implique la complémentarité entre l’album et le CD, puisque l’orchestre -instruments et musiciens- est au centre de l’intrigue.
L’histoire se déroule dans un étrange et très petit royaume. Le roi et la reine laissent le Chancelier Dezékerr décider de tout (« moissons, usines, coupes sportives, mariages, enterrements, remises de médailles » et l’orchestre bien sûr). Le conte commence en pleine action, la reine est en train d’accoucher, accompagnée par l’orchestre ; lorsque la petite princesse Kofoni pousse un long cri de princesse, Dezékerr lui ordonne le silence car « ce n’est pas convenable » ! Depuis, Kofoni ne prononce pas un mot et passe son temps auprès des deux ânesses spéciales et jalouses. Même lorsqu’elle rit, son visage seul exprime sa joie. Mais un jour, Kofoni se penche et tombe dans le tuba du jeune Wuturi....
L’album présente cette histoire extravagante en 13 brefs chapitres : Attente ; Naissance ; Kofoni silencieuse ; Chute de la princesse ; Wuturi ; Gazouillis ; Royales ânesses ; Les gardes-frontières ; Kofoni borde l’orchestre ; Pluie de cordes ; Le rhume du piccolo ; La bête ; Kofoni retrouvée.
Les illustrations sont en harmonie avec l’humour déjanté du texte : géométriques, colorées (le jaune domine), elles dansent dans la page : lignes courbes pour Kofoni et Wuturi, lignes droites pour Dézékerr.
Le CD comprend 11 plages, qui ne correspondent pas exactement aux chapitres : Attente ; Naissance ; Frottent pincent frappent ; Une princesse dans un tuba ; Gazouillis ; Les ânesses et les gardes-frontières ; Une ombre dans l’orchestre ; Attrapez la frontière ! ; Le rhume du piccolo ; Un orchestre qui se fâche ; Czardas final. L’interprétation de Dominique Reymond est excellente : elle fait vivre chaque personnage, variant rythmes et intensité sonore. Elle utilise sa voix comme un véritable instrument, au même titre que tous les familles d’instruments qui composent l’orchestre : bois avec flûte ou piccolo, hautbois, cor anglais, clarinette, clarinette basse, basson et contrebasson, cuivres avec deux cors, trompette, trombone et tuba, timbales et percussions, harpe et cordes.
En accord avec la couleur propre à chaque péripétie et au caractère des personnages, le conte offre une initiation ludique à une grande variété de formes et de styles musicaux : récitatif, scherzo, fugue, choral, tango, habanera, czardas etc. Quelques airs connus – de la Pastorale de Beethoven, de la Symphonie fantastique de Berlioz - se glissent au milieu des compositions les plus modernes. Rien de convenu, de quoi lever les préventions et les appréhensions : les enfants ne doivent pas s’ennuyer, tout en ayant le loisir de se familiariser véritablement avec la musique. Un hymne à la musique, à la liberté et à la vie !

coup de coeurLa musique des quatre saisons : Une découverte de la nature au fil des saisons, en image et en musique / M. Laborde, V. Troffigué, H. Cserhati. - Rue des enfants

Le projet était intéressant : unir poésie, peinture et musique autour du thème des saisons, en y ajoutant une dimension documentaire. La réalisation est fort décevante.
L’album tout d’abord. Les reproductions de quatre tableaux de Monet ne sont pas de très bonne qualité. Les « textes poétiques » décrivant chaque saison sont très conventionnels ; ce ne sont pas de véritables poèmes alors qu’il était possible de puiser dans le répertoire littéraire, de faire appel à des poètes pour la jeunesse contemporains. Les illustrations occupent des doubles pages qui se déploient sous le rabat de chaque tableau de Monet : enfantines, elles sont trop fidèles, plates et fades. La double page documentaire, dans le même esprit, s’adresse aussi à de très jeunes enfants, alors que Monet et Vivaldi visent un public très large. La dernière page, définie comme commentaire de la musique de Vivaldi, très succincte, ne tire pas profit des précisions que Vivaldi lui-même a données sur la partition (correspondances avec les sonnets, détails pittoresques : aboiements de chiens, oiseaux…).
Quant au CD, il n’entrelace pas poésie et musique de Vivaldi, dont il ne fait entendre que 4 brefs extraits. Il n’y a aucune indication sur les interprètes.

coup de coeurLa musique indienne / M. Bloch. - Gallimard. - (A la découverte des musiques du monde)

Un excellent titre pour se familiariser avec la musique indienne. L’histoire qui sert d’accroche, et qui n’est pas un simple « prétexte à », a été écrite par la conteuse Muriel Bloch. Elle met en scène un jeune garçon paresseux, Devdas, qui passe ses journées à se contempler dans un miroir. Un jour, pour échapper à la fureur de sa mère, il s’enfuit et se retrouve dans la jungle nez à nez avec un démon affreux et géant. Aussitôt, celui-ci danse de joie à l’idée de dévorer le garçon. Curieusement, Devdas l’imite. Puis, il brandit son miroir et feint de capturer son visage. Contre sa fortune, il le lui rendra. Ainsi le jeune garçon devint-il riche comme un maharajah et, de retour au village, « vécut sans travailler et parfaitement heureux » ! Avec sa chute légèrement impertinente, ce conte s’inscrit bien dans l’imaginaire indien. Sur le CD, le comédien indien A. Raïs le relate avec talent et l’agrémente de quelques expressions en hindi ; la musique -flûte, sitar, grelots, tambour tabla, cymbales, tempura et harmonium- imaginée par I. Banerjee et R. Majumdar est non seulement belle mais aussi pertinente, et rythme avec justesse le récit. Seule l’illustration qui pastiche maladroitement l’imagerie populaire indienne manque d’authenticité. La partie documentaire, tant dans le livre que sur le CD, est bien construite et intéressante – mais s’adresse en majeure partie à un public plus âgé.

coup de coeurLully & d’Artagnan : Deux serviteurs du roi soleil / P. Fardet, G. Bonne, M. May. - Bleu nuit éditeur. - (Le coffret des musiciens avec Mathilda May)

Extrait de la collection "le coffret des musiciens",avec une lecture agréable de Mathilda May, cette découverte de deux personnages incontournables proches de Louis XIV , Lully et d’Artagnan, nous entraine dans une fabuleuse époque historique. On y aborde la vie des mousquetaires dirigés par d’Artagnan à la fois agent secret et chargé de la protection du roi. Comme directeur de l’académie royale de musique, on découvre un musicien florentin, Lully, qui va créer avec Molière la comédie-ballet comme le Bourgeois gentilhomme. La lecture est accompagnée par la musique de Lully très bien interprétée par Hugo Reyne ou Hervé Niquet. L’illustration simple et colorée colle bien à l’histoire.
Cette collection sans prétention permet de découvrir à de jeunes enfants des personnages ou des musiciens importants même si la version historique est ici très édulcorée.
Autre lecture
Une histoire assez artificielle qui évoque successivement d’Artagnan et les Mousquetaires du Roi, chargés de la protection de Louis XIV, puis la vie et la carrière de Lully, violoniste et compositeur, devenu secrétaire-conseiller de la musique de sa Majesté. Les illustrations sont insipides. Mathilda May lit le texte de façon neutre. L’ensemble est fade et décevant. Heureusement, il y a quelques duels à l’épée, les circonstances dérisoires de la mort de Lully et surtout sa musique – marches militaires et musiques de ballet qui séduisent les enfants, les incitent à danser. Au final, ce livre-CD donne envie de (re)découvrir l’œuvre de Lully mais... avec un autre support.

coup de coeurPierre et Le Loup / S. Prokofiev ; O. Saladin, F. Morel ; Pef. - Enfance et musique - Merle moqueur

Commandé par un théâtre pour enfants de Moscou, Prokofiev a écrit ce conte musical où chaque personnage est un instrument. L’originalité ici est d’en faire une version musique de chambre avec l’utilisation de l’orgue de barbarie pour incarner Pierre. La musique étant renouvelée, la narration devait l’être aussi et le choix de François Morel et de Olivier Saladin pour raconter l’histoire s’avère très judicieux. C’est en voix off que les deux compères ajoutent avec beaucoup d’humour leurs commentaires cocasses sur le texte classique. Leurs réparties décalées sont aptes à faire rire un jeune public et à redonner une touche plus contemporaine à l’histoire. La musique est très bien interprétée par l’orchestre de Basse Normandie avec Pierre Charial à l’orgue de barbarie. L’illustration très drôle de ce grand dessinateur qu’est Pef colle parfaitement à l’esprit du disque.
Bravo à Enfance et Musique et au Merle moqueur qui ont réussi à moderniser un classique avec autant de talent !

coup de coeurDjango Reinhardt / S. Ollivier ; R. Courgeon. - Gallimard. - (Découverte des musiciens)

Onze tableaux pour raconter l’enfance et la jeunesse de Django Reinhardt, créateur du jazz manouche, dans ses rapports avec la musique et son œuvre à venir : naissance à Liberchie, en Belgique, dans une famille de gens du voyage, musiciens dans un orchestre ; apprentissage du violon, du banjo, de la guitare et premier engagement professionnel à 13 ans ; mariage, incendie de sa roulotte ; réapprentissage de la guitare malgré de handicap de deux doigts paralysés ; découverte du jazz.
Chaque double-page de ces tableaux offre à la fois des photographies d’époque et des dessins de Rémi Courgeon aux couleurs chaudes, donnant à voir les protagonistes de grandes scènes, dont l’incendie). Suivent quatre doubles pages documentaires sur les périodes clefs de la carrière de Django Reinhardt : Un nouveau swing, alliance inédite de la guitare et du violon de Stéphane Grappelli ; Un américain à Paris, avec le saxophoniste Coleman Hawkins ; Pendant la guerre, avec le clarinettiste Hubert Rostaing ; Vers le be-bop, à la guitare électrique. Elles sont illustrées par une photo d’époque en noir et blanc.
Le CD comprend 13 plages. Il reprend le texte de l’album, lu par Lemmy Constantine sobrement et clairement. Il permet d’entendre un choix intéressant d’extraits significatifs et l’intégralité des morceaux évoqués dans la partie documentaire.
Ce documentaire de qualité est accessible dès 5-6 ans. Il constitue une bonne initiation à l’écoute et/ou à la pratique de la musique, à la fécondité du métissage culturel. Il peut rassembler la famille et de jeunes élèves.

coup de coeurSwing Cafe / C. Norac ; R. Dautremer ; raconté par J. Balibar. - Didier. - (Un livre, un CD)

Dans ce conte musical, Zazou, une jeune cigale brésilienne jazzi, décide, après la mort de son ami Miro, de prendre son envol pour l’Amérique où elle rêve de faire carrière.
Atterrie dans un Chinatown sombre et orageux, la petite bête, prise de blues, va déchanter... Pourtant son nouvel ami Buster le doryphore, dans lequel elle retrouve un peu le regard de son cher Miro, va lui montrer qu’après la pluie vient le bon temps, le bon tempo, le tap tap, le yes yes...le Swing cafe !
C’est un véritable voyage au cœur du jazz que nous propose Carl Norac : nous sommes transportés du début à la fin par la voix chaude et chantante de Jeanne Balibar qui fait le lien entre les 12 extraits de swing songs (7 versions intégrales clôturent le CD). Les illustrations et la mise en scène de Rebecca Dautremer nous plongent downtown et rendent hommage aux premiers jazzmen (Duke Ellington, The Mills Brothers, Cab Calloway...) tout autant qu’au genre musical.

Affichage de 10 sur 71, voir les autres pages : 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70

Haut de la page

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse