couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Livres CD

Comptines et berceuses
Textes lus
Chansons
Livres documentaires
Musiques

Musiques

coup de coeurNos titres préférés
Actes sud / Didier / Enfance et musique / Gallimard / Lirabelle / Autres éditeurs /


coup de coeurLa boîte à joujoux /C. Debussy, M. Bloch, C. Labaronne, Ensemble Carpe Diem. - Gallimard. - (Petit Répertoire)

L’histoire : cette aventure racontée d’après le livret d’origine met en scène poupées, soldats et polichinelle dans un magasin de jouets. Une histoire d’amour qui finit bien, avec un mariage entre une poupée et un soldat.
L’aspect oral : toutes les péripéties de l’histoire sont ponctuées par la musique de Debussy transcrite du piano en version orchestrale et évocatrice des différents tableaux qui ponctuent le récit. L’enregistrement musical est bien réalisé. Seule la voix parfois dominante sur la musique lasse un peu.
L’illustration : onirique, elle permet, grâce à un découpage en demi-pages, d’aller de surprise en surprise dans un univers naïf très coloré.
Conclusion : l’histoire, fidèle au livret d’origine suit bien la musique très expressive, magique et mystérieuse de Debussy, rare en cd. Une vraie découverte pour petits et grands.

coup de coeurCoppélia / L. Delibes, M. Fonteyn, S. Johnson, L. Faucher, P. de Bourgoing. - Calligram. - (Musigram)

L’histoire : Margot Fonteyn, grande ballerine, a écrit cette version de Coppélia, un ballet pantomime inspiré d’un conte d’Hoffmann. Coppélia, une poupée automate créée par un vieux savant, rend amoureux un jeune homme, Franz. Mais sa fiancée va essayer de le récupérer en se substituant à cette poupée. On sent à travers le texte que l’auteur a pris un grand plaisir à restituer l’âme de ce ballet qu’elle a elle-même interprété.
L’aspect oral : mazurka et valse ponctuent le ballet de Coppélia. Bien interprétés par Georges Walter, ces extraits bien choisis restituent parfaitement l’ambiance musicale qui nous transporte sur un rythme lent ou bondissant en nous faisant franchir les frontières.
L’illustration : de vrais tableaux de peinture illustrent tout le livre avec beaucoup de fraîcheur et de couleur. Ils donnent vie tout comme la musique à ce ballet très attrayant.
Conclusion : une vraie réussite pour faire découvrir à des enfants mais aussi à des adultes qui ne le connaissent pas ce conte et ce ballet symphonique réellement musical.

coup de coeurJazzoo : Jazzons avec les animaux ! / Oddjob illustrations Ben Javens. - LittleVillage, 2015

Le quintet Oddjob, à l’origine de cet album, a reçu le prix Grammy du meilleur album pour enfants de l’année 2014. Les musiciens recréent 13 ambiances décalées et surprenantes en s’inspirant des sons de 13 animaux, pour faire découvrir le jazz aux enfants. Amusez-vous à reconnaître dans des instrumentations absolument géniales, le kangourou bondissant, l’univers marin très envoûtant et de grande profondeur de la baleine, l’hippopotame en pleine course tout heureux de plonger dans la rivière, l’ écureuil virvoltant, le cafard suggéré par un environnement musical inquiétant, les pic-vert et moineau qui se répondent dans la forêt, la course du cheval, le serpent et le chameau, le canard (super !), l’épinoche et le requin, l’éléphant, le hérisson et même une mouche. C’est bourré de fantaisie, extrêmement bien ressenti, joyeux et inventif. Trompette, sax alto, flûte, clarinette, piano, batterie se mettent de concert et nous invitent à swinguer. Des petits textes courts accompagnent illustrations et musique. Tout peut être découvert ensemble ou sous forme de jeu à inventer avec les enfants. Cet album est admirable ! Claire Py

A partir de 3 ans

coup de coeurLa Callas, une invitation à l’opéra ; Les plus beaux airs de Maria Callas / F. de Guibert ; N. Novi. - Didier Jeunesse

Histoire : C’est d’abord une courte biographie de Maria Callas dont le destin rejoint celui de ses héroïnes d’opéra. Le livre résume ensuite les livrets des grands opéras italiens dans lesquels s’est illustrée la diva : la Traviata, Norma, Tosca, Madame Butterfly et la Bohème. Les textes très clairs reflètent bien l’esprit de chaque opéra. Une traduction des airs et une histoire de l’opéra complètent le livre pour initier les jeunes et moins jeunes.
Aspect oral : Souvent peu prisé par un jeune public, l’opéra est ici rendu accessible et émouvant grâce à un bon choix d’airs connus et au talent d’artistes exceptionnels.
Illustration : Très picturale, elle exprime la passion avec un graphisme très sobre et des couleurs sourdes et denses.
Conclusion : Un livre cd très bien réalisé sur l’opéra italien et le mythe Callas. Jeunes et adultes peuvent découvrir ces airs sublimes ainsi que les thèmes de ces opéras majeurs.
Autre lecture :
Un bel album, mais qui n’est pas le plus beau de la collection. Les arguments de 5 opéras, La Traviata de Verdi, Norma de Bellini, Tosca de Puccini, Mme Butterfly, La Bohème de Puccini, sont résumés. Des éléments documentaires précèdent et suivent ces arguments : biographie de Maria Callas, découverte de l’opéra : définition, types de voix, répétitions, glossaire, rapide historique du genre, présentation des 3 compositeurs, et enfin texte des différents airs (langue originale et traduction). On peut regretter l’absence d’explications sur la mise en scène, le jeu théâtral, l’évolution en la matière. Cela ne permet pas de prendre pleinement la mesure de ce spectacle complet que prétend de plus en plus être l’opéra. Le CD peut être écouté seul. Mais grâce à l’album, on peut aller au-delà de l’émotion esthétique suscitée par la voix. On peut comprendre la situation dramatique, suivre le sens exact des paroles de chaque air, et par là même apprécier la qualité dramatique de l’interprétation, essentielle chez une artiste comme La Callas, au-delà de la pureté de sa voix. Il y a donc complémentarité. Le CD reprend deux à trois extraits par opéra : les plus beaux airs de la cantatrice, mais aussi des duos, des choeurs, pour initier à la richesse de l’opéra.
Les illustrations de Nathalie Novi sont comme à l’habitude de grande qualité, et compensent dans une certaine mesure l’absence d’explication sur les mises en scène, les costumes. Par delà la première impression d’unification par le style propre de l’illustratrice, très reconnaissable, on découvre des différences qui correspondent partiellement aux univers propres aux compositeurs et à chaque livret. Si les couleurs chaudes dans les tonalités rouges qui soulignent les destinées tragiques des héroïnes dominent au début ainsi que les gros plans sur les personnages, les opéras de Puccini sont plus différenciés : importance des décors rendant compte de l’ancrage spatial et temporel, mise en page plus dynamique. Illustrations pleine page face au texte, doubles pages alternent sans caractère systématique.
Pour que l’enfant profite réellement de l’ensemble constitué par l’album et le CD, il vaut mieux qu’il ait au moins 11-12 ans, et probablement l’accompagner dans la découverte, ce qui peut être fait en famille, dans le cadre de loisirs éducatifs, au collège et même au lycée, en interdisciplinarité notamment. C’est également un beau cadeau pour des adultes amateurs de livres illustrés pour leur faire découvrir une illustratrice de qualité, mais dont on aimerait qu’elle se renouvelle davantage.
A déguster progressivement après une première approche, opéra par opéra.

coup de coeurLulu, la mouche et l’chat / M. Moreau, A. Grillo ; M. Bourre. - Didier. - (Polichinelle)

La petite Lulu fait la sieste ; entre dans sa chambre une mouche qui cherche son ombre perdue, suivie du chat qui réveille Lulu. Tous les trois partent dans une course à travers la maison…
Le récit est chanté très justement, et de façon très rythmée, par les enfants du chœur Les P’tits chanteurs de Barbès, des voix distinctes interprètent chaque personnage. Ils sont accompagnés par un vibraphone, une contrebasse, un piano préparé et tablas qui reproduisent également tous les bruits familiers de la maison : horloge, frigo qui ronfle, et bruits extérieurs : voitures, oiseaux.
Les illustrations toute en rondeur, couleurs et douceur donnent vie, tendresse et poésie à cet album, peuvent séduire les tout petits et les faire entrer dans l’univers difficile de l’opéra sans les ennuyer. Les dernières pages permettent l’interactivité en familiarisant les enfants avec les quatre instruments, en particulier le piano préparé. On y trouve aussi les partitions illustrées de toutes les chansons de l’album. Une réussite !

coup de coeurLes noces de Figaro / W.A. Mozart ; T. de Fombelle ; L. Stocker ; O. Balez. - Gallimard

C’est d’après la pièce de Beaumarchais et sur un livret de Da Ponte que Mozart a conçu cet opéra joyeux et sulfureux. Figaro, valet d’un comte, doit se marier avec Suzanne, servante de la comtesse. Suzanne est courtisée par le comte. Figaro décide de monter avec l’aide de Suzanne et de la comtesse délaissée par son mari une petite mise en scène afin de confondre le comte. Des documents historiques ainsi que des partitions et des jeux complètent le livre cd. L’illustration traduit avec élégance et espièglerie les scènes majeures de cette comédie amoureuse.
Aspect oral : La narration est faite avec brio et permet de mieux appréhender ce cache-cache amoureux. La musique sous la direction de René Jacobs révèle avec panache les émotions et les sentiments exprimés par le texte, plus daté.
Un excellent livre CD pour se familiariser avec l’opéra dès 7-8 ans et découvrir ici un univers ludique et comique bien mis en valeur par la musique de Mozart.

coup de coeurOrphée Dilo et autres contes des Balkans / M. Bloch ; E. Slabiak (musique) ; G. Dubois. - Naïve

En exergue :« Les Balkans souffrent d’un trop-plein d’histoire. […] Ici chaque peuple se croit forcé de faire quelque chose de grand. La seule chose de grand que nous ayons à faire, c’est de vivre ensemble » François Maspéro, Balkans transit
Le texte A Paris, la narratrice se lie d’amitié avec Orphée Dilo, le musicien fou qui, sans se retourner, l’entraîne dans une danse effrénée à laquelle personne ne peut résister. Il parcourt les Balkans, mêle contes, chansons et devinette. L’album revisite le mythe d’Orphée le Thrace, dont la musique a un pouvoir magique, reprend des contes étiologiques : l’existence d’un seul soleil, la dispersion des Tsiganes dans les Balkans, la création du loup… « La ballade de la mère emmurée » pour assurer la solidité d’un pont peut être comparée avec « Le Lait de la mort » une des Nouvelles orientales de Marguerite Yourcenar. Humour, mélancolie et tragique alternent.
Les illustrations Les textes, en couleur, se détachent sur un fond blanc. Les illustrations en pleine page déroulent les tableaux un peu flous, comme patinés par le temps et les larmes, d’une grande fresque expressive, dans les tons marron sombre. Elles entrent en résonance avec les fresques de Pompéi, en plus naïf et mélancolique, les tableaux de Puvis de Chavannes, de Millet.
Le CD La musique d’ Eric Slabiak, fondateur du groupe Les Yeux noirs, est entraînante et envoûtante. Narration, chants, musique instrumentale sont étroitement entrelacés.
Conclusion Orphée Dilo, le musicien « fou » et maudit des Carpates invite enfants et adultes à voyager : dans l’espace des Balkans, le temps des mythes fondateurs et de leur réécriture (mythologie grecque et tsigane), les genres et les registres, les musiques d’inspiration tsigane, les illustrations nourries de fresques antiques ou modernes et de vignettes orientales. L’ouvrage est à la fois séducteur et profond. Il se prête à un partage familial, à une exploration interdisciplinaire et interculturelle dès 7-8 ans, sans limitation d’âge.

coup de coeurLa petite sirène / H. C. Andersen, N. Dessay ; N. Novi. - Didier. - (Contes et opéras)

Ce conte magique d’Andersen est raconté par Nathalie Dessay, la célèbre soprano qui prête sa voix mélodieuse comme récitante. Le texte original écourté traduit l’histoire de cette fille de la mer décidée à trouver l’amour auprès de ce jeune et beau prince qu’elle a sauvé des eaux. C’est un récit initiatique et symbolique où l’héroïne doit surmonter toutes sortes d’obstacles pour accomplir ses rêves et quitter le royaume de l’eau pour celui de la terre et de l’air.
Les 9 premières planches du CD laissent la parole à Nathalie Dessay, qui assume avec sobriété toutes les voix de l’histoire ; les 7 autres morceaux reprennent les principales période de l’œuvre Peer Gynt d’Edvard Grieg, interprétée par l’ensemble AGORA. L’émotion est au rendez-vous. Les illustrations de Nathalie Novi inspirées par l’Art Nouveau reflètent bien l’univers féerique et poétique du conte.
Un très beau livre cd facile d’accès et où règne une harmonie toute particulière entre le cd et le livre.

coup de coeurPierre et Le Loup / S. Prokofiev ; O. Saladin, F. Morel ; Pef. - Enfance et musique - Merle moqueur

Commandé par un théâtre pour enfants de Moscou, Prokofiev a écrit ce conte musical où chaque personnage est un instrument. L’originalité ici est d’en faire une version musique de chambre avec l’utilisation de l’orgue de barbarie pour incarner Pierre. La musique étant renouvelée, la narration devait l’être aussi et le choix de François Morel et de Olivier Saladin pour raconter l’histoire s’avère très judicieux. C’est en voix off que les deux compères ajoutent avec beaucoup d’humour leurs commentaires cocasses sur le texte classique. Leurs réparties décalées sont aptes à faire rire un jeune public et à redonner une touche plus contemporaine à l’histoire. La musique est très bien interprétée par l’orchestre de Basse Normandie avec Pierre Charial à l’orgue de barbarie. L’illustration très drôle de ce grand dessinateur qu’est Pef colle parfaitement à l’esprit du disque.
Bravo à Enfance et Musique et au Merle moqueur qui ont réussi à moderniser un classique avec autant de talent !

coup de coeurLa princesse Kofoni / M.-O. Dupin, I. Grinberg , D. Reymond ; J. Billaudeau. - Le chant du monde

L’ouvrage repose sur un spectacle. Il s’agit d’un conte musical pour récitant et orchestre, très original, qui implique la complémentarité entre l’album et le CD, puisque l’orchestre -instruments et musiciens- est au centre de l’intrigue.
L’histoire se déroule dans un étrange et très petit royaume. Le roi et la reine laissent le Chancelier Dezékerr décider de tout (« moissons, usines, coupes sportives, mariages, enterrements, remises de médailles » et l’orchestre bien sûr). Le conte commence en pleine action, la reine est en train d’accoucher, accompagnée par l’orchestre ; lorsque la petite princesse Kofoni pousse un long cri de princesse, Dezékerr lui ordonne le silence car « ce n’est pas convenable » ! Depuis, Kofoni ne prononce pas un mot et passe son temps auprès des deux ânesses spéciales et jalouses. Même lorsqu’elle rit, son visage seul exprime sa joie. Mais un jour, Kofoni se penche et tombe dans le tuba du jeune Wuturi....
L’album présente cette histoire extravagante en 13 brefs chapitres : Attente ; Naissance ; Kofoni silencieuse ; Chute de la princesse ; Wuturi ; Gazouillis ; Royales ânesses ; Les gardes-frontières ; Kofoni borde l’orchestre ; Pluie de cordes ; Le rhume du piccolo ; La bête ; Kofoni retrouvée.
Les illustrations sont en harmonie avec l’humour déjanté du texte : géométriques, colorées (le jaune domine), elles dansent dans la page : lignes courbes pour Kofoni et Wuturi, lignes droites pour Dézékerr.
Le CD comprend 11 plages, qui ne correspondent pas exactement aux chapitres : Attente ; Naissance ; Frottent pincent frappent ; Une princesse dans un tuba ; Gazouillis ; Les ânesses et les gardes-frontières ; Une ombre dans l’orchestre ; Attrapez la frontière ! ; Le rhume du piccolo ; Un orchestre qui se fâche ; Czardas final. L’interprétation de Dominique Reymond est excellente : elle fait vivre chaque personnage, variant rythmes et intensité sonore. Elle utilise sa voix comme un véritable instrument, au même titre que tous les familles d’instruments qui composent l’orchestre : bois avec flûte ou piccolo, hautbois, cor anglais, clarinette, clarinette basse, basson et contrebasson, cuivres avec deux cors, trompette, trombone et tuba, timbales et percussions, harpe et cordes.
En accord avec la couleur propre à chaque péripétie et au caractère des personnages, le conte offre une initiation ludique à une grande variété de formes et de styles musicaux : récitatif, scherzo, fugue, choral, tango, habanera, czardas etc. Quelques airs connus – de la Pastorale de Beethoven, de la Symphonie fantastique de Berlioz - se glissent au milieu des compositions les plus modernes. Rien de convenu, de quoi lever les préventions et les appréhensions : les enfants ne doivent pas s’ennuyer, tout en ayant le loisir de se familiariser véritablement avec la musique. Un hymne à la musique, à la liberté et à la vie !

Affichage de 10 sur 13, voir les autres pages : 0 | 10

Haut de la page

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse