couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

L’adoption adoption

Albums privilégiant la vision de l’enfant
Quelques ouvrages sur les familles et foyers d’accueil


Albums privilégiant la vision des parents


3-6 ans / 6-9 ans / 12-15 ans /

3-6 ans


Coeur de hibou / A.-L. Boutin ; I. Wlodarczyk. - Rue du monde

L’origine de l’enfant : Un vieux hibou assiste, anéanti, au meurtre d’une jeune maman louve.
Les étapes de l’adoption : Il recueillera le petit « qui serait désormais son nouveau-né ».
La question de la ressemblance / Sentiment d’abandon : « - Tu vois, Papa, je suis comme toi ! Le hibou riait aux éclats devant son petit qui ne lui ressemblait pas. »
La filiation : « C’était un jeune loup un peu hibou, et un vieux hibou au cour de loup. »
Remarques : Les illustrations sont remarquables pour exprimer la symbiose entre ces êtres différents mais si proches. L’émotion est palpable à chaque page.

Une famille pour Duvet / A.-M. Chapouton ; P. Ives. - Bayard. - (Les belles histoires)

L’origine de l’enfant : le petit lapin vient de la "maison des petits lapins donnés."
Les étapes de l’adoption : Les parents font une première visite à l’orphelinat, leur requête est traitée et très vite, l’enfant est emmené chez ses nouveaux parents.
La question de la ressemblance / Sentiment d’abandon : Parents et enfants sont des lapins, la question de la ressemblance ne se pose donc pas.
La filiation : "La mère lapine qui l’a porté dans son ventre l’a appelé Duvet et madame Brioche (de l’orphelinat) a promis qu’il s’appellerait comme ça pour toujours."
Les phrases clés : "Fanny pleure parce qu’il n’y a pas de petit lapin dans son terrier. Parce qu’elle n’a pas de petit lapin dans son ventre."
Remarques : Un petit livre tout en douceur pour aborder une première fois le thème de l’adoption, sans traumatisme.

Mon poussin vert / A. Sansone ; A. Marks. - Nord-Sud

L’origine de l’enfant : L’œuf dont est issu le poussin vert a été trouvé au milieu d’un champ.
Point de vue exposé : Dans un premier temps l’adoptant : Jason, puis le poussin vert.
Les étapes de l’adoption : Le jars veut un poussin et demande un œuf à tous les animaux de la ferme qui refusent ; finalement le chien lui trouve un œuf. Jason le couve. Après sa naissance, le poussin vert part à la recherche de parents qui lui ressemblent.
La question de la ressemblance / Sentiment d’abandon : C’est un point essentiel de cet album. "Tu n’as pas de plumes, tu n’as pas de bec et en plus tu es vert, tout vert ! Tu n’es sûrement pas le poussin de Jason."
La filiation : Le poussin vert cherche de qui il est le petit, la grenouille, le poisson, le lézard, en procédant par similitude physique.
Les phrases clés : "Qui allait l’aimer ? - N’est-ce pas que je suis bien TON poussin ? demanda-t-il à bout de souffle. - Bien sûr ! et tu le seras toujours, répondit Jason en l’entourant de ses ailes douces et chaudes. Et blottis l’un contre l’autre, ils s’endormirent heureux."
Remarques : Tout se passe bien tant que le regard des autres ne pèse pas sur le poussin vert. L’album traite de la tolérance et de l’acceptation des différences physiques qui n’empêchent pas de s’aimer.

Haut de la page

6-9 ans


Anika, le jour où la famille s’est agrandie / S. Cotte. - Rue du monde

L’origine de l’enfant : Inde
Les étapes de l’adoption : L’album est un journal de bord sur 5 jours depuis le voyage de départ jusqu’au retour en France.
La filiation : Il n’est pas fait mention de la mère biologique d’Anika.
On présente le bébé à sa nouvelle maman "en la posant sur (ses) genoux, comme, il y a cinq ans, le médecin avait posé Basile sur (son) ventre."
Les phrases clés : "Nous reviendrons demain encore pour qu’Anika nous connaisse mieux et que l’on connaisse mieux Anika."
Remarques : Le récit du déroulement de la première rencontre insiste autant sur la découverte du pays que sur celle de l’enfant elle-même. On sent également l’inquiétude relative aux démarches administratives.

En attendant Timoun / G. Casterman. - Ecole des loisirs. - (Pastel)

L’origine de l’enfant : Océan Indien, Madagascar
Les étapes de l’adoption : L’attente est ici au cœur de l’album et renforce l’idée du désir d’enfant.
La question de la ressemblance / Sentiment d’abandon : La mère se pose des questions sur la couleur du petit crocodile qu’elle attend. "Petit bout du bout du monde, seras-tu vert mousse, vert d’eau, vert pistache ? Vert fondant, craquant comme je m’y attends ?".
La filiation : Beaucoup d’amis attendent Timoun et sa maman à leur arrivée.
Les phrases clés : "Oiseau des îles, Canari, Tananarive, île jolie. Tous les paquebots se sont ligués Pour nous ramener." berceuse malgache.
Remarques : L’auteur a su souligner l’importance de l’attente, interminable et propice aux interrogations mais qui ne fait qu’accroître le désir d’enfant. (Changement de calligraphie pour souligner l’exaspération liée à l’attente.)
Famille monoparentale.
De magnifiques aquarelles... Beaucoup de petits détails drôles ou porteurs d’une lourde signification, à l’image de l’éphéméride que l’on voit en couverture et que l’on retrouve dès la première illustration.

Maman(s) d’amour / Association The Mothers’ Bridge of love ; J. Masse. - Gautier-Languereau

Le texte s’adresse à l’enfant -que l’on devine d’origine chinoise- et fait un constant va et vient entre la mère biologique et la mère adoptive. Chacune est mise en valeur dans l’importance qu’elles ont eu dans le parcours de l’enfant. “La première t’a donné la vie. La seconde t’a appris à la vivre.”
Les illustrations sont empreintes de tendresse et de sérénité.

Mon bébé du bout du monde / R. Lewis ; J. Dyer. - Syros

L’origine de l’enfant : Chine
Les étapes de l’adoption : L’attente : écrire aux autorités chinoises et attendre la réponse. "Je t’avais attendue toute ma vie". Le voyage et enfin la rencontre : "J’étais si heureuse que je me mis à pleurer quand je te pris dans mes bras".
La filiation : La référence à la mère biologique : "C’étaient des larmes pour ta mère chinoise qui n’avait pu te garder. Je voulais qu’elle sache que nous nous souviendrions toujours d’elle.[...]
Et j’espérais qu’elle savait que tu étais en sécurité et heureuse quelque part dans le monde".
Référence à la famille adoptive : "Ta nouvelle famille - tes grands-parents, oncles, tantes, cousins et amis- t’attendait."
Les phrases clés : "Comment faire une rencontre aussi parfaite à l’autre bout du monde ?"
Remarques : Famille monoparentale. Evocation des lois eugéniques en Chine. L’amour est omniprésent dans cet album, l’ambiance y est très chaleureuse.

Moun / Rascal ; Sophie. - Ecole des loisirs. - (Lutin poche)

Point de vue exposé : Narrateur extérieur
L’origine de l’enfant : Un pays en guerre de l’autre côté de l’océan.
Les étapes de l’adoption : Les causes de l’abandon, l’arrivée de l’enfant, l’évidence de cette rencontre avec ses nouveaux parents, la vie heureuse, Moun grandit, on lui explique son adoption.
La question de la ressemblance / Sentiment d’abandon : Elle a les yeux bridés, mais cette différence n’est pas évoquée comme une difficulté. "Moun était triste et heureuse à la fois. Quand les jours étaient trop gris, elle ne pouvait s’empêcher d’en vouloir à la guerre et à ceux qui l’avaient mise au monde, puis confiée à l’océan... mais au fil du temps, Moun se rendit de plus en plus souvent au bout de la jetée. Elle savait à présent que de l’autre côté de la ligne d’horizon, on l’aimait aussi."
La filiation : Référence aux parents biologiques : "... ceux qui l’avaient mise au monde". "Il (son père biologique) y déposa leur premier enfant et leurs derniers espoirs."
Référence aux parents adoptifs : "Ensemble, ils coupèrent le cordon qui enlaçait la boîte. En découvrant le bébé aux yeux d’amande, ils surent que Moun serait leur premier enfant." "Elle devint l’aînée de quatre frères et sœurs."
Les phrases clés : "Lorsque Moun poussa son premier cri, la guerre ne se tut pas." La cause de l’adoption est clairement évoquée : "Moun ne devait jamais se souvenir de son long voyage, des larmes et du fracas des bombes."
Remarques : Texte et illustrations remarquablement épurés.

Haut de la page

12-15 ans


La décision / I. Pandazopoulos. - Gallimard. - (Scripto). 2013

L’histoire de Louise se raconte tout d’abord sans elle. Car comment pourrait-elle dérouler les faits alors qu’elle est en total déni. Alors ce sont ses amis, ses parents, les médecins et professionnels, qui tracent l’ébauche de son histoire, reconstituent la trame des évènements : Louise a accouché d’un petit garçon, sans avoir eu conscience d’être enceinte, sans même, dit-elle, avoir eu de relations sexuelles… Comment alors prendre une décision aussi lourde concernant l’avenir de cet enfant, le sien propre… Peu à peu, Louise se réapproprie cette histoire, celle qu’on lui a volée… Alors il sera possible de prendre La décision, « ce choix beaucoup trop grand pour elle ».
Construction intelligente pour une intrigue qui se dévoile par bribes et de façon polyphonique. Louise se laisse découvrir par le regard des autres et reprend la parole et son destin en main.

Haut de la page

 

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse