couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Comptines et berceuses

Cette liste, plutôt qu'une sélection, est une analyse de la production par un groupe lecture qui se réunit régulièrement. Tous les titres sont repris ici, ceux que l'on aime et les autres...

Comptines et berceuses
Textes lus
Chansons
Livres documentaires
Musiques
Comptines et berceuses

coup de coeurNos titres préférés
Actes sud / Didier / Enfance et musique / Flammarion / Gallimard / Milan / Autres éditeurs /



60 comptines et formulettes de Noël / G. Beauchamp ; I. Jacquet ; E. Fourdraine. - Eveil et découvertes

Un album CD à éviter. Aucune originalité dans le choix des comptines et des chants de Noël, des illustrations très (trop) colorées sans intérêt.
Et surtout l’interprétation musicale est insupportable. Une fausse modernité, lourde et bruyante qui donne un ensemble uniforme et crispant.

60 comptines pour la danse et l’éveil corporel, 80 comptines à mimer et jeux de doigts. - Eveil et découvertes

En bandeau sur la couverture figure la mention rassurante « Livre et CD élaborés par des professionnels de l’enfance » : un gage de sérieux pour une caution quasi-anonyme ! Les noms et qualités des auteurs ne se laissent pas facilement appréhender. On reconnaît certains titres de Rémi, chanteur en vogue pour les enfants. Le répertoire est éclectique, chansons (souvent tronquées), comptines et jeux de doigts traditionnels, auxquels s’ajoutent quelques créations qui ne retiennent guère l’attention. A noter qu’il y a au moins 11 titres communs aux deux livres (sans compter les redites à l’intérieur de chacun des albums). L’intention pédagogique est lourdement appuyée et les consignes on ne peut plus explicites... Certaines chansons sont prêtes à l’emploi pour organiser des séances de motricité ; d’autres serviront à ritualiser différents moments de la journée ou à but éducatif pour gérer les colères et prévenir des dangers. Utile sans doute pour des enseignants pressés ou en manque d’inspiration. L’orchestration et les arrangements sont sans saveur : à grand renfort de sons et de rythmes électroniques, ils paraissent souvent inappropriés et surchargés, voire franchement inutiles lorsqu’il s’agit d’airs traditionnels. L’interprétation est à la fois plate et affectée. Quant à l’enregistrement de jeux de doigts, simplement lus, elle ne présente aucun intérêt.
A n’en point douter il existe sur le même thème, sous forme de livres et de CD seuls ou de livres-CD, des propositions éditoriales plus intéressantes, plus stimulantes pour l’esprit, l’oreille et les yeux !

Ainsi font font font les petits poissons / B. Guettier ; Bibeo. - Eveil et découvertes

11 comptines souvent très connues sont rassemblées dans cet album cartonné au format carré et arrondi et aux pages épaisses. Comme le laisse présager son titre, le thème en est les poissons et l’eau (mer et rivière). Chaque comptine, courte, occupe une double page, avec de grands illustrations et un texte lui aussi en gros caractères très bien intégré aux images. Les illustrations sont pleine d’humour et expressives, favorisent l’imagination de l’enfant, même très jeune (dès 18 mois). Le CD est lui aussi très intéressant. Même répétées, les comptines ne sont pas ennuyeuses car elles sont accompagnées par plusieurs instruments : guitare, saxophone, percussions, batterie ainsi que par un chœur. Cela permet donc une première initiation musicale intéressante, d’autant que la musique seule de chaque comptine est reprise en deuxième partie du CD. Ainsi, l’enfant peut « réviser » les textes et les interpréter seul.
Cet album est donc réussi et vraiment adapté à un jeune enfant.

Allume la lune : Berceuses / I. Gautray ; F. Le Junter. - Passage piétons

Ce projet de la médiathèque de Roubaix a permis de réunir ici 52 berceuses du monde entier. Les chants collectés auprès des habitants et les images provenant des collections personnelles des participants donnent un ton très singulier à l’ensemble. Mais on peut s’interroger sur la pertinence de cette diffusion dans un album aussi coûteux. Par définition les voix féminines et masculines, auxquelles se joignent quelques rares voix enfantines, ne sont pas travaillées, rendant l’écoute en continu difficile ; il n’y a pas d’orchestration musicale. Cependant, le contexte spontané de l’enregistrement permet d’entendre des bruits familiers, des babillages d’enfant, des bâtons de pluie, des clochettes. Les voix sont chaudes et souvent justes, l’intimité de l’interprétation familiale passe bien. Certes, il ne faut pas écouter toutes les berceuses à la fois, mais on peut facilement sélectionner une des 11 plages qui contiennent toutes plusieurs chants. Le livre est agréable. Les berceuses figurent sur la page de gauche : fonds rouge, gros caractères jaunes très lisibles, mais sans recherche de mise en page, transcription et/ou traduction en bas de page en plus petit, avec mention de l’origine. Les enfants peuvent ainsi découvrir différents alphabets, et ils peuvent être sensibles aux nombreuses images d’enfants et d’animaux en gros plans (visages et mains notamment, symboles affectifs forts).
Un livre cd qui trouvera surtout sa place dans les bibliothèques et écoles pour faire découvrir les différentes cultures du monde.

Les animaux sauvages ; l’univers de la ferme / R. Guichard, F. Bobe, J.-H. Malineau. - Les Mots Magiques

Ces deux petits albums CD sont conçus par Rémi Guinchard sur le même modèle : un petit album cartonné, carré présentant 12 animaux, et un CD. Chaque animal est représenté par une photo, animal entier ou une partie de celui-ci, parfois dans son milieu naturel, accompagnée d’une petite comptine chantée et accompagnée par une guitare ou un piano. Musique et textes sont de qualité. Mais les textes des chansons ne correspondent pas toujours à ceux de l’album. Par contre, chaque plage du CD commence par le cri ou autre bruitage correspondant à l’animal présenté, ce qui facilite sa reconnaissance par l’enfant. Les textes chantés ou écrits sont courts et donnent des détails supplémentaires sur les mœurs de chaque animal.
Deux petits albums très simples qui seront appréciés par de jeunes enfants qui découvrent le monde animal.

Berceuses des fées, 14 recettes magiques pour s’endormir / S. Adelaïde, R. Aubert ; Fééric Farandile. - Prikosnovénie

Cet album CD d’une maison d’édition indépendante associe berceuses et contes très brefs. Le livre ne redouble donc pas le CD mais la complémentarité, malgré l’apparence, ne va pas de soi. Le CD comprend 14 berceuses originales (dont 10 inédites) issues des légendes de différents pays : Moldavie, Slovénie, Allemagne, Russie, Grèce (2 berceuses), Italie (3), France (5). Les voix et les instruments sont doux, mais lassent à la longue : ils finissent par créer un sentiment de monotonie. En parallèle à ces chants, Régis Aubert, du groupe Antrabata, a créé 14 « contes » très courts, qui narrent une entrée dans le sommeil et un voyage au pays des rêves. Mais outre le fait que la correspondance avec chaque berceuse n’est pas établie et qu’on ne peut guère écouter et lire conjointement, ces récits sont beaucoup trop brefs pour créer un véritable univers porteur de signification. Pauvreté et uniformité là encore de ces « recettes », terme révélateur d’une hésitation entre féérie et humour. Le texte, parfois à cheval sur les doubles pages, n’est pas très lisible sur les fonds de couleur. Les illustrations de Sabine Adélaïde donnent la même impression : couleurs trop acidulées, abus de lignes courbes, de personnages pseudo-elfiques aux visages inexpressifs, qui ne font pas rêver.
Bref, un projet inabouti, artificiel : cet ouvrage n’est pas indispensable. On peut d’ailleurs s’interroger sur cette maison d’édition qui prétend « révéler des musiques sensibles », oniriques, intégrant des langues inventées ou des ambiances de films imaginaires, un monde « elfique », initiant à la relaxation et à une sagesse plus ou moins « écologique ».

Berceuses et légendes de Brocéliande / S. Adélaïde, M. Lafey, C. Roy ; Fééric Farandilc. - Prikosnovénie

Cet album-CD suscite les mêmes interrogations que le précédent : Berceuses des fées, sur la maison d’édition qui prétend « révéler des musiques sensibles », oniriques, un monde « elfique », et initier à une sagesse plus ou moins « écologique ». La présentation insiste sur le message de paix. Le CD comprend 15 titres : chants traditionnels revisités, 7 créations originales. Les voix féminines dominent largement, sauf pour la seule chanson en breton interprétée par Myrdhin. La harpe et le piano sont les instruments les plus présents. Quelques morceaux réunissent instruments médiévaux, celtiques et contemporains (plage 7, duo électro-world australien). Le CD est plus intéressant que l’album, quoiqu’il finisse par lasser si on l’écoute intégralement.
L’album comprend 14 textes courts, en prose ou en vers libres. Le fil directeur est le déroulement des saisons et de fêtes celtes dans la forêt de Brocéliande, mais il n’y a pas de véritable unité entre les textes narratifs ou descriptifs, très convenus, qui ne parviennent pas à créer un véritable cheminement temporel et/ou spatial. Il n’y a pas de rapport étroit, directement perceptible, entre ceux-ci et les chansons. On ne peut guère procéder à une découverte simultanée. Le mélange d’invention (le dragon-biche), et de mythologie celte (dieu cerf Cernumnos, fêtes de Beltaine, de Lughnasadh et de Samonios) n’est pas convaincant. On ne peut bien comprendre sans connaissance préalable, même lorsqu’il s’agit des personnages les plus connus, Merlin, Viviane et Morgane. Il aurait été tout à fait possible de ne pas dénaturer les légendes tout en les rendant accessibles à des enfants. En procédant ainsi, on ne satisfait pas non plus les adultes qui peuvent être intéressés par le CD.
Les illustrations ne sont guère en harmonie avec la musique dans l’ensemble « relaxante » : couleurs trop « acidulées » (qui rendent le texte peu lisible), abus de lignes courbes. Les personnages pseudo-elfiques ont un visage inexpressif. Tout cela est très artificiel et ne fait pas rêver.

Bonne nuit, berceuses d’ici et d’ailleurs / J. René ; E. Battut. - Bulles de savon. - (Mes premières chansons)

Créations (7 chansons) ou adaptations de morceaux traditionnels et de poème (7), Jean René a mis sa patte sur ces 14 berceuses d’ici et d’ailleurs. La voix douce, les airs discrets (principalement aux instruments à corde), les peintures d’Eric Battut, paysages apaisants, tout concourt à installer une atmosphère sereine qui fermera très vite les yeux des petits sans ennuyer les adultes qui ont ici affaire à un répertoire non rebattu.
Les titres : un tout petit poème de Paul Vincensini (La nuit) puis Un petit air qui berce ; Avant la nuit ; Une chanson douce ; La lune ; Le manège de la neige ; Dors bébé dors ; Coucher de soleil ; Brille brille ; Combien d’étoiles ; Au dessus des nuages ; Pour m’endormir ; Le chat et le soleil ; Au clair de la lune ; Bonne nuit.
Autre lecture
La facture du livre est bien réussie, les couvertures sont alléchantes et donnent envie de le feuilleter et l’acheter. Le thème de la nuit est décliné dans toutes les dimensions, astres, Terre, saisons, ciel, mer, air. Les textes et illustrations se déploient dans un bel équilibre qui met en évidence le talent de l’illustrateur, son envie de sobriété où les couleurs primaires donnent une ambiance de rêves, de poésie tout en évoquant avec brio les thèmes de chaque texte. Très belles, naïves, poétiques, les illustrations portent bien le texte dont le graphisme, blanc, n’est pas trop dérangeant pour la lisibilité.
Le CD, quant à lui semble sur le plan musical assez simple, peut-être trop, ce qui donne une ambiance générale un peu trop linéaire. On aurait envie que la voix puisse se décliner avec plus de douce fantaisie. Cependant, il est vrai, que berceuse signifie calme, légèreté, finesse, douceur. Bref, le travail musical est moins convaincant, le choix des instruments, peut-être, la tonalité ou la voix auraient pu être enrichis pour que le CD corrobore le beau travail de ce livre.

Chansons et comptines à la maternelle. – Formulettes

Couleurs franches et animaux mignons (singe, souris, escargot, poisson, coccinelle, écureuil, araignée), nous sommes dans l’univers des petits qui fleure bon la fraîcheur et l’enthousiasme. Le choix des comptines, plutôt réussi, est un équilibre de comptines traditionnelles ou plus modernes, courtes ou plus longues (4 à 17 lignes) :
1- Le petit japonais, musique et texte court et efficace, plongée dans les instruments idoines
2- Jean Petit qui danse : interprétation soignée typique de Bretagne, avec voix et flûte
3- Un petit pouce qui danse : mise en évidence des percussions et cordes
4- L’éléphant : samba, cha-cha-cha, la musique corrobore l’ambiance des illustrations
5- Tchin, tchin, tchin : sons typiques Chine , tout y est pour la douceur et le calme
6- Tombe la pluie : énergie et gaieté de vivre ensemble avec chacun son activité
7- C’est la baleine : ronde qui tourne et tourne sur une musique qui lui va bien
8- Bébé nageur : piano pour évoquer la peur ou le bien-être dans l’eau – seul le refrain est mentionné à l’écrit, le texte est nettement plus long et bon
9- Do, ré,mi, la perdrix : pour la gamme majeure, une répétition sympathique et colorée par le son de la flûte
10- Trotte petit cheval : pour rimer sur villes et couleurs, un thème qui trotte allègrement au rythme de la guitare et percutions
11- Qui a peur du loup ? Ambiance gitane avec l’accordéon syncopant le rythme et l’approche du loup, très bien !
12- Dans la maison de Tom Pouce : guitare et percutions
13- Une araignée sur le plancher : A capella ( l’avant-dernière ligne est un peu difficile pour des petits…)
14- J’ai une maison toute ronde : solliciter les expressions corporelles sur une cadence bien rythmée
15- Petit ver de terre : hautbois et banjo pour cette célèbre comptine
La présentation sobre et soignée tant par le graphisme que par les illustrations donne à ce livre aux dimensions équilibrées de bons attraits. Les animaux très bien campés complètent le CD très bien réalisé.

Collection Les plus belles comptines / R. Guichard, M.-P. Tiffoin. - Formulette productions

Cette collection reprend, sous la forme de petits albums cartonnés carrés de 14 pages, des comptines classiques très connues ou un peu moins. Ils se ressemblent tous, par leurs illustrations adaptées à l’univers d’un enfant dès deux ans, aux couleurs très fraîches mais sans grande originalité. A noter l’absence des partitions.
La voix de Rémi est chaleureuse, les instruments sont variés et donnent de l’ampleur aux comptines. Le coût est modique (8 €), mais le nombre de comptines assez limité. On peut juste se demander s’il est préférable d’acheter 6 petits albums alors que d’autres titres réunissent comptines et activités en complément ?

Affichage de 10 sur 37, voir les autres pages : 0 | 10 | 20 | 30

Haut de la page

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse